Scopulariopsis brevicaulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Microascus brevicaulis
Description de cette image, également commentée ci-après
Microascus brevicaulis vu au microscope à contraste interférentiel.
Classification selon MycoBank
Règne Fungi
Sous-règne Dikarya
Division Ascomycota
Sous-division Pezizomycotina
Classe Sordariomycetes
Sous-classe Hypocreomycetidae
Ordre Microascales
Famille Microascaceae
Genre Scopulariopsis

Espèce

Microascus brevicaulis
S.P. Abbott, (1998)

Synonymes

  • Penicillium brevicaule Sacc., (1886)
  • Scopulariopsis brevicaulis (Sacc.) Bainier, (1907)

Microascus brevicaulis est une espèce de microfungus ascomycète[1],[2]. Microascus brevicaulis est la forme téléomorphe de Scopulariopsis brevicaulis[3].

Il est présent dans le monde entier en tant que saprotrophe dans le sol, un agent commun de biodétérioration, un pathogène végétal irrégulier et un agent occasionnel d'infection des ongles chez l'homme[4],[5] .

Nom[modifier | modifier le code]

La plupart des articles sur ce champignon dans la littérature scientifique et médicale font référence au champignon en utilisant le nom de sa forme asexuée, ou anamorphe, Scopulariopsis brevicaulis[6]. Cependant, une forme sexuelle (téléomorphe) nommée Microascus brevicaulis a été récemment décrite[7]. Dans le cadre de la révision du Code international de nomenclature pour les algues, les champignons et les plantes, tel qu'articulé dans le code de Melbourne en 2011 et code de Shenzhen 2018[8], on ne sait toujours pas quel nom ce champignon prendra finalement[6]. Jusqu'à clarification supplémentaire, les noms Microascus brevicaulis, Scopulariopsis brevicaulis et S. brevicaulis coexistent.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Écologie[modifier | modifier le code]

Pathogénicité chez l'homme[modifier | modifier le code]

Microascus brevicaulis a généralement été associé à des infections localisées à la surface de la peau des patients. Bien que ce champignon soit responsable de plusieurs maladies cutanées, il n'est pas considéré comme un pathogène habituel[9]. Il est cependant classé comme une moisissure dermatomycosique connue pour provoquer une onychomycose[5],[10]. Il s'agit de la maladie la plus répandue affectant les ongles humains, mais M. brevicaulis a été isolé d'ongles sains et malades, ce qui indique qu'il pourrait être un contaminant inoffensif dans certaines situations, mais se comporter comme un agent pathogène opportuniste dans d'autres[11].

On trouve aussi l’Alternaria en association avec le Scopulariopsis brevicaulis dans des phaeohyphomycoses cutanées[12].

Microascus brevicaulis est également connu pour provoquer des infections cutanées granulomateuses chez l'homme[13].

M. brevicaulis est considérablement plus dangereux (voire mortel) dans les situations où il parvient à contourner la peau et atteindre les tissus profonds[14],[15]. Le danger vient du fait que M. brevicaulis est un pathogène opportuniste multi-résistant[16],[17]. Dans le passé, ces types d'infections se produisaient principalement si une personne se perforait la peau avec un bâton ou subissait une forme similaire de traumatisme pouvant implanter M. brevicaulis sous la peau. Cependant, ces dernières années, il y a eu une augmentation du nombre auparavant rare de cas d'infections des tissus profonds résultant de M. brevicaulis[18]. Dans les cas contemporains où une invasion tissulaire profonde s'est produite, les patients sont presque toujours immunodéprimés. On pense que l'incidence croissante de maladies comme le sida et le diabète, associée à des pratiques médicales comme la chimiothérapie et les traitements antibiotiques à large spectre, est principalement responsable de la création d'un grand nombre d'individus prédisposés à des infections potentiellement mortelles à M. brevicaulis[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « MycoBank in English » (consulté le 23 octobre 2013)
  2. Kirk et al., p. 55.
  3. (en) Abbott, Sigler et Currah, « Microascus brevicaulis sp. nov., the Teleomorph of Scopulariopsis brevicaulis, Supports Placement of Scopulariopsis with the Microascaceae », Mycologia,‎ (lire en ligne)
  4. A.H.S., Allsopp D., Eggins H.O.W. Onions, Smith's Introduction to industrial mycology., Cambridge, UK, Cambridge University Press, , 7th éd. (ISBN 978-0521427821)
  5. a et b Myung Hoon Lee, Hwang, Sung Min, Suh, Moo Kyu, Ha, Gyoung Yim, Kim, Heesoo et Park, Jeong Young, « Onychomycosis caused by Scopulariopsis brevicaulis: Report of Two Cases », Annals of Dermatology, vol. 24, no 2,‎ , p. 209 (PMID 22577275, PMCID 3346915, DOI 10.5021/ad.2012.24.2.209)
  6. a et b D. L. Hawksworth, « A new dawn for the naming of fungi: impacts of decisions made in Melbourne in July 2011 on the future publication and regulation of fungal names », MycoKeys, vol. 1,‎ , p. 7–20 (PMCID 3359813, DOI 10.3897/mycokeys.1.2062)
  7. (en) Sandoval-Denis, Gené, Sutton, Cano-Lira, G.S. de Hoog, Decock, N.P. Wiederhold, Guarro, « Redefining Microascus, Scopulariopsis and allied genera », Persoonia,‎ (lire en ligne)
  8. (en) IAPT, « Shenzhen 2018, International Code of Nomenclature for algae, fungi, and plants », sur Iapt-taxon.org, (consulté en 2020)
  9. Plantar Infection by Scopulariopsis brevicaulis, Ginarte M. Pereiro Jr. M. Fernández-Redondo V. Toribio J
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées dehoog2000
  11. ONYCHOMYCOSIS CAUSED BY SCOPULARIOPSIS BREVICAULIS, D. Frey, D. B. Muir 28 JUN 2007
  12. (en) Anandan, Nayak, Sundaram, Padma ,Srikanth,, « An association of Alternaria alternata and Scopulariopsis brevicaulis in cutaneous phaeohyphomycosis. », Indian journal of dermatology, venereology and leprology,‎ , p. 74(3):244-7 (lire en ligne)
  13. (en) Granulomatous skin infection caused by Scopulariopsis brevicaulis, Ineke Bruynzeel, MD, PhD, and Theo M. Starink, MD, PhDb Amsterdam, Pays-Bas
  14. (en) Invasive Scopulariopsis brevicaulis infection in an immunocompromised patient and review of prior cases caused by Scopulariopsis and Microascus species Iwen PC, Schutte SD, Florescu DF, Noel-Hurst RK, Sigler L
  15. (en) Fatal Scopulariopsis brevicaulis infection in a paediatric stem-cell transplant patient treated with voriconazole and caspofungin and a review of Scopulariopsis infections in immunocompromised patients. Steinbach WJ, Schell WA, Miller JL, Perfect JR, Martin P
  16. (en) Scopulariopsis brevicaulis, a Fungal Pathogen Resistant to Broad-Spectrum Antifungal Agents Manuel Cuenca-Estrella, Alicia Gomez-Lopez, Emilia Mellado, Maria J. Buitrago, Araceli Monzón, and Juan L. Rodriguez-Tudela
  17. (en) Disseminated Scopulariopsis brevicaulis infection in an allogeneic stem cell recipient, M Vignon, D Michonneau, M-T Baixench, C Al-Nawakil, D Bouscary, A Buzyn, D Salmon and A Paugam
  18. (en) Deep tissue infections caused by Scopulariopsis brevicaulis: report of a case of prosthetic valve endocarditis and review. Migrino RQ, Hall GS, Longworth DL
  19. (en) Human Hyalohyphomycoses: A Review of Human Infections Due to Acremonium spp., Paecilomyces spp., Penicilliumspp., and Scopulariopsis spp. Schinabeck, M.K.; Ghannoum, M.A.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]