Scission du système Bell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La scission du système Bell a été ordonnée le 8 janvier 1982 par un consentement convenu prévoyant qu'AT&T Corporation renoncerait, comme l'avait initialement proposé AT&T, au contrôle des compagnies exploitantes de Bell qui fournissaient le service téléphonique local aux États-Unis et au Canada jusqu'à cette date. Celle-ci a effectivement mis fin au monopole du système de Bell et l'a scindé en des sociétés distinctes qui continueront de fournir des services téléphoniques. AT&T continuerait d'être un fournisseur de service interurbain, tandis que les Regional Bell Operating Companies (RBOC), maintenant indépendantes, fourniraient un service local et ne seraient plus directement approvisionnées en matériel par la filiale d'AT&T, Western Electric.

Cette cession a été initiée par le dépôt en 1974 par le Département de la Justice des États-Unis d'un procès antitrust contre AT&T[1] AT & T était, à l'époque, le seul fournisseur de services téléphoniques dans la plupart des États-Unis. De plus, la plupart des équipements téléphoniques aux États-Unis étaient produits par sa filiale Western Electric. Cette intégration verticale a conduit AT & T à avoir un contrôle presque total sur les technologies de communication dans le pays, ce qui a conduit à l'affaire antitrust, États-Unis versus AT&T. Le plaignant dans la plainte du tribunal a demandé au tribunal d'ordonner à AT&T de se dessaisir de Western Electric[2].

Sentant qu'il était sur le point de perdre le procès, AT&T a proposé une alternative ː la dissolution de la plus grande entreprise de l'histoire américaine. Elle a proposé qu'elle conserve le contrôle de Western Electric, des Yellow Pages, de la marque commerciale Bell, des laboratoires Bell et d'AT&T Long Distance. Elle a également proposé d’être libérée d'un décret antitrust de 1956, alors administré par le juge Vincent Pasquale Biunno devant le tribunal du district du New Jersey, qui lui interdisait de participer à la vente d'ordinateurs[3]. En contrepartie, elle proposait d'abandonner la propriété des sociétés d'exploitation téléphonique locales. Selon AT&T, cette dernière concession permettrait au gouvernement d'atteindre son objectif de créer une concurrence pour la fourniture du matériel et des équipements téléphoniques aux sociétés opérationnelles. Ce règlement a été finalisé le 8 janvier 1982, avec quelques modifications ordonnées par le tribunal auteur du jugement : les sociétés régionales ont obtenu les marques déposées Bell, Pages Jaunes, et environ la moitié des laboratoires Bell.

À compter du 1er janvier 1984, les nombreuses sociétés membres du réseau de Bell ont été regroupées, de diverses façons, en sept « sociétés de portefeuille régionales » indépendantes, également appelées « Regional Bell Operating Companies » (RBOCs) ou « Baby Bells ». Cette cession a réduit la valeur comptable d'AT&T d'environ 70 %.

Structure post-rupture[modifier | modifier le code]

La dissolution du système de Bell a entraîné la création de sept sociétés indépendantes constituées à partir des vingt-deux membres du système contrôlés par AT&T..[4]

Au moment de la dissolution, ces entreprises étaient :

De plus, deux membres du réseau de Bell n'étaient que partiellement détenus par AT&T. Ces deux compagnies étaient des monopoles dans leurs zones de couverture, recevaient de l'équipement Western Electric et avaient des ententes avec AT & T selon lesquelles elles recevaient un service interurbain. Ils ont continué à exister dans leur forme de pré-rupture après l'affaire antitrust, mais ne recevaient plus directement l'équipement de Western Electric et n'étaient plus obligés d'utiliser AT & T comme leur fournisseur de services interurbains. Ces entreprises étaient:

Effets[modifier | modifier le code]

La scission a entraîné une augmentation de la concurrence sur le marché des télécommunications interurbaines par des sociétés telles que Sprint et MCI. La nouvelle division d'AT&T ː AT&T Computer Systems, obtenue en contrepartie de la cession, a échoué et après avoir abandonné ses activités de fabrication (notamment Western Electric, devenue Lucent, puis Alcatel-Lucent, maintenant Nokia) et d'autres acquisitions malavisées telles que NCR et AT&T Broadband, il ne lui restait plus que son cœur de métier avec ses racines telles que AT&T Long Lines et son successeur AT&T Communications. C'est à ce moment qu'AT&T a été achetée par l'une des entreprises issue de sa scission, SBC Communications, la société qui avait également acheté deux autres RBOC et une ancienne société d'exploitation associée à AT&T (Ameritech, Pacific Telesis et SNET) qui a plus tard acheté une autre RBOC (BellSouth).

L'une des conséquences de la rupture a été que les tarifs du service local de résidence, autrefois subventionnés par les revenus de l'interurbain, ont commencé à augmenter plus rapidement que le taux d'inflation. Dans le même temps, les tarifs interurbains ont baissé en raison de la fin de cette subvention et de l'intensification de la concurrence. La FCC a établi un système de redevances d'accès dans le cadre duquel les réseaux interurbains payaient les réseaux locaux les plus chers à la fois pour établir et terminer un appel. De cette façon, les subventions implicites du système Bell sont devenues explicites après la cession. Ces redevances d'accès sont devenues une source de forte controverse car une entreprise après l'autre a cherché à arbitrer le réseau et à éviter ces frais. En 2002, la FCC a déclaré que les fournisseurs de services Internet seraient traités comme s'ils étaient locaux et n'auraient pas à payer ces frais d'accès. Cela a conduit les fournisseurs de services VoIP à faire valoir qu'ils n'avaient pas à payer de frais d'accès, ce qui se traduisait par des économies importantes pour les appels VoIP. La FCC a été divisée sur cette question pendant un certain temps; Les services VoIP qui utilisaient la propriété intellectuelle mais ressemblaient à un appel téléphonique normal devaient généralement payer des frais d'accès, alors que les services VoIP qui ressemblaient plus à des applications sur Internet et ne s'interconnectaient pas avec le réseau téléphonique public n'avaient pas à payer de frais d'accès. Cependant, une ordonnance de la FCC émise en décembre 2011 a déclaré que tous les services VoIP devraient payer les frais pendant neuf ans, après quoi tous les frais d'accès seraient éliminés[5].

Une autre conséquence de la cession était la façon dont les chaînes de télévision nationales (ABC, NBC, CBS, PBS) et les réseaux de radio (NPR, Mutual, ABC Radio) distribuaient leurs programmes à leurs stations locales affiliées. Avant la dissolution, les réseaux de radiodiffusion utilisaient l'infrastructure de relais hertzien terrestre, de câble coaxial et, pour les réseaux de lignes louées de qualité radiodiffusion, d'AT&T  Long Lines pour livrer leur programmation aux stations locales. Cependant, au milieu des années 1970, la nouvelle technologie de distribution par satellite offerte par d'autres sociétés comme RCA Astro Electronics et Western Union avec leurs satellites respectifs Satcom 1 et Westar 1 a commencé à concurrencer Bell System dans le domaine de la distribution de radiodiffusion. les satellites offrant une qualité vidéo et audio supérieure, ainsi que des coûts de transmission beaucoup plus faibles.

Cependant, les réseaux sont restés avec AT&T (avec la diffusion simultanée de leurs signaux par satellite à la fin des années 1970 jusqu'au début des années 1980) parce que certaines stations n'étaient pas encore équipées d'équipements de réception pour recevoir les signaux par satellite et en raison des obligations contractuelles des réseaux de diffusion avec AT&T jusqu'à la dissolution en 1984, lorsque les réseaux ont immédiatement basculé exclusivement vers le satellite. Cela était dû à plusieurs raisons -  les tarifs de transmission beaucoup moins élevés offerts par les opérateurs de satellite qui n'étaient pas influencés par les tarifs élevés fixés par AT&T pour les clients de radiodiffusion, la division du système de Bell en RBOC distinctes et la fin des contrats que les compagnies de radiodiffusion avaient avec AT&T.

La stratégie d'après-rupture d'AT & T n'a pas fonctionné comme prévu. Sa tentative d'entrer dans le secteur de l'informatique a échoué, et il s'est vite rendu compte que Western Electric n'était pas rentable sans les clients garantis que le système Bell avait fournis[6].. En 1995, AT&T a créé sa division informatique et Western Electric, exactement comme le gouvernement l'avait initialement demandé. Il a ensuite réintégré l'activité téléphonique locale qu'il avait arrêtée après la dissolution, devenue beaucoup plus lucrative avec la montée en puissance de l'accès commuté au début des années 1990. Même cela, cependant, ne permettait pas à AT&T Corporation d’être rentable économiquement. Elle sera bientôt absorbée par l'une des Baby Bells ː SBC Communications (anciennement Southwestern Bell), qui a ensuite coopté le nom d'AT&T pour former l'actuelle AT&T Inc.

Évolution des Baby Bells[modifier | modifier le code]

Téléphone public Verizon orné du logo Bell

Après la cession en 1984 et la création des sept Baby Bells, le service au sein des LATAs est resté réglementé jusqu'en 1996, date à laquelle la loi sur les télécommunications de 1996 a été adoptée. Suite à cela, les Baby Bells ont commencé à se consolider entre eux. L'article 271 de la Loi de 1996 sur les télécommunications a également établi un moyen pour les autorités de réglementation d'autoriser les BOCs à pénétrer le marché interLATA dans les régions où ils fournissent des services locaux[7]. En 1998, Ameritech a vendu une partie de ses lignes Wisconsin Bell (couvrant 19 circonscriptions) à CenturyTel, qui les a fusionnées avec sa société CenturyTel du Midwest-Kendall[8],[9].

SBC Communications (appelée Southwestern Bell Corporation jusqu'en 1995) a acheté Pacific Telesis en 1997 pour 16,5 milliards de dollars, créant une organisation d'environ 100 000 employés, un revenu annuel net de 3 milliards de dollars et des revenus d'environ 23,5 milliards de dollars[10]. SBC a acheté Southern New England Telecommunications en 1998 pour 5,01 millions de dollars[11], et Ameritech en 1999 pour 61 milliards de dollars, créant ainsi la plus grande compagnie de téléphone locale des États-Unis à l'époque[12] AT&T Corporation, la société mère originale, a été acquise le 18 novembre 2005 par SBC, qui s'est renommée AT&T Inc. et a commencé à utiliser le symbole «T» et un nouveau logo d'entreprise AT&T. La nouvelle société a ensuite acquis BellSouth pour 85,8 milliards de dollars le 3 janvier 2007, avec l'approbation de la FCC[13].

Bell Atlantic a fusionné avec NYNEX le 18 août 1997 dans le cadre d'une transaction de 25,6 milliards de dollars, conservant le nom Bell Atlantic, puis avec le non Bell GTE (en) le 30 juin 2000 pour créer Verizon Communications dans le cadre d'une transaction de 70 milliards de dollars[14]. Verizon a vendu toutes ses activités filaires dans le nord de la Nouvelle-Angleterre (Maine, New Hampshire et Vermont) en 2008 à FairPoint Communications pour 2,7 milliards de dollars[15] ; une nouvelle société d'exploitation, Northern New England Telephone Operations, a été créée. Les opérations dans le Vermont ont été plus tard divisées en la Telephone Operating Company of Vermont, mais ont continué avec FairPoint.[réf. nécessaire] En 2010, Verizon a vendu 4,8 millions de lignes d'accès dans 14 états, dont Verizon West Virginia (à l'origine The Chesapeake et Potomac Telephone Company de West Virginia), à Frontier Communications[16].

US West a été acquise par Qwest en juin 2000 pour 43,5 milliards de dollars[17]. Le 6 avril 2011, Qwest a été acquise par CenturyLink, un fournisseur de services téléphoniques indépendant[18], apportant Qwest Corporation, à l'origine Mountain Bell, sous son contrôle.

AT & T Inc. a son siège social à Dallas. Brookhaven, en banlieue d'Atlanta, est le siège du siège d'AT&T Mobility, anciennement Cingular Wireless. Le changement de nom est intervenu après la fusion d'AT & T avec BellSouth, ainsi qu'avec les opérations téléphoniques de la région sud-est. Bedminster, New Jersey, est le siège d'AT&T Global Network Operations Center et siège d'AT&T Corp., la filiale longue distance d'AT&T Inc. La nouvelle AT&T Inc. n'a pas l'intégration verticale qui caractérisait la société historique AT&T qui a consduit à la poursuite antitrust du ministère de la Justice. AT & T Inc. a annoncé qu'il ne retournerait pas au logo de Bell[19], ce qui met fin à l'utilisation du logo Bell pour l'utilisation en entreprise par l'un des Baby Bells, à l'exception de Verizon.

Arbitrage financier[modifier | modifier le code]

En raison des divergences entre le prix des «vieilles» actions AT&T et les nouvelles actions «émises», les investisseurs ont pu réaliser des profits sans risque, le plus spectaculaire étant celui d'Edward O. Thorp, qui a engrangé 2,5 millions de dollars, à l'époque le plus important échange de blocs (nominal) de la Bourse de New York[20].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Frum, How We Got Here: The '70s, New York, New York, Basic Books, (ISBN 0-465-04195-7), p. 327
  2. « Bell Telephone System »
  3. « AT&T BREAKUP II : Highlights in the History of a Telecommunications Giant », latimes, sur latimes
  4. Brooke Tunstall, Disconnecting Parties: Managing the Bell System Break-Up, an Inside View, New York, McGraw-Hill, (ISBN 9780070654341, lire en ligne)
  5. Connect America Fund order details access charge reforms « https://web.archive.org/web/20130502012749/http://connectedplanetonline.com/independent/news/Connect-America-Fund-order-details-access-charge-reforms-1208/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  6. « AT&T Move Is a Reversal Of Course Set in 1980's », The New York Times, sur The New York Times,
  7. Jerry A. Hausman, Gregory K. Leonard & J. Gregory Sidak, 'D'oes Bell Company Entry into Long-Distance Telecommunications Benefit Consumers?, 70 ANTITRUST L.J. 463, 463–64 (2002), http://economics.mit.edu/files/1032.
  8. « Business Brief -- CENTURY TELEPHONE ENTERPRISES INC.: Wisconsin Telephone Assets Purchased for $225 Million », Wall Street Journal, Eastern edition,‎ , B4
  9. Public Service Commission of Wisconsin, « Application Requirements for Requesting Certification to Provide Competitive Local Exchange Services » (consulté le 29 décembre 2014)
  10. « SBC Communications Inc.: Merger with Pacific Telesis closes, creating a giant », Wall Street Journal, Eastern edition,‎ , B, 4:3
  11. « Business Brief -- SBC COMMUNICATIONS INC.: Acquisition Is Completed Of New England Concern », Wall Street Journal, Eastern edition,‎ , B, 8:4
  12. Krause Reinhardt, « SBC-Ameritech No 'Baby' Bell As Giant Telecom Firm Forms », Investor's Business Daily,‎ , A06
  13. « AT&T Inc. Closes $85 Billion Acquisition Of Bell South Corp. », FinancialWire [Forest Hills],‎ , p. 1
  14. Tobi Elkin, « New Verizon plans print to usher in merged unit », Advertising Age,‎ , p. 28
  15. Anne Ravana, « FairPoint buys out Verizon operation », McClatchy - Tribune Business News [Washington],‎ , p. 1
  16. « Frontier CEO Says Telco In Strong Shape After Verizon Deal », Telecommunications Reports,‎ , p. 13
  17. « Qwest closes US West merger », Global Telecoms Business,‎ , p. 49
  18. « CenturyLink Merges with Qwest », Wireless News,‎
  19. Peter Temin, The Fall of the Bell System: A Study in Prices and Politics, London, Cambridge University Press, (ISBN 9780521345576, lire en ligne)
  20. « Ed Thorp »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Steve Coll (1986), The Deal of the Century: The Breakup of AT&T, New York: Atheneum.

Liens externes[modifier | modifier le code]