Scierie de Hiérapolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La scierie de Hiérapolis. Datant du IIIe siècle, c'est la plus ancienne machine connue utilisant un système de bielles et manivelles[1]

La scierie de Hiérapolis était un moulin à eau romain à Hiérapolis, Asie Mineure. Datant du IIIe siècle, c'est la plus ancienne machine connue utilisant un système bielle-manivelle[1]. Tout comme deux autres scieries romaines tardives du VIe siècle découvertes à Gerasa, Jordanie[2] et Éphèse, Turquie[3] elle actionnait une paire de scies destinées à couper de la pierre. Il y avait probablement une quatrième scierie au IIe siècle à Augusta Raurica, Suisse[4].

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Scierie romaine de Hiérapolis
  • (de) Klaus Grewe, « Die Reliefdarstellung einer antiken Steinsägemaschine aus Hierapolis in Phrygien und ihre Bedeutung für die Technikgeschichte. Internationale Konferenz 13.−16. Juni 2007 in Istanbul », Bautechnik im antiken und vorantiken Kleinasien, Istanbul, Ege Yayınları/Zero Prod. Ltd., série Byzas, vol. 9,‎ 2009, p. 429–454 (ISBN 978-975-807-223-1, lire en ligne)
  • (en) Tullia Ritti, Klaus Grewe et Paul Kessener, « A Relief of a Water-powered Stone Saw Mill on a Sarcophagus at Hierapolis and its Implications », Journal of Roman Archaeology, vol. 20,‎ 2007, p. 138–163
  • (es) Klaus Grewe (trad. Miguel Ordóñez), « La máquina romana de serrar piedras. La representación en bajorrelieve de una sierra de piedras de la antigüedad, en Hierápolis de Frigia y su relevancia para la historia técnica (traducteur Miguel Ordóñez) », Las técnicas y las construcciones de la Ingeniería Romana, série V Congreso de las Obras Públicas Romanas,‎ 2010, p. 381–401 (lire en ligne)
Scierie romaine de Gérasa
  • J. Seigne, « Une scierie mécanique au VIe siècle », Archéologia, vol. 385,‎ 2002a, p. 36–37
  • (en) J. Seigne, « Sixth-Century Waterpowered Sawmill », Journal of the International Society of Molinology, vol. 64,‎ 2002b, p. 14–16
  • (en) J. Seigne, « A Sixth Century Water-powered Sawmill at Jerash », Annual of the Department of Antiquities of Jordan, vol. 26,‎ 2002c, p. 205–213
Scierie romaine d'Éphèse
Scierie romaine hypothétique d'Augusta Raurica
  • (de) Thorkild Schiöler, « Die Kurbelwelle von Augst und die römische Steinsägemühle », Helvetia Archaeologica, vol. 40, no 159/160,‎ 2009, p. 113–124

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

  • (en) J. Seigne, « Water-powered Stone Saws in Late Antiquity. The Precondition for Industrialisation? », Cura Aquarum in Ephesos. Proceedings of the 12th Int. Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the Mediterranean Region, Ephesus/Selçuk, Turkey, October 2-10, 2004, Vol. 1, Leiden, Peeters, série Babesch suppl. 12,‎ 2006, p. 383–390 (ISBN 978-90-429-1829-0)
  • (en) Örjan Wikander, « Industrial Applications of Water-Power », Handbook of Ancient Water Technology, Leiden, Brill, série Technology and Change in History, vol. 2,‎ 2000, p. 401–412 (ISBN 90-04-11123-9)
  • (en) Örjan Wikander, « Sources of Energy and Exploitation of Power », The Oxford Handbook of Engineering and Technology in the Classical World, New York, Oxford University Press,‎ 2008, p. 136–157 (ISBN 978-0-19-518731-1)
  • « Scies hydraulique », Énergie hydraulique et machines élévatrices d'eau dans l'antiquité, Naples, Centre Jean Bérard,‎ 2007, p. 225–257 (ISBN 978-2-903189-94-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Sägemühle von Hierapolis » (voir la liste des auteurs)