Sciences et techniques dans l'Empire ottoman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article reprend les réalisations et évènements marquants dans le domaine des sciences et technologies sous l'Empire ottoman. L'étude des aspects culturels, scientifiques et intellectuels de l'histoire ottomane est un champ de recherche récent. Les premiers travaux menés montrent de nombreux points communs entre la recherche de cette période et la science occidentale moderne.

L'approche culturaliste qui critique un certain "dogmatisme oriental" ou une "mentalité islamique" qui aurait pour conséquence un désintérêt pour les travaux de recherche se voit ainsi remise en cause avec l'avancée des études sur ce sujet.

Les sciences et techniques dans l'Empire ottoman constituent une poursuite en droite ligne, durant l'Histoire moderne, de l'essor des sciences et techniques développées à compter de l'empire arabe unifié de l'époque classique de la civilisation islamique, qui elle-même avait perfectionné le riche héritage scientifique reçu de l'Antiquité proche-orientale, grecque et indienne.

C'est en effet sous la domination ottomane que cette aire culturelle retrouve une unité politique, sous l'égide des sultans ottomans.

Traductions et recueils[modifier | modifier le code]

L'Empire ottoman conduisit une importante politique de construction de bibliothèques. L'objectif d'une telle politique était peut-être d'aider à la poursuite des conquêtes militaires. Par exemple, le sultan Mehmed II ordonna à Georgios Amirutzes, un érudit grec de Trabzon de traduire et de diffuser aux institutions éducatives de l'Empire, la "géographie" de Ptolémée. Une des plus anciennes sources littéraires sur l'histoire et la philosophie chrétienne, le "İ'tikad nâme", fut également rédigée à l'école du palais impérial par le Patriarche Gennadios. Un dernier exemple, le mathématicien Ali Qushji originaire de Samarcande rédigea un ensemble de douze volumes sur les mathématiques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Carte de Piri Reis.
La carte de Piri Reis

La carte de Piri Reis fut découverte en 1929 lors de la transformation du palais de Topkapı en musée. Il s'agit d'une carte dessinée sur une peau de gazelle détaillant principalement les côtés ouest-africaines ainsi que la côte est de l'Amérique du Sud. La carte a probablement été dessinée en 1513 par Piri Reis, un amiral renommé de la flotte turque. La carte tracée par Piri Reis intrigue encore aujourd'hui les chercheurs, car elle représente des parties du monde supposées inconnues à son époque. Toutefois la coutume des cartographes, depuis le Moyen-Age, était de représenter des zones du monde que l'on ignorait, en comblant les vides à la fois par des pays imaginés ou par des déductions logiques ; par exemple, pour "équilibrer" les masses continentales de l'hémisphère Nord, on imaginait un vaste continent centré sur le pôle Sud, beaucoup plus vaste que l'Antarctique réel. C'est le cas pour la carte de Piri Reis.

Éducation[modifier | modifier le code]

Promotion des Médersas[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Médersa.

Les Médersas, dont les premiers exemples remontent à la période Seldjoukides atteignirent leur apogée sous l'Empire ottoman.

Enseignement technique[modifier | modifier le code]

Considérée comme la première institution ottomane consacrée à l'enseignement technique supérieur, l'Université technique d’İstanbul remonte à 1773 et s'inspirait en partie des écoles techniques supérieures fondées en Europe occidentale pour former des constructeurs navals, des officiers d'artillerie, des ingénieurs des Mines ou des Ponts et Chaussées (École d'artillerie de Douai en 1679, Royal Academy of Artillery en 1741, École des Ponts et Chaussées en 1747, École royale du génie de Mézières en 1748, École des mines de Freiberg en 1765, etc.) Elle fut créée par le sultan Mustafa III en tant qu'école impériale d'ingénieur de la navale (nom original : Mühendishane-i Bahr-i Humayun). Son but premier était de former des constructeurs de navires et des cartographes. En 1795, la fonction d'ingénierie de l'école fut élargie à la formation des personnels militaires pour la modernisation de l'armée de l'Empire. En 1845 les fonctions s’élargissent encore avec un programme de formation en architecture. L'envergure de l'école fut étendue de nouveau en 1883 et 1909, avec le passage à une école publique qui formait des ingénieurs capables de créer les infrastructures nécessaires au développement rapide du pays.

Références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]