Schoolly D

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schoolly D
Description de l'image Schooly-d-house-of-blues-2012.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Jesse B. Weaver, Jr.
Naissance (53 ans)
Philadelphie, Pennsylvanie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, musicien, compositeur, disc jockey
Activités annexes Acteur
Genre musical Hip-hop, rap East Coast, rap hardcore, gangsta rap, rap politique
Instruments Voix, synthétiseur Roland TR-909
Années actives Depuis 1984
Labels Jive, BMG Entertainment, Capitol, EMI, Ruffhouse, Columbia, SME Records
Site officiel schoolyd.com

Schoolly D, de son vrai nom Jesse B. Weaver, Jr., né le à Philadelphie en Pennsylvanie, est un rappeur et acteur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Schoolly D s'associe à DJ Code Money au milieu des années 1980. Ses paroles reflètent le réalisme urbain, la violence, et le sexe, faisant de Schoolly D l'un des premiers rappeurs gangsta. Il participe aussi au documentaire de 1986, Big Fun In The Big Town[1]. Il adopte plus tard un style d'afrocentrisme, amenant la culture afro-américaine au hip-hop aux côtés de rappeurs comme KRS-One[2].

Schoolly D contribue aux chansons et à la bande-son des films d'Abel Ferrara, comme P.S.K., Saturday Night (issue de Saturday Night! – The Album), et du titre homonyme de l'album Am I Black Enough For You? ; le titre Signifying Rapper, issu de l'album Smoke Some Kill de Schoolly, est utilisé dans Bad Lieutenant[3]. Cependant, Led Zeppelin porte plainte pour une interpolation non claire de sa chanson Kashmir dans la chanson Signifying Rapper, et la chanson est retirée de la bande-son du film[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) (en) Schoolly D sur l’Internet Movie Database.
  2. (en) David Basham, « KRS-One, Schoolly D, Guru Tapped For Once in the Life », MTV News,‎ (consulté le 9 septembre 2010).
  3. a et b (en) Scott Tobias, « Interview with Abel Ferrara », The A.V. Club,‎ (consulté le 25 juillet 2008).

Liens externes[modifier | modifier le code]