Schismogenèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Créé par l'anthropologue, psychologue et épistémologue anglais Grégory Bateson, le concept de la schismogenèse (littéralement schisme : « division, séparation », et genèse : « création ») fut conçu lors de son étude du peuple des Iatmul. La schismogenèse est une esquisse du concept de double-bind (double contrainte) que Bateson proposera en 1956 pour tenter d'expliquer certaines causes de la schizophrénie. Il est pratiquement inutilisé dans les études plus récentes hormis quelques exceptions[1].

En anthropologie[modifier | modifier le code]

Le concept de schismogenèse a été développé par Bateson dans les années 1930, pour tenir compte de certaines formes de comportement social entre les groupes. Ce concept se rapproche de la double contrainte (double bind, en anglais). La schismogenèse est observée lorsque l'on pratique l'analyse interactionnelle des comportements humains.

Schisme comportemental visible et schisme causal interne[modifier | modifier le code]

Ainsi, selon Bateson, le schisme visible est celui des deux comportements de la mère. Le schisme intérieur est celui de deux dynamiques mentales opposées. Diverses situations peuvent être observée lorsqu'une personne en schismogenèse s'exprime.

Le schisme intra instinctuel[modifier | modifier le code]

Dans les espèces où le petit a besoin d'un temps de protection maternelle ou paternelle après sa naissance existe un programme instinctuel de protection. Chez l'être humain en particulier, ce programme serait en conflit permanent avec le programme du désir mimétique qui est la cause : - d'une rivalité mère enfant, - d'une attraction de la mère vers d'autres objets du désir potentiellement plus intéressants que l'enfant.

Dans ce cas, il y a conflit entre deux instincts.

Le schisme instinct/devoir[modifier | modifier le code]

Une autre lecture possible est que la mère établit une relation verbale avec l'enfant par « devoir maternel », sous le regard du groupe et de sa conscience morale.

Son comportement non verbal traduit alors le besoin de solitude, celui d'aller vers d'autres objets du désir, etc.

Le conflit est entre le devoir et le besoin/désir.

Le schisme peur/devoir[modifier | modifier le code]

On observerait des dynamiques schismogenésiques lorsque la mère a très peur d'être abandonnée. C'est le cas en particulier à l'âge où l'adolescent commence à « sortir ».

D'une part, la mère lui pose l'injonction verbale « Deviens adulte ! Sors ! ». D'autre part, la mère montre par une mimique son intense désarroi, sa peur de mourir de solitude.

Le schisme de la mère se « transmet » et devient le schisme, la « schize » de l'adolescent[pas clair]. Le mot schisme vient du grec ancien σχισμός / skhismós, qui signifie « séparation », du verbe σχίζω / skhízô, « couper, fendre ».

La schismogénèse symétrique[modifier | modifier le code]

La schismogénèse symétrique décrit des stratégies de compétition et d'indépendance. Elle désigne une situation de « course aux armements ». Si A fait quelque chose, B fera mieux encore, puis A surenchérira et ainsi de suite.

La schismogénèse complémentaire[modifier | modifier le code]

La schismogenèse complémentaire décrit des stratégies d’assistance et de dépendance. Elle désigne une situation de type « mère-enfant » ou « relation conjugale » dans laquelle chaque intervention des participants provoque des réactions de plus en plus divergentes et émotives. [2]

La schismogenèse complémentaire possèderait des base neuro-bio-psychologiques qui poussent inévitablement deux personnes qui s'aiment et de bonne foi à des difficultés de communication de plus en plus grandes. La tension provoquée par cette schismogenèse complémentaire serait à l'origine de la majorité des disputes de couples et des explosions de violence verbale et physique trop souvent rencontrées dans la vie conjugale et familiale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Franca Pizzini et Claudio Bossi, La notion de schismogenèse comme moyen de recherche sur les interactions sociales entre Italiens et immigrés maghrébins, L’Ethnographie, no 1, septembre 2001
  2. Le psychologue et sexologue québécois Yvon Dallaire en donne un bon exemple dans son livre Cartographie d'une dispute de couple (éd. Jouvence, 2007): L’un : « Tu es encore en retard ! » L’autre : « J’ai eu une urgence de dernière minute au bureau. » L’un : « Tu aurais pu me téléphoner au moins pour m’en avertir. » L’autre : « Je viens de te dire que j’ai eu une urgence au bureau ; je ne pouvais donc pas t’appeler. » L’un (en soupirant) : « Ce n’est pas la première fois que tu me fais ce coup-là. » L'autre (de plus en plus exaspéré) : « Et en plus, il y avait un trafic épouvantable qui m'a encore retardé. » L'un : « T’es toujours en retard. » L’autre : « Allons donc ! Ce n’est pas vrai, ça arrive très rarement. » L’un : « Au contraire, ça arrive de plus en plus souvent. » L’autre (en montant le ton) : « Est-ce de ma faute si le patron me donne un dossier urgent à la dernière minute ? Je te rappelle que nous avons besoin de mon salaire pour vivre. » L’un (avec un air dégoûté) : « C’est ça, ton patron est plus important que moi. » L’autre (incrédule) : « Qu’est-ce que tu dis là ? T’exagères encore comme d’habitude. » L’un (suppliant, sur le bord des larmes ou de l’explosion) : « Comment veux-tu que je te fasse confiance ? Tu me prends pour qui ? Quelqu’un qui n’a rien d’autre à faire que de t’attendre ? » L’autre (cherchant à sortir de la pièce) : « Bon, c’est reparti ! » L’un : « C’est de ta faute aussi. N’essaie pas de te dérober. Quand vas-tu enfin tenir compte de moi ? »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Ethnographie, Numéro 1, Société d'ethnographie (Paris, France) 2001 [1]