Metropolis Part 2: Scenes from a Memory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Scenes From A Memory)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Metropolis.
Metropolis Pt. 2: Scenes from a Memory

Album de Dream Theater
Sortie
Enregistré à , BearTracks Studios, New York
Durée 77 min 06 s
Genre Metal progressif
Producteur Mike Portnoy et John Petrucci
Label Elektra Records

Albums de Dream Theater

Metropolis Part 2: Scenes From a Memory est le cinquième album du groupe de metal progressif Dream Theater. Sorti le , c'est le premier album avec Jordan Rudess (claviers). L'album est la suite de la chanson Metropolis Part 1: The Miracle and The Sleeper, présente sur le deuxième album du groupe, Images and Words.

Concept[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Passé[modifier | modifier le code]

  • Victoria
  • Le sénateur Edward Baynes, surnommé The Miracle
  • Julian Baynes, surnommé The Sleeper

Présent[modifier | modifier le code]

  • Nicholas, un homme marié et avec un enfant. Il est la réincarnation de Victoria.
  • L'hypnotiseur qui est la réincarnation de Edward Baynes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Nicholas est hanté par des rêves qui l'empêchent de dormir.

Il va donc voir un hypnotiseur, ce dernier exerçant sur Nicholas la technique de la Régression. À travers cet album, on retrouve le voyage du héros à travers sa vie antérieure.

Il découvre ainsi qu'il est la réincarnation de Victoria, une jeune fille assassinée des années auparavant au sein d'une lutte entre deux frères amants rivaux : le sénateur Edward Baynes et Julian.

On apprend sur la chanson One Last Time que Victoria aurait, lors d'une dispute, décidé de quitter Julian alors que celui-ci cherchait des excuses à son comportement irresponsable (addiction aux jeux d'après les bruits de machines de casino sur Home et à la drogue).

Effondrée, celle-ci serait partie se consoler dans les bras d'Edward (le frère). Ils auraient couché ensemble (cris assez explicites vers 8 min 00 s sur "Home") et elle serait retournée vers son amour véritable : Julian. Nicholas comprend alors ce qui s'est vraiment passé : Edward, tombé amoureux de Victoria, a tué le jeune couple et étouffé l'affaire en faisant croire à un meurtre-suicide.

Revenu à lui dans le présent, il rentre chez lui. La fin dramatique apparaît alors : l’hypnotiseur conscient de ses vies antérieures est en fait la réincarnation du frère meurtrier. Il attend Nicholas dans la maison de celui-ci et la fin laisse entendre qu'il le tue une seconde fois.


Références à "Metropolis Part 1"[modifier | modifier le code]

On retrouve dans cet album de nombreuses références à la chanson « Metropolis Part 1: The Miracle and The Sleeper », dont il est la suite :

  • la phrase « I was told there's a new love that's born for each one that has died » présente dans « Metropolis Part 1: The Miracle and The Sleeper » est répétée dans « Home » ;
  • « Metropolis Part 1: The Miracle and The Sleeper » se termine par la phrase « Love is the Dance of Eternity », qui donnera son le nom d'un des morceaux du disque ;
  • l'accompagnement du solo de basse de « Metropolis Part 1: The Miracle and The Sleeper » (à environ 5 min 35 s) est proche de celui du solo de « The Dance of Eternity » (à environ 3 min 06 s), notamment sur le plan rythmique ;
  • la mélodie jouée au clavier puis à la guitare et ensuite la basse dans Metropolis Part 1: The Miracle and The Sleeper (de 6 min 20 s jusqu'à 7 min 00 s) est rejouée dans The Dance of Eternity (environ 1 min 27 s) par la basse et le clavier.
  • La démo "Metropolis part 2" enregistrée en 1996 a servi de base pour l'album. Plusieurs titres sortent de cette jam-session de 21 min 25 s, comme "Dance Of Eternity", "Overture 1928" et "Strange Deja-Vu".

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Acte I[modifier | modifier le code]

No TitreParolesMusique Durée
1. Scene One: RegressionJohn PetrucciPetrucci 2 min 06 s
2. Scene Two: I. Overture 1928(instrumental)Dream Theater 3 min 37 s
3. Scene Two: II. Strange Déjà VuMike PortnoyDream Theater 5 min 12 s
4. Scene Three: I. Through My WordsPetrucciPetrucci 1 min 02 s
5. Scene Three: II. Fatal TragedyJohn MyungDream Theater 6 min 49 s
6. Scene Four: Beyond This LifePetrucciDream Theater 11 min 22 s
7. Scene Five: Through Her EyesPetrucciDream Theater 5 min 29 s

Acte II[modifier | modifier le code]

No TitreParolesMusique Durée
8. Scene Six: HomePortnoyDream Theater 12 min 53 s
9. Scene Seven: I. The Dance of Eternity(instrumental)Dream Theater 6 min 13 s
10. Scene Seven: II. One Last TimeJames LaBrieDream Theater 3 min 46 s
11. Scene Eight: The Spirit Carries OnPetrucciDream Theater 6 min 38 s
12. Scene Nine: Finally FreePortnoyDream Theater 11 min 59 s

Succès[modifier | modifier le code]

Cet album a été très bien accueilli par la critique et eut dès sa sortie un succès nettement supérieur à l'album précédent, Falling Into Infinity. Mais la renommée de l'album grandit encore des années après sa sortie en 1999, ainsi l'album a été certifié disque d'or en 2010 par la RIAA et devint ainsi le second disque d'or du groupe. L'album a aussi été nommé 15e meilleur concept-album en 2003 par Classic Rock Magazine[1] et meilleur album progressif de tous les temps par les lecteurs du magazine Rolling Stone en juillet 2012[2]. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des meilleurs albums de Dream Theater par les fans.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]