Saye Zerbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Saye Zerbo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Premier ministre du Burkina Faso
-
Président du Burkina Faso
Ministre des affaires étrangères au Burkina Faso (en)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Arme
Conflits
signature de Saye Zerbo
Signature

Saye Zerbo, né le à Tougan (province de Sourou) et mort le à Ouagadougou[1], est un militaire et homme d'État burkinabé, chef de l'Etat de la Haute-Volta du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au Mali et à Saint-Louis du Sénégal, il est élève à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr. Il sert dans les troupes parachutistes françaises au cours de la Guerre d'Indochine, puis de la Guerre d'Algérie. Après l'indépendance de la Haute-Volta, en 1960, il quitte l'armée française pour rejoindre l'armée du nouvel État.

Il est ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Sangoulé Lamizana, de 1974 à 1976, après avoir commandé les forces armées présentes dans la capitale et dirigé les services de renseignement de l'armée voltaïque.

Le , il prend la tête d'un coup d'État contre le président Lamizana, à la suite de grèves, déclenchées par le syndicat des enseignants : le pays est paralysé par le mécontentement des syndicats et de la population. Il devient alors chef de l'État et du gouvernement. L'application de la Constitution de 1977 est suspendue ; un Comité militaire de redressement pour le progrès national (CMPRN) est mis en place. Saye Zerbo doit faire face à l'hostilité durable des syndicats, avant d'être renversé par Jean-Baptiste Ouédraogo, qui lui succède à la tête du Conseil du salut du peuple (CSP).

Il est emprisonné, et jugé après le coup d'État en du capitaine Thomas Sankara. Condamné après un jugement expéditif à quinze ans de prison dont sept ans avec sursis[2] en , Saye Zerbo, jusqu'alors musulman, se convertit au christianisme en détention. Il fut néanmoins libéré en . La condamnation de Saye Zerbo sera annulée le par la Cour suprême du Burkina Faso.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://koaci.com/articles-85747
  2. Bruno Jaffré, La liberté contre le destin, Paris, Éditions Syllepse, 476 p. (ISBN 978-2-84950-557-1, lire en ligne)