Sayaka Murata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sayaka Murata
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (41 ans)
InzaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
村田沙耶香Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université Tamagawa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Langue d'écriture
Autres informations
Domaine
Distinctions
Prix Noma du premier roman (d) ()
Prix Mishima ()
Prix Akutagawa ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Sayaka Murata (村田 沙耶香, Murata Sakaya?, ) est une romancière japonaise.

En 2009, elle remporte le prix Noma des nouveaux écrivains pour Gin’iro no uta (ギンイロノウタ?) , le prix Mishima en 2013 pour Shiroiro no machi no, sono hone no taion no (しろいろの街の、その骨の体温の?) . En 2016, elle est lauréate du prix Akutagawa pour Konbini (コンビニ人間?), traduit en français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Murata est la fille d'un juge et d'une femme au foyer; elle a travaillé pendant presque 18 ans dans une supérette. Les horaires réguliers lui convenaient bien, car elle pouvait écrire quand elle ne travaillait pas[2].

Alors qu'elle était étudiante à l’université, Murata a suivi des cours privés d’écriture avec le romancier Akio Miyahara[2].

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Konbini (コンビニ人間), roman traduit du japonais par Mathilde Tamae-Bouhon, Denoël (Collection « Denoël & d'ailleurs»), 2018 ; réédition sous le titre La Fille de la supérette, Gallimard (collection « Folio »), 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Convenience store worker who moonlights as an author wins prestigious Akutagawa Prize », The Japan Times Online,‎ (lire en ligne)
  2. a et b M. Rich, For Japanese Novelist Sayaka Murata, Odd Is the New Normal, The Asahi Shimbun (12 juin 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]