Savoy Ballroom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Savoy Ballroom
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le Savoy Ballroom est un ancien club de jazz et discothèque de New York, dans le quartier de Harlem.

Il est en activité du [1] au [2]. Situé au 596 Lenox Avenue, entre les 140e et 141e rue[3], il a été ouvert par l'entrepreneur Jay Faggen et l'homme d'affaires Moe Gale[4]. Il a été géré par l'homme d'affaires afro-américain et le chef civique Charles Buchanan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Savoy a été inspiré par le Roseland Ballroom de New York. Le Roseland était un club de danse swing principalement blanc. Avec la montée en popularité du swing, The Savoy a donné aux danseurs noirs un lieu tout aussi beau. La salle de bal, qui mesurait 929 m2, était au deuxième étage et long d'un pâté de maisons. Il pouvait accueillir jusqu'à 4 000 personnes. L'intérieur était peint en rose et les murs étaient en miroir.

En 1926, le Savoy contenait un hall spacieux encadrant un immense lustre en verre taillé et un escalier en marbre.

La salle de bal Savoy a été nommée d'après l'Hôtel Savoy à Londres, car ceux qui ont nommé la salle de bal ont estimé que cela donnait à la salle de bal une atmosphère élégante et haut de gamme[5].

Contrairement à de nombreuses salles de bal comme le Cotton Club, le Savoy Ballroom a toujours eu une politique de non-discrimination. La clientèle était à 85% noire et 15% blanche, même si parfois il y avait une répartition égale.

Louis Armstrong figure parmi les grands musiciens qui s'y sont produits.

Le Savoy a participé à l'Exposition universelle de New York de 1939, présentant "L'évolution de la danse noire"[6].

La salle de bal a été fermée en avril 1943 à la suite d'« accusations de vice déposées par la police et l'armée »[7]. Sa licence a été renouvelée à la mi-octobre de la même année[8].

Démolition[modifier | modifier le code]

Plaque commémorant la Savoy Ballroom à Harlem, New York

La salle de bal a cessé ses activités en octobre 1958[9]. Malgré les efforts déployés pour la sauver par le président de l'arrondissement Hulan Jack, le directeur et copropriétaire Charles Buchanan, les clubs et les organisations, la salle de bal Savoy a été démolie pour la construction d'un complexe d'habitation entre mars et avril 1959[10]. Le maire a été la cible de protestations. Les installations de la salle de bal ont été vendues aux enchères pour un projet caritatif[10]. Le 26 mai 2002, Frankie Manning et Norma Miller, membres de Whitey's Lindy Hoppers, ont dévoilé une plaque commémorative pour la Savoy Ballroom sur Lenox Avenue entre les 140e et 141e rues[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tony Russell, The Blues: From Robert Johnson to Robert Cray, Dubai, Carlton Books Limited, (ISBN 1-85868-255-X), p. 12
  2. (en) Manny Fernandez, « Where Feet Flew and the Lindy Hopped », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Geoffrey C. Ward and Ken Burns, Jazz: A History of America's Music, Alfred A. Knopf, (ISBN 978-0679765394), p. 174
  4. (en) « Moe Gale, chief tan star backer, buried », Baltimore Afro-American,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « The Savoy Ballroom, Harlem NY », sur Welcome to Harlem's Blog, (consulté le )
  6. Life. May 15, 1939. p. 21.
  7. The New York Times, Headline April 25, 1943.
  8. Ballroom Regains Permit. The New York Times. October 16, 1943. page 10
  9. The Savoy Era of Jazz Closes on Auctioneer's Brief Reprise. The New York Times. October 1, 1958. page 39
  10. a et b (en) « Harri Heinilä, The End of Harlem's Savoy Ballroom - Observations and Explanations for Reasons (February 2, 2018, the University of Helsinki) », osf.io (consulté le )
  11. Swingin' at the Savoy: The Memoir of a Jazz Dancer, Norma Miller et Evette Jensen (1996) Temple University Press, (ISBN 978-1566398497)

Voir aussi[modifier | modifier le code]