Sauvigny-le-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes, voir Savigny et Sauvigney.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sauvigny (homonymie).

Sauvigny-le-Bois
Sauvigny-le-Bois
Le château de Sauvigny-le-Bois.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Avallon
Intercommunalité CC Avallon - Vézelay - Morvan
Maire
Mandat
Didier Ides
2014-2020
Code postal 89200
Code commune 89378
Démographie
Population
municipale
710 hab. (2016 en diminution de 8,97 % par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 50″ nord, 3° 56′ 29″ est
Altitude Min. 230 m
Max. 317 m
Superficie 15,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauvigny-le-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauvigny-le-Bois

Sauvigny-le-Bois est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur le penchant d'une colline, à 4 kilomètres d'Avallon. Il est traversé par la route ancienne d'Auxerre, la route d'Avallon à Tonnerre et la route d'Avallon à Aisy. Le paysage fait alterner bocages et bois.

La commune a une superficie de 1534 hectares et comporte de nombreux hameaux :

  • Bierry-Haut
  • Bierry-Bas
  • Etaules-le-Haut
  • Faix
  • Marre
  • Montjalin
  • Le Pont-de-Cerce
  • Saint-Jean
  • La Tuilerie
  • Les Battées.

Ses habitants sont les Salviniens et Salviniennes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Provency Athie Rose des vents
Étaule N Sceaux
O    Sauvigny-le-Bois    E
S
Avallon Magny

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1450 et jusqu'à la date de sa mort en 1462, la seigneurie de Montjallin ou Montjalin, appartenait à Guy de Jaucourt, puis à ses descendants.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1989 en cours Didier Ides[1] DVG agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 710 habitants[Note 1], en diminution de 8,97 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
627688706712751780776778751
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
741734721703715683662628603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560542518426383414401372377
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
433423480553641686682778721
2016 - - - - - - - -
710--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint Vincent

« L'église, reconstruite en partie en 1833, vient d'être complétée par la reconstruction dans le style du XIIIe siècle de l'avant-nef ou porche au-dessus duquel s'élève un clocher terminé en flèche »[6]. D'ordre toscan, elle forme une croix latine. Du côté nord on peut remarquer plusieurs inscriptions funéraires relatives à la famille Bertier. La chaire évoque le style du XVe siècle.

  • Le château
Article détaillé : Château de Sauvigny-le-Bois.

C'est une construction élégante datant des premières années de l'Empire ; le château ancien avait appartenu aux seigneurs de Montréal, puis après de multiples cessions a été acquis par la famille Bertier (dont l'un des membres était chevalier de Saint-Louis et conseiller du roi).

  • La croix de Pissechien

Cette croix est déjà indiquée sur les cartes de Cassini : elle rappelait un miracle survenu en 1240 à Marcilly

  • Le château de Montjalin
Article détaillé : Château de Montjalin.

Monte-Jalen, au XIIe siècle, était un manoir entouré de douves ; il occupait le point culminant de la région (310 mètres). Le château actuel, entouré d'un parc boisé, a été reconstruit avant la Révolution.
De nos jours les écuries du château sont un musée de voitures de chefs d'états, et le beau parc est en accès libre et gratuit[7].

  • La Cerce

Au XIIIe siècle, le lieu s'appelait Sarces et possédait une léproserie dépendant de l'abbaye de Marcilly sur la commune de Provency

  • Le Prieuré Saint-Jean

Cet ancien prieuré appelé Saint-Jean-des-Bons-Hommes fut fondé au milieu du XIIe siècle par Anséric de Montréal. Il dépendait de l'ordre de Grandmont. Selon Courtépée, en 1280 le prieuré comptait 13 moines et était une annexe de Vieuxpoux, dans le diocèse de Sens.

Les bâtiments, à partir de la Révolution, sont transformés en métairie et brûlent en 1846. Dès 1844 le fondateur de l'Abbaye de la Pierre-Qui-Vire, le père Muard avait souhaité racheter cet édifice. En 1905, les bâtiments qui subsistent menacent ruine, et la Société d’Études d'Avallon les achète pour les sauver.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille Bertier a marqué le village de sa présence. Elle s'illustra particulièrement par Louis Bénigne Bertier, intendant de la généralité de Paris et qui fut massacré le 22 juillet 1789, sous l'accusation d'accaparement de biens. Nous retrouverons les Bertier pendant les évènements de 1870, avec la princesse Galitzine qui grâce à sa médiation évita le pillage de Sauvigny le Bois et d'Avallon. Dès 1872, un oratoire marqua l'événement et fut érigé dans l'allée de la Vierge, proche du château de Sauvigny-le-Bois. Ce sont toujours les Bertier qui président aux transformations de l'église Saint-Vincent : reconstruction de la nef en 1834 et création d'un clocher porche en 1867. Dernière tranche des travaux en 1902.
  • La famille Cordier quant à elle fournira l'essor économique du hameau de Montjalin avec l'exploitation de pierres à chaux et la création d'une ferme modèle. Charles Cordier fut maire de Sauvigny-le-Bois et président du comice agricole dans les années 1860.
  • À Faix, naquit Georges Loiseau Bailly, sculpteur reconnu à partir de 1884 grâce à ses statues, bustes ou médaillons[8].

Activités économiques[modifier | modifier le code]

L'activité s'est développée à Sauvigny, notamment dans les Zones Artisanales créées ces dernières années :

ZA de Grandmont
  • Lyonnaise des Eaux
  • Espace funéraire
  • Plombier zingueur
  • Garage automobile
ZA des Battées
  • Péage, logistique autoroutière, gendarmerie : SAPRR (A6)
  • Centre de tri, stockage et traitement de déchets : SITA Centre Est

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Victor Petit, Description des villes et campagnes du département de l'Yonne, 1870, Avallon, Voillot
  • Maximilien Quantin, Histoire de l'Yonne, 1868, réédité en 1991 par Res Universis

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 2 janvier 2014.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Victor Petit: description des villes et campagnes du département de l'Yonne
  7. « Musée des voitures de chefs d'Etat à Avallon », sur linternaute.com, (consulté le 5 septembre 2018).
  8. La Communauté de Communes de l'Avallonnais