Sauramps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sauramps Groupe SAS
(librairie indépendante)
logo de Sauramps
Sauramps Groupe SAS

Création 1946
Fondateurs Henri Sauramps
Pierre Torreilles
Pierre Descomps
Forme juridique SARL en 1946
SA en 1963
SAS en 2004
Slogan Esprit d'indépendance
Cultivez votre différence
La culture sur mesure
Sauramps vous médiamorphose
Siège social Montpellier, France
Direction Florence Doumenc
Actionnaires Bertrand Barascud, François Fontès
Activité Librairie multidisciplinaire et multispécialisée
(code APE : 47.61Z)
Produits Livre
CD / DVD
Papeterie
Loisirs créatifs
Beaux-arts
Jeux
Effectif 115 temps pleins dont 11 cadres responsables d'équipes ou de services
Site web www.sauramps.com

Chiffre d’affaires 21 613 552  (2005-2006)[1]
21 105 642  (2007-2008)

La librairie Sauramps, fondée à Montpellier en 1946, est une des grandes librairies indépendantes françaises, avec Gibert Joseph boulevard Saint-Michel, Decitre, Mollat, Ombres blanches, Gibert Jeune et le Furet du Nord[2]. Son chiffre d'affaires annuel est de 25 millions d'euros[3]. Acteur de la vie culturelle locale[4], Sauramps est aussi la librairie la plus fréquentée d'Occitanie. Dans sa stratégie de développement, la librairie a ouvert entre 2002 et 2009 quatre points de vente : trois magasins à Montpellier et un à Alès.

Historique et évolution de l'entreprise[modifier | modifier le code]

De sa date de création à la fin des années 1980[modifier | modifier le code]

Création et implantation (1946-1960)

Imprimeur à Angoulême[5], Henri Sauramps se réfugie à Montpellier pendant la Seconde Guerre mondiale. Il crée en 1946 une nouvelle papeterie-imprimerie, la SARL Sauramps au 34 rue Saint-Guilhem à Montpellier. Son gendre Pierre Torreilles y installe un rayon de librairie et devient gérant de la société en 1957. La période qui s'écoule de 1957 à 1962 est consacrée par la librairie à son implantation dans le tissu culturel de Montpellier. La librairie Sauramps devient la librairie intellectuelle de la ville, spécialisée en littérature, sciences humaines et beaux-arts. Pierre Torreilles s'associe alors avec Pierre Descomps, venant de l'édition, et la SARL se transforme en Société anonyme. Ils installent la librairie sur 240 m2, au 2, rue Saint-Guilhem, en octobre 1962, laissant à la papeterie le premier magasin du 34, rue Saint-Guilhem.

Expansion et déménagement (les années 1960 et 1970)

Entre 1962 à 1978, la librairie devient multidisciplinaire, ouverte à tous les publics, ajoutant particulièrement un rayon scientifique, juridique et médical, et un choix important de livres consacrés à la "Vie scientifique" et au tourisme ainsi qu'à la littérature jeunesse. Son assortiment couvre tous les domaines sauf le livre scolaire. Durant cette période, le chiffre d'affaires passe de 450 000 F net HT à 6 300 000 F net HT. À la suite de cette période, une étude de marché et une analyse poussée de ses potentialités rayon par rayon, ont conduit alors à estimer que le local et le lieu, où se trouvait installée la librairie, freinaient son expansion et sa rentabilité. Un stock qui ne permettait plus d'exposer l'exiguïté des locaux, des possibilités manifestes et cependant étouffées par le lieu, le développement d'une clientèle grand public, l'expansion de Montpellier en plein essor dans le secteur tertiaire amenèrent les dirigeants de la société à transporter la librairie en 1978 sur 1 000 m2 dans le nouveau centre de la ville. "Le Triangle" est le point de contact entre l'ancienne ville et le nouveau Montpellier en même temps que le point de jonction des axes de circulation et des rocades amenant les habitants du Nord, de l'Est et de l'Ouest de la ville, des facultés comme des quartiers industriels, dans la zone d'intense activité commerciale qu'est le Triangle-Polygone.

Des années 1990 à 2016[modifier | modifier le code]

Une nouvelle direction (les années 1990)

La librairie est reprise en 1990 par un directoire de trois personnes issues du personnel : Jean-Marie Sevestre (directeur de la librairie depuis 1988), Marie-Christine Wodiczko (directrice des ressources humaines et communication) et Jean-Luc Bonnet (directeur financier). Jean-Marie Sevestre est alors nommé président du comité de direction[6]. En 1991, la papeterie quitte la rue Saint-Guilhem pour la galerie du Triangle.

Un site web et des magasins annexes (les années 2000)

L'année 2001 est celle de la création du site internet de la librairie. En 2002, la librairie essaime dans sa région, en créant à Montpellier une librairie jeunesse, Polymômes, et à Alès une librairie généraliste. En 2004, la Société Sauramps et Cie S.A. change de forme juridique et devient une SAS. Jean-Marie Sevestre en devient alors le Président Directeur Général. En 2006, la librairie fête ses 60 ans. Elle ouvre en février 2007 une boutique au Musée Fabre et se porte candidate sur le projet de centre commercial Odysseum (ouverture en 2009). La librairie Sauramps se place en 6e position au niveau national[7].

Difficultés

L'année 2012 est marquée par huit licenciements à caractère économique[8]. En 2014, Florent Moure le directeur de la librairie Sauramps Odysseum et fils de Jean-Pierre Moure, ancien président de Montpellier Agglomération, est pressenti pour succéder à Jean-Marie Sevestre à la présidence de la société Sauramps[9]. En 2016, la librairie fête son 70e anniversaire mais affiche 420 000  de déficit, malgré un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros[10]. La librairie qui est à vendre est suivie par le tribunal de commerce, dans le cadre d’un mandat ad hoc[11]. « Le plan de développement est intervenu à contre-courant, sur fond de crise du marché du livre et de concurrence d'Amazon. Il s'est aussi fait au détriment de la réfection du bâtiment du Triangle »[12]. Si les résultats sont bons, c'est la rentabilité qui pose problème au groupe. Les charges du magasin d'Odysseum Montpellier - ouvert en 2009 - sont trop élevées et les marges immuables. Les locaux sont vieillissants et inadaptés au Triangle. À cela, s'ajoute la perte d’attractivité du centre-ville.

Le rachat en 2017[modifier | modifier le code]

En décembre 2016, deux librairies indépendantes sont candidates à la reprise. Benoît Bougerol, propriétaire de la librairie de la Maison du livre à Rodez, jette l’éponge devant l’insistance de Jean-Marie Sevestre, actionnaire principal du groupe, à lui préférer l’autre candidat, Matthieu de Montchalin, directeur de la librairie L’Armitière à Rouen[13]. Ce dernier, en l'absence de garanties financières, sera finalement écarté par le tribunal de commerce de Montpellier. Le tribunal choisit de placer le groupe en redressement judiciaire le 13 mars 2017. La ministre de la culture, Françoise Nyssen, adresse un message de soutien aux salariés : « Le sort de Sauramps touche la notion de vie culturelle. Une ville telle que Montpellier sans une librairie de cette importance, ce n’est même pas envisageable »[14].

Durant le mois de juin 2017, trois candidats déposent des offres de reprise : l’architecte François Fontès, le Furet du Nord et Benoît Bougerol. Le tribunal de commerce de Montpellier choisit l'offre du Furet du Nord qui conserverait 57 salariés sur 120. Le magasin du centre commercial Odysseum est liquidé et fermé[15].

Après appel du jugement, c'est finalement le groupe Amétis, dirigé par François Fontès, qui reprend Sauramps[16].

L'ensemble du groupe est repris, y compris la librairie Odyssée, 90 % des emplois sont sauvés.[réf. nécessaire]

Personnalités liées à la librairie[modifier | modifier le code]

Pierre Torreilles, le fondateur de la librairie Sauramps, suit des études de lettres et de théologie à la faculté d'Aix-en-Provence. Il s'engage, en 1944, dans la Résistance dans les maquis du Vercors et de la Haute-Loire. À la Libération, en 1945, il devient pasteur à Saint-Jean-du-Gard[17]. En 1946, il épouse Simone Sauramps et s'installe à Montpellier, où il fonde la librairie Sauramps, en tant que gendre de Henri Sauramps[18]. Écrivain et poète, il publie de nombreux ouvrages, souvent des livres d'artistes avec ses amis peintres, Yves Picquet ou Jacques Clauzel, aux éditions Guy Lévis Mano. Il a été l'ami de Ferdinand Alquié, René Char, André du Bouchet et d’Yves Bonnefoy.
Associé de Pierre Torreilles, modèle pour plusieurs générations de libraires, il a joué un rôle déterminant dans le syndicalisme du secteur[19]. Il fut responsable du SLF (Syndicat de la librairie française)[20]. Il est aussi à l'origine de la filière de formation à ce métier. Il a dirigé l’INFL (Institut National de Formation de la Librairie) et a créé la licence professionnelle librairie du CFA des Métiers du Livre [21]. Depuis 2014, un prix Pierre-Descomps récompense les mémoires de licence professionnelle soutenus par les étudiants de l'IUT Michel de Montaigne de Bordeaux et du CFA des Métiers du livre de Bordeaux Montaigne[22].
Installé à Montpellier où il travaille chez Sauramps, Alain Dubrieu a grandi à Marseille et a connu une vie mouvementée. À la suite d'un hold-up, il a passé une dizaine d'années en centrale (1967-1977) où il fut l'un des meneurs de la révolte des prisons contre les Quartiers de Haute Sécurité en 1974. Dans les années 1980, il devient un écrivain engagé dans la constitution de comités de prisonniers. Pour Claude Mesplède, « ses romans s'inscrivent dans la veine du néo-polar et mettent en scène des héros qui finissent mal »[23].
  • Jean-Marie Sevestre (1949) :
Président-directeur général de 2004 à 2014. Né à Saussan dans l'Hérault en 1949, de parents cultivateurs, Jean-Marie Sevestre a commencé à travailler, parallèlement à des études littéraires puis de droit à Montpellier, comme manutentionnaire à la librairie Sauramps en 1970. En 1973, Pierre Descomps et Pierre Torreilles lui proposent de développer les départements universitaires : il devient cadre responsable des services ventes universitaires et collectivités[24]. À partir de 1988, Jean-Marie Sevestre occupe la fonction de directeur de la Librairie Sauramps, puis en 2004, il est nommé PDG. Il a été président du Syndicat de la librairie française (de 1999 à 2003), vice-président du Cercle de la librairie, vice-président de l'association La Comédie du Livre. Il a été à l’origine des librairies qui ont fondé le magazine Page des libraires[25]. Il a été maire (PS) durant douze ans de Saussan et suppléant à la communauté d'agglomération de Montpellier où il avait en charge la commission commerce-artisanat. En 2011, il est élu premier vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie de Montpellier, chargé du tourisme, de l'Observatoire économique, du patrimoine, de la culture et du mécénat[26]. Pour les élections municipales de 2014 à Montpellier, en tant que personnalité issue de la société civile, il apparaît 31e sur la liste de Jean-Pierre Moure, candidat PS-EELV vaincu[27]. En 2016, il est élu 2e vice-président « Commerce-Tourisme-Culture » et vice-président délégué de la CCI 34.

Les différents magasins[modifier | modifier le code]

En 2017, la librairie possède cinq magasins, chacun ayant sa spécialité : régionalisme, jeunesse, beaux-arts, produits multi-culturels.


Comparatifs[28]
Année de création Magasin Localisation Spécialités Effectif Surface de vente (m²) Titres référencés Nombre de volumes en rayon Architecture
1978
(emplacement actuel)
Sauramps Libraire Le Triangle, Montpellier Librairie généraliste multispécialisée 43 1 600 m2 110 000 300 000 volumes La librairie occupe l'extrémité de la tour Le Triangle, le plus haut immeuble de Montpellier, sur 6 étages.
2002 Sauramps en Cévennes Alès Librairie généraliste + fonds régionaliste 12 dont 6 libraires 400 m2 35 000 54 000 volumes
2002 Sauramps Polymômes Le Triangle, Montpellier Librairie jeunesse (+ jeux, jouets et loisirs créatifs) 8 libraires 450 m2 28 000 120 000 volumes Dans la galerie marchande Le Triangle, au pied de la tour.
2007 Sauramps au Musée Musée Fabre, Montpellier Librairie muséale (architecture et beaux-arts) - 150 m2 4 000 22 000 volumes Librairie-boutique aménagée dans une salle voûtée du XVIIIe siècle, dans l'enceinte même du Musée Fabre.
2009 Sauramps Odyssée Montpellier Magasin multiculturel 49 employés 2 000 m2 88 000 Zone commerciale Odysseum.

De 1991 à 2013, Sauramps Papeterie était un magasin qui occupait un espace de 150 m2, dans la galerie marchande Le Triangle, au pied de la tour.


Sauramps Librairie[modifier | modifier le code]

Le groupe possède son plus grand espace de vente (1 600 m2) à Montpellier, place de la Comédie. Occupant la verrière de l'immeuble du Triangle, avec ses six étages juxtaposés, la librairie multidisciplinaire emploie une quarantaine de libraires spécialisés. 1 500 rayons regroupent un total de 135 000 titres différents (références permanentes)[29].

François Bon a écrit : « Sauramps, c’est une de ces quelques librairies où on est heureux de venir une fois l’an pour ses propres achats et découvertes : librairies qui se fabriquent encore selon la personnalité de leurs libraires. Dans l’assemblage moderne du Polygone, à Montpellier, quatre niveaux sous la verrière en pyramide, que les livres désormais assaillent : sensation que le labyrinthe des livres est projeté comme à monter et descendre dans notre propre crâne, et arpenter chaque lieu de son rapport aux rêves. C’est parce que Sauramps n’est pas extensible, que même les marches de métal s’y usent, qu’on aime revenir et qu’on est mis face au livre imprévisible[30]. » Pour Jean-Luc Nancy, Sauramps « serait un saurien qui rampe. D'étages en étagères et de rayons en passerelles, faisant de la librairie labyrinthique et de livre libration, tremblement, balance et secousse, il se déplacerait avec légèreté [...]. Chaque jour des lecteurs vont s'y perdre dans les entrailles du sauramps »[31].

Sauramps en Cévennes[modifier | modifier le code]

Ouverte en décembre 2002 et située à Alès, cette librairie généraliste propose une mise en avant de la production éditoriale régionale. C'est un lieu d'expositions, de rencontres et le partenaire de plusieurs manifestations culturelles locales et régionales. Initialement inaugurée le 17 juillet 2002, la librairie sera victime d'un incendie criminel une semaine plus tard, dévastant aussi bien le mobilier que le stock de livres[32]. Encouragé par le soutien de la population locale et des pouvoirs publics, la librairie rouvrira ses portes en décembre 2002. La surface de vente est de 400 m2. Il y a 31 000 titres, 54 000 volumes et la librairie emploie 12 personnes.

Sauramps Papeterie[modifier | modifier le code]

Historiquement à la base de la librairie, la papeterie qui quitte en 1991 la rue Saint-Guilhem pour la galerie du Triangle, se retrouve en face de la librairie, avec un espace de 150 m2. L'offre s'étend de la papeterie basique aux produits plus luxueux. En 2013, pour des raisons d'économie de loyer, la papeterie n'occupe plus un espace à part mais réintègre la librairie. Sur Montpellier, ses principaux concurrents sont : Gibert Joseph, le Virgin Megastore (fermeture en 2013), la papeterie du Polygone "L'Écriture", "La Papéthèque" (rue des Étuves).

Sauramps Polymômes[modifier | modifier le code]

Les premières "Fnac junior & Éveil et jeux" ouvrent en 1997 à Paris et à Ivry. Ces magasins proposent, pour les enfants de 0 à 12 ans, en plus des livres, des jeux aux qualités ludiques et pédagogiques. En 2002, la librairie Sauramps, qui possède déjà un rayon jeunesse bien développé (110 m2), se voit offrir l'opportunité d'accroître sa surface de vente. Pour faire face à une éventuelle concurrence des Fnac junior sur Montpellier, Sauramps imagine un magasin basé sur un concept "enfance multiproduits". Pour un public d'enfants de 0 à 15 ans, le magasin propose une offre en jeux, jouets et loisirs créatifs. Le livre demeure central : des livres d'éveil, premiers albums, romans et contes, documentaires, livres d'apprentissages, livres pour les ados.

La librairie Polymômes ouvre ses portes le 27 novembre 2002, dans la galerie basse du Triangle, à Montpellier, sur une surface de 500 m2 occupée auparavant par le magasin La Redoute. La librairie possède un espace d'animation de 50 m2 ouvert au public où se déroule des ateliers pédagogiques, des animations ludiques, des spectacles et des expositions. Huit libraires spécialisés y travaillent. Pour l'exercice 2001, alors que la grande librairie l'hébergeait encore dans ses murs, le rayon jeunesse représentait 1,07 million d'euro[33]. Polymômes n'a cessé de se développer. Sept ans après son ouverture, son chiffre d'affaires global s'élève à environ 2,9 millions d'euros (soit 14 % du CA global de Sauramps).

Activités et productions
  • Polymômes accueille et anime un comité de lecture ouvert à tous les adolescents (inscription libre, à l’accueil de la librairie). Ses membres lisent, se réunissent, donnent leur avis et proposent d’en prendre connaissance à la librairie grâce aux fiches de lecture disponibles dans les rayons ou sur sauramps.com.
  • Jusqu'en 2005 paraissait tous les mois, Le Magazine des Polymômes, un magazine éducatif et ludique, diffusé gratuitement aux clients.
  • Concours de nouvelles (2005-2012) : la librairie a organisé un concours de nouvelles selon 2 catégories : 10-12 ans et 13-15 ans. Les résultats étaient annoncés durant la Comédie du livre de Montpellier en mai[34].

Sauramps au Musée[modifier | modifier le code]

Situé dans l'enceinte du Musée Fabre, boulevard Bonne-Nouvelle à Montpellier, sur une surface de 120 m2, la librairie propose 5000 livres[35] en peinture, architecture, sculpture, et une gamme de produits dérivés des collections et expositions du musée : puzzles, affiches, papeterie et différents objets de décoration. Cette concession accordée en 2007 fait de Sauramps la première librairie privée accueillie au sein d'un musée public.

Sauramps Odyssée[modifier | modifier le code]

En mars 2008, la librairie Sauramps remporte la concession à l'entrée du futur centre commercial à Odysseum. Virgin Megastore, la Fnac et Cultura étaient également en course. Il s'agira d'une boutique de 2 000 m2 de surface commerciale face à l'enseigne H & M, sur deux étages, dont l'ouverture est prévue en août 2009. Le projet cible une clientèle plus importante et différente de celle du centre-ville. L'entreprise inscrit son offre dans un univers ludique : il n'y aura pas de rayon sciences humaines, mais un rayon découverte du monde. « L'entrée devrait abriter un espace presse et s'ouvrir sur un choix de nouveautés conconctées par des libraires. Le reste de l'espace sera divisé en plusieurs pôles, jeux, création, son, décoration, arts de la table... L'espace enfance occupera le centre de la librairie, les nouvelles technologies et le rayon régional tiendront toute leur place. Un espace Show case également. Cette salle d'une centaine de places sera dédiée à l'accueil d'auteurs, aux concerts et à d'autres types de rencontres. L'investissement s'élève à 3 millions d'euros [...][36]. »

Concurrence et positionnement[modifier | modifier le code]

Face à la concurrence (notamment les grandes chaînes)[modifier | modifier le code]

La ville de Montpellier comptait autrefois plusieurs librairies généralistes, mais l'arrivée de la Fnac et des hypermarchés en 1986, de Virgin en 2001 et l'agrandissement considérable de la librairie Sauramps, ont contraint ces librairies à fermer progressivement. Elles ont cédé leurs places à des librairies plus spécialisées : jeunesse, bandes dessinées, religieux...

Principaux concurrents montpelliérains :

  • Fnac
  • Librairie Papeterie Gibert Joseph
  • France Loisirs (fermé en avril 2018[37])
  • Hypermarchés
  • Librairies indépendantes : Nemo (jeunesse), Le Grain des mots (généraliste), Les 5 continents (voyage), Album (BD), Book In Bar (anglais), Sauramps Médical (médecine), Librairie Juridique des Étudiants, JurisLibrairie...

Au sujet de l'arrivée de la Fnac en 1986 à Montpellier, de l'aveu du directeur de Sauramps : « Au début, ce fut abominable. Mais nous avions fait faire une étude de marché qui nous a permis de bien réagir. Nous avons repris notre croissance… mais à un rythme infléchi du fait de la lourdeur de nos nouvelles structures. » [38]La librairie a en effet investi encore plus pour se démarquer : plus de stock, plus de personnel. Par la suite, un Virgin Megastore est arrivé en centre-ville, un Espace culturel E.Leclerc s'est implanté en périphérie, les grandes surfaces ont développé leurs rayons livres (trois Carrefour, un Auchan, deux Casino). La surface d'offre de livres n'a pas pour autant baissé à Montpellier : si on comptait 52 librairies en 1970, contre 18 en 2007, les surfaces actuelles sont beaucoup plus grandes et le livre est présent dans d'autres commerces.

La librairie Sauramps offre environ 130 000 références en permanence. En revanche, avec plus de 100 salariés, des impératifs économiques d'une entreprise s'imposent. Pour établir cette offre, il n'y a pas de budget global. Chaque libraire gère son stock et ses achats. La librairie développe une politique d'animations culturelles avec 15 à 20 animations gratuites par mois. Cela représente un coût, d'autant plus que la librairie ne peut pas accueillir les animations dans ses murs. D'où la politique de partenariat de la librairie avec les différents lieux culturels de la ville (théâtre, centre chorégraphique, musée...)[39]. Le budget animations et communication se maintient à 2 % du chiffre d'affaires.

La librairie Sauramps est allée chercher la demande là où elle se trouve, en s'y adaptant, en associant le livre à d'autres produits. Dans le concept Polymômes, le livre représente 70 % et les jeux, jouets 30 % du chiffre d'affaires. Le Musée Fabre a rouvert ses portes en 2006, après d'importants travaux, et Sauramps y tient, depuis, l'espace librairie.

Catherine Bédarida a écrit : « Le succès de l'entreprise fait parfois grincer des dents, et certains professionnels du livre reprochent à Jean-Marie Sevestre de cultiver une trop grande proximité avec le pouvoir politique régional, en vue de bénéficier des marchés publics. » « Cette année, nous n'avons même pas répondu aux appels d'offres », rétorque le PDG. « Sur les marchés publics, les marges sont tellement faibles que ça ne rapporte presque rien. »[24]

La librairie s'intéresse à un dossier à Montpellier même : Odysseum. Situé entre la ville et l'aéroport, ce lieu a vocation à être un centre de loisirs et de consommation. La librairie postule pour un local de 2 000 m2 pour proposer un concept innovant adapté à l'environnement. Mais elle est en concurrence avec d'autres enseignes. « Avec ce nouvel espace, nous atteindrons peut-être cette population très large qui va en grande surface et jamais en librairie. »[40]Les pratiques de consommation changent géographiquement. Les gens viennent moins volontiers faire leurs achats en centre-ville : les parkings sont chers, ils peuvent acheter sur Internet.

Face aux nouveaux circuits de commercialisation : le site internet[modifier | modifier le code]

Le site de la librairie a été relancé en 2005. Le choix a été fait de ne proposer que des ouvrages disponibles en magasin (volonté de ne pas gérer des livres à commander en dehors du stock de la librairie). Internet représente moins de 1 % du chiffre d'affaires de la librairie[41]. Le site peut être utilisé comme un moteur de recherches de livres. Les internautes peuvent découvrir les articles et sélections des libraires, l'agenda des rendez-vous culturels et rencontres auteurs. Des bibliographies établies par les libraires sont consultables en téléchargement. Il est possible de commander les livres en ligne grâce à une interface de paiement sécurisée.

Sauramps Médical[modifier | modifier le code]

Façade de la librairie Sauramps Médical à Montpellier

Après avoir été pendant de longues années directeur des Elsevier Masson pour la région Languedoc-Roussillon, Dominique Torreilles (fils de Pierre Torreilles) décide de créer en 1977 les éditions Sauramps Médical, puis en 1985 la librairie éponyme à Montpellier. Deuxième plus importante librairie médicale de France avec un chiffre d'affaires de 2,6 millions d’euros[42], elle ne fait pas partie de la société Sauramps & Cie. L'entreprise possède une succursale à Paris et compte douze collaborateurs. La maison d'édition publie en moyenne 50 titres par an. La librairie, spécialisée dans les ouvrages de formation continue à destination des professionnels de la santé, a un stock permanent de plus de 10 000 titres. En 2013, Yves Lefrand, succède à Dominique Toreilles à la tête de l'entreprise[43].

Actions, communication et publicité[modifier | modifier le code]

Logos des différents magasins[modifier | modifier le code]

Anciens logos des différentes librairies Sauramps

Logos actuels des différentes librairies Sauramps


Le Prix Cévennes du roman européen (2007-2010)[modifier | modifier le code]

Le Prix Cévennes du roman européen créé en 2007, avait pour objectif de mettre en lumière le talent littéraire d’un auteur européen[44]. Il consacrait un roman d’un écrivain enrichissant la diversité culturelle européenne tout en en soulignant le ciment. Le prix était annuel et se tenait à Alès-en-Cévennes, dans le Gard. Une sélection de onze ouvrages européens était faite par une dizaine de librairies indépendantes placées sous la houlette de la librairie Sauramps. Cette sélection était ensuite proposée à un jury composé d’écrivains et d’éditeurs de renommée internationale qui élisait le roman lauréat. Son auteur et son traducteur étaient récompensés.

Les Amis de la librairie Sauramps[modifier | modifier le code]

Composée de personnalités régionales sensibles à la vie du livre et reflétant diverses disciplines, l'association des Amis de la librairie Sauramps créée en 1991 a pour but de « réfléchir, susciter, programmer des animations intellectuelles et culturelles sur Montpellier et sa région »[45]. L'association a réalisé des cycles de conférences-débat, dont certaines ont été publiées dans la collection "Vifs" par les Éditions du Félin. André Agullo et Jean-Jacques Gandini, essayiste-conférencier, ont été présidents de l'association.

Les rencontres poétiques de Montpellier[modifier | modifier le code]

Les rencontres autour d'un auteur et d'un texte inédit ou extrait d'une œuvre en cours étaient organisées chaque mois entre 1999 et 2007 par la librairie Sauramps en partenariat avec la Boutique l'écriture et la Direction régionale des affaires culturelles. La lecture était suivie d'un échange ouvert. Prolongement de ces moments, des cahiers étaient édités. Les auteurs invités : Jacques Serena, Emily Dickinson / Patrick Reumaux, Sabine Macher, Franc Ducros, François Bon, Jean-Paul Michel, Jacques Laurans, Gustave Roud / Hervé Piekarski, Isabelle Pinçon, Esther Tellermann, Hubert Colas, Vannina Maestri, Roger Laporte, Valérie Rouzeau, Bernard Vargaftig, Emmanuel Laugier, Pierre Bergounioux, Nathalie Quintane, Dominique Meens et Christophe Fiat, Michaël Gluck, Yehuda Amichaï / Michel Eckhard-Elial, Yves Di Manno, Gérard Haller, Anne-James Chaton, Ariane Dreyfus, Emmanuel Pireyre, Philippe Beck, Florence Pazzottu, Anne Parian, Jean-Patrice Courtois, Stéphane Bouquet, Isabelle Garron, Olivier Apert, James Sacré, Hervé Piekarski, Anne Talvaz, Antoine Emaz, Caroline Dubois, Nicolas Pesquès, Hélène Sanguinetti, Patrick Laupin, Anne de Stael, Frédéric Boyer, Christian Doumet, Benoît Casas, Charles Pennequin, Jean-Pierre Lemaire, Fabienne Courtade, Béatrice Leca, Jacques Lèbre, Israël Eliraz, Franck André Jamme, Michèle Métail, Caroline Sagot Duvauroux, Jean-Louis Giovannoni, Olga Sedakova, Georges Open / Yves Di Manno, Ryoko Sekiguchi, Brice Petit.

Références bibliographiques de quelques cahiers
  • Hervé Piekarski, Tout le reste un poème, quatrième série, cahier no 36. Lecture du mardi 25 mars 2003.
  • James Sacré. Traversée de territoires indiens, quatrième série, cahier no 35. Lecture du mardi 18 février 2003.
  • Jean-Luc Raharimanana, Sur les bords des lèvres, septième série, cahier no 63. Lecture du jeudi 18 mai 2006.
  • Charles Pennequin. Tombeau pour Mesrine, septième série, cahier no 70. Lecture du mercredi 18 avril 2007.

Publications en partenariat avec Sauramps[modifier | modifier le code]

  • Page des libraires : les libraires participent au comité de rédaction de la revue, diffusée gratuitement en magasin.
  • Le Magazine des Polymômes : Sauramps a été coéditeur d'un magazine culturel montpelliérain gratuit destiné aux enfants et aux parents.
  • L'Art aujourd'hui. Paris : Éd. du Félin, 1993, 153 p. (Vifs). (ISBN 2-86645-149-X)
  • Boisberranger, Jean de. Montpellier. Saint-Pons-de-Thomères : impr. Maraval, 2008, 47 p. Éd. hors commerce tirée à 1100 exemplaires.
  • Gandini, Jean-Jacques (dir.). Où va la Chine ? : dix ans après la répression de Tien'anmen vingt ans après le lancement des réformes économiques. Paris : Éd. du Félin, 2000, 189 p. (Vifs). (ISBN 2-86645-357-3)
  • Houiste, Serge. Tradition au pays de Montpellier. Montpellier : la Garriga lengadouciana - Sauramps, 1989, 278 p. (ISBN 2-905030-57-7)
  • Jacobi, Michéa (texte et ill.). Cyprès cipressi. Castelnau-le-Lez : Éd. Climats, 2004, 46 p. 1000 exemplaires.
  • Luneau, Michel (texte) & Renard, Thierry (ill.). Minimales et maximiennes. Castelnau-le-Lez : Éd. Climats, 2002, 46 p. 1000 exemplaires.
  • Nancy, Jean-Luc & Le Gac, Jean. Sur le commerce des pensées : du livre et de la librairie. Paris : Galilée, 2005, 64 p. (Collection Écritures/Figures). (ISBN 2-7186-0710-6). Édition réalisée à l'occasion du 60e anniversaire de la librairie, tirée à 1300 exemplaires.
  • Pouy, Jean-Bernard. Les Sept pêchers « Capto TM ». Paris : Sous le paillasson (les Contrebandiers éditeurs), 2008, 26 p. (ISBN 978-2-9526-0281-5). Opuscule spécialement conçu pour la 11e éd. du Festival international du roman noir (FIRN) de Frontignan.
  • Rouquette, Yves (texte) & Biosca, René (ill.). Pinocchio à vue de nez. Castelnau-le-Lez : Éd. Climats, 2003, 77 p. 1200 exemplaires.

Autres actions[modifier | modifier le code]

  • La librairie est impliquée dans l'interprofessionnalité et dans le syndicat de la librairie française
  • Sauramps est cofondateur du Prix des incorruptibles, premier prix littéraire décerné par des enfants à des ouvrages de jeunesse
  • Sauramps est programmateur et coorganisateur d'événements et de rencontres littéraires.

Références[modifier | modifier le code]

  1. www.infogreffe.fr
  2. NORMAND, Clarisse. "Dossier librairies : les 400 premières". [1], 20 mai 2016.
  3. Eloïse Levesque, « Avenir du groupe Sauramps », Objectif Gard, 7 décembre 2016.
  4. « La librairie, [avec les rencontres et les débats qu'elle organise], joue un rôle d'animation culturelle dans une région globalement sous-équipée. » (Catherine Bédarida, Le Monde, 13 septembre 2005). À l'heure actuelle, les écrivains s'y succèdent toujours et la librairie organise régulièrement des manifestations comme les Rencontres poétiques de Montpellier ou la Comédie du Livre.
  5. Exemple de livre imprimé par Henri Sauramps : Angoulême, balcon du sud-ouest, à travers les âges / préf. de Jean Talbert, poésie de Marie Gounin ; aquarelles de Magdeleine Chapaud ; ill. à la plume de O. Chabannais. Angoulême : Éditions "Engolisma", 1938, 240 p. Adresse de l'imprimerie lisible sur la couverture : 11, rue des Postes, Angoulême.
  6. Jacques Ramon, « La librairie Sauramps imprime sa marque dans Montpellier », Les Échos, 12 mars 2007.
  7. Hervé Denyons, « À Montpellier, la librairie Sauramps tourne la page », Le Point, 8 décembre 2016.
  8. Amélie Goursaud, « Sauramps dans une très mauvaise passe », La Marseillaise, 5 juillet 2016.
  9. L'Agglorieuse, 14 janvier 2015
  10. Eloïse Levesque, « Avenir du groupe Sauramps », Objectif Gard, 7 décembre 2016.
  11. Yann Voldoire, « Sauramps : deux repreneurs pour une librairie emblématique », La Gazette de Montpellier, 19 janvier 2017.
  12. Hubert Vialatte, « A Montpellier, la librairie Sauramps en passe d’être reprise », Les Échos, 26 janvier 2017.
  13. « Une décision fin juin pour Sauramps », publié le 11 juin 2017 par Marine Desseigne, sur le site La Marseillaise (consulté le 19 novembre 2017)
  14. « Trois offres de reprises pour Sauramps, de la casse sociale en vue », publié le 8 juin 2017 par Jérôme Diesnis, sur le site 20 minutes (consulté le 19 novembre 2017)
  15. « Sauramps reprise par le Furet du Nord », publié le 28 juin 2017 sur le site Le Figaro (consulté le 19 novembre 2017)
  16. « la cour d'appel accorde la reprise de Sauramps par Fontès », publié le 19 juillet 2017 par M.P, sur le site du Midi-Libre (consulté le 19 novembre 2017)
  17. « Pierre Torreilles, un libraire lyrique », Livres Hebdo, 4 mars 2005.
  18. Patrick Kéchichian, « Pierre Torreilles », Le Monde, 8 mars 2005.
  19. « Décès du libraire Pierre Descomps », Libération, 7 février 2004
  20. Jean-Marie Sevestre, « Hommage à Pierre Descomps », Journal d'informations du Syndicat de la librairie française, mars 2004, no 30.
  21. Blog du Prix des Métiers du livre
  22. Dossier de presse Prix des métiers du livre
  23. Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières A-I, Joseph K., 2007, p. 626-627. (ISBN 978-2-91-068644-4)
  24. a et b Catherine Bédarida, « Jean-Marie Sevestre, libraire et PDG », Le Monde, 13 septembre 2005.
  25. « Jean-Marie Sevestre : un militant de la culture ». Vent Sud, hors-série, mai 2008, p. 95.
  26. Direct Montpellier plus, 7 décembre 2011, no 1253, p. 2.
  27. « Montpellier : Jean-Pierre Moure présente ses colistiers issus du "civil" », Midi libre, 19 février 2014.
  28. Guide insolite de la librairie avec libraires : 400 librairies recueillies par Amélie Dor et Xavier Houssin. Paris : Association Verbes et Livres Hebdo, 2008, 188 p. (ISBN 978-2-95317310-9)
  29. Pierre Hild, « La pyramide du livre », Libération, 19 février 2006.
  30. BON, François, « Roman et non roman à Sauramps ». Le Tiers livre, 28 septembre 2007
  31. Jean-Luc Nancy, Sur le commerce des pensées, Paris, Galilée, 2005, 64 p. (ISBN 2-7186-0710-6). Texte original de l'auteur accompagnant l'édition du livre.
  32. Aline Tibal, « À Alès, le mystère de la librairie brûlée », Le Monde, 7 août 2002.
  33. Gennaï, Aldo. « Le petit dernier de la librairie Sauramps », Septimanie : le livre en Languedoc-Roussillon, mars 2003, no 12, p. 50.
  34. la Comédie du livre de Montpellier
  35. www.lrdl.fr
  36. Jean-Marie Dinh. "L'esprit du livre dans l'univers ludique". L'Hérault du jour, samedi 19 avril 2008, n° 19190, p. 8.
  37. France3 régions
  38. Clarisse Normand, L'indépendant, Livres hebdo, 17 mars 2006, no 637, p. 125.
  39. Partenaires culturels de la librairie : L'Opéra et l'Orchestre National de Montpellier, Le Cratère Scène Nationale d'Alès, la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, France Bleu Hérault, l'Office du Tourisme, la Médiathèque centrale de l'Agglomération de Montpellier, le Musée Fabre, le Cinéma Diagonal, La Gazette de Montpellier, la Société générale, l'association Le Désert Imaginaire.
  40. Jean-Marie Sevestre, « Le phénomène Sauramps », Vent Sud, octobre 2007, p. 43.
  41. NORMAND, Clarisse. « L'indépendant ». Livres hebdo, 17 mars 2006, no 637, p. 128.
  42. Fiche sur le site de LR2L
  43. Hervé Hugueny, « Succession chez Sauramps Médical », Livres hebdo, 22 novembre 2013.
  44. « Naissance du prix Cévennes », Le Monde des livres, 16 mars 2007.
  45. Avant-propos à L'Art aujourd'hui, Éd. du Félin, 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • « Les 50 qui ont le pouvoir à Montpellier », L'Expansion, 25 septembre 2002 [lire en ligne].
  • « Les 300 premières librairies », Livres Hebdo, 18 mars 2005, no 593.
  • « Les hommes et les femmes qui font vivre les réseaux », Jean-Marie Sevestre, Les Échos, 3 décembre 2003.
  • « Montpellier grandit vite », Libération, 5 mars 2005 [lire en ligne].
  • « Pierre Torreilles, un libraire lyrique », Livres Hebdo, 4 mars 2005.
  • « Le phénomène Sauramps », Vent Sud, octobre 2007, p. 43.
  • Catherine Bédarida, « Jean-Marie Sevestre, libraire et PDG », Le Monde, 13 septembre 2005 [lire en ligne].
  • Alain Beuve-Méry, « Le Portail des libraires en chantier », Le Monde des livres, 6 avril 2007.
  • Alain Beuve-Méry, « L'offensive de Google », Le Monde des livres, 1er juin 2007.
  • Ange-Dominique Bouzet, « Un fournisseur géant, terreur des libraires », Libération, 24 octobre 2002.
  • Sandra Canal & Gil Lorfèvre, « Sauramps se lance dans une nouvelle odyssée », Midi Libre, 1er septembre 2009, p. 2-3.
  • Pierre Hild, « Montpellier globe-trotter », Libération, 24 juin 2005.
  • Pierre Hild, « La pyramide du livre », Libération, 19 février 2006 [lire en ligne].
  • Patrick Kéchichian, « Portrait : Pierre Torreilles et le visage des choses », Le Monde, 6 février 1987.
  • Patrick Kéchichian, « Pierre Torreilles », Le Monde, 8 mars 2005.
  • Clarisse Normand, « L'indépendant », Livres hebdo, 17 mars 2006, no 637, p. 124-128.
  • Clarisse Normand, « Des librairies négocient avec Google », Livres hebdo, 14 mai 2007 [lire en ligne].
  • Clarisse Normand, « Sauramps à Odysseum », Livres hebdo, 18 avril 2008, no 730, p. 57.
  • Frédérique Roussel, « Le livre se déchaîne », Libération, 28 avril 2007.
  • Alain Salles, « La librairie Sauramps fait des petits », Le Monde, 7 février 2003.
  • Christian Thorel, Jean-Marie Sevestre et Matthieu de Montchalin, « Les librairies dans la tourmente », Le Monde, 14 décembre 2006 [lire en ligne].

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Boutiques du Languedoc : commerces de caractère Tome 1 / texte de Florence Jaroniak ; photogr. de Henri Comte. Toulouse : Terrefort, collection "Beaux livres", 2002, p. 54-55. (ISBN 2-911075-14-5)

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]