Saulxures (Bas-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saulxures
Saulxures (Bas-Rhin)
Mairie de Saulxures.
Blason de Saulxures
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Bruche
Maire
Mandat
Hubert Herry
2020-2026
Code postal 67420
Code commune 67436
Démographie
Gentilé Saulxurois
Population
municipale
501 hab. (2019 en diminution de 2,91 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 34″ nord, 7° 07′ 55″ est
Altitude Min. 420 m
Max. 812 m
Superficie 12,84 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mutzig
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulxures
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulxures
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Saulxures
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saulxures
Liens
Site web saulxures.
valleedelabruche.fr

Saulxures (Sacîres en welche) est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saulxures
Plaine Saint-Blaise-la-Roche
Belval
(Vosges)
Saulxures Colroy-la-Roche
Saint-Stail
(Vosges)
Le Vermont
(Vosges)
Bourg-Bruche

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 284 hectares ; son altitude varie entre 420 et 812 mètres[1].

Col du Hantz, 641 m reliant Belval, commune du département des Vosges.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Nau, affluent de la Bruche.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saulxures est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (76,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (73,4 %), prairies (12,4 %), zones agricoles hétérogènes (7,3 %), zones urbanisées (3,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve les graphies anciennes Saussure en 1793 et Sauxures en 1801[1].

Une première hypothèse établit que Saulxures tirerait son origine du latin salix signifiant « saule ».[réf. nécessaire]

Une deuxième théorie donne l'origine dans sal (salé) et ru (ruisseau, rivière), au temps où le village se trouvait sur le trajet du chemin des Sauniers (Via Salinaria). Cette seconde hypothèse est corroborée par la dénomination allemande en Salzern.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village apparaît dans l’histoire au XIVe siècle. Il fait alors partie du comté de Salm. Lors du partage de souveraineté entre les deux branches familiales, Saulxures échoit à Jean IX de Salm, dont la part revient, par héritage, à la maison de Lorraine. Il reste lorrain jusqu’en 1751, date à laquelle un nouveau partage l’incorpore à la principauté de Salm.

Annexée à la France et englobée dans le département des Vosges comme le reste de la principauté en 1793, Saulxures est d'abord inclus dans le canton de Plaine qui sera versé en 1801 dans celui de Saales.

Saulxures est séparée en même temps que Plaine, La Broque et Grandfontaine par le traité de Francfort. Les Allemands le rebaptisent Salzern. En 1919, la commune restera dans le Bas-Rhin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1984 Robert Martin (1927-2011)   Psychologue scolaire
mars 2001 2008 Gérard Oury    
mars 2008 En cours
(au 31 mai 2020)
Hubert Herry[10],[11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ambulancier

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2019, la commune comptait 501 habitants[Note 2], en diminution de 2,91 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8438308901 0311 1531 2031 2121 1811 185
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 0541 1291 0979911 001877744725692
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
713703670601672540489460416
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
366359384391393457518533516
2018 2019 - - - - - - -
508501-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le manoir de Bénaville est un ensemble immobilier de cinq bâtiments, dont un manoir, construit au temps de la splendeur du textile dans la vallée de Champenay, la villa, une extension construite à l'époque par le propriétaire pour sa fille, un atelier-garage, une chapelle sur la hauteur et enfin un bâtiment datant de 1968 visible depuis le RD 1420. À partir de cette date, l'ensemble est converti en maison de repos et de convalescence appartenant à la MPN, Mutuelle de la Police Nationale de la Région Alsace-Franche-Comté. Cependant, les convalescents-policiers n'ont représenté que 1 à 2 % des pensionnaires. Cette maison est par la suite devenue un service psychiatrique et d'aide et de rééducation pour handicapés physiques. De 1995 à 2000 avant la fermeture, cette maison accueillait notamment des personnes atteintes de pathologies très lourdes. Puis en 2000, les lits médicaux ont été vendus lors de la réorganisation du SROS, schéma régional d'organisation sanitaire. Dès lors que cette maison n'avait plus aucun agrément ni aucune vocation à caractère médical, elle a été mise en vente.
  • La gare de Saulxures.
  • Le rocher du Vertgalant.
  • L'église Saint-Michel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Florian Jean Baptiste Demange, né le à Saulxures (Bas-Rhin) et mort le à Taegu (Corée)[15], missionnaire catholique en Corée du Sud : il est prêtre à Pusan, professeur au Grand Séminaire de Yongsan, rédacteur en chef du journal catholique le Kyung-hyang Shin-mun de 1906 à 1911. Il est nommé évêque de Taegu, deuxième diocèse de Corée du Sud, à partir de 1911. Il fonde le Grand Séminaire de Taegu (1913), un couvent de sœurs (1915) et rédige un catéchisme national (1931)[15]. Il consacre son diocèse à Notre-Dame de Lourdes à qui il promet de fonder une grotte de Massabielle ou de Lourdes si jamais se réalisent la construction de l'évêché, du séminaire et l'agrandissement de la cathédrale[16].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier d'azur à l'étoile de six rais d'argent, au second de gueules aux deux saumons adossés d'argent accompagnés de quatre croisettes du même[17].
Commentaires : L'étoile à six branches est des sires de Hohenbourg, premiers occupants du mont Sainte-Odile ; les saumons sont des comtes de Salm en Vosges, les seuls qui soient accompagnés de croisettes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saulxures, in La Haute vallée de la Bruche, Patrimoine d’Alsace, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Éditions Lieux-Dits, Lyon, 2005, pp. 94-96 (ISBN 978-2-914528-13-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Les maires de Saulxures », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le ).
  10. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. a et b « Florian Jean Baptiste Demange », sur Archives des missions étrangères de Paris (consulté le ).
  16. « https://www.alsace.catholique.fr/actualites/350860-mgr-ravel-coree-sud/ », sur alsace.catholique.fr, (consulté le ).
  17. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).