Saulxures-lès-Vannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saulxures et Vannes (homonymie).

Saulxures-lès-Vannes
Saulxures-lès-Vannes
Blason de Saulxures-lès-Vannes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Meine au Saintois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey-les-Belles et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Pascal Kaci
2014-2020
Code postal 54170
Code commune 54496
Démographie
Gentilé Saulxurois
Population
municipale
376 hab. (2016 en augmentation de 6,82 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 37″ nord, 5° 48′ 29″ est
Altitude Min. 271 m
Max. 427 m
Superficie 18,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulxures-lès-Vannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulxures-lès-Vannes

Saulxures-lès-Vannes est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 1 831 hectares comprend en 2011, plus de  55 % de forêts et végétation arbustive, près de 23  % de prairies,  19 % de surfaces agricoles diverses et 3  % de zones urbanisées[1].

Outre le ruisseau de l'Aroffe (3.439 km) qui fait frontière avec la commune voisine au nord, le territoire communal est arrosé de nombreux cours d'eau :[2]

Dénomination Longueur
Ruisseau de l'Etang de Allamps 0.01 km
Fosse de la Craniere 0.469 km
Fosse de la Terre Poirot 1.51 km
Ruisseau de Courcelles 0.709 km
Ruisseau de la Viole 0.575 km
Ruisseau de l'Etang Thiebeutin 3.518 km
Ruisseau des Haouis 0.998 km
Ruisseau des Naux 0.015 km
Ruisseau des Noirots 2.746 km
Ruisseau des Terres 0.006 km
Fig 1 - Saulxures-lès-Vannes (ban communal)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Salsuria (870), Sauxures (Abbaye de Mureau), Saulxures (1700), Saulxures-les-Vannes (ou aux-Bois, ou lès-Barisey en 1707) sont les différentes graphies recensées par le dictionnaire topographique de Meurthe.[3].

Vanne est un toponyme désignant un « retranchement construit dans une rivière pour fermer le passage aux poissons »[4].

Lepage[5] et B Picart[6] citent tous deux les microtoponymes :

  • Le Pouillé de 1768 mentionne la chapelle Saint- Claude et Saint-Nicolas, fondée le 12 novembre 1599, par Guillaume Guérin, clerc et maître de la commanderie de Gerbonvaux.
  • Com(m)et (ou Comê / Comey)
  • Mérigny

Le passé avec l'hôpital de Gerbonvaux se lit dans le toponyme actuel de "Corvée de gerbonvaux" (Fig1 - ban communal)

Histoire[modifier | modifier le code]

Beaupré cite Dominique E Olry dans son répertoire archéologique au sujet de cette commune :

«.D'après OIry, fragments de tuiles romaines en divers endroits. En 1848, squelettes avec débris d'armes, ensevelis sous énormes pierres.»[7]

Il signale dégalement, sur le territoire de la commune voisine un site de type éperon-barré pouvant correspondre à un oppidum pré-celtique (lieu-dit côte Chapion)[8]

indiquant ainsi la découverte d'artéfacts pouvant témoigner d'un habitat avant et pendant l'occupation romaine et ultérieurement après la chute de l'empire.

On note l'apparition du village dans les diplômes de Frothaire en 836(lepage) , Charles le chauve en 870 et de Conrad le Salique en 1033

B Picart, dans son ouvrage de 1711[6], indique que les commanderies et hôpitaux de Gerbonval bénéficiaient de revenus de la terre de Saulxures. Il nomme aussi les seigneurs également rentiers :

«....les Sieurs Abbé de Lory , de Brovilliers , de Lignéville de Vannes , Baillivy de Marigny .... »

Plus récemment, H. Lepage[9] et E. Grosse[10], s'accordent à citer deux fiefs (ou censes) sur le ban : Mérigny et Comey, le premier appelé aussi Château de Marigny , appartenait , vers la fin du XVIII eme , à M. Baillivy de Mérigny, le second une simple ferme.Une archive du Recueil de documents sur l'histoire de Lorraine[11] rapporte que la propriétaire du château  était Dame Marguerite Pasguey, veuve du seigneur de Bignepont, qui dût se défendre dans un procès intenté par l'hôpital de Gerbonval car elle fut considérée comme une usurpatrice de leur bien selon leur propos :

« Auparavant, de soixante et tant d'années, il n'y avait pas de château à Mérigny, il a pris envie à quelqu'un de se faire bâtir une maison de campagne à l'écart du village, qui est appelé château de Mérigny. Ce bastiment qui est dans le finage de Saulxures, dont on laboure les mêmes terres, comme on faisait précédemment, ne peut ester du droit des demandeurs de choisir le mieux valant. Quiconque habite dans cette maison, est bourgeois de Saulxures, non seigneur haut justicier ».

- Il parait évident que le versement de la dîme à une personne autre que l'Hôpital de Gerbonval , alors que ce droit leur avait été donné depuis 1323, comme l'écrit B Picart, motivait cette action.

Dans la monographie des instituteurs de 1888, le site de Comey (parfois Comé) est évoqué comme une ancienne forteresse entourée de fossés mais détruite il y aurait très longtemps, peut être suite aux nombreux passages de troupes et d'envahisseurs. Cependant, ce lieu-dit « Comet » aurait été reconstruit en 1593. Près de là sur la hauteur, il existait un lieu de justice.

Un ancien village aurait également existé près de Saulxures-les-Vannes : « Taperey » (toponyme actuel Tapré). Situé en direction de Mont-l'Etroit, on pouvait y retrouver en 1888, des murs de fondations, des pierres noircies par le feu.

Saulxures fut témoin et victime de la guerre de Trente Ans ce qui amena à un total de seulement 107 habitants en 1710 au moment de la parution du Pouillé ecclésiastique du père Benoit, mais près de 900 en 1836 lors du dénombrement figurant dans l'ouvrage de l'abbé Grosse[10].

L'activité s'en ressenti puisque les 25 janvier, 10 avril, 10 juillet et 15 novembre de chaque année, se déroulèrent les foires de Saulxures-lès-Vannes, à partir de 1835 et durant une cinquantaine d'années.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 juin 1995 Jean-Claude Godfrin (1946-2005)   Professeur de français au collège Valcourt de Toul
juin 1995 mars 2001 Anne-Marie Bracke    
mars 2001 2014 Didier Schappler    
2014 En cours Pascal Kaci    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2016, la commune comptait 376 habitants[Note 1], en augmentation de 6,82 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
635685682771817922908866885
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
796812788777735680666626572
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
576542442408416384378387388
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
380345319333378373360369376
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

H Lepage est prolixe dans sa notice sur ce bourg d'une grande activité vers 1850 :

«Surf. territ. : 661 hect. en terres lab., 125 en prés, 51 en vignes, 896 en bois, 52 en chènevières, vergers, jardins, etc. L'hectare semé en blé peut rapporter 10 hectol., en avoine 15; planté en vignes 60. On n'y sème presque point d'orge ni de seigle. Chevaux, bêtes à cornes, mais principalement des truies qui sont d'un rapport considérable. Commerce de planches et bois, fer, fonte, etc. ; fabrique de machines à battre les céréales, de fromages façon de Brie ; entrepôt de plâtre et de tuiles..»[9]

retraçant ainsi une activité non seulement agricole et viticole mais aussi artisanale, voire industrielle.

Benoit Picart, dans son ouvrage de 1711[6], mentionne deux moulins (De la Haye et de l'Escouteux) dont le revenu allait aux seigneurs du village, E Grosse[10] y ajoute que la fabrication des horloges de bois n'y existe plus en 1836.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Existence d'un château aux XIIIe/XIVe siècles. On voit encore en dessous de l'église les fossés larges et profonds.
  • Ruines du château de Mérigny XVIIe, détruit peu après la Révolution.
  • Église reconstruite XVIIIe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferry II de Ludres achète, en décembre 1366, à Henri, sire de Bourmélont, la forteresse et la seigneurie ainsi que les dépendances.
  • François-Xavier de Baillivy de Mérigny, lieutenant au régiment Royal-Lorrraine cavalerie en 1777, seigneur de Saulxures[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saulxures-lès-Vannes Blason Coupé de gueules au chevron d'or accompagné en chef de deux étoiles de même, et d'argent à l'épi d'or feuillé de sinople et à la branche de chêne de deux feuilles de même. Sur le tout d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent[16].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
  • origine du blason
auteur : François Meyer
Armoiries adoptées par la commune en juin 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. BRGM, « Fiche ma commune », sur SIGES (consulté le 19 novembre 2019)
  2. « Ruisseau l'aroffe [B20-0200] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 11 octobre 2019) : « Affluents :Ruisseau l'aroffe [B20-0200] Ruisseau le Vicherey (9 km) Ruisseau de St-Fiacre (9 km) Ruisseau de la Deuille (6 km) Ruisseau de l'Etang de Allamps (5 km) Ruisseau de la Viole (5 km) Ruisseau de l'Etang Thiebeutin (4 km) Ruisseau des Noirots (3 km) Fosse de la Craniere (2 km) Ruisseau des Naux (2 km) Ruisseau des Laies (2 km) Ruisseau des Terres (2 km) Ruisseau du Grand Pre (1 km) »
  3. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  4. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1109 - (ISBN 2600001336).
  5. a et b Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 2 / par Henri Lepage,..., (lire en ligne), p. 518
  6. a b et c Benoît de Toul, (166.-1720)., Pouillié ecclésiastique et civil du diocèse de Toul. Imprimé par ordre de Monseigneur., Chez Loüis & Etienne Rolin, (OCLC 491986334, lire en ligne), p. 291
  7. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle : époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, (lire en ligne), p. 129
  8. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, par le Cte J. Beaupré..., (lire en ligne), p. 102
  9. a et b Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative / publ... par Henri Lepage, (lire en ligne), p. 539
  10. a b et c E. Grosse, Dictionnaire statistique du département de la Meurthe, Lunéville, Creusat, 1836, p. 235 et 466
  11. « Recueil de documents sur l'histoire de Lorraine », sur Gallica, (consulté le 10 octobre 2019)
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. http://saulxureslesvannes.free.fr/?p=298 « Copie archivée » (version du 11 janvier 2015 sur l'Internet Archive)