Satsuki Katayama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Satsuki Katayama
Illustration.
Satsuki Katayama en campagne à Shibuya, Tokyo, en 2006
Fonctions
Ministre d'État japonaise chargée de l'Egalité Homme-Femme, de la cohésion des territoires et des réglementations
En fonction depuis le
(7 mois et 18 jours)
Premier ministre Shinzo Abe
Gouvernement Abe IV
Prédécesseur Seiko Noda
Conseillère du Japon
En fonction depuis le
(8 ans, 10 mois et 9 jours)
Élection
Réélection 10 juillet 2016
Circonscription Scrutin proportionnel plurinominal
Législature 24e
Représentante du Japon

(3 ans, 11 mois et 19 jours)
Élection 11 septembre 2005
Circonscription 7e district de Shizuoka
Législature 44e
Biographie
Nom de naissance (片山 さつき (Katayama Satsuki)
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Quartier Urawa-ku (Saitama, Préfecture de Saitama, Japon)
Nationalité Japonaise
Parti politique Parti libéral-démocrate
Conjoint Yōichi Masuzoe (1986-1989)
Ryutaro Katayama (depuis 1990)
Diplômée de Université de Tokyo
Profession Femme politique
Site web Site officiel

Satsuki Katayama (片山 さつき, Katayama Satsuki?) est une femme politique japonaise née le , membre du gouvernement Abe IV en tant que Ministre de l'égalité Homme-Femme, mais également membre de la chambre des représentants et de la chambre des conseillers.

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Katayama est née le dans le quartier Urawa-ku de la ville de Saitama.Elle obtient ensuite un Bachelor of Laws à l'Université de Tokyo, où elle est élue Miss Université de Tokyo[1],[2]. Elle entre alors au ministère des Finances sous Michio Watanabe[1].

Carrière électorale[modifier | modifier le code]

Gouvernement Abe IV reformé, avec Satsuki Katayama comme seule femme.

En 2005, elle est élue pour la première fois à la chambre des représentants du Japon et obtient également le poste de Secrétaire d'Etat de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie[3],[4]. Elle fait ainsi partie des 83 enfants de Koizumi, de jeunes députés élus pour la première fois en 2005 sous la tutelle du premier ministre japonais de l'époque[5], Jun'ichirō Koizumi[6]. Ce dernier la considère d'ailleurs comme « la Madonna des réformes »[6].

Elle est néanmoins battu lors des élections législatives japonaises de 2009, comme 72 autres enfants de Koizumi. Elle déclare alors à l'issue de sa défaite, que ce revers électoral représente une « lutte contre les idées véhiculées par Koizumi »[6]. Elle se décrit en 2011 comme une « orpheline réfugiée de guerre »[7].

Elle est envisagée en tant que candidate au poste de gouverneur de Tokyo lors des élections de 2014, au même titre que Yōichi Masuzoe, son ex-mari[8]. Bien que ce dernier soit finalement choisi comme candidat par le parti libéral-démocrate, Shinzō Abe souhaite avant tout le soutien de Katayama pour la candidature de son ex-mari, soutien qu'elle donne avec difficulté suite aux scandales accusant Masuzoe de ne pas payer la pension de son enfant handicapé conçu hors mariage[9]. Elle joue également un rôle début 2018 dans la crise de la pénurie de crèches[10].

En octobre 2018, elle est nommée au Gouvernement Abe IV comme Ministre d'Etat chargée de l'Egalité Homme-Femme et de la cohésion des territoires, ainsi que Ministre chargée de la régulation des réformes[11], la seule femme de ce gouvernement, soit le nombre le plus bas depuis qu'Abe est redevenu premier ministre du Japon en 2012[12],[13].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Satsuki Katayama en 2017
Satsuki Katayama en 2015

Satsuki Katayama épouse en 1986 Yōichi Masuzoe, un professeur de sciences politique, qu'elle rencontre alors qu'elle travaille au ministère des Finances. Ils divorcent néanmoins en 1989 et se remarient chacun de leur côté[14].

Controverses[modifier | modifier le code]

Seulement deux semaines après sa nomination, elle est accusée d'avoir utilisé son influence de femme politique pour exonérer d'impôts un commerçant en 2015[15]. Elle nie fortement ces accusations, accusant un rapport présentant des faits erronés et poursuit pour diffamation le magazine l'accusant[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Justin McCurry, « Madonnas of reform », sur The Guardian, (consulté le 3 novembre 2018)
  2. Delporte 2012, p. 208
  3. (en) « Japan willing to help Vietnam train nuclear power personnel », sur VietmanNet, (consulté le 3 novembre 2018)
  4. (en) Testushi Kajimoto, « Rookie Katayama named to high-ranking post », sur Japan Times, (consulté le 6 novembre 2018)
  5. (en) Reiji Yoshida, « Bureaucrat weighs election run as ‘assassin’ for Koizumi », sur Japan Times, (consulté le 6 novembre 2018)
  6. a b et c (en) « 3RD LD: 'Koizumi's Children' blown away by winds of change. », sur Kyodo News, Tokyo, (consulté le 5 novembre 2018)
  7. (en) « Osaka's Hashimoto mimics style of Koizumi, Ozawa », sur Asahi Shinbun, (consulté le 5 novembre 2018)
  8. (ja) « 都知事選「勝てる候補」は? 自民、7氏選び世論調査 維・み・結とも連携狙う », sur Nihon Keizai Shinbun,‎ (consulté le 5 novembre 2018)
  9. (ja) « 片山氏、舛添氏支持依頼に難色 「婚外子への慰謝料扶養が不十分」 », sur MSN Sankei News,‎ (consulté le 5 novembre 2018)
  10. (en) Shiori Tabuchi et Natsumi Nakai, « Group sees ray of hope in long fight for more day-care centers », sur Asahi Shimbun, (consulté le 14 novembre 2018)
  11. (en) « Abe picks 12 new members, one woman, in Cabinet reshuffle », sur Asahi Shimbun, (consulté le 14 novembre 2018)
  12. (en) Tomohiro Osaki, « Abe’s latest Cabinet reshuffle casts doubt on ‘womenomics’ policy », sur Japan Times, (consulté le 5 novembre 2018)
  13. (en) Reiji Yoshida, « Factions loom large in Abe reshuffle, with the ‘Cabinet post waiting list’ coming into play », sur Japan Times, (consulté le 6 novembre 2018)
  14. (ja) « 舛添厚労相 ~実は4度の結婚、2人の愛人、5人の子供~ », sur 日刊ゲンダイ,‎ (consulté le 5 novembre 2018)
  15. (en) Tomohiro Osaki, « Japan’s only female minister, Satsuki Katayama, hit by allegation she was paid to influence tax agency », sur Japan Times, (consulté le 5 novembre 2018)
  16. (en) « Minister Satsuki Katayama sues magazine publisher over graft allegations », sur Japan Times, (consulté le 5 novembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]