Satoshi Miyazaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (août 2016).
Motif : Notoriété ?
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miyazaki.
Satoshi Miyazaki
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
Nom dans la langue maternelle
Q3473980Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine

Satoshi Miyazaki, né le 17 juin 1938 dans un petit village de la préfecture de Saga (îles Kyūshū, Japon), décédé le 31 mai 1993[1].

Enfance[modifier | modifier le code]

C'est dans un petit village de la préfecture de Saga, située au nord-ouest de l'île de Kyūshū au sud du Japon, que naquit Satoshi Miyazaki le 17 juin 1938.

Adolescent, il s'intéressa aux arts martiaux et plus précisément au judo. Mais très vite, il s'orienta vers le karaté qui le fascinait. Il fit ses débuts dans une école de Gōjū-ryū, un karaté traditionnel aux fortes influences sino-okinawaïennes. À la fin de ses études secondaires, il passa sa ceinture noire devant maître Mahatokai.

Université[modifier | modifier le code]

Il fut remarqué par la "Japan Karate Association" qui, grâce à un soutien financier, lui permit en 1958 de rejoindre l'université de Takushoku à Tokyo. Là, Miyazaki fit partie de l'équipe de karaté et fut entraîné par maitre Masatoshi Nakayama en personne, fondateur de la JKA. Et malgré les entraînements intensifs matin, midi et soir, Satoshi obtint une licence en sciences économiques.

À l'université, Satoshi Miyazaki apprit le Shotokan, karaté moderne fondé par maître Gichin Funakoshi. Il remit sa ceinture blanche et recommença son apprentissage à zéro. À ses côtés, il avait des équipiers comme Asano, Kisaka, Ochi et Tabata. Ensemble, ils furent premiers au championnat du Japon par équipes. À titre personnel, Satoshi se classait invariablement parmi l'élite.

Après l'université, au début des années soixante, Miyazaki rejoignit la JKA pour devenir instructeur. À nouveau, il reprit sa ceinture blanche.

Belgique[modifier | modifier le code]

C'est à la fin de 1967 que maître Miyazaki fut envoyé par la JKA en Europe aux côtés des maîtres Enoeda, Shirai, Kase et Kanazawa pour promouvoir le shotokan. Il devint le chef instructeur pour la Belgique.

Si les autres grand-maîtres tenaient le devant de la scène, maître Miyazaki, d'une allure frêle et effacée, restait discret. Il était toutefois un adversaire redoutable, même contre des concurrents plus grands, plus lourds ou plus puissants que lui, grâce à un sens incroyable de l'anticipation.

Ceux qui l'ont connu disaient de maître Miyazaki qu'il était l'illustration même des cinq caractéristiques essentielles du karatéka, à savoir la modestie, l'honnêteté, la courtoisie, le courage et contrôle de soi, et notamment Johnny Cadillac, qui a efficacement repris la technique de l'Uraken, le coup de poing le plus rapide du monde. Il était de plus doté d'une très grande générosité, n'hésitant pas à financer l'équipe nationale sur ses propres deniers.

Son enseignement était dur et intense. Il était un grand adepte des "kihon" et faisait répéter inlassablement les différents mouvements à ses élèves. Il attachait beaucoup d'importance aux détails du geste et à la précision de la technique. Pour lui, l'éducation et le karaté ne faisaient qu'un. Ses "kata" préférés étaient "Kanku-Sho" et "Empi".

  1. (fr) [1], Blog Esprit Bubishi

Liens externes[modifier | modifier le code]