Satoshi Kon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Satoshi Kon (今 敏)
Surnom Yoshihiro Wanibuchi (鰐淵 良宏)
Naissance
Sapporo, Hokkaidō (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Décès (à 46 ans)
Tokyo (Japon)
Profession réalisateur
mangaka
scénariste
chara-designer
Films notables Perfect Blue (1997)
Millennium actress (2001)
Tokyo Godfathers (2003)
Paprika (2006)
Site internet Kon’s Tone

Satoshi Kon (今 敏, Kon Satoshi?) est un mangaka et réalisateur de films d'animation japonais, né le à Hokkaidō et mort d'un cancer le à Tōkyō[1]. Son frère aîné est Tsuyoshi Kon (ja), un guitariste professionnel japonais.[2],[3]

Après des débuts en tant que mangaka et co-scénariste pour le cinéma auprès de Katsuhiro Ōtomo, Satoshi Kon fait ses débuts dans le cinéma d'animation avec Ōtomo et Mamoru Oshii (Patlabor 2, 1993).

En 1997, il réalise son premier film d'animation avec le studio Madhouse, Perfect Blue, traitant du milieu des idoles japonaises. S'il aborde d'autres sujets par la suite (Millennium Actress, 2002 ; Tokyo Godfathers, 2003), son style conserve une approche de la réalité subjective. Il réalise la série d'animation Paranoïa Agent, prémices à Paprika (2006) qui obtient une reconnaissance internationale.

Au-delà de son travail, l'auteur s'engage et participe à la création de la Japan Animation Creators Association (JANICA) afin d'améliorer les conditions de travail des jeunes animateurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Satoshi Kon est né à Sapporo, Hokkaido, le 12 octobre 1963[4]. À l'âge de trois ans, il a déménagé à Kushiro, également à Hokkaido, en raison d'une mutation professionnelle de son père. Lorsqu'il était en quatrième année, il a de nouveau déménagé à Sapporo en raison de la deuxième mutation professionnelle de son père. Lorsqu'il était en deuxième année de collège, il a de nouveau déménagé à Kushiro en raison de la troisième mutation professionnelle de son père[5]. Il a été accepté à l'université d'art de Musashino, au département de design de communication visuelle, et a déménagé à Tōkyō[4],[5].

Début de carrière : du manga à l'animation[modifier | modifier le code]

En 1985, alors qu'il étudie la conception graphique à l'université, il présente le manga, Toriko qu'il dessine en tant que passe-temps au Prix Chiba Tetsuya du Young Magazine et remporte le Excellent Newcomer Award, le deuxième prix après le grand prix, qui est publié dans le magazine[4],[6],[7]. Cela l'a amené à s'impliquer dans la production du manga Akira en tant qu'assistant de Katsuhiro Ōtomo[7],[8].

Après avoir terminé l'université en 1987, il continue à travailler comme dessinateur à plein temps jusqu'à la fin de la vingtaine, publiant deux livres Tankōbon en l'espace d'environ sept ans, Kaikisen et World apartment horror[4],[9]. En 1990, Kaikisen a été publié pour la première fois en couverture rigide par Kodansha, et en 1991, World apartment horror a été publié par la société[10].

Pour World apartment horror, lorsque Kon a appris qu'Otomo travaillait sur un film en prises de vues réelles, il a fourni l'une des intrigues de son propre manga court. Il l'a ensuite adapté dans son propre manga[7],[8],[10].

En 1991, il fait ses premiers pas dans l'animation avec l'OVA Roujin Z où il assume le rôle de cadre artistique et de layout, qui est planifié et écrit par Ōtomo[7],[11]. Au départ, il ne devait travailler que sur les cadres artistiques, mais en raison d'un manque de ressources humaines, il a également pris en charge le layout[7],[12]. Dans l'animation japonaise, le cadre artistique est le chef-décorateur des films en prises de vue réelles, dont le travail principal consiste à planter le décor du film et à le concevoir[9],[12]. Dans l'animation japonaise, le layout est le décor spécifique de chaque scène d'une production et constitue un processus important qui détermine la composition picturale et le plan théâtral[12]. Ayant ainsi fait l'expérience de positions à la fois intégratives et locales, il s'est ensuite profondément impliqué dans l'animation[12]. Après cela, il a rejoint Gainax avec un contrat semi-contraignant pour produire Uru in Blue, mais il est parti lorsque le projet a été suspendu[12].

Après avoir travaillé sur le layout des films d'animation Cours, Melos ! et Patlabor 2 de Mamoru Oshii, le directeur général Hiroyuki Kitakubo lui demande de réaliser le cinquième épisode de la série vidéo JoJo's Bizarre Adventure pour la première fois en 1993[4],[12]. Il est crédité de l'écriture, du storyboard et de la réalisation, mais en fait, il a également dessiné la plupart des cadres artistiques et layout[9].

Lorsqu'est apparu le projet du film d'animation omnibus d'Otomo Memories, qui devait sortir en 1995, Kon a naturellement rejoint le projet après ROUJIN Z[13]. Il était responsable du scénario, du cadre artistique et de la layout d'un des films, Magnetic Rose[4],[7]. Bien qu'il n'ait aucune expérience préalable en tant que scénariste, Otomo lui a demandé d'écrire son premier scénario[11]. Au départ, il devait également être chargé de la conception des personnages, mais il n'a fait que des croquis grossiers.[13] C'est à cette occasion que Satoshi Kon va pour la première fois utiliser la notion de la réalité subjective sur l'une des scènes du film qui n'était pas prévue dans l'intrigue originale[14]. Son intérêt pour le motif du mélange de la réalité et de l'illusion a commencé ici[13].

En 1994, il a été invité par Mamoru Oshii à coécrire le manga Seraphim pour un magazine d'anime, mais lorsque Kon est devenu frustré par la lenteur de l'histoire et les scénarios explicatifs d'Oshii, il a décidé de suivre la voie du divertissement, et Oshii a quitté le projet. La série est immédiatement suspendue en 1995[15]. Au printemps 1995, il a commencé à publier une série de Opus dans le magazine manga, mais elle n'a jamais été achevée car le magazine a été supprimé en 1996[15].

Après ce travail, il a décidé de mettre fin à sa carrière de mangaka et de se concentrer sur la réalisation d'animations.

Premières réalisations[modifier | modifier le code]

En 1997, Kon a fait ses débuts de réalisateur avec le film Perfect Blue. Masao Maruyama, un producteur de Madhouse, qui admirait son travail sur les OAV de JoJo's Bizarre Adventure, a approché Kon à l'automne 1994 pour savoir s'il serait intéressé par la réalisation[9],[13],[16],[17]. Il ne s'agissait pas d'un film au départ, mais d'une œuvre conçue pour le marché étroit des OAV.[18],[19] Lorsque l'offre a été faite à Kon, le contenu était déjà fixé : une idole de catégorie B et un fan pervers.[18] Kon n'a pas du tout lu le roman original, mais seulement le premier script du film, qui était censé être proche de l'original. Et il n'a pas du tout utilisé ce script dans le film[9],[11],[16],[20]. Il a écrit un tout nouveau scénario avec Sadayuki Murai, reprenant le motif du mélange de réalité et d'illusion qu'il avait utilisé dans La Magnetic Rose[9],[11],[16]. Le film connait un fort succès[20] et se voit récompensé dans plusieurs festivals spécialisés[21].

Après Perfect Blue, Satoshi Kon veut adapter le roman Paprika de Yasutaka Tsutsui, dont il est un grand fan. Cependant, l'entreprise de production avec qui il veut collaborer fait faillite et le projet est rangé au placard[22]. Parallèlement, un des producteurs de Perfect Blue, séduit par le concept de réalité subjective, demande à Satoshi Kon de réaliser un nouveau film développant la même thématique[20].

C'est chose faite en 2002 avec Millennium actress (Sennen joyuu), film qui raconte la vie d'une grande actrice de cinéma ayant mystérieusement arrêté sa carrière alors qu'elle était à son apogée. Les scènes de cinéma ayant marqué sa carrière s'entrecroisent avec les événements qui ont réellement influencé sa vie.

Film à petit budget comme Perfect Blue (environ 1 million de dollar)[23], le film connait un succès encore plus grand que le précédent et gagne encore plus de récompenses[21]. Une fois encore, il collabore avec le scénariste Sadayuki Murai avec qui il cosigne le scénario[20] et développe là aussi la notion de réalité subjective. Cependant, il joue davantage sur les notions de trompe-l'œil ainsi que sur la perte de la notion du temps[24].

En 2003, il réalise son troisième film, Tokyo Godfathers, dont les personnages principaux sont trois sans-abris à Tokyo qui, la veille de Noël, trouvent un bébé abandonné dans les ordures et décident de retrouver ses parents. Le film est présenté en première européenne au festival Nouvelles images du Japon à Paris en présence du réalisateur, qui anime également une master-class au Forum des Images à cette occasion.

Film au budget un peu plus élevé (2,4 millions de dollar environ) que ses précédentes réalisations[23], Satoshi Kon abandonne cette fois-ci la réalité subjective pour la comédie et des thématiques plus sociales comme l'exclusion ou la fuite des réalités[7],[20]. Il change également de coscénariste, s'appropriant les services de Keiko Nobumoto[25], connue pour avoir signé les scénarios des séries animés Cowboy Bebop et Wolf's Rain.

L'année suivante, il réalise sa première série télévisée Paranoia agent (Mousou dairinin), composée de treize épisodes. Cette fois-ci, il renoue avec le fameux thème fiction-réalité et aborde de nombreux thèmes plus sociaux[26]. La série, animée par le Studio Madhouse comme l'ensemble de ses films, est à la base un projet visant à travailler les idées qu'il a eues pendant ces derniers années et qu'il n'a pas pu exploiter dans ses films[27].

En 2006, il a réalisé Paprika (パプリカ, Papurika), un film de science-fiction tiré du roman de Yasutaka Tsutsui (1993). Il raconte l'histoire d'une équipe de scientifiques qui pénètrent l'univers des rêves dans le but de soigner leurs patients[28].

D'abord prévu après Perfect Blue mais n'ayant pu se faire par suite de la faillite de l'entreprise censée le produire[22], Satoshi Kon ressort le projet Paprika de ses placards à la suite d'une demande de l'auteur original lui-même, Yasutaka Tsutsui, qui, impressionné par Millenium Actress, contacte Satoshi Kon afin qu'il en fasse une adaptation[23].

Sorti en 2006, le film est un succès et est primé dans de nombreux festivals internationaux[21]. Dans Paprika, Satoshi Kon ne souhaitait pas faire un simple « résumé » du roman de Tsutsui mais davantage en transmettre l'« esprit » et le message[29]. Satoshi Kon travaille là encore sur la notion de réalité subjective mais en mettant cette fois l'accent sur les rêves et leurs interconnexions dans le réel[23].

Après Paprika, Satoshi Kon travaille avec d'autres grand noms de l'animation comme Mamoru Oshii et Makoto Shinkai sur le projet Ani-Kuri 15, programme TV de la NHK diffusé en 2007. Il y réalise un court métrage d'une minute nommé Ohayō (littéralement, "Bonjour") qui montre une jeune femme à son réveil.

La même année, il participe à la création de la Japan Animation Creators Association (JANICA) qui vise à sensibiliser sur les conditions de travail précaires des jeunes animateurs[30].

Finalement, il travailla sur un nouveau film nommé Yume Miru Kikai qui devait viser un public plus jeune que ses anciennes productions[7].

Il est mort le des suites d'un cancer du pancréas[31].

Pour les dix ans de sa disparition, un documentaire retraçant son œuvre est réalisé par Pascal-Alex Vincent, à la demande des producteurs et de la veuve de Satoshi Kon. Sorti en 2021, il comporte des entretiens avec des proches ayant collaboré avec Satoshi Kon, tels que Mamoru Oshii ou Mamoru Hosoda, mais également avec des cinéastes étrangers influencés par son travail[32].

Thèmes et styles d'animation[modifier | modifier le code]

Le thème des œuvres de Satoshi Kon est « le mélange de fiction et de réalité », et il dépeint à plusieurs reprises la relation entre les deux en utilisant différentes approches dans chaque œuvre[33],[34]. Dans Perfect Blue, Millennium Actress et Paprika, la frontière entre fiction et réalité s'estompe progressivement et les personnages font des allers-retours entre les deux[35],[36]. À première vue, Tokyo Godfathers ne semble pas traiter du motif « fiction et réalité », mais il existe un dispositif dans lequel la « fiction » des « miracles et coïncidences » est successivement introduite dans la vie réaliste des sans-abri de Tokyo[37]. Les œuvres de Kon semblent viser le réalisme en termes de conception et d'expression des personnages, mais son objectif réel n'est pas de « dessiner des paysages et des personnes réalistes », mais de « dessiner le moment où des paysages et des personnes réels se révèlent soudainement n'être rien d'autre que de la « fiction » ou des « images »[37]. Sa capacité à dépeindre un monde réaliste, qu'il a démontrée dans les œuvres de Katsuhiro Otomo et Mamoru Oshii en tant que personnel, est utilisée dans ses propres œuvres pour confondre le public en montrant le plus efficacement possible la punchline de la « transition de la réalité à la fiction »[37]. C'est la raison pour laquelle il tenait particulièrement à faire des films d'animation plutôt que des films d'action réelle[38].

Processus de création[modifier | modifier le code]

Satoshi Kon est très impliqué dans l'élaboration de ses films, de la pré-production à la commercialisation[39].

Pour ses créations originales (Millennium Actress, Tokyo godfathers et Paranoia Agent), Satoshi Kon réfléchit tout d'abord à une histoire et voit si ses idées sont transposables dans un film[39]. Si c'est une adaptation d'une œuvre originale comme pour Paprika, il réfléchit comment il peut exploiter l'œuvre, en ne cherchant pas à lui être la plus fidèle mais davantage à en retransmettre l'esprit. Après cela, il travaille sur une trame scénaristique puis la retravaille et l'étoffe avec un coscénariste[39]. À ce poste, il a notamment travaillé avec Sadayuki Murai sur Perfect Blue et Millennium Actress puis Keiko Nobumoto sur Tokyo Godfathers et enfin Seishi Minakami depuis Paranoia Agent. Il envoie ensuite le scénario au studio Madhouse qui accepte, ou non, le projet[39]. S'il est accepté, Satoshi Kon élabore le chara-design ainsi que la personnalité des personnages, étape qui peut durer 6 mois à un an[39]. Depuis Paranoia Agent, il délaisse de plus en plus le rôle de chara-designer à Masashi Andō, un habitué de ses films. Une fois cette étape terminée, il conçoit le storyboard entièrement seul[40]. Il insiste particulièrement sur ce point, montrant ses avantages et ses inconvénients[40]. Cependant pour Paranoia Agent, il ne réalisa pas tous les storyboards et laissa plus de libertés au coscénariste [39].

L'étape suivante est la production proprement dite qui peut durer de 1 an et demi à deux ans[39]. Il travaille à chaque fois avec quasiment la même équipe : Nobutaka Ike aux décors, Masafumi Mima aux sons, Susumu Hirasawa à la musique… Pour lui, le fait de travailler avec la même équipe à chaque fois lui permet de connaitre les capacités de chacun et ainsi de savoir qui sera le meilleur pour dessiner tel ou tel plan[39]. Il estime notamment que ses films sont le résultat d'un véritable travail d'équipe dont il n'est que l'élément le plus visible.

Pour ses films, il ne bénéficie que d'un budget de quelques millions de dollars[23], bien loin des grosses production de l'animation japonaise (11 millions pour Metropolis) ou encore des productions américaines (150 millions pour WALL-E). Pour lui, son petit budget est contre-balancé par le talent et le professionnalisme de son équipe qui permet une haute qualité d'animation tout avec un budget réduit[24].

Influences[modifier | modifier le code]

De tous les artistes, musiciens et écrivains, c'est la musique de Susumu Hirasawa qui a eu la plus grande influence sur le style expressif de Kon[19],[41]. Kon a déclaré avoir beaucoup appris de l'attitude de Hirasawa à l'égard de la musique et de la production, et beaucoup devoir des histoires et des concepts qu'il crée à son influence[13],[19]. L'idée de Kon de contrôler le film par des fractales vient de Susumu Hirasawa, qui a appliqué des programmes de génération de fractales à la production musicale[42]. Les paroles d'Hirasawa ont éveillé l'intérêt de Kon pour la psychologie jungienne et les écrits de Hayao Kawai, le plus grand expert japonais en la matière, qui a décrypté psychologiquement les mythes anciens et les contes populaires, ce qui a grandement influencé sa narration et sa réalisation[41]. De Perfect Blue au film interrompu Dreaming Machine, toutes les œuvres de Kon ont été inspirées par celles d'Hirasawa[43],[44],[45],[46],[47],[48]. La chanson Rotation (LOTUS-2) de Susumu Hirasawa, qui est la chanson thème de Millennium Actress, a été jouée lors des funérailles de Kon[43].

Kon dit être influencé par tout ce qu'il a vécu dans sa vie : l'écriture, la peinture, la musique, le cinéma, les bandes dessinées, l'animation, la télévision et le théâtre[41]. Il a beaucoup appris d'Osamu Tezuka et de Katsuhiro Ōtomo dans le domaine des mangas, de Hayao Miyazaki dans le domaine de l'animation, et d'Akira Kurosawa et de nombreux autres grands réalisateurs japonais et internationaux dans le domaine du cinéma[41].

Dans son enfance, il était familiarisé avec les mangas et les dessins animés d'Osamu Tezuka, notamment Astro Boy, Le Roi Léo et Princesse Saphir[49].

Pendant ses années de collège et de lycée, il a regardé avec avidité des dessins animés tels que Yamato (1974), Heidi (1974), Conan, le fils du futur (1978), Galaxy Express 999 (1978-1981) et Mobile Suit Gundam (1979), que les fans d'anime ont adorés.[41],[49]

Katsuhiro Ōtomo a eu une grande influence sur lui, et il cite Dōmu et Akira comme ses œuvres préférées. Il a tellement aimé Dōmu qu'il a dit que s'il pouvait faire un film, ce serait celui-là[49],[50]. Il a également déclaré avoir été fortement influencé par la technique du manga new wave (ja), lancée par Ōtomo et d'autres, qui se concentre sur des personnes ordinaires qui ne peuvent pas être les personnages principaux et dépeint des histoires dans lesquelles rien de spécial ne se produit avec un pouvoir descriptif écrasant[51].

Il a déclaré que son style de dessin est influencé par Ōtomo car il était son assistant lorsqu'il était dessinateur de mangas.[50],[11],[52] Après son entrée dans l'industrie de l'anime, il a été grandement influencé par les animateurs Hiroyuki Okiura, Toshiyuki Inoue, Takeshi Honda et Masashi Andō, et le directeur artistique Takashi Watabe[53].

Après être entré à l'université, il a essentiellement regardé des films en prises de vues réelles.[50] Il a vu la plupart des films en vidéo et a pris l'habitude de dessiner des mangas basés sur le décor, le format et la mise en scène des scènes.[50] Kon a déclaré : J'ai beaucoup appris des réalisateurs japonais, en particulier Akira Kurosawa, mais ce sont les films américains qui m'ont beaucoup aidé à développer ma propre grammaire cinématographique[18]. D'autre part, il a également déclaré qu'il trouvait intéressant que son univers cinématographique soit très asiatique, même s'il se référait trop clairement à la grammaire des films américains.[18],[24] Cependant, il n'a pas été influencé par un film ou un réalisateur en particulier, mais par tout ce qu'il avait vu, petit à petit[54]. Il cite toutefois Slaughterhouse Five (1972) de George Roy Hill, ou Bandits, bandits (1981), Brazil (1985) et Les Aventures du baron de Münchhausen (1988) de Terry Gilliam, pour autant qu'ils soient directement liés à ses films. [18] Selon lui, le « temps subjectif » du premier a influencé des films comme Perfect Blue et Millennium Actress, tandis que le thème du second a inspiré son motif, "mélangeant rêve et réalité." [18]

En ce qui concerne les romans, les œuvres de Ryōtarō Shiba, un romancier historique japonais, ont eu une grande influence sur Kon dans sa réflexion sur le Japon[41]. Il a également été très inspiré par Haruki Murakami, dont les œuvres ont été traduites dans de nombreuses langues étrangères.[41] Il avait vu le film Blade Runner avant de lire les romans de Philip K. Dick, et bien qu'il n'ait pas lu toutes ses œuvres, il était l'un des auteurs préférés de Kon, Kon s'étant beaucoup intéressé à l'imagerie cauchemardesque grâce à lui[23],[27]. Il était un fan des œuvres de Yasutaka Tsutsui avant même de réaliser Paprika, et l'expérience de la lecture intensive des œuvres de Tsutsui lorsqu'il avait environ 20 ans a eu une influence fondamentale sur lui[55]. Selon lui, l'attrait des œuvres de Yasutaka Tsutsui réside dans "l'écart par rapport à la norme"[41].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Manga[modifier | modifier le code]

Source [6],[10],[15]

  • 1985 : Toriko (?)
  • 1990 : Kaikisen (1 vol)
  • 1991 : World Apartment Horror (1 vol)
  • 1994-1995 : Seraphim (Seraphim 266613336 no tsubasa), avec Mamoru Oshii (inachevé, 1 vol)
  • 1995-1996 : Opus (inachevé, 2 vol)
  • 2011 : Fossiles de rêves (夢の化石, Yume no kaseki?), recueil d'histoires courtes

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisations
Autres

Récompenses[modifier | modifier le code]

Pour Perfect Blue[56] :

  • Prix du meilleur long métrage d'animation lors de la 2e édition du B-Movie Film Festival
  • Prix du meilleur film d'animation lors de la 6e édition de FanTasia
  • Prix du meilleur film d'animation fantastique lors de la 17e édition de Fantasporto

Pour Millenium Actress[57] :

Pour Tokyo godfathers[59] :

  • Prix d'excellence lors de la 7e édition du Japan Media Arts Festival catégorie animation[60]
  • Grand Prix de l'animation lors de la 58e édition du Prix du film Mainichi

Pour Paprika[61] :

Pour Opus :

  • Prix Asie de la Critique ACBD 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Álvaro Arbonés, Satoshi Kon : la mirada de un autor, Héroes de Papel, , 224 p. (ISBN 978-84-17649-42-5).
  • (it) Andrea Fontana (dir.) et Enrico Azzano (dir.) (préf. Marco Müller), Satoshi Kon : il cinema visionario di uno dei più eccentrici protagonisti dell'animazione giapponese, Milan / Udine, Mimesis, coll. « Cinema » (no 95), , 354 p. (ISBN 978-88-5757-684-8).
  • Xavier Kawa-Topor et Ilan Nguyen, « Satoshi Kon », dans Nouvelles Images du Japon - films d'animation et cinéma numérique, 2003, Forum des Images, p. 20–23, (ISSN 1634-6882).
  • (en + de + fr + ja) Masanao Amano, Manga Design, Cologne, Taschen, coll. « Mi », , 576 p., 19,6 cm × 24,9 cm, broché (ISBN 978-3-8228-2591-4, présentation en ligne), p. 226-229
    édition multilingue (1 livre + 1 DVD) : allemand (trad. originale Ulrike Roeckelein), anglais (trad. John McDonald & Tamami Sanbommatsu) et français (trad. Marc Combes)
  • (es) Francisco Javier López Rodríguez, Satoshi Kon : Superando los límites de la realidad, Dolmen Editorial, coll. « Manga Books » (no 23), , 256 p. (ISBN 978-84-15296-48-5).
  • (en) Andrew Osmond, Satoshi Kon : The Illusionist, Berkeley, Stone Bridge Press, (ISBN 978-1-933330-74-7).
  • Olivier Père, « Satoshi Kon (1963-2010), rêves de mangas », Cahiers du cinéma, no 660,‎ , p. 62-63.
  • Julien Sévéon, Satoshi Kon : rêver la réalité, Cinexploitation, , 232 p. (ISBN 978-2-49-3497-00-0).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « MADHOUSE PEOPLE FILE No.035 今 敏 - SATOSHI KON - » [archive du ], Madhouse (consulté le )
  2. (ja) « 魂の玉座 », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  3. (ja) « 今 敏監督の想い出:The Memory of Kon Satoshi∼世界中の監督に尊敬される監督を偲ぶ », sur BANGER!!!, ジュピターエンタテインメント株式会社,‎ (consulté le )
  4. a b c d e et f (ja) « PROFILE & WORKS Who am I ? », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  5. a et b (ja) « 彷徨える魂 », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  6. a et b (ja) « 資料室 » [archive du ], ちばてつや公式サイト (consulté le )
  7. a b c d e f g et h (en) « Interview de Satoshi Kon sur le site Anime News Network », (consulté le )
  8. a et b (ja) « Interview 06 1998年3月 フランスから「パーフェクトブルー」に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏 (consulté le )
  9. a b c d e et f (ja) « Interview 10 2001年11月アメリカからと2002年4月イタリアからの二つのインタビューの合成 (未発表) », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  10. a b et c (ja) « COMIC BOOK », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  11. a b c d et e (ja) « Interview 05 1998年2月 アメリカから「パーフェクトブルー」に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  12. a b c d e et f (ja) « Q&A? -4- », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  13. a b c d et e (ja) « Interview 02 2002年12月 イタリアから、主に「千年女優」に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  14. (ja) (fr) Memories of Memories, documentaire inclus dans le coffret DVD de Memories.
  15. a b et c (ja) « UNRELEASED COMIC », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  16. a b et c (ja) « Interview 04 1998年1月ドイツから「パーフェクトブルー」に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  17. (ja) 数土直志, « 『千年女優』の今 敏監督作品が世界で「千年生き続ける」理由――没後10年に捧ぐ (2/7) », sur ITmedia ビジネスオンライン, アイティメディア株式会社,‎ (consulté le )
  18. a b c d e et f (ja) « Interview 01 2002年12月オーストラリアから、主に「千年女優」に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  19. a b et c (ja) « Interview 07 2004年6月 アメリカから、監督作品全般に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  20. a b c d et e (en) « Interview de Satoshi Kon sur le site Midnight Eye », (consulté le )
  21. a b et c Voir section Récompenses
  22. a et b (en) « Interview de Satoshi Kon sur le site Midnight Eye », (consulté le )
  23. a b c d e et f « Interview de Satoshi Kon sur le site Catsuka » [archive du ], (consulté le )
  24. a b et c (en) « Interview de Satoshi Kon sur le site DVD Vision Japan » (consulté le )
  25. (ja) « site officiel de Tokyo Godfathers » (consulté le )
  26. (en) « Interview de Satoshi Kon sur le site Game Star » (consulté le )
  27. a et b (en) « Interview de Satoshi Kon sur le site de l'éditeur Tokyo Pop » (consulté le )
  28. Le Coup de Cœur d'Olivier Bénis : le film d'animation Paprika, franceinter.fr, 17 mai 2016, par Olivier Bénis
  29. (ja) « Interview vidéo de Satoshi Kon sur le site Première » (consulté le )
  30. (ja) « Site Officiel de Janica » (consulté le )
  31. (fr) « Décès du cinéaste d'animation Satoshi Kon sur Allociné », (consulté le )
  32. « Un docu sur le génie de l'animation japonaise Satoshi Kon : le réalisateur nous en dit plus », sur Les Inrocks (consulté le )
  33. (ja) « 本田雄インタビュー 「千年女優」と今 敏 監督の思い出を語る (後編) », sur アニメ!アニメ!, 株式会社イード,‎ (consulté le )
  34. (ja) 藤津亮太, « 「虚構と現実」の狭間で…"没後10年"今敏監督はアニメで何を描き続けていたのか? (2/5) », sur 文春オンライン, 文芸春秋,‎ (consulté le )
  35. (ja) 藤津亮太, « 「虚構と現実」の狭間で "没後10年"今敏監督はアニメで何を描き続けていたのか? (3/5) », sur 文春オンライン, 文芸春秋,‎ (consulté le )
  36. (ja) タニグチリウイチ, « アニメだから表現できた現実と虚構のミックス――没後10年を迎える今敏監督作品を観よう », sur IGN Japan, 産経デジタル,‎ (consulté le )
  37. a b et c (ja) 藤津亮太, « 「虚構と現実」の狭間で…"没後10年"今敏監督はアニメで何を描き続けていたのか? (4/5) », sur 文春オンライン, 文芸春秋,‎ (consulté le )
  38. (ja) « 押井守と今 敏……世界が称賛するアニメ界の巨匠はいかにして伝説となったのか? 代表作で振り返る2人のキャリア », sur BANGER!!!, ジュピターエンタテインメント株式会社,‎ (consulté le )
  39. a b c d e f g et h Aimee Giron, « HT Talks To . . . FilmMaker Satoshi Kon », Sound & Vision, (consulté le )
  40. a et b (fr) « Interview de Satoshi Kon sur le site Film de culte » (consulté le )
  41. a b c d e f g et h (ja) « Interview 18 2004年9月、アメリカから『妄想代理人』について », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le ).
  42. (ja) « 【氷川教授の「アニメに歴史あり」】第29回 今敏監督作品が遺したメッセージ », sur アニメハック, 株式会社エイガ・ドット・コム,‎ (consulté le )
  43. a et b (ja) 藤津亮太, « 「虚構と現実」の狭間で…"没後10年"今敏監督はアニメで何を描き続けていたのか? (5/5) », sur 文春オンライン, 文芸春秋,‎ (consulté le )
  44. (ja) « Interview 14 2002年3月 国内の雑誌から「千年女優」に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  45. (ja) « パーフェクトブルー戦記 その1●発端 », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  46. (ja) « 東京ゴッドファーザーズ雑考 -決算2002より- 05 », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  47. (ja) « 妄想の十三「終わり無き最終回。」 -その7- 誰がおまえの父さんだ », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  48. (ja) « 『パプリカ』今敏監督、爆弾発言?「白人に認められればいいって考え気持ちが悪い」 », sur シネマトゥデイ, 株式会社シネマトゥデイ,‎ (consulté le )
  49. a b et c (ja) « Q&A? -4- », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  50. a b c et d (en) « Interview with Satoshi Kon, Director of Perfect Blue » [archive du ] (consulté le )
  51. (ja) « 今敏監督をしのんで 平尾隆之監督が今監督に教わったこと (3) », sur アニメハック, 株式会社エイガ・ドット・コム,‎ (consulté le )
  52. (ja) « 没後10年、世界中のクリエイターに影響を与えた今敏監督の功績 未発表作はどう決着する? (1/2) », sur リアルサウンド,‎ (consulté le )
  53. (ja) « KONTACT BOARD 4 - Re: 「素敵なお土産」いただきました! », KON'S TONE,‎ (consulté le )
  54. (ja) « Interview 03 2002年12月 カナダから、主に「千年女優」に関するインタビュー », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  55. (ja) « Interview 21 2007年7月 オランダから『パプリカ』について », sur KON'S TONE, 今敏,‎ (consulté le )
  56. (en) Récompenses pour Perfect Blue sur l’Internet Movie Database
  57. (en) Récompenses pour Millenium Actress sur l’Internet Movie Database
  58. (en) « Japan Media Arts Festival Animation Division Grand Prize Millenial Actress » (consulté le )
  59. (en) Récompenses pour Tokyo godfathers sur l’Internet Movie Database
  60. (en) « 2003 Japan Media Arts Festival Animation Division Excellence Prize TOKYO GOD FATHERS » (consulté le )
  61. (en) Récompenses pour Paprika sur l’Internet Movie Database