Sasol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sasol
Description de l'image Sasol.gif.
Dates clés 1927, fondation
Fondateurs Mr Fischer
Personnages clés Kann Estelle
Forme juridique SA
Site web www.sasolwax.com
Chiffre d’affaires 10,911 milliards de dollars (2006)

Sasol (en afrikaans Suid-Afrikaanse Steenkool-, Olie - en Gasmaatskappy - Charbon et pétrole sud-africain) est une entreprise de l'industrie chimique basée en Afrique du Sud.

C'est la deuxième entreprise d'Afrique du Sud derrière Old Mutual et la troisième entreprise d'Afrique[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les activités de Sasol ont été déployées afin de pallier le manque de pétrole que subissait l'Afrique du Sud suite aux sanctions internationales contre l'apartheid[2].

En septembre 2000, Sasol Oil ouvre une station-service au Mozambique, sa première en dehors des frontières sud-africaines[3].

En octobre 2000, Sasol signe avec Chevron la création d'une joint-venture 50/50 pour le développement mondial de leur activité de production de GTL[4].

En février 2004, Sasol inaugure l'ouverture de la plus grande usine de production d'oxygène sur le site de Secunda, une usine fabriquée par Air Liquide et affichant une capacité de production de 4000 tonnes d'oxygène journalier[5].

En mai 2015, pour faire face à la chute du prix du pétrole, Sasol licencie plus de 1000 employés, principalement sur ses sites sud-africains[6].

Activité[modifier | modifier le code]

Sasol est spécialisée dans la transformation de charbon et de gaz naturel en hydrocarbures liquides selon le procédé Fischer-Tropsch. Une partie des process industriels de Sasol est gardée secrète par l'entreprise, qui ne cède aucune licence d'exploitation de ses technologies[2].

L'état sud-africain se porte garant de la rentabilité de Sasol, rentabilité qui dépend fortement du prix du pétrole. Lorsque le prix du pétrole baisse, Sasol bénéficie de subventions publiques, subventions que l'entreprise rembourse à l'État lorsque les cours du pétrole se portent mieux[2].

Accidents[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1980, une attaque sur les sites de production de la Sasol fut organisée par l'Umkhonto we Sizwe. Deux commandos entraînés en Angola se sont introduits dans les raffineries Sasol 1 et NATREF, puis Sasol 2 deux semaines plus tard, et ont fait exploser les réserves de fuel. Un employé de Sasol, Patrick Chamusso, fut injustement accusé de ces attaques, puis détenu et torturé pendant 2 semaines, ce qui inspira directement le film Au nom de la liberté[7],[8].

Le 3 janvier 1989, l'usine Sasol 3 située en Afrique du Sud prend feu, provoquant la mort de 9 personnes[9].

Le 13 mai 1993, une explosion dans une mine de Sasol provoque la mort de 53 ouvriers. L'explosion est liée à une faible ventilation des souterrains de la mine ainsi qu'à de faibles standards de sécurité[10].

Le 5 mai 2000, une fuite de gaz de l'usine de polymère de Sasol à Lotus Park (Afrique du Sud) provoque l'hospitalisation en urgence de 120 enfants et personnel d'une école à proximité. L'usine fut fermée, puis rouverte quelques semaines plus tard. Le 14 septembre 2000, une nouvelle fuite de la même usine provoque une fois de plus l'hospitalisation en urgence de 25 personnes, en majorité des enfants[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Africa Report, Éditions Jeune Afrique, avril 2007
  2. a, b et c Stéphane Foucart, « Le charbon liquéfié succédera-t-il au pétrole ? », sur Lemonde.fr,‎
  3. (en) « Fuel service station, Mozambique », sur Engineeringnews.co.za,‎
  4. (en) « Chevron and Sasol Launch Global Joint Venture », sur Chevron.com,‎
  5. « Air Liquide et Sasol inaugurent la plus grande usine d'oxygène du monde », sur Usinenouvelle.com,‎
  6. (en) Moyagabo Maake, « Sasol cuts more than 1000 jobs to survive lower oil prices », sur Fin24.com,‎
  7. (en) « SASOL plant under attack », sur Sahistory.org.za
  8. (en) « SCOPE MAGAZINE 20 JUNE 1980 ( SASOL ATTACK - AL J VENTER ) », sur Bidorbuy.co.za,‎
  9. (en) « Latest on the Sasol fire », sur Insurance-times.net,‎
  10. (en) « 'Sasol could have prevented colliery deaths' », sur Mg.co.za,‎
  11. (en) Tony Carnie, « Gas leak lands 25 in hospital », sur Iol.co.za,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]