Sarrewerden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Neuf-Sarrewerden.
image illustrant une commune du Bas-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Bas-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Sarrewerden
Collégiale Saint-Blaise (XVe siècle) et mairie.
Collégiale Saint-Blaise (XVe siècle) et mairie.
Blason de Sarrewerden
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton Sarre-Union
Intercommunalité C.C. du Pays de Sarre-Union
Maire
Mandat
Jean-Joseph Taesch
2014-2020
Code postal 67260
Code commune 67435
Démographie
Population
municipale
900 hab. (2013)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 25″ Nord 7° 05′ 04″ Est / 48.9236, 7.0844
Altitude Min. 217 m – Max. 336 m
Superficie 16,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Sarrewerden

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Sarrewerden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sarrewerden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sarrewerden

Sarrewerden est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Ancien chef-lieu du comté éponyme jusqu'en 1629, la commune est mosellane en 1790 puis bas-rhinoise depuis 1793[1]. Elle est depuis lors dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Le 1er mars 1972, la commune a fusionné avec Bischtroff-sur-Sarre et Zollingen.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la région naturelle de l'Alsace Bossue.

Elle est traversée par la ligne de (Sarrebourg) Berthelming à Sarreguemines. Cependant le tronçon entre Berthelming et Sarre-Union est actuellement inexploité et la gare de Sarrewerden est fermée à tout trafic.

Communes limitrophes de Sarrewerden
Harskirchen Sarre-Union Rimsdorf
Sarrewerden
Diedendorf Wolfskirchen Burbach

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • venant de Sarre, la rivière qui traverse le village et Werd, « île » qui désigne un îlot se trouvant à proximité[2].
  • anciennes mentions[1]: Altsaarwerden, Vieux Sarverden (1793), Vieux Saarwerden (1801).
  • Sààrwerde en francique rhénan[3]. Saarwerden en allemand.
  • Sobriquet des habitants : Schisskiwel[4] (pots de chambre).

Histoire[modifier | modifier le code]

Minerve trouvée à Pisdorf (Musée archéologique de Strasbourg).

Sarrewerden fut le siège d'un comté de Sarrewerden ou de Nassau-Saarwerden, terre d'Empire et de tradition réformée. Il appartint à la Maison de Nassau, puis fit partie de l’État souverain donné à Charles-Henri de Lorraine-Vaudémont par Charles IV de Lorraine, mais fut annexé par la France en 1793. Également, la prévôté de Sarrewerden (orthographié Sarverden) a fait partie du Bailliage d'Allemagne de la Lorraine[5], ce bailliage fut supprimé en 1751.

Avant la Révolution de 1789, à la suite du traité de Ryswick (1697), Louis XIV avait dû restituer aux comtes de Nassau dans le cadre de l'Empire (c'est-à-dire du royaume d'Allemagne) l'ancien comté de Sarrewerden, à l'exception de Bockenheim-Sarrewerden, recouvrés par Léopold Ier duc de Lorraine. En 1766, ces deux cités revinrent avec la Lorraine à la couronne française. Entretemps, pour compenser la perte de Sarrewerden, l'ancienne capitale du comté, les princes de Nassau avaient fondé en 1702 (sur le ban communal de Zollingen) l'actuelle « Villeneuve » (Neustadt) appelée Neusaarwerden. En 1794, Neusaarwerden et Bockenheim furent réunies sous le nom de Saar-Union. Saar Union a été francisé en Sarre-Union après la Première Guerre mondiale.

Les autres localités de l'ancien comté de Sarrewerden et de la prévôté de Herbitzeim furent réparties entre les Nassau-Sarrebrücken (bailliage de Harskirchen) et les Nassau-Weilburg (bailliage de Neusaarwerden).

Sarrewerden devint une dépendance du royaume de France de 1766 à 1789, fut ensuite rattachée au département de la Moselle en 1790 puis au Bas-Rhin en 1793[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Sarrewerden

Les armes de Sarrewerden se blasonnent ainsi :
« De sable à l'aigle bicéphale d'argent, becquée et membrée d'or, lampassée de gueules. »[6].

Il s'agit du blason du comté de Sarrewerden ou de Nassau-Saarwerden ; ces armes sont incluses dans certains blasons de la maison de Nassau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2007 Gérard Berg    
2007 en cours Jean-Joseph Taesch[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 900 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
388 474 474 592 690 650 615 602 584
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
546 566 576 563 571 517 538 542 516
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
520 530 523 480 437 426 395 391 359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
418 429 947 967 987 1 013 956 936 938
2013 - - - - - - - -
900 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Frédéric III de Sarrewerden (Friedrich III von Saarwerden) est né en 1348 à Sarrewerden, et décédé le 9 avril 1414 au château de Poppelsdorf (actuellement un quartier de Bonn). Il fut archevêque de Cologne de 1370 à 1414. À la mort de son frère Henri II en 1397, Friedrich III dirigea temporairement le comté de Sarrewerden, avant d'en céder le gouvernement à Friedrich von Moers. Son neveu Dietrich II. von Moers lui succéda à l'archevêché.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dagobert Fischer, Sarre-Union, Sarrewerden et leurs environs : histoire de l'ancien comté de Saarwerden et de la prévoté de Herbitzheim, Res Universis, Paris, 1993, 211 p. (ISBN 2-87760-950-2) (titre original : Histoire de l'ancien comté de Saarwerden et de la prévoté de Herbitzheim, 1877)
  • Jean-Louis Wilbert et al., L'Église collégiale Saint-Blaise de Sarrewerden, Société d'histoire et d'archéologie de Saverne et environs, Saverne, 1987 (numéro spécial de Pays d'Alsace, 0245-8411, 138 bis, 1987)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Notice de la Lorraine qui comprend les duchés de Bar et de Luxembourg, 1840
  3. Geoplatt
  4. Jean-Louis Wilbert - Les sobriquets d'Alsace Bossue - Tome 2 (2009)
  5. Henri Lepage - Le département de la Meurthe (1845)
  6. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  7. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  9. Bernard Vogler, « Liste de localités ayant de nos jours une église simultanée », in Antoine Pfeiffer (dir.), Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie, SAEP, Ingersheim ; Oberlin, Strasbourg, 2006, p. 298 (ISBN 2-7372-0812-2)