Sarolta Steinberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sarolta Steinberger
Description de cette image, également commentée ci-après
Sarolta Steinberger, vers 1905
Naissance
Tiszaújlak Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie (actuelle Vylok (en) Ukraine)
Décès (à 90 ans)
Budapest Drapeau de la Hongrie Hongrie
Pays de résidence Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie - Drapeau des États-Unis États-Unis - Drapeau de la Hongrie Hongrie
Diplôme
Docteur en médecine de l'université Loránd Eötvös
Profession

Sarolta Steinberger, née le à Tiszaújlak, en Autriche-Hongrie, actuelle Vylok (en) en Ukraine, et morte le à Budapest en Hongrie, est la première femme diplômée en médecine en Autriche-Hongrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Elle est issue d'une famille riche, va en école privée et fréquente l'école à Kolozsvár, aujourd'hui Cluj-Napoca en Roumanie[1].

En , le nouveau ministre de l'Éducation et de la Religion, Gyula Wlassics (en), adopte une loi qui permet aux femmes, d'aller à l' l'université Loránd Eötvös de Budapest pour étudier la médecine[1]. En 1900, le Sunday News annonce que Steinberger est diplômée en médecine. Elle est la première femme à obtenir ce diplôme en Hongrie[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après l'obtention de son diplôme, elle étudie la gynécologie à l'étranger pendant deux ans. Elle retourne ensuite pratiquer la médecine en Hongrie où elle rejoint une organisation féministe. Elle enseigne[2] et écrit une série d'articles sur l'histoire des médecins en 1902.

Elle travaille à la clinique Tauffer, fondée par William Tauffer en 1888[2]. En 1913, les femmes médecins ne sont plus obligées de travailler aux côtés de médecins masculins[3].

En 1928, elle devient la directrice de l'institut national de sécurité sociale, jusqu'en 1944[2].

Elle aurait pu quitter la Hongrie en 1938 après l'annexion du pays par l'Allemagne, avec le soutien des États-Unis et de la militante Carrie Chapman Catt. En effet, le Prix Nobel de la Paix Rosika Schwimmer se rapproche de Catt afin qu'ils signent conjointement une lettre afin de supporter la venue d'Eugénia Meller et de Sarolta Steinberger aux États-Unis, mais Catt refuse de signer, justifiant qu'elle est âgée[4].

Steinberger quitte la direction de l'institut national de la sécurité social 1944, avec l'entrée en vigueur de lois restreignant les fonctions pouvant être occupées par des Juifs[2].

Elle meurt à Pesthidegkút près de Budapest en 1965[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Women can also study at Hungarian universities, 19 December 2011, Hirek.sk, Retrieved 21 April 2017
  2. a b c d et e (hu) « Steinberger Sarolta (1875-1966) is a doctor, a feminist », sur Nokert.hu, (consulté le 21 avril 2017).
  3. Jennifer S. Uglow, Maggy Hendry, The Northeastern Dictionary of Women's Biography, UPNE, 1999, p. 268
  4. (en) Francisca de Haan, Krasimira Daskalova et Anna Loutfi, Biographical Dictionary of Women's Movements and Feminisms in Central, Eastern, and South Eastern Europe: 19th and 20th Centuries, Central European University Press, (ISBN 978-963-7326-39-4, lire en ligne), p. 334

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :