Sargassum fluitans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sargassum fluitans
Description de cette image, également commentée ci-après
Saragassum fluitans 
Classification selon AlgaeBase
Domaine Eukaryota
Règne Chromista
Embranchement Ochrophyta
Classe Phaeophyceae
Sous-classe Fucophycidae
Ordre Fucales
Famille Sargassaceae
Genre Sargassum

Nom binominal

Sargassum fluitans
(Børgesen) Børgesen, 1914[1]

Synonymes

  • Fucus baccifer var. oblongifolius Turner, 1807[1],[2]
  • Sargassum hystrix var. fluitans Børgesen, 1914[1],[2]

Sargassum fluitans est une espèce d’algues brunes pélagiques de la famille des Sargassaceae. Elle joue un rôle écologique important en constituant un habitat dérivant abritant et nourrissant de nombreuses espèces en pleine mer[3].

Elle s’est surtout fait connaître du grand public pour avoir été aussi retrouvée (souvent avec une autre espèce proche de sargasse : Sargassum natans) dans les « marées brunes » qui depuis 2011 posent problème dans le Golfe du Mexique et aux Antilles et plus largement dans la zone Caraïbe où certaines plages touristiques ont été couvertes de laisses de mer atteignant plus de 1 m d’épaisseur. De petits échouages épisodiques étaient normaux et connus dans les caraïbes, en général durant les mois d’automne et d’hiver, mais les surfaces, épaisseurs de laisses de mer observées depuis 2011 sont historiquement sans précédents et jugé préoccupants[4] par les autorités de nombreux pays, dont la France.

Description[modifier | modifier le code]

Les descriptions du début du XXe siècle, mar exemple de Parr (1939) reconnaissent deux formes de S. fluitans (III, X) et quatre formes de S. natans (I, II, VIII, IX) [5]. La forme la plus présente dans les échantillonnages des pullulations de Sargassum étudiées dans les Caraïbes en 2014/2015, étaient Sargassum natans VIII Parr (tige lisse sans épines et régulière, larges talles et épines rares sur le reste de la plante), qui est facile à confondre avec S. fluitans pour un non-spécialiste[5].
Des études génétiques doivent encore préciser le statut de cette forme particulière[5].

Importance écosystémique[modifier | modifier le code]

La biomasse importante de Sargassum fluitans pélagique dans les eaux oligotrophes (naturellement très pauvres en éléments nutritifs) de la Mer des Sargasses (et depuis 2011) d’autres parties de l’Atlantique a longtemps été considérée comme paradoxale. Des études ont depuis montré que les radeaux flottants de cette espèce constituent des oasis qui dans les déserts océaniques oligotrophes attirent et concentrent des poissons (et attirent parfois des oiseaux marins) ; hôtes dont les excréments riches en fer et en phosphore réactif soluble et en ammonium bio-assimilables nourrissent directement les algues, même si dans les régions oligotrophes des océans, leur vitesse de croissance reste lente. Il y a une association mutualiste entre l’algue et les organismes qui s’y fixent, s’y abritent ou s’y nourrissent. Les juvéniles de Carangidés se montrent notamment particulièrement utile à la plante.

On sait que dans les grands fonds marins, il n’y a pas de photosynthèse pour assurer une production primaire pouvant tenir lieu de source de carbone. Là les écosystèmes dépendent donc d’autres sources, essentiellement situées en surface. Le flux de carbone tombant de la surface de l’Atlantique vers ses grands fonds a été calculé, mais il avait au XXe siècle été très sous-estimé sous les parties de l’océan riches en radeaux dérivants de sargasses. La nécromasse sédimentée de Sargasses est plus volumineuse qu'on ne le pensait.
Des photos des sédiments abyssaux prises par les véhicule sous-marin autonome (AUV) montrent en profondeur « sous les sargasses » des cadavres d’algues qui sont sources d’acides gras et de nutriments, que des analyses isotopiques et du rapport C:N peuvent caractériser pour préciser leur rôle dans le flux de carbone et le réseau trophiques. La biomasse de Sargassum (poids frais) en eaux profondes a été estimé à (0,07-3,75 g/m2) soit plusieurs fois supérieure à celle estimée des eaux de surface de l’Atlantique Nord (0,024-0,84 g/m2). L’analyse biochimique montre une dégradation dès la chute vers le fond puis dans les profondeurs marines, cependant, mais les premières analyse des acides gras et des isotopes stables ne révèlent pas d’interactions trophiques directes entre ces algues et les grands organismes benthiques. C’est donc la chaîne alimentaire microbienne des grands fonds qui serait le maillon intermédiaire entre ces cadavres et les grands organismes benthiques.
Les radeaux dérivants à travers l’Atlantique abritent et transportent de nombreux organismes (épifaune) dont les excréments, excrétats et une partie des cadavres vont aussi « pleuvoir » vers le fond. On n’a pas encore mesuré l’importance des échanges verticaux induits, mais la sédimentation à grande échelle de Sargasses mortes constitue un lien trophique maintenant démontré entre la production de surface et la production benthique ; Ces espèces jouent donc aussi un grand rôle dans le cycle du carbone et pour le puits de carbone sédimentaire océanique de l’Atlantique équatorial et Nord[6].

Aire de répartition, invasivité, impacts[modifier | modifier le code]

Son aire de répartition est saisonnièrement déformée. Elle est de mieux en mieux connue depuis que l’imagerie satellite permet d’en suivre les « radeaux » flottants et dérivants, à grande échelle[7].

Cette aire (et la biomasse produite) semble avoir brutalement et récemment évolué (à partir de 2011, année où la population de cette espèce a explosé (conjointement avec celle de la seule autre espèces de Sargasse totalement pélagique : Sargassum natans).
L’espèce est retrouvée sur l’Atlantique équatorial et jusqu’en Afrique de l’Ouest où elle entre en compétition avec les 4 espèces locales de Sargasse (Sargassum cymosum C.Agardh, Sargassum filipendula C. Agardh, Sargassum vulgare C. Agardh et S. vulgare var. foliosissimum (Lamouroux) J. Agardh) en formant des bancs parfois grands et denses en mai et en juin (avec Sargassum natans) qui avant de s’échouer sur les plages ou les rives colonisent parfois outre les eaux marines côtières, des complexes lagunaires (tant qu’il reste assez salés), les embouchures et même certains canaux ; le problème s’est accentué au début du XXIe siècle pour devenir un « problème socio-économique » à partir de 2015-2016[8],[9]. Des échouages massifs et sans précédents (de mémoire d’homme et d’archives) ont aussi été constatés à partir de septembre 2014 sur l’Archipel de San Andrés, Providencia et Santa Catalina [10].

Biologie, cycle de vie [modifier | modifier le code]

Cette espèce se reproduit toute l’année et fait preuve de grandes facultés de régénération et de biosorption[11], elle résiste très bien aux ultraviolets et assez bien (pour une algue) à la dessication (comme la plupart des Fucales).

Elle présente un cycle d’abondance saisonnière, qui est en partie lié à ses déplacements passifs avec la masse d’eau.

Selon Oyesiku et Egunyomi (2015) les sargasses S. natans et S. fluitans se multiplient principalement par fragmentation et croissance continue des fragments.
Moreira et Suárez (2002) ont aussi montré qu’il existe une reproduction sexuée dans certaines conditions de « stress ».

Le cycle continu de croissance-reproduction végétatif et le caractère pélagique et flottant de l’espèce, associé à une possible reproduction sexuée (favorable à des adaptations plus rapides à certains changements environnementaux) confère à cette espèce les caractéristiques d’une espèce potentiellement invasive dans presque toute la zone tropico-équatoriale Atlantique. Elle s’étend sur des zones de trafic marchand (où les hélices de bateaux pourraient doper sa reproduction en déchiquetant et dispersant les bancs d’algues ?).

Marées brunes[modifier | modifier le code]

Lors d’un voyage d’étude en haute mer, des biologistes notent en 2015 que jamais ils n’ont mesuré une telle quantité de sargasses pélagiques, mais qu’en outre la forme dominante d’une des deux espèces impliquée dans les pullulations constatées depuis 2011 est une forme connue depuis longtemps, mais habituellement rare et bien différente des formes connues pour la même espèce dans la mer des Sargasses [12].

Les épaisses laisses de mer laissées depuis 2011 sur les plages de reproduction de tortues marines peuvent nuire à la reproduction de ces espèces[13]

Utilisations, R&D[modifier | modifier le code]

Cette plante intrigue depuis longtemps les biologistes marins, notamment parce qu’elle se montre très efficacement capable de se fournir en nutriments et oligoéléments dans le milieu marin, y compris à des endroits où des éléments sont rares (en zone oligotrophe et en particulier là où le phosphore est rare ou peu biodisponible[14]). Cette capacité a aussi intéressé le secteur de la recherche et développement de l’industrie métallurgique et en particulier de l’hydrométallurgie.

En 1995 Foureste et Volesky se sont penchés sur la capacité des groupes sulfonate et alginate présents dans la biomasse sèche de cette algue à biosorber des métaux lourds toxiques d’une eau contaminée[15] ou d’autres métaux d’intérêts économiques (et écotoxicologiques) communément présents en mer mais à l’état de trace et en quantité très dispersée comme le cadmium[16] ou le cuivre (qui est toxique pour de nombreuses espèces marines et notamment relargué par la plupart des antifoulings)[17]. En 2003, Palmieri, Volesky & Garcia publient une étude sur la capacité de S. fluitans à biosorber le lanthane (terre rare)[18] ou encore de l’uranium[19].

Phytothérapie[modifier | modifier le code]

Ces algues ne sont pas consommées ni utilisés comme médicaments, mais pourraient contenir des molécules d’intérêt pharmacochimique, dont par exemple des protecteurs contre les UV et des antioxydants[20].

Chimie verte[modifier | modifier le code]

Des biologistes et laboratoires de biotechnologies se sont aussi penchés sur le contenu[21] et la teneurs en stérols des fucacés[22] et en particulier de cette algue (qui contient plus de 10 stérols différents dont par exemple fucostérol, cholestérol, 24-méthylènecholestérol et trans-22-déhydrocholestérol[23]).

Engrais[modifier | modifier le code]

Les sargasses si elles n’ont pas été en présence de polluants (elles absorbent facilement de nombreux métaux) font un excellent engrais organique riche en nutriments et un très bon amendement des sols insulaires souvent appauvris par l’agriculture et l’érosion (McHugh, 2003), mais pour ne pas contribuer à la salinisation elles doivent être lavée et l’eau est souvent une ressource à ne pas gaspiller sur les îles (Gervais, 2014). Elles peuvent être séchée et lavées à la pluie ou lavées dans un estuaire pour réduire leur salinité.

Biomasse à vocation énergétique[modifier | modifier le code]

Les espèces de Sargassum présentent un potentiel énergétique certain[24],[25] pour la production (à partir de leur biomasse) de biogaz, biométhane (éventuellement injectable dans le réseau de gaz) et biocarburants, par digestion anaérobie (avec un très bon rendement en termes de rapport CH4/CO2 selon De La Rosa-Acosta et al. (2015)[26], avec même la possibilité d’utiliser des fermenteurs alimentés à l’eau de mer (mais le rendement est alors moindre à cause du sodium et du soufre qui sont deux inhibiteurs des organismes méthanogènes) et les matériaux doivent être insensible à la corrosion par le sel). De tels bioréacteurs ont été expérimentés par l’Université de Porto Rico[27]. Le rendement des cultures est amélioré, ainsi que la qualité du sol (McHugh, 2003). Les digestats de méthanisation ont été testés à Porto-Rico et ils ont constitués une très bonne source de nutriments, « même en tenant compte de la faible teneur en NPK des effluents (N: 6,3 mg / 100 g, P: 96,5 mg / 100 g et K: 28 mg / 100 g) » avec des résultats aussi bons ou meilleurs que d’autres engrais bio selon McHugh ( 2003)[28]. Le NPK total était moindre que dans les engrais conventionnels mais semblait être plus bioassimilable, et peu lessivable (nutriments à action lente, tout en contribuant à améliorer la capacité du sol à retenir l’eau et en favorisant la santé des plantes et la résilience de l’agrosystème face à divers stress comme le rapportent Kumari et al. (2013)[29] ou Roberts et al., (2015)[30]. En raison de sa teneur en eau, après broyage cette espèce pourrait être valorisée en carbonisation hydrothermale.

Moyens de lutte[modifier | modifier le code]

Ils seront nécessairement internationaux et concertés, et pour les actions préventives impliquent la participation des pays du bassin amazonien qui semblent en cause pour ce qui concerne les pertes croissantes de nutriments du bassin de l’Amazone vers la mer, sachant que les pressions conduisant à la déforestation sont aussi induites par le commerce international du bois, de la viande, du soja, de l’huile de palme, etc.

Avec les nouveaux moyens de détection, de météorologie et de modélisation des courants, il est théoriquement possible de suivre, tracer et prévoir l’arrivée massive de sargasses à proximité d’un littoral, et donc d’agir (si les conditions météo le permettent) plusieurs jours ou semaines avant l’échouage. Des systèmes de méthanisation en mer sont alors envisageables.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c AlgaeBase, consulté le 12 juin 2018
  2. a et b World Register of Marine Species, consulté le 12 juin 2018
  3. Coston-Clements, L., L. Settle, D. Hoss, and F. Cross. 1991. Utilization of the Sargassum Habitat by Marine Invertebrates and Vertebrates: A Review. Technical Memorandum NMFS-SEFSC-296, National Marine Fisheries Service, NOAA, Beaufort, NC, 32 pp
  4. Louime, C., Fortune, J., & Gervais, G. (2017). Sargassum Invasion of Coastal Environments: A Growing Concern. (PDF, 7 pages)
  5. a b et c Schell, J.M., D.S. Goodwin, and A.N.S. Siuda. 2015. Recent Sargassum inundation events in the Caribbean: Shipboard observations reveal dominance of a previously rare form. Oceanography 28(3):8–10, https://dx.doi.org/10.5670/oceanog.2015.70
  6. Baker, P., Minzlaff, U., Schoenle, A., Schwabe, E., Hohlfeld, M., Jeuck, A., ... & Frutos, I. (2017). Potential contribution of surface-dwelling Sargassum algae to deep-sea ecosystems in the southern North Atlantic. Deep Sea Research Part II: Topical Studies in Oceanography.
  7. Brooks M.T, Coles V, Hood R.R & Gower J.F.R (2016). Linking Satellite Observations with Coupled Bio-physical Models of Sargassum. In American Geophysical Union, Ocean Sciences Meeting 2016, abstract# ME23A-07 (résumé).
  8. Sankare Y, Komoe K, Aka K.S & Bamba A (2016) Répartition et abondance des sargasses Sargassum natans et Sargassum fluitans (Sargassaceae, Fucales) dans les eaux marines ivoiriennes (Afrique de l’Ouest). International Journal of Biological and Chemical Sciences, 10(4), 1853-1864.
  9. Oyesiku O.O & Egunyomi A (2014) Identification and chemical studies of pelagic masses of Sargassum natans (Linnaeus) Gaillon and S. fluitans (Borgessen) Borgesen (brown algae), found offshore in Ondo State, Nigeria. African Journal of Biotechnology, 13(10)
  10. Gavio, B., Rincón-Díaz, M. N., & Santos-Martinez, A. (2015). Massive quantities of pelagic Sargassum on the shores of San Andres Island, Southwestern Caribbean. Acta Biológica Colombiana, 20(1), 239-241
  11. Romera, E., Gonzalez, F., Ballester, A., Blazquez, M. L., & Munoz, J. A. (2006). Biosorption with algae: a statistical review. Critical reviews in biotechnology, 26(4), 223-235
  12. Schell J.M, Goodwin D.S & Siuda A.N (2015) Recent Sargassum inundation events in the Caribbean: Shipboard observations reveal dominance of a previously rare form. Oceanography, 28(3), 8-11.
  13. MacMillan, C. (2015). Evaluation of Anthropogenic Marine Debris and Sargassum fluitans and its Potential Impact on Sea Turtle Hatchlings at Sandy Point National Wildlife Refuge (résumé)
  14. Lapointe, B. E. (1986). Phosphorus-limited photosynthesis and growth of Sargassum natans and Sargassum fluitans (Phaeophyceae) in the western North Atlantic. Deep Sea Research Part A. Oceanographic Research Papers, 33(3), 391-399 (résumé).
  15. Fourest E & Volesky B (1995). Contribution of sulfonate groups and alginate to heavy metal biosorption by the dry biomass of Sargassum fluitans. Environmental Science & Technology, 30(1), 277-282
  16. Davis, T. A., El Cheikh Ali, F., Giannitti, E., Volesky, B., & Mucci, A. (2004). Cadmium biosorption by S. fluitans: treatment, resilience and uptake relative to other Sargassum spp. and brown algae. Water quality research journal of Canada, 39(3), 183-189
  17. Kratochvil, D., Fourest, E., & Volesky, B. (1995). Biosorption of copper by Sargassum fluitans biomass in fixed-bed column. Biotechnology letters, 17(7), 777-782 | résumé
  18. Palmieri, M. C., Volesky, B., & Garcia Jr, O. (2002). Biosorption of lanthanum using Sargassum fluitans in batch system. Hydrometallurgy, 67(1-3), 31-36|[} https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0304386X02001330 résumé]
  19. Yang, J., & Volesky, B. (1999). Biosorption of uranium on Sargassum biomass. Water Research, 33(15), 3357-3363
  20. Chale-Dzul, J., Freile-Pelegrín, Y., Robledo, D., & Moo-Puc, R. (2017). Protective effect of fucoidans from tropical seaweeds against oxidative stress in HepG2 cells. Journal of Applied Phycology, 29(5), 2229-2238
  21. Addico, G. N. D. (2016). Preliminary investigation into the chemical composition of the invasive brown seaweed Sargassum along the West Coast of Ghana. African Journal of Biotechnology, 15(39), 2184-2191
  22. Le Lann, K., 2009. Étude de la biodiversité des Sargassaceae (Fucales, Phaeophyceae) en milieu tempéré et tropical : Écologie, chimiotaxonomie et source de compostes bioactifs. Other [q- bio.OT]. Université de Bretagne occidental
  23. Smith, L. L., Dhart, A. K., Gilchrist, J. L., & Yong, Y. L. (1973). Sterols of the brown alga Sargassum fluitans. Phytochemistry, 12(11), 2727-2732 (résumé).
  24. Gervais, G. and M. Marty, 2014. Las Algas Marinas y la conversion de su mas cruda a combustible. University of Puerto Rico. El Centro de Energía Renovable.
  25. Gervais, G.W., 2014. Do we have enough Marine real Estate to produce biofuels for Puerto Rico? Proceedings of the Annual Meeting of the Puerto Rico Chapter of AAAS, (AAAS’ 14), Universidad del Turabo, Caguas, PR.
  26. De La Rosa-Acosta, M., D. Derilus, M. Morales-Medina, J. Fortuné and G.W. Gervais, 2015. Comparison of Different Methods to Measure Organic Matter Content in Feedstock and Effluents of a Saline Anaerobic Bioreactor for Biogas Production. Poster presentation at the annual undergraduate research symposium, Universidad del Este, Carolina, Puerto Rico ; Defenders of Wildlife, 2010. http://www.defenders.org/sites/default/files/publications/wildlife_and_offshore_drilling_sargassum.pdf
  27. CRES : Centre pour l’énergie renouvelable et la durabilité de l’Université de Porto Rico Rio Piedras
  28. McHugh, D.J., 2003. A guide to the Seaweed Industry. Other uses of Seaweeds, FOA Technical Paper, School of Chemistry, University College Univer.
  29. Kumari, R., I. Kaur and A.K. Bhatnagar, 2013. Enhancing soil health and productivity of Lycopersicon esculentum Mill. Using Sargassumjohnstonii Setchell and Gardner as a soil conditioner and fertilizer. J. Applied Phycol., 25: 1225-1225. DOI: 10.1007/s10811-012-9933-y
  30. Roberts D.A., N.A. Paul, S.A. Dworjanyn, M.I. Birdand R, de Nys (2015) Biochar from commercially cultivated seaweed for soil amelioration. Sci. Rep., 5: 9665-9665. DOI: 10.1038/srep09665

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie [modifier | modifier le code]

  • Barrett, S., Strong, E., Frazier, J., Hill, B., & Stokes, K. (2015). Coastal Texas Oceans II: Enhancing Remote Sensing Capabilities of the Sargassum Early Advisory System (SEAS) Through the Use of NASA EOS and Open Source GIS (résumé).
  • Doyle, E. and J. Franks, 2015. Sargassum Fact Sheet . Gulf and Caribbean Fisheries Institute
  • Dubbs, L. L., Piehler, M., & Colby, J. (2015). An examination of pelagic Sargassum community primary productivity and nutrient cycling in the face of Gulf Stream based energy. Oct. In OCEANS'15 MTS/IEEE Washington (pp. 1-6). IEEE (résumé).
  • Godavarthi, S., Kumar, K. M., Vélez, E. V., Hernandez-Eligio, A., Mahendhiran, M., Hernandez-Como, N., ... & Gomez, L. M. (2017). Nitrogen doped carbon dots derived from Sargassum fluitans as fluorophore for DNA detection. Journal of Photochemistry and Photobiology B: Biology, 172, 36-41 (résumé).
  • Gower, J. and S. King, 2008. Satellite images show the movement of floating Sargassum in the Gulf of Mexico and Atlantic Ocean. Nature Precedings
  • Maharani, A. A., Husni, A., & Ekantari, N. (2018). Effect of Extraction Methods on Characteristic of SodiumAlginate from Brown Seaweed Sargassum fluitans. Jurnal Pengolahan Hasil Perikanan Indonesia, 20(3), 478-487.
  • Vos, B., Foursoff, W., de Bruijn, L., & Bruijn, W. (2016). Coastal Seaweed Solutions (résumé).
  • Lapointe, B. E., West, L. E., Sutton, T. T., & Hu, C. (2014). Ryther revisited: nutrient excretions by fishes enhance productivity of pelagic Sargassum in the western North Atlantic Ocean. Journal of experimental marine biology and ecology, 458, 46-56.