Saramon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saramon
Saramon
L'église Saint-Pierre.
Blason de Saramon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Astarac-Gimone
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux Arrats Gimone
Maire
Mandat
Jean-Pierre Salers
2014-2020
Code postal 32450
Code commune 32412
Démographie
Gentilé Saramonais, Saramonaises
Population
municipale
808 hab. (2015 en diminution de 5,61 % par rapport à 2010)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 25″ nord, 0° 45′ 54″ est
Altitude 200 m
Min. 166 m
Max. 266 m
Superficie 13,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Saramon

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Saramon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saramon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saramon
Liens
Site web Site officiel

Saramon est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés Saramonais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne traversée par la Gimone et la route départementale D 12 (ancienne route nationale 626). Le village est en bordure de l'Astarac et du Savès à une altitude moyenne de 200 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saramon[1]
Castelnau-Barbarens Boulaur Tirent-Pontéjac
Lartigue Saramon Saint-Martin-Gimois
Sémézies-Cachan Saint-Élix Mongausy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Inondations de 1977 en Gascogne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à une crosse d'or accostée de deux croisettes pattées du même, au chef écartelé d'or et de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Pierre Salers DVG Artisan
Conseiller général puis départemental
1983 2001 André Laffont DVG  
1971 1983 Jean Montastruc PS Conseiller général
1959 1971 Joseph Rey    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 808 habitants[Note 1], en diminution de 5,61 % par rapport à 2010 (Gers : +1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
9569411 0541 1161 2161 2761 1741 2831 260
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 2991 3181 2041 2411 2401 2321 2201 123984
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
996974819806829797767740742
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
779759717661673759771782808
2015 - - - - - - - -
808--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 34 38 35 41 39 39 40 40
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abbaye bénédictine.
  • Dans les années 1920, un ensemble fut composé par un antiquaire parisien, Georges-Joseph Demotte, et intitulé " cloître de Samaron". Cette collection fut vendue à William R. Hearst en 1923 puis dispersée après sa mort dans différentes collections américaines. Si la ville de Saramon fut associée à ce "cloître", cette attribution est injustifiée. La diversité stylistique des pièces milite pour de multiples provenances (Saint-Gaudens, Agen, Pamiers, etc.).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture et événements[modifier | modifier le code]

Sports et associations[modifier | modifier le code]

Le football est représenté par le Sporting Club Saramonais, club fondé en 1940 qui évolue actuellement en Promotion Excellence pour l'équipe première et Promotion District pour l'équipe réserve. L'équipe joue à domicile au stade de La Garenne.

Le Sporting Club Saramonais compte aussi une école de football.

Saramon a aussi accueilli la Route du Sud. En effet, la deuxième étape de l'édition 2017 partant de la communauté de communes du Sor et de l'Agout s'est terminée à Saramon et a vu la victoire d'Elia Viviani au sprint.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :