Sarah Poniatowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sarah Poniatowski
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Famille
Autres informations
Site web
Distinction

Sarah Poniatowski, le à Neuilly-sur-Seine, est une designer et décoratrice d’intérieur, membre de la famille Poniatowski, exerçant en France. Elle est également connue sous son nom Sarah Lavoine durant son mariage avec le chanteur Marc Lavoine.

Elle a déposé une marque du nom patronymique de « Maison Sarah Lavoine », avant son divorce.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Jean Stanislas Poniatowski, longtemps directeur de Vogue[1] et de Sabine Marchal, décoratrice[2], sœur de Marie Poniatowski, créatrice de bijoux[3], elle est descendante d’une famille de la noblesse polonaise.

Elle grandit en France, où elle étudie dans un premier temps le théâtre, la psychologie et la communication, avant de se tourner vers l'architecture d'intérieur. Le , elle épouse, lors d'un mariage catholique à Marrakech, puis civil le , l'acteur et chanteur Marc Lavoine, avec qui elle a trois enfants : Yasmine en 1998, Roman le et Milo en 2010[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle réalise ses premiers chantiers au début des années 2000 et crée en 2002, la société homonyme Sarah Lavoine, son agence de décoration d'intérieur[5]. Elle imagine, crée et développe des ambiances et des styles pour habiller des intérieurs, qu'il s'agisse de maisons, de lofts ou d'appartements, mais aussi des hôtels, des boutiques et des espaces de réception[réf. nécessaire].

En 2010, elle présente l’émission Design by Sarah Lavoine sur la chaîne Odyssée (devenue Stylia par la suite)[6],[7],[8] et publie également un livre, Architecture intérieure, aux éditions de la Martinière. Elle ouvre sa première boutique à Paris, rue Saint-Roch.

En 2012, la CFOC (Compagnie française de l'Orient et de la Chine) fait appel à elle[réf. nécessaire] pour la réouverture de son magasin. La même année, elle lance sa propre collection d'objets de décoration[5],[9]. L'année suivante, elle ouvre sa seconde boutique, à Paris[2]. À cette époque, l'arrivée d'Edouard Renevier comme directeur général de la marque va donner un tournant à celle-ci[5].

Par la suite en 2014, elle décore un premier restaurant, le « Victoria 1836 »[5] puis inaugure le Elle Café à Tokyo, relooke le Club 13, ouvre une quatrième boutique dans le village de Passy[10]. Au cours de sa carrière elle collabore avec Sushi Shop, Delacre[11], mais également avec Monoprix ou La Redoute[5] ; pour cette dernière, Sarah Lavoine imagine une collection de mobilier d’intérieur et accessoires en 2009[12].

En 2017, elle est à la tête d'une entreprise employant 40 personnes, possédant 6 magasins et 80 points de vente dans le monde. En novembre, elle reçoit le prix Veuve Clicquot[13]. Quatre ans plus tard sa marque touche divers domaines, bien souvent par le biais de collaborations, tel le prêt-à-porter, les peintures dont le « Bleu Sarah » couleur qu'elle a déposé, les lunettes, le papier-peint, et plus seulement l'agencement de décoration[14]. Elle occupe alors une soixantaine de personnes et se voit diffusée dans 130 points de vente[5].

En , elle révèle sa séparation avec Marc Lavoine et leur intention de lancer une procédure de divorce après vingt-trois ans de mariage[15].

Le musée du Louvre la sollicite et début 2021 elle publie une collection « Tuillerie » d'une quarantaine de pièces commercialisées dans les boutiques à son nom ou sur le site internet du musée[16].

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Fulda, « Sarah Lavoine, une fille en vogue », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 19 / dimanche 20 décembre 2015, page 37.
  2. a et b Laëtitia Renevier, « Les 6 idées déco de Sarah Lavoine », L'Express Styles, no 3245,‎ , p. 78 (ISSN 0014-5270)
  3. « Ouverture Stone », sur lofficielmode.com (consulté le )
  4. « Sarah et Marc Lavoine attendent un troisième enfant - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  5. a b c d e et f Fraysse 2021, p. 94.
  6. « Sarah Lavoine lance son magazine de déco chic », sur leparisien.fr (consulté le )
  7. « Design by Sarah Lavoine »
  8. « Odyssée : la chaîne rebaptisée Stylia définitivement axée mode, luxe et art de vivre », sur premiere.fr (consulté le )
  9. « La première collection de mobilier et objets d’intérieur par Sarah Lavoine - News Téva déco », sur teva.fr (consulté le )
  10. Sylvie Wolff, « Villa Lavoine », L'Express dix, vol. supplément à L'Express no 3476,‎ , p. 38
  11. Laurence Haloche, « Sarah Lavoine, Paris est sa fête », Le Figaro Magazine, semaine du 10 novembre 2017, page 34.
  12. « Marc et Sarah Lavoine, nouveau duo pour La Redoute », sur levif.be, (consulté le )
  13. Les Échos entrepreneurs, 23 novembre 2017
  14. Fraysse 2021, p. 92 à 94.
  15. Sarah et Marc Lavoine divorcent après 23 ans de mariage.(consulté le 28 mars 2018)
  16. Fraysse 2021, p. 93.

Source[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Fraysse, « Maison Sarah Lavoine : richesse intérieure », Challenges, no 689,‎ , p. 92 à 94 (ISSN 0751-4417). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Lien externe[modifier | modifier le code]