Sarah Mostrel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarah Mostrel
Description de cette image, également commentée ci-après

Sarah Mostrel, en 2009

Alias
Sara Naor
Activité principale
Romancière, essayiste, nouvelliste, poétesse
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • La Rougeur des Pensées (2001)
  • La Caresse de l'Âme (2003)
  • Osez dire je t'aime (2009)
  • Un amour sous emprise (2016)

Sarah Mostrel, alias Sara Naor, est, musicienne, poètesse et romancière. Ingénieure de formation, elle est aujourd'hui journaliste.

Après avoir publié différents ouvrages sous le pseudonyme Sara Naor, elle reprend son patronyme en 2009, lors de la sortie de son essai Osez dire je t'aime.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sarah Mostrel est née en région parisienne[1]. À 7 ans, elle apprend le piano, pour lequel elle éprouvera une véritable passion. Elle part à 18 ans faire ses études en Israël et obtiendra le diplôme d’ingénieur en électronique du Technion, l’école polytechnique du pays. Dix ans plus tard, elle revient en France. En 1999, elle est primée lors d’un concours international de poésie organisé par la Porte des Poètes. Les textes de Sarah Mostrel voient le jour en 2000, date de sa première publication (L’Absolu illusoire, éd. La Porte des Poètes). Recueils de poésie et de nouvelles s’enchaînent, et Sarah Mostrel décide de s’adonner à l’écriture. Elle travaillera en tant qu’ingénieur jusqu’en 2002, mais déjà, elle publie des articles, pige pour plusieurs supports, et finalisera ce parcours en faisant une école de journalisme, métier qu’elle exerce actuellement dans la presse magazine.

Sarah Mostrel a publié en 2009 une enquête sur les relations amoureuses (Osez dire je t’aime, éd. Grancher), ainsi qu’un recueil de poésie (Le Parfum de la mandragore, éd. Atlantica Séguier). En décembre 2010, est sorti Désirs Pastel, un CD musical de 15 titres avec des textes inédits qu’elle a composés et qu’elle lit (et chante pour certains passages), sur une musique de Pierre Meige qui l’accompagne au piano. Un livre d’artiste, À cœur défendant, composé de 10 poèmes inédits de Sarah Mostrel est publié en 2011 aux éditions TranSignum, illustré des peintures de Jean-Luc Guinamant et traduit en anglais par Michel Lavaud. En 2012, voit le jour Tel un sceau sur ton cœur, aux éditions Auteurs du Monde[2] et en 2013, le premier volet d’une trilogie, Révolte d’une femme libre, un livre de nouvelles[3], suivi de La dérive bleutée. En 2016, sort Chemin de soi(e), un recueil de 75 poèmes illustré de ses propres photos.

Sarah Mostrel a été choisie pour figurer dans plusieurs anthologies poétiques : Anthologie de l'éternel amour, de Pierre Haïat, éd. du Cherche Midi en 2007, Poètes juifs de langue française, de Jacques Eladan, éd. Courcelles Publishing en 2010, Anthologie des auteurs et poètes contemporains de la francophonie 2000-2010 et Florilège des poètes francophones, de la Société des Auteurs et poètes de la Francophonie en 2011, 2012, 2013 et 2014. Elle figure aussi dans les anthologies de la Lucarne des Écrivains : Les écrivains en pleine Lucarne (2014) et D’écriture en écriture (2015).

Publications[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Livres d'artiste[modifier | modifier le code]

  • À cœur défendant, éd. TranSignum, 2011
  • À mesure que je t'aime, éd. TranSignum, 2015

Essai[modifier | modifier le code]

Recueils de poésie[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Participation à des recueils collectifs[modifier | modifier le code]

Sarah Mostrel a également participé à plusieurs recueils collectifs, notamment :

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Sarah Mostrel a également participé au CD littéraire Contes invivables (2004) et à l'écriture de paroles de chanson dans l'album des Mauvaises Langues en 2005.

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Poser le monde
  • 2015 : Des fleurs dans le regard

Théâtre[modifier | modifier le code]

Sarah Mostrel a écrit et mis en scène une pièce de théâtre, Célébration, inspiré de son livre éponyme.

Prix[modifier | modifier le code]

Elle a été primée lors du 7e Concours international de Poésie La Porte des Poètes en 1999, a reçu une mention spéciale au Grand prix international Charles Le Quintrec en 2012 et une Médaille de l’Alliance Francophone/Kréatika, remise à la mairie du 15e arrondissement de Paris en 2013[5]. Elle a obtenu en 2014, le Prix André Ombreuse pour la poésie néoclassique de la Société des Auteurs et Poètes de la Francophonie ainsi que la Médaille du Rayonnement culturel de La Renaissance française. En 2015, elle a été décorée de la médaille de la Société Académique Arts-Sciences-Lettres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie », sur www.sarahmostrel.online.fr (consulté le 5 décembre 2010)
  2. « Sarah Mostrel : l'amour sans fard et en vérité », Vanves Info, no 265,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  3. « Révolte d’une femme libre », Vanves Info, no 273,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Sous le pseudonyme Sara Naor
  5. Michèle Barbier, « Résultats du Festival Kréatika », sur Alliance francophone, (consulté le 4 août 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]