Sarah McBride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sarah McBride
Illustration.
Sarah McBride en 2016.
Fonctions
Sénatrice de l'État du Delaware
En fonction depuis le
Élection 3 novembre 2020
Circonscription 1re du Delaware
Prédécesseur Harris McDowell III (en)
Biographie
Date de naissance (31 ans)
Lieu de naissance Wilmington (Delaware, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Conjoint Andrew Cray (en)
Diplômée de American University
Cab Calloway School of the Arts (en)
Profession Femme politique
Militante pour les droits LGBTQ+
Site web sarahmcbride.com

Sarah McBride, née le à Wilmington, est une activiste pour les droits des personnes transgenres et une femme politique américaine.

Elle attire l'attention des médias américains après avoir fait son coming out transgenre auprès de son université, alors qu'elle était présidente du corps étudiant de l'American University[1].

En 2013, elle est l'une des principales personnalités à l'origine d'une législation interdisant la discrimination sur la base de l'identité de genre en matière d'emploi, de logement, d'assurance et de lieux publics dans le Delaware[2],[3]. En , elle est la première personne ouvertement transgenre à faire un discours lors de la convention d'un parti américain, à savoir la Convention nationale démocrate[4],[5],[6],[7]. Elle devient en 2016 la secrétaire nationale pour le presse de l'Human Rights Campaign[8],[9].

En 2018, elle publie le livre Tomorrow Will Be Different: Love, Loss, and the Fight for Trans Equality.

En 2020, elle est élue sénatrice d'État du Delaware.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Sarah McBride est née à Wilmington, dans le Delaware, de David et Sally McBride[10]. Avant de faire son coming out, elle participe à plusieurs campagnes dans le Delaware, dont celle de Jack Markell pour le poste de gouverneur en 2008 et celle de Beau Biden pour le poste de procureur général en 2010[3]. En 2011, elle est élue présidente du corps étudiant de l'American University. Lors de la dernière semaine de son mandat de présidente du corps étudiant, Sarah McBride est l'objet d'une attention internationale en faisant son coming out de femme transgenre dans le journal étudiant, Eagle[11]. Celui-ci est relayé sur la NPR, dans Le Huffington Post et par la Born this Way Foundation de Lady Gaga[1],[12],[13]. Après son coming-out, elle reçoit un appel du procureur général du Delaware, Beau Biden, qui déclare : « Sarah, je voulais juste que vous sachiez, je suis tellement fier de vous. Je vous aime, et vous faites toujours partie de la famille Biden ». Le vice-président Joe Biden exprime des sentiments similaires, avouant qu'il est fier et heureux pour elle. À partir de 2012, Sarah McBride est employée à la Maison Blanche, devenant ainsi la première femme ouvertement transgenre à y travailler. Elle officie dans le bureau chargé de l'engagement du public et des affaires intergouvernementales sur les questions LGBT[14],[15]. Dans un discours prononcé en , la Seconde dame des États-Unis Jill Biden raconte l'histoire de Sarah. Elle déclare notamment : « Nous croyons que les jeunes doivent être appréciés pour ce qu'ils sont, peu importe ce à quoi ils ressemblent, d'où ils viennent, le genre auquel ils s'identifient, ou qui ils aiment »[16].

Activisme[modifier | modifier le code]

Sarah McBride en 2018.

En , Sarah McBride rejoint le conseil d'administration de Delaware Equality et devient rapidement la principale défenseure de la création d'une protection juridique et d'une législation sur les crimes de haine envers les personnes transgenres dans l'État[3]. Elle et sa famille sont alors les fers de lance du lobbying pour une législation protégeant les habitants du Delaware contre les discriminations basées de l'identité de genre concernant l'emploi, le logement, l'assurance et la vie publique[17],[18]. En plus de sa fonction de porte-parole, Sarah McBride met à profit ses bonnes relations avec le gouverneur Jack Markell et le procureur général Beau Biden pour appuyer cette revendication[3]. Le projet de loi est adopté au Sénat de l'État à un vote près et à la Chambre par 24 votes pour et contre 17 votes contre. Amendé, le projet est ré-adopté par le Sénat de l'État et la loi est immédiatement approuvée par le gouverneur Jack Markell en [19].

Signant la promulgation de la loi, Jack Markell déclare : « Je tiens tout particulièrement à remercier mon amie Sarah McBride, une intelligente et talentueuse Delawarienne qui se trouve être transgenre. Courageusement, elle s'est tenue devant l'Assemblée pour décrire ses luttes personnelles avec l'identité de genre et communiquer son désir de retourner à la maison après ses études, sans crainte. Son infatigable plaidoyer pour l'adoption de cette loi fait une réelle différence pour toutes les personnes transgenres dans le Delaware »[20].

Sarah McBride travaille ensuite avec le groupe LGBT Progress du Centre pour le progrès américain[21]. Elle intervient dans un certain nombre d'universités et d'événements LGBT, notamment lors du dîner national de la Human Rights Campaign[15], le dîner de Human Rights Campaign Los Angeles[22], le brunch national du Victory Fund[23], à l'université de Pennsylvanie[24] et au Gettysburg College[25]. Elle est classée comme la Most Valuable Progressive (« progressiste la plus importante ») du Delaware par DelawareLiberal.net[26], répertoriée dans la liste de 2014 des Trans 100[27] et nommée comme l'une des cinquante milliénials qui feront une différence dans les années à venir par MIC.com[28]. Un article publié dans NewStatesman en 2015 sur la représentation des personnes transgenres dans les fonctions politiques objets d'une élection prédit que Sarah McBride deviendra la première transgenre américaine élue à un poste important[29]. Elle est membre de la commission GLOBE Pride 2016 du département du Logement et du Développement urbain des États-Unis, commission sur la jeunesse et le harcèlement moral au travail.

En , Sarah McBride fait une conférence TED intitulée « Gender assigned to us at birth should not dictate who we are »[30]. Elle siège également au comité de pilotage de Trans United for Hillary, un groupe qui vise à instruire et mobiliser les personnes transgenres et leurs alliés pour soutenir Hillary Clinton en vue de l'élection présidentielle de 2016[31].

Le , Sarah McBride devient la première femme transgenre à effectuer un discours lors d'un congrès national de la Convention nationale démocrate. Durant quatre minutes, elle rend hommage à son défunt mari, Andrew Cray et à son engagement en faveur des droits LGBT[32].

Depuis 2016, elle est secrétaire nationale pour la presse de l'Human Rights Campaign.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En , elle est élue sénatrice d'État dans le Delaware, avec 73 % des suffrages exprimés[33],[34]. Elle est la première sénatrice ouvertement trans d'un État des États-Unis[33].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En , Sarah McBride épouse son petit ami Andrew Cray, après avoir appris qu'il était atteint d'un cancer au stade terminal. L'évêque épiscopalien Gene Robinson préside la cérémonie. Quatre jours après leur nuit de noces, Cray meurt[35].

Références[modifier | modifier le code]

Notes de bas de page[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « From Tim To Sarah: AU Student Body President Unveils Big News », sur WAMU (consulté le )
  2. Karlan, « Delaware Passes Trans Protections, With Help From A Young Advocate », BuzzFeed, (consulté le )
  3. a b c et d Cohen, « Trans », Delaware Grapevine, (consulté le )
  4. « HRC's Sarah McBride, Chad Griffin to Speak at DNC », Human Rights Campaign (consulté le )
  5. « At This Week's DNC Sarah McBride Will Become First Openly-Transgender Speaker to Address Major Party », The New Civil Rights Movement (consulté le )
  6. (en) Rebecca Savransky, « Dems add first transgender speaker to convention lineup », sur TheHill, (consulté le )
  7. (en-GB) « HRC’s Sarah McBride to become first openly trans person to speak at a major party convention », sur Gay Times, (consulté le )
  8. « Staff », Human Rights Campaign (consulté le )
  9. « Sarah McBride », Human Rights Campaign (consulté le )
  10. (en) Rhys Blakely, « Sarah McBride: is she the transgender woman to change American politics? », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le )
  11. « Op-Ed: The Real Me », sur The Eagle (consulté le )
  12. McBride, « The Real Me », The Huffington Post, (consulté le )
  13. « Coming Out Ok », Born This Way Foundation (consulté le )
  14. (en) « Transgender White House intern reflects on Obama's historic LGBT legacy », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  15. a et b Landau, « One Woman's Life After Coming Out As Transgender », WAMU 88.5, (consulté le )
  16. « Jill Biden on LGBT Rights at Human Rights Campaign Dinner », U.S. Embassy (consulté le )
  17. « The McBride Family Talks About Gender Identity Protections », YouTube, (consulté le )
  18. (en-US) « AU graduate credited with securing passage of transgender rights bill », sur Washington Blade: Gay News, Politics, LGBT Rights, (consulté le )
  19. (en) Rini, Jen, « Delaware Senate OKs transgender bill; Markell signs into law », Delaware State News,‎ (lire en ligne)
  20. « Governor Signs Gender Identity Nondiscrimination Act », State of Delaware News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Sarah McBride », Center for American Progress (consulté le )
  22. « Sarah McBride in Human Rights Campaign Los Angeles Gala 2015 », Zimbio (consulté le )
  23. (en) « Victory Fund National Campaign Brunch, Washington, D.C. », VICTORY Magazine, vol. 1, no 2,‎ , p. 44 (lire en ligne)
  24. (en) « Statewide LGBT Youth Conference on Transgender Justice to be Held at the University of Pennsylvania February 14-16, 2014 », sur www.eriegaynews.com (consulté le )
  25. « Sarah McBride: Being Trans* and a Leader » [archive du ], WHP CBS 21 News, (consulté le )
  26. « Honoring the 2013 MVP’s (Most Valuable to the Progressive Cause) », Delaware Liberal, (consulté le )
  27. Simon, « Trans 100 List Honors Transgender Visibility », Human Rights Campaign, (consulté le )
  28. « Meet the Mic 50: Sarah McBride », Mic (consulté le )
  29. (en) « The invisibility of transgender people in electoral politics around the world », sur www.newstatesman.com (consulté le )
  30. « Gender assigned to us at birth should not dictate who we are | Sarah McBride | TEDxMidAtlanticSalon », YouTube, (consulté le )
  31. http://www.transunitedforhillary.org/#!about-us/cjg9
  32. « Who is Sarah McBride? A transgender activist who broke barriers at the White House. », Washington Post (consulté le )
  33. a et b « Sarah McBride, première sénatrice transgenre des Etats-Unis », sur L'Obs (consulté le )
  34. (en) « Who is Sarah McBride? Transgender Activist Announces Run for Delaware Senate », sur Newsweek (consulté le )
  35. « Forever And Ever: Losing My Husband At 24 », The Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]