Sara Forbes Bonetta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sara Forbes Bonetta Davies
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo prise par Camille Silvy le 15 septembre 1862
Nom de naissance Sara Forbes Bonetta
Naissance
Oke Odan - État d'Ogun - (actuel Drapeau du Nigeria Nigeria)
Décès
Funchal - Île de Madère - Drapeau du Portugal Portugal
Nationalité Nigériane - Britannique
Pays de résidence Londres - Colonie de Lagos
Conjoint
Descendants
Victoria Davies
Arthur Davies
Stella Davies
Famille
John K. Randle (en) beau-fils

Sara Forbes Bonetta, née en 1843, décédée le 15 août 1881[1], est originaire d'Afrique de l'Ouest, de la tribu des Egbado (en) du peuple Yoruba. Orpheline à la suite d'une guerre intertribale, elle est vendue comme esclave. Elle est ensuite libérée et devient la filleule de la reine Victoria. Elle est mariée au capitaine James Pinson Labulo Davies (en).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Initialement nommée Aina, Sara nait en 1843 à Oke-Odan, un village Egbado[2]. En 1848, Oke-Odan est attaqué par des soldats du royaume de Dahomey. Lors du raid, Sara perd ses parents et finit à la cour du roi Ghézo, comme esclave. Destinée par ses ravisseurs dahoméens à être sacrifiée, elle est sauvée par le capitaine Frederick E. Forbes de la Royal Navy, qui convainc le roi Ghezo de la donner à la reine Victoria : « Elle serait un cadeau du roi des Noirs à la reine des Blancs », comme l'écrit plus tard Forbes. Il la baptise Sara Forbes Bonetta : Bonetta vient du nom de son navire, le HMS Bonetta. La reine Victoria est impressionnée par l'intelligence exceptionnelle de la jeune princesse et élève Sara comme sa filleule, dans la classe moyenne britannique[3],[4],[5].

En 1851, Sara contracte une toux de longue durée, censée être causée par le climat de Grande-Bretagne. Elle est envoyée à l'école, en Afrique, en mai de cette année, à l'âge de huit ans[3], mais elle y est malheureuse et retourne en Angleterre, en 1855, à l'âge de 12 ans. En , elle est invitée à assister au mariage de la fille de la reine Victoria, la princesse Alice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Elebute Adeyemo, The Life of James Pinson Labulo Davies : A Colossus of Victorian Lagos, Kachifo Limited/Prestige (ISBN 9789785205763), p. 138
  2. (en) Elebute Adeyemo, The Life of James Pinson Labulo Davies : A Colossus of Victorian Lagos, Kachifo Limited/Prestige (ISBN 9789785205763), p. 41-42
  3. a et b (en) Helen Rappaport, Queen Victoria : A Biographical Companion, ABC-CLIO Biographical Companions, (ISBN 9781851093557), p. 307
  4. (en) Ellis Wasson, A History of Modern Britain, John Wiley & Sons, (ISBN 9781405139359, lire en ligne), p. 235
  5. (en) Jan Marsh, Manchester City Art Gallery, Birmingham City Museum et Art Gallery, Black Victorians : Black People in British Art 1800–1900, Lund Humphries, University of Michigan, (ISBN 9780853319306), pp. 62, 86

Biographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Walter Dean Myers, At Her Majesty's Request : An African Princess in Victorian England, New York, Scholastic, , 93 p. (ISBN 9780590486699, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]