Cormicy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sapigneul)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cormicy
Cormicy
La mairie.
Blason de Cormicy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Bourgogne
Intercommunalité Grand Reims
Maire
Mandat
Dominique Decaudin
2014-2020
Code postal 51220
Code commune 51171
Démographie
Population
municipale
1 467 hab. (2016)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 20″ nord, 3° 53′ 47″ est
Altitude Min. 49 m
Max. 197 m
Superficie 31,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Cormicy

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Cormicy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cormicy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cormicy
Liens
Site web cormicy.fr

Cormicy (prononcé [kɔʁmisi]) est, depuis le , une commune nouvelle française, située dans le département de la Marne en région Grand Est. Elle est formée des communes déléguées de Cormicy et Gernicourt. Ses habitants se nomment les Cormiciens[1].

La commune déléguée de Cormicy est formée de Cormicy et de deux hameaux détruits lors de la Première guerre mondiale et jamais reconstruits. Sapigneul, composé de fermes et d'une chapelle, se trouve en "zone rouge". La Neuville était à proximité de la Loivre et plus tard du canal.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Cormicy est située dans le département de la Marne sur la rive gauche de l'Aisne, limitrophe au département de l'Aisne au nord de Reims à 17 km et au sud de Laon à 32 km. Soissons est à 47 km à l'ouest.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de douze communes :

Communes limitrophes de Cormicy
Pontavert Berry-au-Bac Condé-sur-Suippe
Bouvancourt, Bouffignereux, Roucy, Concevreux Cormicy Aguilcourt, Berméricourt
Bouvancourt Cauroy-lès-Hermonville Cauroy-lès-Hermonville
Carte de la commune.

Relief[modifier | modifier le code]

La commune se situe à mi-pente du massif de Saint-Thierry qui vient mourir sur la vallée de l'Aisne. La commune est dominée par la Petite et la Grande Montagne (184 et 197 mètres) toutes les deux séparées par le col (137 mètres) qui mène à l'ouest sur le versant ouest et la commune de Guyancourt. L'est de la commune est dominé par la Cote 108 (commune de Berry-au-Bac), tristement célèbre pour les combats qui s'y déroulèrent lors de la Première Guerre mondiale.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Loivre et le canal de l'Aisne à la Marne traversent la commune. L'Aisne et le canal latéral à l'Aisne coulent à sa limite nord.

La Loivre[modifier | modifier le code]

La Loivre est une petite rivière qui prend sa source à Loivre dans la Marne au lieu-dit des Fontaines pour aller se jeter quelques dizaines de kilomètres plus loin dans l'Aisne. Au XIXe siècle, sur le cadastre, elle apparaît sous le nom de ruisseau de La Neuville. Elle alimente toute une série de mares et de petits étangs. Elle a comme affluent le ruisseau de Rabassa qui prend sa source à l'ouest du village deHermonville. Elle permet le maintien, dans un contexte aride, d'un milieu humide marécageux avec toute sa biodiversité. Autrefois ce ruisseau alimentait notamment le moulin de Loivre. Cette vallée de la Loivre est administrativement classée en zone humide et protégée à ce titre. Le lit de la rivière est envasé. Elle est busée en cinq points et par endroits ses berges sont bétonnées.

La Loivre a été doublée au XIXe siècle par le canal de l'Aisne à la Marne.

Canal de l'Aisne à la Marne[modifier | modifier le code]

Écluse du moulin de Sapigneul.

Le canal de l'Aisne à la Marne est un ouvrage de 58 kilomètres qui relie l'Aisne à la Marne, de Berry-au-Bac à Condé-sur-Marne. De type Freycinet, il comporte 24 écluses. Commencé en 1841, il a été achevé en 1866[2] ; détruit lors de la Première Guerre mondiale, il fut totalement reconstruit. Il comporte une partie en tunnel sous le mont de Billy entre Reims et Condé-sur-Marne. Le canal est doté d'une halte au niveau de Cormicy et d'un petit port pour la desserte de l'usine de préfabrication d'éléments en béton au zone d'activités de La Maison Bleue.

Pissotées[modifier | modifier le code]

La vallée entre la Petite et la Grande Montagne s'appelle Pissotées. Le nom de "pissotées" vient de "pissotte" qui veut dire petit ruisseau ou fontaine de faible débit. Cette petite vallée descend directement sur la ville de Cormicy et recueille les eaux de petits ruisseaux qui viennent alimenter des petits plans d'eau. Cette vallée permet l'accès au col qui mène au village du Petit Guyancourt. La voie ancienne conduit à la cendrière et aux carrières ainsi qu'à la baraque de chasse. C'est aussi le point de passage du circuit et de la course de Saint-Aubeu.

Gués[modifier | modifier le code]

La commune possède deux « gués » qui sont des petites mares en cœur de bourg. Le gué du château est composé de deux bassins construits au pied de la reconstitution d'un des éléments de fortification de la tour rue de la Porte de la Barre. Le second se trouve au faubourg de la Neuville et donne naissance à un fossé de ruissellement.

Milieux naturels et paysages[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Cormicy se caractérise par une grande richesse et diversité de son environnement.

Le Massif forestier est en exploitation de bois d'œuvre et de chauffage ce qui explique le maintien de l'activité d'une scierie. La vigne a reconquis une partie des coteaux au sud depuis le milieu du XXe siècle. Le grand marais maintient un milieu avec une riche biodiversité qui a été protégée. La plaine s'étend ensuite d'ouest en est jusqu'à la vallée de la Loivre.

Il faut ajouter à ce milieu la cendrière qui produisit des amendements agricoles et aussi les carrières de sable et d'argile qui fournirent entre autres les matériaux pour la reconstruction après la Première Guerre mondiale.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) sont sur le territoire de la commune:
    • Le Grand Marais de Cormicy [3]
    • Le Massief forestier de Cormicy [4].
  • Un site Natura 2000, Marais et pelouses du tertiaire au nord de Reims est partiellement sur le territoire de la commune[5].
  • La commune de Cormicy fait partie des paysages de Champagne remarquables et est incluse dans la demande de classement Patrimoine mondial de l'UNESCO des Paysages du Champagne au titre des paysages culturels évolutifs[6].

Grand Marais[modifier | modifier le code]

Le marais de Cormicy est localisé au sud de la ville au cœur du massif forestier de Saint-Thierry[7].

Au début du XXe siècle, le marais de fort intérêt écologique était pâturé par des bovins, les restes de clôtures encore visibles peuvent témoigner de ces activités ancestrales. Depuis l'arrêt du pâturage, les habitats de bas-marais alkalins se sont raréfiés au profit du choin noirâtre et du marisque. Dans les années 1960, le marais n'a pas échappé à la mode des plantations de peupliers, sur près de la moitié de sa surface. Une plantation qui a été un échec économique puisque les peupliers ne se sont pas développés, laissant le marais à sa libre dynamique.

Le marais s'étale sur 18 ha et représente un milieu remarquable avec une zone d'épuration naturelle et une faune et une flore très riches dont certaines espèces bien identifiées sont hautement patrimoniales (Orchis négligé, Liparis de Loesel, Grassette commune, Ophioglosse commun…). La richesse écologique du site est reconnue d'intérêt européen puisque celui-ci est intégré dans le site Natura 2000 no 29 Marais et pelouses du Tertiaire au nord de Reims. La zone est aussi classée en ZNIEFF ainsi que le massif forestier.

Une convention de conservation et d'entretien a été signée en 2011 par la commune avec le Conservatoire du patrimoine naturel de Champagne-Ardenne. Le Conservatoire fera abattre des peupliers, avec arrachage des souches, et entretiendra la zone pour la protection du site. La gestion du site se fera en concertation avec les acteurs locaux, communes, propriétaires et chasseurs. Les travaux d'abattage ont débuté en période hivernale début 2012 en respectant le calendrier de chasse, suivis par le débroussaillage et le fauchage en été de la même année.

Cendrière[modifier | modifier le code]

Une cendrière[Note 1] située sur le chemin du Petit Guyencourt dans d'anciennes galeries souterraines aujourd'hui effondrées, fut découverte en 1777 et exploitée de 1842 à 1930. On y extrayait de l'argile à lignite sparnacien qui était traitée dans des usines de l'Aisne pour donner de l'acide sulfurique, des sulfates, de l'alun. On y trouvait aussi du gypse.

Cette activité d'extraction représentait la plus grande recette de la commune et employait plusieurs dizaines de personnes qui brûlaient également les cendres avant de les répandre dans le vignoble (dite cendres sulfureuses). Lors de sa fermeture, elle fut utilisée pour son eau grâce à la formation d'étangs, il ne reste plus aujourd'hui que du sable thanétien.

D'après le professeur Philippe et le docteur Michel Roux, du laboratoire de biologie de Reims-Champagne-Ardenne, on y retrouve des couches géologiques successives : la craie datant de 70 millions d'années, le Thanétien de 60 millions, le Sparnacien et le Cuisien représentant l'Yprésien de 55 et enfin le Lutécien, un calcaire beaucoup plus jeune puisqu'il n'a « que » 40 millions d'années. On y a retrouvé des cyrènes, sortes de mollusques, des squelettes de trionyx (tortues primitives), des gharials (ou gavials, petits crocodiles), des lophiodons, des paléothériums (animal se situant entre le cheval et le bœuf), des anthracothérium (ancêtre du sanglier) mesurant un mètre de long pour 47 cm de haut.

Carrières[modifier | modifier le code]

La commune disposait de carrières qui lui fournirent des matériaux de construction et notamment du sable et de l'argile. Cette argile fortement chargée en silice fut utilisée pour fabriquer sur place les briques qui servirent à la reconstruction de la commune après la Première Guerre mondiale. Cette brique de mauvaise qualité a tendance à s'éroder sous l'action de l'eau et des pluies acides.

Ville fleurie[modifier | modifier le code]

La ville de Cormicy est classée ville fleurie au concours national des villes et villages fleuris[8] avec une fleur au palmarès 2013. Dans ce cadre le bassin de la place d'Armes a été aménagé de façon à assurer un équilibre écologique naturel avec des plantes oxygénantes pour éviter la prolifération des algues et l'eutrophisation du milieu aquatique.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Cormicy est relié aux communes voisines du nord au sud par la RD 530 et la RD 944 (l'ancienne RN 44), et de l'est à l'ouest par la D32, qui se prolongue dans l'Aisne par la D 22. L'autoroute A26 - E17 Calais-Troyes (Autoroute des Anglais) traverse le territoire de la commune, l'accès en est au nord à Guignicourt (sortie 14), au sud à La Neuvillette (sortie 15).

Cormicy est desservie par les cars de la ligne Champagne-Mobilité no 220 Cormicy-Reims[9].

Les gares ferroviaires les plus proches sont la halte de Loivre et la halte d'Aguilcourt-Variscourt à 7 km, puis la gare de Guignicourt à 10 km sur la Ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière). Les gares de Reims (17 km) et de Laon (34 km) sont les nœuds ferroviaires les plus proches.

Les grands aéroports parisiens sont à 125 - 165 km.

Une ancienne voie romaine était dans la plaine à l'est et son tracé a été repris par l'ancienne RN 44, devenue RD 944, qui menait de Reims à Laon et au-delà. Cormicy est sur une voie de circulation ancienne à flanc de colline qui permettait d'aller de village en village de la vallée de l'Aisne à Reims et qui fut utilisée notamment par saint Rigobert de Reims. La commune est située sur les itinéraires du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et de la via Francigena qui va de Canterbury à Rome.

Le développement économique depuis le Moyen Âge est lié à cette situation stratégique sur les voies de communication entre Reims et le nord de l'Europe : voies romaines, routes, canal et aussi les Chemins de fer de la Banlieue de Reims (CBR) de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle avec la ligne Reims-Cormicy-Soissons.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'historien Flodoard de Reims (vers 894 - 966), curé-prieur de Cormicy, désigne cette cité en 940 sous le nom latin de Culmisciacum (aecclesia quam regebam in Culmisciaco - l'église que je gouvernais à Cormici)[10].

Varin et Amiel citent en 1853 les variantes Cormissy, Courmicy, Courmissy, Curmissy et Curmussy ; et en latin : Colmissiacum, Cormissiacum, Courmissiacum, Curmessiacum, Curmisiacum [11].

A. Longnon mentionne pour La Neuville, les noms anciens de Villa Nova propre Curmisiacum (1190), La Neuville-le-Trésorier (XIVe siècle) et La Neuville-lés-Cormicy aux temps modernes avec le synonyme La Neuville-la-Cuve en 1847 ; il mentionne pour Sapigneul les formes Sapinues (1177), Sapigniox (1209), Sapigneux (1252) et Sapigneules (XVIIIe siècle)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

L'origine primitive de la commune est difficile à cerner. Elle est située à proximité immédiate de la vallée de l'Aisne non loin des sites où furent découvertes des occupations préhistoriques telles qu'à Cuiry-lès-Chaudardes[13]. Sans doute les premiers habitants de la vallée de l'Aisne ont-ils exploré les collines environnantes de Sapigneul où fut découverte une pointe de flèche à armature à aileron ou sur les hauteurs qui dominent le site aujourd'hui urbanisé.

La présence d'une occupation à l'époque gallo-romaine est mieux renseignée. À Sapigneul furent découverts les traces d'un cimetière gallo-romain. Le site est tout proche du « Vieux Reims » (à cheval sur Condé-sur-Suippe, Variscourt et Guignicourt) qui fit l'emplacement de camp de César lors de la poursuite de la conquête des Gaules vers le nord, et du site méovingien gué de Mauchamp à Juvincourt-et-Damary.

L'historien local abbé Fernand Grandremy[14] reprend deux éléments confirmant la présence gallo-romaine :

  • la découverte au lieu-dit « le Pavé de la Grève » de ce qui pourrait être la trace de l'antique voie et primitive voie romaine ;
  • la découvertes de sépultures sur le site du Tomois, toponymie qui dériverait de tumulus.

La commune est située sur une voie de circulation importante menant de Reims à Laon ce qui lui a assuré son développement comme étape et aussi comme lieu de refuge qui fut fortifié au Moyen Âge.

Époque mérovingienne et carolingienne[modifier | modifier le code]

Cormicy avant que d'être une commune, fut une paroisse dont le nom a été latinisé en Culmiciacum ou Calmacianus. Ce sont les documents religieux qui attestent d'une façon certaine l'existence de Cormicy et ce dès l'époque de saint Remi (vers 437-533). Flodoard dans son Histoire de l'Église de Reims évoque la guérison miraculeuse d'un aveugle venant de Cormicy par saint Remi. Une église est attestée dès le VIIe siècle, et est placée sous la protection de saint Cyr dès 696. Le protecteur de la paroisse, saint Cyr de Tarse, jeune martyr, est associé à sa mère sainte Julitte de Césarée elle-même martyrisée : église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte.

Il semble que la ville, propriété des rois de France, soit entre-temps passée sous contrôle religieux car Hincmar, nommé archevêque de Reims, restitue à la couronne les biens usurpés dont Cormicy par un édit de 869. Cormicy est alors déjà connue pour ses vins. L'évêque Hincmar, dès 845, évoqua Cormicy et le vin que l'on y trouve.En 860, l'évêque de Laon recommandait déjà l'usage des vins de Champagne. Il citait déjà les principales communes viticoles champenoises telles Chaumuzy, Mailly, Cormicy, et préconisait de choisir des vins de coteaux en évitant ceux du sommet et ceux des vallées.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Implantation chrétienne[modifier | modifier le code]

Le développement du bourg est à partir du Moyen Âge directement lié à sa dépendance de l'archevêché de Reims. La paroisse abrite un prieuré qui est desservi par les chanoines du chapitre de Reims. Ce prieuré sert de résidence d'été des archevêques et évêques de Reims.

Le premier personnage célèbre qui marque encore aujourd'hui l'imaginaire local est Flodoard (894-966)Flodoard (Œuvre numérisée et mise en page par Marc Szwajcer), Histoire de l’église de Rheims : Livre I (chapitres I à XII) (lire en ligne), qui fut curé-prieur de Cormicy et auteur notamment de l'Histoire de l'Église de Reims. Étudiant à Reims dans l'école restaurée par l'archevêque Foulques, il devint chanoine en 919. Il achèvera sa carrière ecclésiastique comme abbé de l'abbaye Saint-Basle de Verzy. Entre 951 et 953, il est élu évêque de Noyon et de Tournai. Il décède à Reims en 966 après s'être démis de toutes ses fonctions en 962. Il rapporte dans ses Annales qu'en 948 des soldats prennent la ville, la ravage et tuent une quarantaine d'habitants jusque dans son église (Plures quoque colonorum praedones ipsius interemerunt, violantes aecclesias, et in tantum debachantes, ut in Culmisciaco vico tam infra quam circa aecclesiam fere quadraginta homines interfecerunt ipsumque templum omnibus pene rebus expoliaverunt).

Gervais de Belleme dit aussi de la Roche-sur-Yon, élu archevêque de Reims en 1055, il confie en 1067 aux nones de l'Abbaye Saint-Thierry qu'il a relevé de ses ruines, de desservir la paroisse de Cormicy. La commune est donc alors fief religieux de l'évêché de Reims.

Motte castrale[modifier | modifier le code]

L'archevêque Henri de France (1121-1175) accorde en 1170 des terres pour ceux qui s’implanteront à côté du moulin et de l'étang pour une redevance payée à la Saint-Remi[15] et il fait construire une tour pour sécuriser la voie qui mène notamment à la Foire de Pâques qu'il vient d'instaurer. Cette tour ou du moins ses fondations vont perdurer jusqu'à la fin du XIXe siècle. L'analyse menée par le géo-historien Jean-Jacques Valette dans le cadre de l'étude de l'AVAP propose l'hypothèse d'une motte castrale avec en son centre et sur la partie la plus élevée ladite tour avec autour un premier système défensif qui aurait pu dans un second temps englober l'église. Cette hypothèse ne pourrait être vérifiée que lors de fouilles à l'emplacement présumé de ladite tour telle qu'elle a été située au XVIIIe siècle par P.-Fr. Villain, notaire et arpenteur royal à Reims[16] qui a pu sans doute en observer les dernières fondations apparentes. L'antériorité de l'église est aussi à prendre en compte pour valider ou non une telle hypothèse.

Ville fortifiée[modifier | modifier le code]

En 1182, Guillaume aux Blanches Mains (1135-1202), archevêque de Reims de 1164 à 1176, accorde avec la charte Willermine le droit aux communes relevant de l'évêché de Reims de se gouverner librement, appelé droit de commune. Cormicy bénéfice de ce statut de « ville » avec notamment son autonomie relative de gestion et aussi ses foires et est fortifiée avec remparts et fossés pour garantir la protection et la défense du grenier à sel.

Cela ne sera guère apprécié de ses successeurs qui chercheront en vain à récupérer ce qu'ils considèrent comme leurs droits propres, ainsi que les recettes qu'ils procurent. Les chanoines du chapitre de Reims entrent en conflit avec les habitants de leur ville et devant la violence de leurs réactions, ils viennent pour la plus grande part se réfugier en 1235-37 à Cormicy dont des fortifications viennent d'être édifiées. Ils sont rejoints bientôt par l'archevêque de Reims qui cherche à échapper à la vindicte des Rémois.

Les fortifications de Cormicy reposent sur la construction d'un rempart et d'un fossé avec sans doute un réseau souterrain dont il subsiste aujourd'hui encore quelques éléments. Le rempart est percé de trois portes avec leur pont levis. La ville était défendue par les habitants en armes. Ils formeront à partir du XVIe siècle, le gros d'une compagnie d'arquebusiers aux ordres de l'archevêque.

Devant la menace anglaise, l'archevêque Joan de Raon se réfugie à Cormicy en 1359. Cependant, la ville ne résistera pas aux attaques des Anglais. La garnison se réfugie dans la tour que les Anglais vont miner. Évacuée de la garnison qui se rend, la tour sera écroulée dans la foulée. Les restes de la tour seront visibles jusqu'en 1820 selon Grandremy.

La domination anglaise va s'achever avec le périple conduit par Jeanne d'Arc. En 1429, Charles VII est mené à Reims pour y être couronné roi. Il se rend au préalable à Corbeny pour visiter l'église Saint-Marcoul[17] et y toucher les malades[18]. Il s'arrête avec Jeanne à Cormicy ; celle-ci fut accueillie à l'hôtel de la Poste devenu cinq siècles plus tard le local des PTT et qui porte toujours au fronton les armes évoquant cet évènement.

Cormicy reste sous la coupe des archevêques de Reims alors même que les communes alentour apprennent progressivement à se gérer elles-mêmes.

Sapigneul et La Neuville au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le hameau de Sapigneul fut intégré à la commune au XVIIIe siècle[19], mais il existait dès le XIIe siècle. Sans doute il s'agissait initialement d'un château élevé sur la hauteur et doté de son église placée sur la protection de saint Laurent. Cette maison forte a appartenu primitivement aux familles de Rezannes, Cauchon, de Népoux, Rabutin, de Salnove et de Hédouville, dont plusieurs membres ont été inhumés à Sapigneul. Les bâtiments ont été reconstruits notamment au XVIIe et XVIIIe siècles et étaient entourés d'un système défensif composé d'un fossé alimenté d'eau vive. L'église hors de l'enclos du château est un bâtiment modeste en craie d'une quinzaine de mètres de long et d'une seule nef. Elle était desservie par le curé de Cormicy[20].

Le hameau de la Neuville date, pour les attestations les plus anciennes, du XIe siècle. Il était situé de part et d'autre de la Loivre sur la D32 autrement appelé ruisseau des Fontaines qui venait alimenter un vivier. Une église y fut construite sous le vocable de sainte Marguerite et desservie par le curé de Cormicy. Le hameau était principalement composé d'une maison forte comme pour celui de Sapigneul. Il était aussi doté d'un cimetière. Au début du XXe siècle il reste encore une grosse maison ou ferme et un moulin au bord du ruisseau.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1538, un incendie ravage la ville. Lors de la Fronde, l'archiduc Léopold s'empare de la ville en 1650 et y met le feu. La ville est reconstruite. Elle apparaît dotée de nombreux équipements dès avant la Révolution. Son hôpital avec une chapelle daterait du XIVe siècle.

La ville dispose aussi d'un tribunal, d'un grenier à sel qui fit la fortune d'un de ses célèbres "grainetiers" ou "receveurs" : Nicolas Le Vergeur (début XVIe siècle). Ce dernier acquit rang de noble acheta l'hôtel qui porte son nom place du Forum à Reims, hôtel qui avait hébergé Jeanne d'Arc lors de son passage à Reims pour le sacre de Charles VII. Ce bâtiment est, depuis le XIXe siècle, le siège de l'Académie et aussi de l'association des Amis du Vieux Reims avec un musée sur l'histoire locale[21]. Le receveur depuis 1717 est Jean Nicolas du Mangin (1682-1759), marié à Marie Louise Bertin du Rocheret (1688-1772), les grands-parents du docteur Jean-Baptiste Dumangin (1744-1825) qui soigne et autopsie Louis XVII en juin 1795. Nicolas du Mangin est aussi prévôt de la ville et capitaine en chef de l'arquebuse[22], place ensuite occupée par son neveu M. Collet[23].

En 1789, Cormicy était compris, dans l'élection et suivait la coutume de Reims. Son église paroissiale, diocèse de Reims, doyenné d'Hermonville, dédiée à saint Cyr et à sainte Juliette; l'abbé de Saint-Denis de Reims présentait à la cure. C'est le droit de patronage, droit de présentation à l’évêque et de nomination d'un desservant aux églises ou cures (paroisses) où elle percevait les grosses dîmes[24].

La ville est aussi un pôle économique important avec ses foires et marchés qui ont lieu sur une esplanade aménagée à cet effet près de la porte de Fismes et plantée de tilleuls [25]. Une congrégation de religieuses prend en charge l'hospice à la fin du XVIIe siècle. Elles assurent aussi l'enseignement aux jeunes filles bien avant que l'école ne soit obligatoire. Une école des garçons, laïque celle-là, est ouverte dès 1795.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Ville chef-lieu bien équipée dès le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1790, la veille de la Toussaint, un décret de l'Assemblée Nationale érige Cormicy en chef-lieu d'un canton composé des communes de Cauroy-les-Hermonville, Hermonville, Bouvancourt et Ventelay[réf. nécessaire]. La paroisse est un temps desservit par un clergé constitutionnel.

Entre 1790 et 1794, la commune de Cormicy absorbe la commune de Sapigneul [26].

Lors de la Campagne de France de 1814, la ville est occupée par le premier corps de l'armée russe avec 400 hommes d'infanterie puis par des soldats prussiens. La ville sera pillée et devra aussi contribuer à alimenter en hommes les troupes de Napoléon lors des Cent-jours. Dans la nuit du 24 au 24 mai 1819 la foudre tombe sur l'église et met le feu au clocher.

Lors de la guerre de 1870, la commune est de nouveau occupée par les Prussiens. Après la guerre les fossés des anciens remparts sont comblés, et plantés de marronniers. En 1873 un grand lavoir est réalisé avec trois bassins et l'école des filles tenue par les religieuses est reconstruite. Le vieux cimetière est déplacé en 1876 pour un nouveau établi route de Sapigneul.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Essor économique du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Fort de son statut de ville puis de chef-lieu Cormicy connut un développement constant grâce notamment à ses foires et à ses productions locales liées à l'agriculture comme à ses bois et forêts, sources importantes de revenus. Mais c'est l'arrivée du chemin de fer qui conforte au XIXe siècle son essor. LesChemin de Fer de la Banlieue de Reims (CBR) intègre Cormicy dans son réseau avec une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique dès 1897 et qui sera ensuite prolongée jusqu'à Soissons. Cette ligne desservira jusqu'en 1933 le massif de St Thierry. Elle va permettre le développement des ressources géologiques locales et notamment les cendres sulfureuses de la cendrière pour l'agriculture, et aussi après la guerre les matériaux de construction : les bois de la scierie et les briques blanches de Cormicy. C'est ce dont semble témoigner l'importance des emprises ferroviaires de la gare.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'entrée de la nécropole.

Cormicy est durant la Première Guerre mondiale un secteur à fort enjeu notamment avec la motte de Sapigneul qui surplombe le passage de la rivière et du canal. La cote 108 est un enjeu essentiel pour le contrôle de ce franchissement qui ouvre la voie sur Reims. Les combats y feront rage et Sapigneul, petit hameau de Cormicy, sera entièrement détruit lors de la Bataille de Sapigneul. La ville sera elle-même complètement détruite en 1918. La commune sera libérée par le 418e régiment d'infanterie. Une des cinq nécropoles nationales témoignant de l'importance des combats y a été implantée dans les années 1920 à la Maison Bleue et recueille les corps de plus de 14 000 soldats français. À Berry-au-Bac a lieu en 1917 la première bataille de chars autotractés lors de la grande Bataille du Chemin des Dames et un monument rappelle cet événement qui transforma une partie de l'art militaire.

Décoration française

Reconstruction après la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Cormicy - exemple d'architecture de la reconstruction - boucherie Da Rocha place Saint-Vicent
Cormicy - Boucherie Da Rocha, place Saint-Vicent : Architecture de la reconstruction - Roger Bouvard, arch. dplg.

La spécificité de la commune est d'avoir, après avoir été totalement détruite lors de la Première Guerre mondiale, été entièrement reconstruite. Cette reconstruction est exemplaire dans la mesure où la trame urbaine ancienne issue du Moyen Âge fut maintenue. En effet, à cette époque dite « moderne », l'urbanisme naissant imposait des plans d'urbanisme régulateurs inspirés par le mouvement des cités jardins notamment. Le plan médiéval fut maintenu dans ces grandes lignes, mais l'architecture fut typiquement urbaine et non rurale. Elle est encore très homogène avec les mêmes matériaux (brique argilo-siliceuse fabriquée localement/tuiles rouges) et le même souci du détail qui tranche avec celle qui put être adoptée dans une approche plus vernaculaire. Seuls les bâtiments symboliques furent reconstruits en pierre et toiture en ardoise : l'église, la mairie et la poste. L'ensemble de la Reconstruction, et c'est ce qui en fait un exemple unique pour cette époque, par un seul et même urbaniste et architecte parisien, Roger Bouvard (1875-1961). Il dessina la quasi-totalité des 450 bâtiments tant publics que privés sans pour autant avoir recours à des modèles-types comme ce fut le cas à l'époque. Il échappa aussi à une reconstruction à l'identique sur un modèle pseudo-vernaculaire. Aucun n'est identique tout en créant un paysage urbain homogène et de grande qualité. Il imprima une architecture urbaine avec notamment un traitement en pan coupé des bâtiments en angle de rue. Autre fait unique en son genre, ces bâtiments furent construits avec un matériau unique fabriqué sur place : la brique silico-calcaire, ancêtre du "Siporex" [27]. Pour ces raisons et aussi le caractère exceptionnel de la démarche de reconstruction que la ville de Cormicy vient d'être classée homologable au titre des Petites cités de caractère en 2014 [28].

La mairie construite sur les plans l'architecte rémois Alphonse Gosset (1835-1914) fut agrandie en respectant l'architecture initiale. La place d'Armes entre l'hôtel de ville et l'église fut, elle, doublée en surface.

Par ailleurs, compte tenu de la qualité et de l'homogénéité de ce patrimoine hérité de la Reconstruction, la commune a initié en 2013, une étude en vue de la création d'une AVAP. Depuis juillet 2016 l'AVAP est devenue PVAP (Site patrimonial remarquable - Plan de valorisation de l'architecture et du patrimoine).

Le hameau de Sapigneul, en zone rouge, n'a pas été reconstruit. Il en fut de même pour le hameau de la Neuville.

Par arrêté préfectoral du , depuis le , Gernicourt (Aisne) est rattachée à la commune de Cormicy pour former une commune nouvelle [1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine contemporaine[modifier | modifier le code]

Avant la première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les habitations comme les bâtiments agricoles et artisanaux sont essentiellement concentrées à l'intérieur des "remparts" circulaires depuis le Moyen Âge. La Cité s'organise d'abord autour d'une tour (sans doute une motte castrale) puis de l'église adjacente comme en témoigne le plan dressé par l'arpenteur Villain et le Premier cadastre napoléonien. Le marché et les foires se tiennent à proximité de la porte de Fismes (actuelle Place St Lambert).

La Cité est en retrait de la voie qui à flanc de montagne, la vallée de l'Aisne à Reims. Elle comprend trois portes : la porte de Fismes à l'Est et la porte du faubourg de la Neuville à l'Est. Ces deux portes sont reliées par la traverse, la voie principale de part et d'autre de laquelle s'établirent les commerces. La porte à la Barre, au Nord-est ouvre vers Berry-au Bac. La trame viaire délimite des îlots importants et des impasses sont alors créées afin de pouvoir les densifier afin de maintenir les constructions toujours à l'intérieur du périmètre des remparts.

Avec l'arrivée du CBR au débit du XXe siècle, la gare située à l'extérieur du périmètre urbain à l'Ouest de la porte de Fismes, a induit en sus de ses emprises de triage, une activité de restauration et d'hôtellerie. Le faubourg de la Neuville reste lui embryonnaire.

La Reconstruction

Première Guerre mondiale détruit totalement la ville. Il ne restent que 4 habitations d'avant 1914.

La Reconstruction se fait pour la quasi-totalité à l'intérieur du périmètre des anciens remparts. La trame viaire est normalisée avec un gabarit de 6/8 mètres selon les voies. Les impasses sont prolongées pour éviter les cul de sac comme avec la rue du trésor par exemple. Les constructions sont principalement à l'alignement et implantées d'une limite séparative à une autre. De grandes portes en bois avec chartil permettent l'accès au fond de la parcelle. Les angles de rue sont traités à la Haussmann avec des pans coupés systématiques. L'originalité de l'urbanisme est d'être celui d'une ville et non d'un village rural. Il y a mixité des activités à l'intérieur même du périmètre des anciens remparts dont la trace est conservée sous la forme d'un large mail planté. Sur la même rue voisinent des habitations, des fermes urbaines, des commerces, d es locaux artisanaux et aussi des villégiatures. La hauteur est au maximum d'un étage plus combles ou grenier. Le génie propre de Roger Bouvard fut à partir d'un matériaux unique, la brique silico-calcaire, et des éléments standards pour les portes et les fenêtres, de créer à la fois un paysage urbain extrêmement cohérent et harmonieux avec des constructions toutes différentes. Cette harmonie est aussi liée au soin apporté à tous détails architecturaux y compris pour les bâtiments les plus modestes.

Une extension urbaine est prévue dans le cadre de la Reconstruction entre le canal et la RN 44 au lieu-dit La Maison bleue [29] pour permettre un développement économique en bénéficiant des moyens de transport de la route et de la voie d'eau. Il devait être relié à la Cité par un embranchement du CBR en parallèle de la RD 32 mais qui ne fut jamais réalisé.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Pôle intergénérationnel.

Il faut distinguer deux phases dans les formes prises par l'extension urbaine de la commune.

Les lotissements péri-urbains[modifier | modifier le code]

Après une période de stagnation à la suite de la seconde guerre mondiale, le développement ne va reprendre qu'à partir des années 1960 avec quelques habitations principalement en bordure des voies départementales hors le périmètre des remparts. Depuis 1967, l'expansion de la ville se fait sous forme de lotissements de lotissements successifs : la Porte au Bourg (14 lots) en 1967, la Rue de Guyencourt en 1970 (commerces), Les Grelus en 1974 (17 lots), Rue Pierre Henri Vallet (10 lots) et Rue Louis Hacquart (8 lots) en 1984, Rue Jean Danysz (12 lots) en 1999-2000. Ces lotissement réalisés au coup par coup sont sans grande qualité et sont typiques en termes de forme urbaine, de l'urbanisation périphérique sans plan d'ensemble et sans intégration à une vision globale de la commune.

Un renouveau de l'approche urbaine[modifier | modifier le code]

Dans une perspective d'un développement plus durable, plus respectueux de l'environnement et plus économe en matière de consommation des terres agricoles, la commune a développé deux types d'approches avec des extensions urbaines sous forme de projets d'écoquartier ou similaire d'une part, et d'autre part, par une reconquête et une revitalisation du centre historique.

En 2015, Rue des Petites Saulx, après l'échec d'un écoquartier sous forme d'AFU, un lotissement est créé pour permettre notamment le logement des sapeurs-pompiers à côté du nouveau Centre de premiers secours. Un autre lotissement privé est mise en chantier faubourg de la Neuville.

La priorité conformément aux injonctions des Grenelle de l'Environnement se porte principalement sur la densification de la Cité à l'intérieur du périmètre des remparts avec la création d'un habitat intergénérationnel de 15 logements rue du Vieux Grenier à Sel par Reims habitat. Cette opération vise à la reconstitution d'un tissu urbain plus dense autour d'un espace commun (cours et jardin) traversé par une sente piétonne. Il intègre aussi une salle commune pour les résidents et locataires de l'opération et aussi ceux de la commune.

Le projet d'OPAH vise à permettre la mise aux normes de l'habitat ancien afin là encore de densifier le cœur de la Cité en complément du réinvestissement commercial du cœur de la Cité.

Les bâtiments laissés vacants par le transfert des activités dans des constructions plus adaptées ont été reconvertis en équipements publics complémentaires : crèche, services administratif, médiathèque...

De nouveaux équipements viennent depuis 2008 prendre le relais de ceux désormais obsolètes :

- création d'une micro-crèche dans l'ancienne école maternelle ;

- construction d'un nouveau groupe scolaire ;

- construction d'un centre social ;

- construction d'un nouveau centre de premier secours ;

- construction d'un city-stade ;

- construction d'une Médiathèque dans l'ancienne école des garçons rue du puits Pivôt ...

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune était de 566. Parmi ces logements, 93,7 % étaient des résidences principales, 0,8 % des résidences secondaires et 5,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 82,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 17,0 % des appartements. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 79,1 % [30].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

La commune est notamment concernée par les documents d'urbanisme suivants :

Les projets majeurs qui découlent de ces documents sont :

  • Une Opération programmée d'amélioration de l'habitat (O.P.A.H.) est envisagée pour densifier le centre de Cormicy.
  • Le soutien à l'implantation de commerces et services au cœur de la Cité ;
  • Une zone d'habitations est projetée à l'Est du centre actuel ;
  • Un regroupement des activités industrielles et artisanales dans une zone d'activités sur la zone portuaire est prévu.
  • La mise en œuvre progressive dans le cadre du PVAP et des PCC d'une requalification importante des espaces publics.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Cormicy
(siège)
51171 Communauté urbaine du Grand Reims 31,74 1 422 (2014) 45


Gernicourt 02344 CC de la Champagne Picarde 7,47 49 (2014) 6,6

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[35].

Depuis le , la création de la commune nouvelle de Cormicy, issue de la fusion de Gernicourt et Cormicy, entraîne l'institution de communes déléguées avec un maire délégué à Cormicy et Gernicourt. Jusqu'au renouvellement du conseil municipal en 2020, le nombre de membres du conseil municipal est de 21[1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[36]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1807 Jean Ledoux    
1807 1827 Jacques Mauduit    
1827 1830 Louis Regnard    
1830 1832 Louis Mauduit    
1832 1838 Pierre Regnard    
juillet 1838 août 1838 Louis Lefevre    
1838 1840 Louis Hacquart    
1840 1864 Pierre Derosières   Médecin
1864 1871 Remy Barbier   Maire jusqu'en 1870, puis président de la Commission municipale[Note 2], puis maire en 1871
1871 1879 Toussaint Malot    
1879 1881 Louis Hacquart    
1881 1884 Alexandre Lecomte    
1884 1896 Simon Herbillon    
1896 1900 Paul Fontaine    
1900 1904 Désiré Masse    
1904 1909 Simon Herbillon    
1909 1910 Désiré Masse    
1910 1925 Guillaume Larue   Entrepreneur de travaux publics
1925 1935 Pierre Guillaume   Avocat
1935 1938 Émile Lemaire   Commerçant
1938 1965 Pierre Henri Vallet    
1965 1971 André Simon    
1971 1977 André Delaunay    
1977 1983 Hubert Vallet   Notaire
1983 1989 Jean Louis Michel    
1989 2001 Charles Gaillourdet   Médecin
2001 2008 Françoise Travers    
2008 En cours
(au 4 juillet 2014)
Dominique Decaudin   Professeur des écoles
Réélu pour le mandat 2014-2020[37]

Répartitions administratives et électorales[modifier | modifier le code]

Sur le plan administratif, Guignicourt fait partie de l'arrondissement de Reims et avant la réforme territoriale de 2014 la commune faisait depuis 1801 partie de l'ancien canton de Bourgogne composé de 24 communes. De 1790 à 1801, Cormicy était le chef-lieu d'un canton, à la suite d'un décret de l'Assemblée Nationale, la veille de la Toussaint 1790[38], [Note 3].

Sur le plan électoral, Cormicy est l'une des communes de la première circonscription de la Marne et depuis le redécoupage cantonal de 2014, l'une des 28 communes du nouveau canton de Bourgogne, dont Bourgogne est le siège du bureau centralisateur[38].

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 1er janvier 2014, la commune de Cormicy faisait partie de la communauté de communes de la Petite Montagne composée des communes de Cauroy-lès-Hermonville, Cormicy, Pouillon, Villers-Franqueux. Le siège de cette communauté de communes était à Cormicy.

Conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011, depuis le 1er janvier 2014, elle est membre de la Communauté de communes du Nord Champenois qui regroupe 12 communes et dont le siège est à Cauroy-lès-Hermonville [39]. Cette communauté de communes est issue de la fusion de la Communauté de communes de la Colline, de la Communauté de communes de la Petite Montagne, la Communauté de communes des Deux Coteaux et de la Communauté de communes du Massif [40],[41].

Jumelage[modifier | modifier le code]

George Street, Kingsclere.

Cormicy est jumelée à Kingsclere, commune de Hampshire, en Angleterre, située près de la colline Watership Down, connu du roman de Richard Adams, Les Garennes de Watership Down, paru en 1972.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Après la guerre de 14/18, la commune complètement détruite, comptait seulement 540 habitants au 1er décembre 1920[42]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[44],[Note 4].

En 2014, la commune comptait 1 422 habitants, en augmentation de 0,49 % par rapport à 2009 (Marne : 0,82 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1359801 2421 2911 4821 5051 5901 5781 573
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5601 4311 3611 3241 2841 2231 2261 2271 205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2071 2041 188707924900908837821
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
7757527528389611 0611 4001 4311 422
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

En sus de ses habitants, la ville de Cormicy compte 240 chiens pour 650 foyers[47].

Cultes[modifier | modifier le code]

Église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Cormicy.

L'église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte actuelle a été reconstruite après la destruction partielle lors de la Première Guerre mondiale. Elle comporte une nef romane du XIIe siècle voire du XIe siècle et le portail, en style gothique, date de la première moitié du XVe siècle ainsi que l'adjonction des travées de part et d'autre de la nef.

En 1680, le pape Innocent XI confère à la paroisse une indulgence plénière à gagner chaque année à la fête de Saint Cyr et Sainte Julitte.

Après la retraite de l'abbé Dricot, Cormicy n'a plus de curé résident et fait partie de la paroisse catholique du « Mont d'Hor », au sein du diocèse de Reims, dont le presbytère est à Merfy et qui regroupe les onze anciennes paroisses Notre-Dame de Cauroy-les-Hermonville, Sainte-Marie-Madeleine de Chalons-sur-Vesle, Saint-Nicolas de Chenay, Saint-Cyr-Sainte-Julitte de Cormicy, Saint-Sauveur de Hermonville, Saint-Sébastien de Merfy, La Visitation de Pouillon, Saint-Hilaire de Saint-Thierry, Saint-Remi de Thil, Saint-Théodulphe de Trigny et Saint-Théodulphe de Villers-Franqueux.

Foires et brocantes annuelles régulières[modifier | modifier le code]

  • Vide grenier
  • Puces des loisirs créatifs
  • 24° bourse Militaria

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique locale repose sur trois secteurs principaux encore présents de nos jours et hérités du Moyen Âge pour le moins :

  • l'exploitation des ressources naturelles et leur transformation éventuelle sur place ;
  • l'agriculture et la viticulture ;
  • les commerces et services liés au statut de ville de la commune et aussi à son positionnement comme étape fortifiée entre Laon et Reims.

Un bourg centre structurant[modifier | modifier le code]

En 2013, il y a encore plus de 130 emplois sur la commune qui a ainsi échappé à une fonction de commune-dortoir comme ce fut le cas pour certaines de ces voisines dans l'attraction directe de l'agglomération rémoise et ce malgré une absence de desserte ferroviaire. Après une régression au lendemain de la seconde guerre mondiale liée à l'attractivité de la ville de Reims et de son développement, la croissance de la commune reprend progressivement avec la création d'un premier lotissement en 1967. Son solde migratoire redevint positif à partir de 1975 induisant un rajeunissement sensible de la population. Le développement local continue de bénéficier des infrastructures routières avec la RD 944 et aussi le canal.

Cormicy est la commune la plus importante de tout le secteur Nord rémois avec en 2014, une population de 1 420 habitants et 166 emplois[48] sur les 427 que comptent les douze communes de la communauté de communes du Nord Champenois. L'activité agricole est représentée par la polyculture et aussi la viticulture. Une partie des viticulteurs sont récoltants-manipulants. Il existe aussi une coopérative vinicole. Il faut ajouter aussi en termes d'exploitation des ressources naturelles, l'exploitation de la forêt dont une partie des bois est transformée sur place en bois d'œuvre par la scierie Huberlant et exportée en Europe. La scierie est avec la société de préfabrication d'élément en béton, la CAPREMIB, le plus gros employeur de la commune.

La commune est aussi dotée d'un port fluvial qui vient d'être étendu pour accroître sa capacité. Il permet à la CAPREMIB d'alimenter le marché national notamment par voie d'eau. Elle bénéficie aussi d'une halte fluviale. Il faut ajouter à ces activités industrielles une fabrique de bouchons, une entreprise d'injection de plastique, une menuiserie métallique...

La commune comporte plusieurs secteurs économiques qui en font le bourg centre de tout le secteur. En 2014 on recensait :

  • le pôle santé avec un cabinet médical en sus des infirmières et kinésithérapeutes, dentistes, sage-femme, pédicure-podologue, pharmacie... C'est pour cette raison que l'ARS (Agence régionale de Santé) a qualifié la commune de bourg centre prioritaire pour la médecine ambulatoire. La commune est aussi dotée du seul centre d'intervention de premiers secours avec un corps de sapeurs pompiers bénévoles;
  • un pôle de commerces et services de proximité regroupés en deux sites, le centre ville et la zone d'activités sur la route de Pontavert. En sus du supermarché et du poste de distribution de carburants, on trouve dans la commune une boulangerie-pâtisserie, un tabac-presse-journaux, une fleuriste, une pizzéria, une esthéticienne, trois coiffeuses, un entrepreneur de pompes funèbres et un funérarium, un commerce de produits bio, une auto-école;
  • les services publics sont restés présents avec la poste, les écoles maternelles et primaires, une maison des services publics, une bibliothèque, un centre social;
  • les artisans offrent une grande diversité d'activités : menuisier, carreleur, peintres, plombier, maçonnerie, ravalement, ramonage, entretien de jardins;

La commune développe aussi son accueil touristique avec un gîte et des aires d'accueil privées pour camping-cars.

Exploitation des ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Bois[modifier | modifier le code]

La commune dispose de nombreuses ressources naturelles à commencer par le bois de la forêt qui s'étend sur la Petite et la Grande Montagne. Ces bois sont encore en exploitation comme bois d'œuvre et bois de chauffe. Ils sont encore transformés, une part localement avec le scierie Hurberlant implantée depuis plusieurs générations sur la commune. Une partie de cette production est exportée vers l'Asie et l'Espagne. Le CBR contribua au développement de cette activité et à la commercialisation du bois. Certains membres de cette famille furent menuisiers et conservèrent une activité de fabrique de cercueils et d'activités funéraires jusqu'à une époque récente. Face à le menuiserie en face de la Porte du Bourg s'est implantée au milieu du XXe siècle un marchand de meubles (Meubles Monnier) qui eut ensuite une succursale à Reims, avenue de Laon. Les archives communales témoignent aussi du rapport de cette exploitation des bois communaux au XIXe siècle et qui permit notamment de faire face aux besoins des familles les plus modestes. Le maintien de ces bois et aussi des chemins d'exploitation induit assure une pérennité de la chasse dont témoigne la « baraque » de chasse en haut des Pissotés.

Notons qu'une partie du territoire communal en [Zone rouge (séquelles de guerre)|zone rouge] à la suite de la Première Guerre mondiale est retournée en bois sur le mont Sapigneul mais qui ne peut être exploitée du fait de la présence des restes de munitions et obus.

Cendres[modifier | modifier le code]

Le développement de l'agriculture et sa mécanisation induisit un besoin d'amendement des terres de Champagne généralement très pauvres. Aussi, furent exploitées les terres de la Cendrière qui permettait la production de sulfates, d'alun et aussi d'acide sulfurique. Cette production était transportée par chemin de fer (le CBR). Les cendres sulfureuses étaient utilisées localement.

Argile[modifier | modifier le code]

L'argile fut extraite et utilisée localement pour alimenter une briqueterie qui fournit l'ensemble des briques nécessaires à la reconstruction de la ville après la Première Guerre mondiale. Trop chargée en silice, cette brique de mauvaise qualité fut abandonnée par la suite.

Rivière La Loivre[modifier | modifier le code]

La Loivre, malgré un débit et un volume restreints, permit non seulement d'avoir des étangs pour la pisciculture pour les hameaux de Sapigneul et de La Neuville, mais aussi d'alimenter un moulin à eau.

Énergie éolienne[modifier | modifier le code]

Le vent permit de faire tourner les moulins à vent sur une butte qui en a conservé le toponyme. Cela induit aussi la présence de cultures de céréales en volume suffisant pour maintenir une telle activité.

Matériaux de construction[modifier | modifier le code]

Le savoir faire local en termes de production de matériaux de construction et aussi la proximité des voies de communication (RN 44 et canal) permit l'implantation d'une entreprise importante spécialisée dans la préfabrication d'éléments de construction et d'infrastructures en béton. Cette unité de production fut fondée par Thouraud en 1923. Son fils Jean Thouraud dirigea ensuite l'entreprise. Ce dernier fut aussi maire de la commune de Guignicourt dans l'Aisne. Elle est rachetée par le groupe Tarmac en 1993 et elle fait aujourd'hui partie du groupe CARI.

Agriculture et viticulture[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture est une activité traditionnelle qui se maintient dans la plaine. Elle est aujourd'hui principalement liée à l'économie nord-champenoise et au pôle de compétitivité de Bazancourt. La production locale était principalement les céréales et la betterave. Jusqu'à une époque récente la région rémoise comprenait trois sucreries importantes : Condé-sur-Aisne et Sillery desservies par la voie ferrée et le canal, et la sucrerie de Bazancourt. L'activité agricole induisit aussi des activités annexes comme celle du maréchal ferrant Deligny, place St Vincent, ou du mécanicien diéseliste André Hourdeaux, rue du Vieux Grenier à Sel. Un bourrelier-sellier exerça jusqu'à peu son activité sur la commune.

Viticulture[modifier | modifier le code]

La vigne est une activité présente sur les pentes de la Grande Montagne depuis des temps anciens[49], mais son développement est lié au réchauffement climatique constaté à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. L'activité vini-viticole de la région permet de produire un vin de qualité connu dans tout le pays comme en témoigne la production laonnoise par exemple et l'intérêt qui portèrent les évêques[50]. Cependant cette activité qui s'étendait jusqu'à Chaudardes dans l'Aisne fut remise en cause d'une part avec la crise du début du XXe siècle avec le phylloxéra et d'autre part avec les destructions de la Première Guerre mondiale. La partie la plus septentrionale des terres à vigne de champagne ne fut pas replantée. C'est à partir des années soixante que la vigne fait sa réapparition sur le terroir de Cormicy. Elle occupe aujourd'hui une part importante des coteaux exposés à l'est et au sud, au-dessus du bourg. Cette activité a généré la mise en place d'une coopérative qui regroupe une partie des vignerons. Sont recensés à ce jour 14 viticulteurs sur la commune.

Horticulture[modifier | modifier le code]

Le terroir local est aussi propice à l'horticulture et au maraîchage, notamment sur les pentes au pied de la montagne où la terre est plus riche. La tradition locale évoque même la présence d'une pivoine dite de Cormicy. Cette activité est aujourd'hui encore présente avec une exploitation de plantes aromatiques et médicinales (Corpart) et une vente locale de ces produits.

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Son statut de ville sous la houlette des évêques de Reims permit à la commune de bénéficier d'équipements « publics » qui assurèrent son rayonnement et sa fonction de chef-lieu. La commune obtint le droit de foire dès le Moyen Âge et cette tradition s'est perpétuée jusqu'à la fin du XXe siècle avec la foire de la Saint Luc. Elle était aussi dès cette époque ancienne d'une structure de gestion municipale et aussi d'un tribunal et d'une compagnie d'arbalétriers. Le grenier à sel induisait aussi une certaine activité et mouvements qui justifiaient aussi la création d'une halte de Poste (ancêtre des auberges et des hôtels). Au milieu du XXe siècle, la commune comptait encore hôtels et restaurants que pouvaient venir fréquenter les Rémois comme les habitants de Soissons en utilisant le CBR. La commune fut aussi dotée très tôt d'établissements d'enseignements pour les filles comme pour les garçons et aussi d'un hôpital. Le prieuré accueillait régulièrement, en villégiature ou en résidence forcée, des membres du haut clergé rémois (évêques et chanoines).

Un notaire (étude Vallet) fut présent sur la commune pendant plusieurs siècles jusqu'à son transfert à Reims en 1974. Elle avait été créée en 1543 ce qui en fait l'une des plus anciennes études du département de la Marne. Maître Valzechet en fut le premier titulaire. Le dernier a y avoir résidé était Maître Pierre-Henri Vallet. La durée de son exercice, 36 ans, est l'une des plus longues des 36 titulaires successifs.

La commune est aussi centre de premier secours en matière de lutte contre l'incendie.

La commune a maintenu et développé ses activités scolaires avec une école maternelle et une école primaire, une crèche et un centre social, une bibliothèque, des terrains de sport, une salle des fêtes pour l'accueil des manifestations associatives, une salle pour les jeunes dite du « patronage »… La commune a aussi créé une triennale de la photographie qui a lieu désormais régulièrement.

Cette fonction de chef-lieu a été maintenue maintenu malgré l'implantation de la perception à Hermonville et la création du collège à Saint Thierry malgré un projet initial sur la commune. Elle se traduit par la présence de la Poste et son maintien et plus récemment par la création de la Maison des Services Publics. La commune a maintenu ses services en matière de santé avec un cabinet médical, des activités paramédicales et aussi une pharmacie et un centre de soins du corps et d'esthétique.

Les commerces traditionnels ont peu à peu disparu du centre ville sous l'effet des mutations de leurs activités : boucherie, épiceries des maisons à succursales multiples (Coopérateurs, Goulet-Turpin...), droguerie... Il reste cependant un boulanger, un tabac-presse, une restauration rapide, un fleuriste. Les autres activités se sont regroupées autour de la « superette » qui a été réalisée sur la route de Pontavert. Les artisans se sont maintenus et développés même si les activités anciennes comme celle du maréchal ferrant ont disparu.

Nombreux viticulteurs ont ouvert des « accueils » pour une vente directe de leur production de champagne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

"Armoiries" de la commune
Blason sculpté de Cormicy - façade de l'hôtel de ville.

La commune ne disposait d'armoiries. En effet, elle était sous l'autorité de l'archevêque de Reims et les seules existantes étaient celles du curé-prieur et qui sont encore gravées sur un linteau de pierre en soubassement du château actuel, demeure de feu Pierre Guillaume qui acquerra le titre de camérier secret du pape à l'Église catholique et à ce titre comte du Saint Siège. Il n'y eut jamais de noblesse titrée à Cormicy en dehors des archevêques et de celle répertoriée dans l'armorial de France. Ces armoiries concernent notamment : Jean Cornet, seigneur du Godart, Henri Cousin, notaire royal, Pierre de Clercy, prévôt, notaire royal, Jean Lebrun, conseiller du roi, premier grenetier du grenier à sel, Nicolas Regnault, sieur de la Neuville. Le corps des officiers du grenier avait ses propres armoiries. L'abbé Grandremy évoque une demande de 1909 de la commune d'avoir ses propres armoiries dans le cadre de la procédure mise en place par l'empereur Napoléon III. Cette demande est attestée par la délibération du conseil municipal du 26 novembre 1809 le maire étant M. Mauduit. « Sa majesté autorise la ville de Cormicy à reprendre les armoiries de la commune : un choucas sur une tour carrée » ce qui fut accordée (page 180 - Histoire de Cormicy). Cependant il ne semble pas que cela fut suivi d'effet. Le terme utilisé de reprendre laisserait supposer une origine ancienne mais qui n'est en rien attestée. Une lettre du maire au sous-préfet de Reims du 12 janvier 1810 explicite l'origine de la tour et du choucas. Elle évoque aussi la possible présence d'un tableau sculpté avec lesdites armoiries et suspendu dans la nef de l'église et qui aurait été détruit à la Révolution. Le même courrier confirme cependant que le maire signataire, M. Mauduit, n'a « aucune connaissance, les anciens papiers qui pourraient procurer des renseignements sur l'histoire de la commune sont dispersés et égarés ».

En 1920, la commune se voit décernée la Croix de guerre 1914-1918. Le maire d'alors, Pierre Guillaume se voit dans l'obligation de fournir des armoiries pour y accrocher ladite médaille. Il fait des recherches et consulte la Bibliothèque nationale, à l'Académie Nationale de Reims, l'armorial de Reims dressé par Ch. d'Hozier et publié par le docteur Gosset. Ces recherches sont vaines ce qui conforte l'hypothèse d'une absence d'armoiries anciennes. C'est donc Pierre Guillaume qui dans un arrêté du 1er janvier 1926 arrête les armoiries de la commune. Le texte en est le suivant : « Nous Pierre Guillaume, Comte du Saint Siège, commandeur de l'ordre du Saint Sépulcre, officier de la Rédemption africaine, maire de Cormicy, avons à l'aide de nos archives personnelles, de nos souvenirs et eu égard aux règles héraldiques, reconstitué les armes de la ville de Cormicy qui se doivent blasonner comme suit »:

  • « D'azur à la tour crénelée, carrée, d'argent, maçonnée de sable, ouverte de gueules, et sommée d'un choucas d'or. L'écu surmonté d'une couronne murale crénelé, d'argent, est accosté de deux branches de sinople, croisées en pointe, et liées d'azur par un ruban de même, auquel est appendre la croix de guerre au naturel.

[...] et avons fait don à la commune, de la peinture desdites armes pour être conservée dans une des salles du nouvel Hôtel de Ville. Signé : Cte Guillaume ».

La représentation qui s'en approche le plus est la sculpture au fronton de l'hôtel de ville hormis les couleurs. La façade de la Poste sur la place d'Armes porte des armoiries légèrement différentes preuve qu'il n'y a pas de blason officiellement répertorié. Le logo adopté en 2016 par la commune reprend librement la symbolique de la tour sur fond azur et surmontée d'un choucas. Les armoiries adoptées à l'époque répondaient à un besoin qui est passer outre les conventions habituelles.

Nouveau logotype

La commune a adopté en 2015 un logotype modernisé inspiré de ce blason.

Armoiries du prieur-curé de Cormicy
Armoiries du prieur de Cormicy.

L'abbé Grandremy qui est l'auteur de l'Histoire de Cormicy parue en 1904, inclut dans son ouvrage les armoiries du Prieur-Curé de Cormicy, de l'ordre de Sainte-Geneviève. Il les décrit ainsi : d'azur au rais d'escarboucle, fleurdelisé d'or. Ce sont les mêmes armes qui ont été gravées sur une pierre de linteau visible à l'arrière de la maison de Pierre Guillaume. Il s'agit sans aucun doute d'un élément éventuellement de réemploi du prieuré qui se trouvait à cet endroit. Cette référence reste d'origine inconnue sur Cormicy.

Elle est bien celle de l'ordre de Sainte-Geneviève congrégation augustinienne fondée par le Cardinal de la Rochefoucault toutefois il semble que les armoiries du Prieur-curé de Cormicy renverraient plus justement à l'ordre du Croissant fondé par Charles d'Anjou (frère du roi Louis IX) en 1268 à Messine une première fois. Le second ordre du croissant fut créé par le roi René (d'Anjou) au XVe siècle en l'honneur de saint Maurice. Le blason de la maison du croisant à Angers et où se réunissaient les trente-six chevaliers, est identique à celui du Prieuré de Cormicy et porte comme devise : « I.OS EN CROIS SANT ». Le vieux français loz, en style de rébus, voulait dire loz en croissant, c’est-à-dire qu' « en avançant en vertus, on mérite des louanges ». L'ordre ne survécut pas à son créateur.

Lieux, monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte

L'église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte date du XIIe siècle, mais la présence d'une église est attestée dès le VIIIe siècle. Saint Rigobert, archevêque de Reims, s'y arrêtait lors de ses trajets entre Gernicourt, où il était en exil, et Reims. L'église dédiée à saint Cyr et à sainte Julitte est agrandie et embellie au XVe siècle en style gothique. Elle sera partiellement reconstruite après la Première Guerre mondiale. Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques par décret du 30 novembre 1921. Elle comprend deux éléments d'Art nouveau sculptés dans un tuffeau : le baptistère et la chaire.

Les vitraux de l'église

Les vitraux de l'église ont été réalisés par les Ateliers Lorin (1937-39) sur des cartons de l'architecte Henri-Marcel Magne (1877-1944), fils de Lucien Magne. Henri-Marcel Magne va réaliser les vitraux d'une douzaine d'églises dans la Marne dans le cadre de la reconstruction après la Première Guerre mondiale à la demande de Bernard Haubold, ancien élève de son père. Il voit là l'occasion de mettre en œuvre ses théories développées dans son ouvrage [51]. « Celui-ci y voit l’opportunité de mettre en œuvre sa doctrine relative au vitrail : verres teintés dans la masse, tout au plus gravés mais rejet des émaux et des verres martelés, opalisés, plissés, striés, dont l’usage doit être réservé aux constructions civiles, couleurs vives et chatoyantes, forte présence des plombs qui structurent la composition et dessinent les motifs, restriction de la grisaille. À l’instar de son père, il refuse l’unité de style et « [fait] œuvre moderne dans des édifices anciens » ». Une phrase résume bien sa pensée et ses réalisations : « Le choix d’un style n’est pas en question puisqu’il s’agit de créer une œuvre d’art […]. Ce qui importe, c’est que le vitrail ne soit pas un tableau, que la composition s’accorde avec son cadre architectural, qu’elle demeure sur la surface et qu’elle l’enrichisse par une harmonie de couleurs sans effets de trompe-l’œil ».

Chapelle Saint-Rigobert de Gernicourt.
Remparts

Il reste de la ville du Moyen Âge :

  • l'emplacement des remparts (remparts Nord et remparts du midi) ;
  • la porte à la Barre ;
  • les éléments de défense de la tour et notamment le gué ;
  • une part du réseau des souterrains et caves Janvier dont certaines ont été aménagées pour la visite.
Le château

Même si l'appellation est usitée familièrement, il n'existe pas de « château » à Cormicy. Cette dénomination est attribuée au XXe siècle à une jolie bâtisse construite en 1925 au milieu d'un vaste parc boisé en plein cœur du bourg. Cette propriété a été aménagée après la Première Guerre mondiale à l'emplacement des propriétés de l'évêque de Reims qui comprenait le prieuré (presbytère du curé desservant), l'ancien cimetière et aussi la tour de défense dont le plan Villain atteste la présence. Elle a été acquise après la Première Guerre mondiale pour être la propriété du comte romain héréditaire Pierre Joseph Guillaume, camérier secret de cape et d'épée du pape Pie XI (titre nobiliaire de l'Église catholique romaine) et officier de Saint-Jean du Latran et du Saint-Sépulcre. Pierre Guillaume fut maire de Cormicy. Ces données nobiliaires sont attestées expressément par les mentions portées sur l'une des cloches de l'église, la cloche Marie Josèphe. Le bâtiment actuel contient en ses sous-sols un ancien cachot des XIIe et XIIIe siècles.

L'hôtel de ville

Le premier hôtel de ville a été construit par l'architecte rémois Alphonse Gosset (1835-1914) à l'angle de la place d'Armes et de la rue du Puits-Pivot en 1838. Détruit entièrement lors de la guerre 14-18, il fut reconstruit sur les plans de l'architecte parisien Roger Bouvard (1875-1961) toujours à l'angle de la place d'Armes et de la rue du Puits-Pivot. Il fut cependant allongé de deux travées en respectant l'architecture initiale. Il abritait la perception et est contigue à l'école des garçons aujourd'hui désaffectée.

Chemin de fer de la banlieue de Reims

De l'ancienne ligne du CBR (Chemins de fer de la Banlieue de Reims), le pont de la ligne qui menait de Reims à Soissons en passant par Cormicy. Il reste encore visible aujourd'hui le pont du CBR et aussi un talus le long de la route de Berry-au-Bac. Cormicy disposait d'une gare avec un triage important que nécessitait l'activité économique avec l'emplacement nécessaire pour le chargement et le déchargement des marchandises. Cette gare induisit aussi la réalisation d'un hôtel et des restaurants liés au trafic et à l'activité ferroviaire. Cette ligne desservira jusqu'en 1933 le massif de St Thierry.

Monument aux morts
Le monument aux morts.

Le monument aux morts a été réalisé au chevet de l'église en lieu et place des maisons qui venaient border la place Saint-Vincent, patron des vignerons. Réalisé en 1927, il est l'œuvre du sculpteur rémois Paul Lefebvre (1887-1958) et de l'architecte Edmond Herbe (1865-1960). Il fut inauguré le 29 mai 1927. Son positionnement au chevet de l'église et dans l'axe est-ouest lui confère une symbolique forte du renouveau et de l'espoir avec le visage tendu vers l'Orient. Sont ainsi mêlés dans un même élan et dans un même espoir le profane et le sacré.

L'artiste contemporain Patrice Alexandre[52], dans le cadre de son travail sur les « sculptures de mémoire », s'est inspiré de ce monument aux morts de Cormicy. Ces œuvres sont exposées au Musée royal de l'armée et de l'histoire militaire à Bruxelles.

Balance de pesée

La balance de pesée ou bascule, place Flodoard, atteste encore de l'ancienne foire aux bestiaux.

Lavoirs

Le lavoir reconstruit après la guerre est aujourd'hui utilisé comme garage pour le remisage des véhicules du centre de premiers secours en l'attente de la construction d'un bâtiment plus adapté aux besoins des soldats du feu volontaires.

Il fut aussi reconstruit un second lavoir au-delà de la porte de Fismes, non loin de la route de Pontavert et alimenté par un ruisseau qui descendait le long du chemin du Lavoir qui existe encore aujourd'hui. Ce lavoir, aujourd'hui disparu, se situait au débouché de ce chemin sur la rue Jean-Rostand.

Chapelle

En bordure de la route de Concevreux (chemin de Pontavert) à la sortie de la ville sont conservés les éléments attestant la présence d'une ancienne chapelle dont il ne reste que la porte obturée surmontée d'un calvaire. Elle porte la mention latine gravée dans le linteau : « O crux ave spes unica » (Ô croix je te salue unique espérance). À l'intérieur était une plaque avec la mention « Calvaire érigé par M. l'abbé Robin et les habitants de Cormicy en 1858, restaurée avec la pose de croix nouvelle par la famille Hacquart-Chevergny en 1896 »[53].

Urbanisme souterrain

Cormicy dispose d'un urbanisme souterrain qui est hérité pour une part d'un système défensif lié au grenier à sel et sa tour voire avec le système de remparts. Une partie de ce système est appelé caves janvier. Ce sont 33 souterrains ou cavités qui sont, à ce jour, recensés à l'intérieur des anciens remparts. Une autre partie de ces cavités est sans doute héritée des fonctions militaires plus récentes à la fin du XIXe et surtout lors de la Première Guerre mondiale. Ces caves sont creusées dans le sol calcaire. Les accès sont souvent architecturés avec soin avec des voûtes de moellons appareillés et des marches régulières parfaitement taillées. Les recherches souterraines ont aussi permis de découvrir une partie d'aqueduc souterrain. L'association Cormicy ma ville son histoire a œuvré pour la remise en accessibilité du souterrain Malot-Chauvaux qui est désormais visitable en toute sécurité. Une brochure a été aussi éditée par la même association[54].

Vestiges de la Première Guerre mondiale
  • Dans la « grande montagne » se trouvent les vestiges d'une batterie qui, pendant la Première Guerre mondiale, était chargée de protéger la cote 108 de Berry-au-Bac dont le rôle était de verrouiller le passage de la rivière Aisne. On peut y retrouver les restes de l'ancienne voie ferrée par où la batterie était approvisionnée en munitions. On y voit également les restes d'un blockhaus avec un poste d'observation que les Cormiciens appellent « Le casque ». Les bois sont encore sillonnés par les restes des tranchées.
  • Nécropole nationale de la Maison Bleue
    La nécropole nationale de la Maison Bleue[55] en bordure de l'ancienne RN 44, rappelle les durs combats de 1914. Elle recueille les corps de plus de 14 400 soldats français. Ces soldats sont principalement normands et parisiens. Ils tombèrent lors des combats entre septembre 1914 et avril 1915.
  • Sapigneul
    Sapigneul[56],[57] est un village qui a été rattaché à la commune de Cormicy au XVIIIe siècle, mais il faisait depuis le Moyen Âge, partie de la même paroisse avec le même curé desservant. Il était situé au nord-est du territoire communal en limite d'avec la commune de Berry-au-Bac, le village à gauche de la Loivre et le moulin à droite. Il était sur une colline et composé d'une maison forte et d'une chapelle avec quelques maisons formant hameau ainsi que d'un cimetière fort ancien. Ce site fut l'un des enjeux de la Première Guerre mondiale dès son début car la cote 108 permettait le contrôle du canal et surtout du passage de l'Aisne. Le village a été complètement détruit lors des combats qui firent rage. Situé en zone rouge, il n'a pas été reconstruit. Seul un pan de mur conservé permet de le situer, et de rendre hommage aux soldats qui sont tombés en ce lieu. C'est un lieu de commémoration, et de reconstitutions historiques. Entre Sapigneul et La Neuville furent découverts les vestiges d'un cimetière gallo-romain. Du haut de cette butte, il y a un superbe panorama sur Cormicy à contempler le matin.
  • Le casque sur la Petite montagne.
    Casemate défensive surmontée d'une protection en acier en forme de casque allemand;
  • Le monument en hommage au général Rousseau et à la 92e division.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Petite Cité de Caractère

La ville de Cormicy est en cours d'homologation en qualité de Petite Cité de Caractère compte tenu du caractère unique et exemplaire de sa reconstruction après la première guerre mondiale par l'architecte-urbaniste parisien Roger Bouvard. Cette identité propre est confortée par un patrimoine homogène et de grande qualité ainsi que par des espaces publics, la promenade des remparts notamment, importants en sus du parc du château. Cette qualification de Petite Cité de Caractère atteste d'un développement de l'accueil touristique et des animations.

Circuit de Saint Aubeu[modifier | modifier le code]

Le circuit balisé de Saint-Aubeu qui part et arrive à Hermonville permet de découvrir les quinze communes viticoles du Massif de Saint-Thierry. Long de 18 km son parcours se fait en 4 h 30 environ. Il emprunte le chemin des Pissotés qui mène à Guyencourt.

Tous les deux ans les communes de ce circuit organisent une course : le trail de Saint-Aubeu, au début de l'automne, ouvert aux VTT et aux randonneurs.

Halte fluviale

Dans le cadre du développement du tourisme fluvial, il a été créé une halte au niveau de Cormicy pour accueillir la navigation de plaisance. Elle est desservie par la piste cyclable qui va, en longeant le canal, de Berry-au-Bac à Reims. La halte est à proximité de la nécropole de Maison Bleue [58].

Jumelage avec Kingsclere[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec le village de Kingsclere dans le comté de Hampshire à proximité de la ville de Newbury. Le village compte près de 3400 habitants. De nombreux échanges ont lieu tous les ans entre les deux villages. Présidente du comité de jumelage : Karen Krif.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Le Vergeur (début XVIe siècle). Ce "grainetier" ou "receveur" fit fortune avec la gestion du grenier à sel de Cormicy et lui permit d'acquérir son titre de noblesse et aussi un hôtel particulier sur la place du Forum à Reims. Ce bâtiment qui hébergea Jeanne d'Arc lors de son séjour à Reims est devenu au XIXe siècle le siège de l'association des Amis du Vieux Reims et aussi siège de l'Académie nationale de Reims. Il est aussi aujourd'hui un Musée de l'histoire locale : Musée Hôtel Le Vergeur [2]. Il possédait aussi le fief de Saint Aubeu (Grand Coutumier, Charles de Molin, 1618, Ed. Jacques Dupuy, Paris).
  • Fernand Grandremy (1860), auteur de l'histoire de Cormicy parue en 1900.
  • Jean Casimir Danysz (1884-1914), docteur-ès-sciences, spécialisé dans les particules β, assistant de Pierre et Marie Curie, puis chef du laboratoire de radiologie de Varsovie, revenu pour servir dans l'armée française, blessé mortellement à l’attaque du pont de Sapigneul et mort à Laneuville, enterré au cimetière de Cormicy. La Rue Jean-Danysz à Cormicy porte son nom[60].
  • Emma Verachten[61] née Mols a vu le jour en Belgique le 19 septembre 1905 à Mol (près d'Angers). Elle habitait le hameau de la Maison Bleue et elle est réquisitionnée comme interprète par l'Armée allemande pour la base aérienne de la Luftwaffe établie à Juvincourt. Elle en profite pour communiquer des informations notamment à la Résistance. Elle intègre le réseau de renseignement Kléber-Janus dirigé par Édouard Charlot. Ce réseau est démantelé par la Gestapo et elle est arrêtée le 20 août 1942. Elle est ensuite déportée en Allemagne comme résistante. Elle est rapatriée en France le 20 avril 1945. Elle décède en 1954 et elle est inhumée au cimetière de Cormicy. Combattante volontaire de la Résistance, elle a été décorée notamment de la croix de guerre, de la médaille militaire et de l'ordre belge de Léopold avec palmes. Sa mémoire est honorée par une plaque commémorative face au Centre de Secours.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Grandremy (abbé), Cormicy - La Neuville - Sapigneul- Des origines à 1900, Reims, L.Michaud, .
  • Travaux de l'académie nationale de Reims, vol. 122, Reims, Michaud, , p. 257 et suivantes.
  • Henri Jadart et Louis Demaison, Répertoire archéologique de l'arrondissement de Reims, canton de Bourgogne, Reims, L. Michaud, .
  • François-Xavier Tassel, Dossier de candidature à l'homologation des Petites Cités de Caractère, Angers, Urban & Sens, .
  • François-Xavier Tassel, Caroline Guillemault, Hervé Le Roy, jean-Jacques Valette, Urban & Sens, Diagnostic de l'AVAP de Cormicy, 2015
  • Agence d'urbanisme de la Région de Reims, Plan local d'urbanisme et notamment son rapport de présentation.

Association Cormicy ma ville, son histoire [62] édite des fascicules reprenant les conférences donnée sur l'histoire locale.

Déjà parus :

  • Maurice Jonot, « Visite architecturale de l'église de Cormicy », Cormicy ma ville, son histoire, no 1,‎ .
  • Hubert Guerin et Pierre Louis, « La cendrière de Cormicy », Cormicy ma ville, son histoire, no 2,‎ .
  • Alain Lecomte et Antoine Sanchez, « Le réseau souterrain de Cormicy », Cormicy ma ville, son histoire, no 3,‎
  • Jean-Pierre Boureux, « Cormicy, châtellerie de l'archevêque de Reims », Cormicy ma ville, son histoire, no 4,‎ .
  • Sylviane Leclere, « L'histoire de l'ABEP de Cormicy », Cormicy ma ville, son histoire, no 5,‎ .
  • Jean-Claude François et Bernard Porgeon, « Les lieux-dits de Cormicy », Cormicy ma ville, son histoire, no 6,‎ .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En géologie, une cendrière est un endroit où est extraite de la cendre d'origine géologique.
  2. Pendant la guerre de 1870-1871, le Gouvernement de la Défense nationale installe dès septembre 1870 une commission administrative municipale dans toutes les communes en remplacement du conseil municipal.
  3. L'ancien canton de Cormicy était composé également des communes de Cauroy-les-Hermonville, Hermonville, Bouvancourt et Ventelay (Notices communales de l'EHSESS
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Arrêté du 31 décembre 2016 portant création de la commune nouvelle de « Cormicy » - Recueil des actes administratifs de la Marne - N°12quiquies du 31 décembre 2016 », sur http://www.marne.gouv.fr/, (consulté le 31 décembre 2016), p. 30-31.
  2. Projet Babel : Dictionnaire des rivières et canaux de France
  3. Morgan, G.R.E.F.F.E, « ZNIEFF du grand marais de Cormicy » [PDF], sur http://inpn.mnhn.fr, (consulté le 23 juillet 2015).
  4. Morgan, G.R.E.F.F.E, « ZNIEFF du massif forestier de Cormicy » [PDF], sur http://inpn.mnhn.fr, (consulté le 23 juillet 2015).
  5. MNHN - Service du Patrimoine Naturel, « FR2100274 - Marais et pelouses du tertiaire au nord de Reims » [PDF], NATURA 2000, sur http://inpn.mnhn.fr, (consulté le 23 juillet 2015).
  6. « Inventaire des paysages viticoles Champenois » [PDF], sur ameter-paysages.fr, Association Paysages du Champagne Unesco
  7. « Tourbières et marais de Champagne-Ardenne » [PDF], sur pole-tourbieres.org, L’écho des tourbières
  8. http://www.villes-et-villages-fleuris.com
  9. site Marne Mobilité
  10. Flodoard, Annales, anno DCCCCXL [lire en ligne]
  11. Pierre Varin et L.Arien Archives administratives et législatives de Reims, éd. Crapelet, Reims, 1853 p. 215, 228, 229, 230, 237, 250, 253[lire en ligne].
  12. Auguste Longnon, Dictionnaire topographique du département de la Marne, Paris 1891, cité dans Travaux de l'Académie nationale de Reims vol 120 tome 2, 1906, p. 303 et 307
  13. Colin Haselgrove, Pamela Lowther, Pierre Allard et Claude Constantin, L'occupation du sol au Néolithique dans la vallée de l'Aisne : l'apport des prospections de surface, in : Revue archéologique de Picardie 1999, vol. 1, nr. 1 pp. 3-28 [lire en ligne]
  14. Fernand Grandremy, Cormicy - La Neuville - Sapigneul : Des origines à 1900, vers 1903
  15. La redevance était de onze deniers, un chapon et un setier d'avoine.
  16. Jadart et Demaison, op.cit, p. 301
  17. Histoire du prieuré de St Marcoul de Corbeny et la guérison des Écrouelles — Bulletin de la société historique de haute Picardie — tome XI - 1965
  18. Selon une tradition ancienne le roi au moment de son sacre disposerait des pouvoirs qui lui permettraient de guérir des écrouelles.
  19. Cassini Notice communale Sapigneul : Sapigneul est fusionné à Cormicy entre 1790 et 1793, la commune s'appelle en 1793 Cormicy et Sapigneules.
  20. Pour une recension bien documentée : http://sapigneul.superforum.fr/t11-sapigneul-avant-guerre-1914-1918
  21. « Musée Le Vergeur »
  22. H. Jadart et L. Demaison, Répertoire archéologique de l'arrondissement de Reims. Canton de Bourgogne : Cormicy, 1ère partie, Reims, L. Michaud, , 364 p. (lire en ligne), p. 286
  23. Archives de la famille Dumangin
  24. Auguste Longnon, Dictionnaire topographique du département de la Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, , 380 p. (lire en ligne).
  25. Jadart et Demaison, op.cit. p. 300
  26. EHESS, notice de la commune sur le site Cassini, consultée le 21 janvier 2009
  27. TASSEL François-Xavier/ GUILLEMAULT Caroline, Diagnostic de l'AVAP de Cormicy, Angers, Commune de Cormicy, , p. 150
  28. Cormicy sur le site des petiites cités de caractère.
  29. Plan local d'urbanisme de Cormicy, p. 29-31
  30. INSEE, chiffres-clés de Cormicy 2012 [lire en ligne]
  31. www.sieprur.fr
  32. « Urbanisme, Architecture et Patrimoine (AVAP) », Vie municipale, sur http://www.cormicy.fr/ (consulté le 23 juillet 2015).
  33. « Réalisations », Urban & sens (consulté le 23 juillet 2015).
  34. « L'église », notice no PA00078674, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  36. « Les maires de Cormicy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 juillet 2015).
  37. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  38. a et b EHESS, « Cormicy », Notice communale, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui (consulté le 23 juillet 2015).
  39. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  40. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération Intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes de la Colline, de la Communauté de communes de la Petite Montagne, de la Communauté de communes des Deux Coteaux et de la Communauté de communes du Massif », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 18-21 (lire en ligne).
  41. « Avant la fusion des communautés Les derniers vœux de la Colline », L'Union,‎ (lire en ligne).
  42. Consulter la Carte Spéciale des Régions Dévastées sur Gallica
  43. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  47. http://www.cormicy.fr/SITES/cormicy.fr/IMG/pdf/sourire_juin2013_final_reduit.pdf
  48. http://www.reims.cci.fr/static/pdf/information_economique/communautes_communes/nord_champenois.pdf
  49. COLIN Georges, Vignoble et vin de Champagne, TIGR no 15, UER de lettres et sciences humaines, 1973, Reims.
  50. M. Duchaussoy, La vigne en Picardie et le commerce des vins de Somme - Annales d'histoire économique et sociale - Année 1929 - Volume 1 - Numéro 3 - p. 430-434
  51. Magne Lucien et Henri-Marcel, L’Art appliqué aux métiers. Décor du verre : gobeleterie, mosaïque, vitrail. Tome III, Paris, H. Laurens, , 228 p.
  52. Patrice Alexandre
  53. Jadart et Demaison, op. cit. p. 290
  54. http://www.info-speleo.com/2012/12/le-vieux-souterrain-de-cormicy-de-nouveau-accessible/
  55. http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/lieux/1GM_CA/cimetieres/francais/cormicy.htm
  56. http://sapigneul.yo.fr/
  57. http://sapigneul.superforum.fr/
  58. Halte fluviale
  59. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k946024/f2.table, sur gallica.bnf.fr (consulté le 18 mars 2018)
  60. [1]. Selon le Bulletin littéraire et scientifique (Association des anciens élèves de l'École polonaise) - 1914/12/15 (Année 39, No 316), il est le fils de Jean Danysz (1860-1928), biologiste à l'Institut Pasteur, né à Chyllin en Pologne, qui a donné son nom au phénomène de neutralisation des toxines par leur division en plusieurs portions.
  61. La mémoire d'Emma Verachten à Cormicy par Jocelyn et Jean-Pierre Husson - http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/lieux/2GM_CA/plaques/cormicy_emma_verachten.html
  62. http://cmvsh.fr