Saosnoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saosnoise
Saosnoise au Salon international de l'agriculture de 2012 à Paris.
Saosnoise au Salon international de l'agriculture de 2012 à Paris.
Région d’origine
Région centre ouest de la Drapeau de la France France
Caractéristiques
Taille Grande
Robe Pie Rouge
Autre
Diffusion Locale, race préservée
Utilisation Mixte

La saosnoise est une race bovine française.

Origine[modifier | modifier le code]

Cette race a été constituée à partir de races locales (percheronne, mancelle) avec des apports de sang extérieur : durham, normande, Maine-Anjou. Elle a pris le nom de sa région d'origine, le Saosnois (nord de la Sarthe) dans les années 1930.
Elle serait issue de trois populations fusionnées:

  • Une population de mancelle, non croisée avec la shorthorn lors de la création de la race rouge des prés au XIXe siècle.
  • Une population de percheronne, une race ayant contribué à la création de la normande, qui aurait échappé aux croisements.
  • Une population de shorthorn restée en race presque pure jusque dans les années 1950.

Ce sont ces deux races voisines géographiquement qui auraient fini par ne former plus qu'une population[1].
En 1939, une société des éleveurs de la race bovine du Saosnois a été créée et un standard de race établi. Cette tentative sera sans suite à cause de la Seconde Guerre mondiale. Il n'existe pas de livre généalogique à l'heure actuelle. En 1997, une association pour la promotion et la valorisation des animaux du Saosnois a été créée. Un programme de préservation de la race a été établi. Il vise à:

  • Rechercher les troupeaux existants et répertorier les individus.
  • Sélectionner les animaux les plus représentatifs.
  • Diffuser les taureaux les plus intéressants par le biais de l'insémination artificielle.
  • Faire circuler l'information entre éleveurs.

En 2000, ce travail a abouti à l'attribution du numéro 88 à la race par le ministère de l'agriculture. (reconnaissance officielle)
C'est une race à effectif restreint. Le cheptel comprend environ 900 vaches reproductrices dont 50 % reproduisent en race pure et 31 taureaux dont 31 % disponibles en insémination artificielle[2].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Tête d'un taureau de race saosnoise au salon de l'agriculture en 2012.

La robe est pie rouge, parfois bringée. Les muqueuses sont claires. La répartition des taches rouges et la forme des cornes très variée traduisent une race non homogénéisée par la sélection. C'est un bovin de grand format, la femelle a une hauteur au garrot de 1,40 m et le mâle de 1,50 m, d'un poids moyen respectivement de 800 et 1 300 kg.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

C'est une race à utilisation multiple (lait, viande et traction) qui a conservé sa vocation mixte. Elle donne entre 3 000 et 3 500 kg de lait par lactation. Son ossature fine sous une musculature développée en fait une race lourde à bon rendement en viande. Cette dernière, rouge et fine avec un persillé délicat, rappelle celle de la normande dont elle partage localement la renommée. Le gène culard existe dans la population.
La variabilité des couleurs est un facteur positif chez les éleveurs à petit troupeau : elle permet de reconnaitre les individus sans recours aux numéros d'identification, un côté humain du travail de l'éleveur préservé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]