Sao Tomé-et-Principe aux Jeux olympiques d'été de 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Sao Tomé-et-Principe aux Jeux olympiques d'été de 2016
Image illustrative de l’article Sao Tomé-et-Principe aux Jeux olympiques d'été de 2016

Code CIO STP
Comité Comité olympique de Sao Tomé-et-Principe

Lieu Drapeau : Brésil Rio de Janeiro
Participation 6e
Athlètes 3 (dans 2 sports)
Porte-drapeau Buly Da Conceição Triste
Médailles
Rang : -
Or
0
Arg.
0
Bron.
0
Total
0
Sao Tomé-et-Principe aux Jeux olympiques d'été

Sao Tomé-et-Principe participe aux Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro au Brésil du au . Il s'agit de sa sixième participation à des Jeux d'été avec trois athlètes dans deux sports. Celma Bonfim da Graça et Romário Leitão concourent en athlétisme dans les épreuves de course et Buly Da Conceição Triste en canoë-kayak, en course en ligne. Aucun des sportifs concourant en athlétisme ne dépasse le stade des séries. L'unique céiste santoméen présent va lui jusqu'en demi-finale. À l'issue de la compétition, la délégation du deuxième plus petit pays d'Afrique ne remporte aucune médaille.

À l'occasion des Jeux, dix timbres-poste sont édités à Sao Tomé-et-Principe, mais ils sont considérés par les organisations philatéliques comme abusifs. Pour voir les épreuves sportives en direct, les Santoméens ne bénéficient pas d'une diffusion télévisuelle et doivent se rabattre sur Internet.

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis sa première participation aux Jeux olympiques d'été de 1996 à Atlanta aux États-Unis — le pays n'a jamais participé aux Jeux d'hiver —, Sao Tomé-et-Principe n'a remporté aucune médaille[1]. En 2016, trois sportifs concourent aux Jeux, soit un de plus qu'à ceux de 2012[2] et autant qu'en 2008, l'édition où il y avait jusque là eu le plus grand nombre d'athlètes santoméens. Celma Bonfim da Graça est la seule femme des trois et la première à participer une seconde fois aux Jeux olympiques sous le drapeau santoméen. Buly Da Conceição Triste est le premier homme à officier en tant que porte-drapeau de Sao Tomé-et-Principe[1].

Cérémonies[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
La délégation santoméenne lors de la cérémonie d'ouverture.

Après une rencontre le avec le Premier ministre en place Patrice Trovoada où ce dernier remet le drapeau national à Romário Leitão, la délégation du Comité olympique santoméen part de Sao Tomé-et-Principe le de la même année. Elle est présidée par João Costa Alegre (également président du comité national olympique[3]) et composée de onze personnes[4]. Le céiste Buly Da Conceição Triste est déjà au Brésil depuis le , puisqu'il suit un entraînement à Curitiba avec deux Mozambicains, sous l'égide du Brésilien Figueroa Conceição[5].

La délégation est sponsorisée par la Banco Internacional de São Tomé e Príncipe, après un accord passé en avec le Comité olympique[6].

Lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux, le au stade Maracanã de Rio, Buly Da Conceição Triste porte le drapeau santoméen[7],[8]. Pour la cérémonie de clôture du , c'est un bénévole qui porte le drapeau[9].

Athlétisme[modifier | modifier le code]

Photographie du stade olympique Nilton-Santos lors des Jeux paralympiques de 2016. La piste est vide, le premier étage des gradins est complet.
Le stade olympique Nilton-Santos à Rio de Janeiro où concourent Romário Leitão et Celma Bonfim da Graça.
icône image Image externe
Celma Bonfim da Graça après la course.

Présentation des athlètes[modifier | modifier le code]

Celma da Graça Soares Bonfim naît le à Sao Tomé-et-Principe, elle mesure 1,65 m (5 5) pour 58 kg (128 lb). Âgée de trente-huit ans[10], elle devient la santoméenne la plus âgée à participer à des Jeux olympiques[11]. Il s'agit de sa deuxième participation, après les Jeux d'été de 2008 à Pékin en Chine[12],[13], où elle est porte-drapeau[14] et concourt à l'épreuve du 5 000 mètres. Elle finit dernière de sa série mais bat le record national, avec 17 min 25 s 99[15]. Elle avait participé auparavant aux Championnats d'Afrique d'athlétisme 2004 dans l’épreuve du 3 000 mètres steeple où elle est classée quatrième avec comme temps 11 min 57 s 94[16]. Aux Jeux de la Lusophonie 2006, elle établit le temps de 18 min 17 s 12 pour les 5 000 mètres féminin et est récompensée d'une médaille d'argent[17]. Trois ans plus tard, à la même épreuve aux Jeux de 2009, Bonfim da Graça fait 18 min, et finit cinquième de la course. Au relais 4 × 400 mètres, elle est médaillée de bronze[18].

Romário Martins Leitão[19] naît le , il est âgé de dix-neuf ans lors de la compétition et mesure 1,75 m (5 9) pour 56 kg (123 lb)[20],[21]. Il participe pour la première fois à des Jeux olympiques en tant que coureur de fond[22],[23].

Pour se qualifier aux épreuves d'athlétisme aux Jeux olympiques de 2016, les sportifs doivent valider différents minima[24] ; si aucun sportif du pays n'est qualifié, sa délégation olympique reçoit une invitation pour une femme et un homme, en raison du principe d'universalité des Jeux[25]. Celma Bonfim da Graça et Romário Leitão sont qualifiés de cette façon.

Résultats[modifier | modifier le code]

Celma Bonfim da Graça est la première de la délégation à concourir. Le , à l'épreuve du 1 500 mètres féminin[26], elle termine dernière de sa série, derrière l'athlète népalaise Saraswati Bhattarai. Elle ne se qualifie pas pour les demi-finales[27],[28] et, avec min 38 s 86, ne bat pas son record personnel de min 35 s 09 établi en à Lisbonne au Portugal[29].

Romário Leitão participe aux épreuves du 5 000 mètres masculin le  ; il termine 25e de la seconde série en 15 min 53 s 32. Ce temps le place derrière le Birmanien San Naing et devant le Bahreïnien Zouhair Aouad, qui ne finit pas la course[30]. Par conséquent, il n'est pas qualifié pour la finale[23],[31].

Athlète Épreuve Séries
Temps Rang
Celma Bonfim da Graça 1 500 mètres 4 min 38 s 86 14e
Romário Leitão 5 000 mètres 15 min 53 s 32 25e

Canoë-kayak[modifier | modifier le code]

Photographie du Lagoa Rodrigo de Freitas lors des compétitions de canoë-kayak. Au premier plan, des gradins, à l'arrière-plan, la ville de Rio de Janeiro et ses immeubles.
Le Lagoa Rodrigo de Freitas, sur lequel ont lieu les épreuves de canoë-kayak.
icône image Image externe
Buly Da Conceição Triste, Altamiro Ceita, Mussa Chamaune et Joaquim Lobo.

Présentation de l'athlète[modifier | modifier le code]

Buly Da Conceição Triste Afonso[2],[32] naît le , il a vingt-cinq ans lors de la compétition[33]. Il mesure 1,64 m (5 5) pour 58 kg (128 lb)[34]. Il s'agit de sa première participation aux Jeux[32],[34]. En , il concourt aux championnats du monde de course en ligne de canoë-kayak avec Altamiro Viegas de Ceita, de deux ans son aîné. Ensemble, ils finissent huitième au 200 mètres canoë biplace[35] en 45 s 459[36] et dans le top seize (neuvième position de la troisième demi-finale[35]) au 1 000 mètres canoë biplace avec 4 min 14 s. Ils sont sur cette épreuve l'équipe africaine la mieux classée[2]. Aux championnats africains de canoë organisés par la Fédération internationale de canoë à Durban en Afrique du Sud l'année suivante, il arrive en finale sur l'épreuve de course en ligne C2 200 mètres[37] et remporte celle du C1 1 000 mètres[38].

Il suit avant les Jeux un entraînement au centre Canoagem Velocidade[5] à Curitiba au Brésil dirigé par Figueroa Conceição Souza, avec le Santoméen Altamiro Ceita et les Mozambicains Mussa Chamaune et Joaquim Lobo. Cet entrainement de plus d'un an est organisé par le Comité olympique de Sao Tomé-et-Prinicipe, celui du Mozambique et la Confédération brésilienne de canoë[2].

Grâce à sa victoire à l'épreuve du C1 1 000 mètres au championnat africain de canoë de 2016, Buly Da Conceição Triste est qualifié pour les Jeux olympiques[38]. Son camarade Altamiro Ceita, blessé, ne peut participer à la compétition[39]. À Rio de Janeiro, il se fait à nouveau coacher par Figueroa Conceição, au détriment de Mussa Chaumane et de Joaquim Lobo — présents aux Jeux par principe d'universalité —, Conceição ne pouvant coacher qu'une seule équipe nationale. Son assistant Alex Moscoso se charge d'entraîner le duo mozambicain[40]. Les deux sportifs du Mozambique deviennent les premiers représentants de leur pays en canoë-kayak aux Jeux olympiques[41] et Da Conceição Triste le premier santoméen[2] depuis 2008[42] ; à ce propos, João Costa Alegre, le président du comité olympique santoméen, évoque une « surprise pour tout le monde »[40].

Résultats[modifier | modifier le code]

Buly Da Conceição Triste participe aux épreuves de course en ligne C1 1 000 mètres hommes le , sur le Lagoa Rodrigo de Freitas[43]. Avec Mussa Chamaune, ils sont les deux seuls Africains de la course[44]. Il finit sixième et dernier de sa série, derrière le Français Adrien Bart[45]. Qualifié automatiquement pour les demi-finales[46], il y est classé septième avec 4 min 46 s 396, derrière le Bulgare Angel Kodinov et devant Chamaune. Il ne se qualifie pas pour les finales[45].

Buly Triste est finalement classé à la seizième place du classement final[47], ce qui est le meilleur résultat des trois sportifs santoméens[48].

Athlète Épreuve Série Demi-finale
Temps Rang Temps Rang
Buly Da Conceição Triste C1 1 000 mètres 4 min 54 s 516 6 4 min 46 s 396 7

Aspects extra-sportifs[modifier | modifier le code]

Philatélie[modifier | modifier le code]

Deux blocs-feuillet de quatre timbres-poste rectangulaires et deux timbres uniques sont édités pour Sao Tomé-et-Principe en [49] et en [50] par l'entreprise lituanienne Stamperija Ltd.[51] à l'occasion des Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Ils sont d'une valeur de 31 000 anciens dobras pour les timbres par blocs et de 96 000 Db pour ceux vendus à l'unité[49],[50]. Bien qu'elles soient légales[52], ces émissions sont considérées comme abusives au sens du code de déontologie de l'Union postale universelle (UPU)[Note 1],[54],[55] par la Fédération internationale de philatélie[56] puisqu'elles ne respectent pas le code de déontologie de l'Association mondiale pour le développement de la philatélie, comme pour la plupart des émissions récentes du pays[52],[57].

Diffusion télévisée[modifier | modifier le code]

Les citoyens de Sao Tomé-et-Principe ne disposant pas d'une diffusion des Jeux sur petit écran[58], ils bénéficient d'un accès gratuit à la chaîne All Events of Rio Olympics[59] en direct sur YouTube, grâce à un accord passé entre le Comité international olympique et la plateforme d'hébergement de vidéos pour soixante-quatre pays d'Afrique subsaharienne et d'Asie[58]. Les émissions sont spécialement produites pour un public africain et traduites en français et en portugais[60].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'UPU recommande en particulier dans l'article 4.2 du code de déontologie que « les autorités postales émettrices prendront soin d'émettre des timbres-poste contribuant à satisfaire les exigences du marché. Elles s'assureront que le nombre de timbres émis chaque année est limité en fonction des capacités de leur marché. [...] Elles ne satureront pas le marché, car cela pousserait les philatélistes et les collectionneurs à délaisser leur passe-temps[53]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Sao Tome and Principe », sur Sports Reference (consulté le 27 août 2018).
  2. a b c d et e (pt) Marcos Xavier Vicente, « Canoístas africanos treinam em Curitiba para entrar na história de seus países », sur Gazeta do Povo, (consulté le 27 août 2018).
  3. (en) « Sao Tome and Principe », sur Comité international olympique, (consulté le 28 août 2018).
  4. (pt) « Primeiro-Ministro despede-se da delegação aos olímpicos do Brasil » (version du 30 juillet 2016 sur l'Internet Archive).
  5. a et b (pt) Leia Também, « Treinada em Curitiba, equipe africana consegue vaga olímpica », sur Bem Paraná, (consulté le 27 août 2018).
  6. (pt) Gestor, « Banco Internacional de São Tomé e Príncipe apoia COSTP » (version du 29 novembre 2018 sur l'Internet Archive).
  7. [PDF] (en) « The Flagbearers for the Rio 2016 opening ceremony », sur Comité international olympique, (consulté le 25 août 2018).
  8. Aminata Diouf, « JO 2016 : les porte-drapeaux africains à Rio », sur Pressafrik, (consulté le 26 août 2018).
  9. [PDF] (en) « The Flagbearers for the Rio 2016 closing ceremony », sur Comité international olympique, (consulté le 25 août 2018).
  10. (en) « Celma Bonfim da Graça » (version du 26 août 2016 sur l'Internet Archive).
  11. (en) « Sao Tome and Principe », sur Sports Reference (consulté le 25 août 2018).
  12. (en) « Celma Bonfim da Graça », sur Jeux olympiques (consulté le 27 août 2018).
  13. (en) « Celma da Graça Soares Bonfim », sur Jeux olympiques (consulté le 27 août 2018).
  14. [PDF] (en) List of flagbearers Bejing 2008, Jeux olympiques, 7 p. (lire en ligne).
  15. (en) « The XXIX Olympic Games : 5000 Metres Result », sur Association internationale des fédérations d'athlétisme (consulté le 27 août 2018).
  16. (en) Carole Fuchs, « African championships : Brazzaville (Congo) 14-18 juillet 2004 2004 », sur Africathle (consulté le 27 août 2018).
  17. (en) « Jayasinghe's sprint double highlights 1st Lusofionia Games », sur Association internationale des fédérations d'athlétisme, (consulté le 27 août 2018).
  18. [PDF] (pt) II Jogos da Lusofonia, Lisboa 2009 : Lisboa, 12 e 13 Julho 2009 : Resultados, Confédération brésilienne d'athlétisme, , 17 p. (lire en ligne).
  19. « Pays par pays : les athlètes du continent africain sélectionnés pour les JO 2016 », sur VOA Afrique, (consulté le 26 août 2018).
  20. « Romário Leitão », sur L'équipe (consulté le 26 août 2018).
  21. (en) « Romário Leitão » (version du 20 août 2016 sur l'Internet Archive).
  22. (en) « Romário Leitão », sur Jeux olympiques (consulté le 26 août 2018).
  23. a et b (en) « Romário Leitão », sur Sports Reference (consulté le 27 août 2018).
  24. « Les minimas pour les Jeux olympiques », sur Union athlétique des Côtes d'Armor (consulté le 28 août 2018).
  25. Odile Baudrier, « 105 athlètes en moins aux JO de Tokyo 2020 », sur Spé 15, (consulté le 28 août 2018).
  26. (pt) Thiago Melo et António Rocha, « Sexta-feira de rebaixas para atletas dos PALOP no Rio 2016 », sur Deutsche Welle, (consulté le 27 août 2018).
  27. (en) « The XXXI Olympic Game : 1500 metres women », sur Association internationale des fédérations d'athlétisme (consulté le 27 août 2018).
  28. (en) « Celma Bonfim », sur Sports Reference (consulté le 27 août 2018).
  29. (en) « Celma Bonfim », sur Association internationale des fédérations d'athlétisme (consulté le 27 août 2018).
  30. (en) « The XXXI Olympic Game : 5000 metres men », sur Association internationale des fédérations d'athlétisme (consulté le 26 août 2018).
  31. (en) « Men's 5000m Final » (version du 25 août 2016 sur l'Internet Archive).
  32. a et b (en) « Buly Da Conceição Triste », sur Jeux olympiques (consulté le 27 août 2018).
  33. (en) « Buly da Conceicao Triste » (version du 21 août 2016 sur l'Internet Archive).
  34. a et b (en) « Buly Triste », sur Sports Reference (consulté le 27 août 2018).
  35. a et b « Canoë-kayak - Triste Buly Da Conceicao », sur LesSports.info (consulté le 27 août 2018).
  36. [PDF] (en) « Results : Race 239 - C2 200m Men Final B », sur MicroPlus, (consulté le 27 août 2018), p. 1.
  37. (en) Nick Tatham, « Racing matches hot weather at the start of the 2016 African Sprint Champs », sur Confederation of African Canoeing Media Release, (consulté le 27 août 2018).
  38. a et b (pt) « Canoístas africanos entram para a história com técnico brasileir- », sur Confederação Brasileira de Canoagem, (consulté le 27 août 2018).
  39. (pt) Luiz Teles, « Baiano faz história na África », sur A Tarde, (consulté le 28 août 2018).
  40. a et b (pt) Marcel Merguizo, « Brasileiro ajuda a classificar africanos, mas abandona canoístas nos Jogos », sur Folha de S. Paulo, (consulté le 27 août 2018).
  41. (pt) « Com ajuda brasileira, trio africano faz história e conquista vaga olímpica inédita na canoagem », sur Fox Sports, (consulté le 27 août 2018).
  42. (en) « Sao Tome and Principe at the 2008 Beijing Summer Games », sur Sports Reference (consulté le 28 août 2018).
  43. (en) Mark Kolbe, « Canoe Sprint - Olympics: Day 10 », sur Zimbio, (consulté le 27 août 2018).
  44. Pierre Fesnien, « JO 2016 : première médaille pour le Maroc, les basketteurs nigérians éliminés », sur Radio France internationale, (consulté le 29 août 2018).
  45. a et b « Les résultats complets canoë-kayak, course en ligne canoë monoplace (C1) 1 000 m », sur Comité national olympique et sportif français (consulté le 28 août 2018).
  46. (it) Francesco Drago, « Carlo Tacchini quarto in batteria, tra poco la semifinale », sur Eurosport, (consulté le 2 août 2018).
  47. (en) « Canoeing at the 2016 Rio de Janeiro Summer Games: Men's Canadian Singles, 1,000 metres », sur Sports Reference (consulté le 27 août 2018).
  48. (pt) « Angola diz adeus ao Rio com honroso andebol », sur Radio France internationale, (consulté le 27 août 2018).
  49. a et b « L'émission de timbres-poste du Sao Tomé et Principe 2015-12-29 », sur Les timbres-poste du Sao Tomé et Principe (consulté le 18 octobre 2018).
  50. a et b « L'émission de timbres-poste du Sao Tomé et Principe 2016-03-30 », sur Les timbres-poste du Sao Tomé et Principe (consulté le 18 octobre 2018).
  51. « Émissions de timbres », sur Les timbres-poste du Sao Tomé et Principe (consulté le 20 octobre 2018).
  52. a et b Victor Manta, « Méfiez-vous des émissions abusives ! », sur Organisation des webmasters philatéliques, (consulté le 20 octobre 2018).
  53. « Recommandation C 26/2008. Code de déontologie philatélique à l'usage des Pays-membres de l'Union », sur Union postale universelle (consulté le 7 janvier 2019).
  54. « 2016 - SP 9a Yvert et Tellier N° feuillet 5339-5342 », sur Les timbrés du rugby (consulté le 20 octobre 2018).
  55. « 2016 - SP 9a Yvert et Tellier N° feuillet 5339-5342 », sur Les timbrés du rugby (consulté le 20 octobre 2018).
  56. [PDF] Richard Gratton, « Les timbres-poste prohibés et les émissions abusives & illégales en philatélie », sur Commission de la Lutte contre les Faux et les Falsifiés de la Fédération internationale de philatélie, (consulté le 20 octobre 2018), p. 80.
  57. [PDF] Normand Caron, « Émissions abusives », sur Union des philatélistes de Montréal, (consulté le 20 octobre 2018).
  58. a et b (en) Robinson Meyer, « 64 Nations Can Watch the Olympics Free and Live on YouTube, and the U.S. Isn't One of Them », sur The Atlantic, (consulté le 20 octobre 2018).
  59. (en) Kartik Shah, « São Tomé and Príncipe Rio 2016 Olympics Participant, Athletes, Live Telecast, TV channel, Medal list », sur Sports24hour, (consulté le 20 octobre 2018).
  60. [PDF] (en) « Rio 2016 Olympic Games », sur InfrontRingier (consulté le 20 octobre 2018), p. 4.
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 20 janvier 2019 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 20 janvier 2019 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.