Mbira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sanza (instrument))
Aller à : navigation, rechercher
Mbira

Le mbira est un instrument de musique d'Afrique subsaharienne idiophone et lamellophone (en) composé d'un support en bois sur lequel sont fixées des lamelles métalliques de formes et tailles variés. Il a de nombreux noms selon les régions et ethnies, en particulier en République démocratique du Congo[1] : likembe, mbila, mbira huru, mbira njari, mbira nyunga nyunga, nhare, matepeand njari, sansu, zanzu, karimbao, marimba, karimba, kalimba, okeme, ubo, sanza, gyilgo. Les colons européens l'ont appelé piano à pouces ou piano à doigts. Il est proche du marimbula des Caraïbes.

Généralement de petite taille et transportable, on en joue en le tenant dans les mains, les pouces levés faisant vibrer les lamelles de longueurs différentes et en nombre variable (de cinq à plus d'une vingtaine), selon diverses gammes. Le corps est souvent creux, faisant office de caisse de résonance.

Le faible volume sonore de l'instrument le destine plutôt à des manifestations intimes, en accompagnement du chant.

Facile à transporter et à utiliser, peu onéreux, l'instrument a dépassé la sphère de la musique traditionnelle africaine pour être fabriqué industriellement (en particulier en Chine) à destination d'un public occidental qui perçoit ses douces sonorités comme propice à l'éveil sonore et musical des jeunes enfants[2].

Acoustique[modifier | modifier le code]

Contrairement aux instruments à cordes ou à vent, la note d'une lamelle est inharmonique , donnant au mbira un timbre caractéristique.

Les lamelles de la plupart des mbira se disposent avec les notes descendant du centre vers l'extérieur dans une alternance droite-gauche de la gamme. Lorsqu'une lamelle est pincée/frottée, les adjacentes vibrent également, et ces vibrations secondaires d'harmonisation jouent un rôle similaire aux harmoniques d'un instrument à cordes, augmentant ainsi la complexité harmonique d'une note individuelle[3].

La caisse de résonance est parfois percée d'une rosace au centre de la table d'harmonie, voire au dos pour être obturée par les doigts et donner un effet wah-wah. Elle peut être aussi amplifiée par une autre caisse, faite en particulier d'une calebasse, ou recevoir des capsules de bouteilles qui accentuent l'effet de vibrato métallique.

Accordages[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Différents types d'idiophones et de lamellaphones sont présents en Afrique depuis des milliers d'années. Les lamelles étaient à l'origine en bambou, puis des clés de métal ont été développées. Le mbira semble avoir été inventé deux fois en Afrique : un instrument en bois ou en bambou est apparu sur la côte ouest il y a environ 3000 ans, et des lamellophones en métal sont conçu dans la vallée du Zambèze il y a environ 1300 ans[4]. Ces derniers ont voyagé à travers le continent, devenant populaire parmi les Shonas du Zimbabwe (d'où vient le mot Mbira) et d'autres groupes ethniques au Zimbabwe et au Mozambique[5]. Le mbira s'est différencié sous sa forme physique et ses utilisations sociales à mesure qu'il se répandait[6]. Des instruments de type Kalimba sont présents d'Afrique du Nord jusqu'à l'étendue méridionale du désert du Kalahari et de la côte est à la côte ouest, bien que beaucoup d'ethnies africaines l'ignorent dans leur instrumentarium.

Au milieu des années 1950, la mbira a servi de base au développement de la kalimba, une version occidentalisée conçue et commercialisée par l'ethnomusicologue Hugh Tracey, ce qui a entraîné une expansion considérable de sa distribution en dehors du continent originel.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Arnaud et Henri Lecomte, Musiques de toutes les Afriques, Fayard, , 671 p. (ISBN 978-2-213-62549-2)
  2. Nous ne mentionnerons pas ici les distributeurs d'instruments pour enfants et collectivités, ainsi que le commerce en ligne.
  3. Mbira, page Wikipédia en anglais
  4. (de) Gerhard Kubik, Kalimba – Nsansi – Mbira. Lamellophone in Afrika, Museum fur Volkerkunde, , 288 p. (ISBN 978-3886094394)
  5. (en) Toyin Falola, African Cultures and Societies Before 1885, Carolina Academic Press, (ISBN 0-89089-769-7)
  6. (en) Hugh Tracey, « The Mbira class of African Instruments in Rhodesia (1932) », African Music Society Journal, vol. 4,‎