Cœur des Hauts de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Santerre / Haute-Somme)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cœur des Hauts de France
Administration
Pays Drapeau de la France France
Régions Hauts-de-France
Départements Somme et Aisne
Siège 7 Rue des Chanoines
80200 Péronne
Démographie
Population 66 818 hab. (2014)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Superficie 1 022,25 km2
Subdivisions
Communes 146
EPCIFP 3
Liens
Site web payshautesomme.fr

Le Cœur des Hauts de France est un pôle d'équilibre territorial et rural français situé dans les départements de l’Aisne et de la Somme, en région Hauts-de-France.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Cœur des Hauts-de-France est à l'origine un syndicat mixte appelé syndicat mixte du pays Santerre Haute Somme, créé par arrêté préfectoral du , regroupant six établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre, dont la communauté de communes du canton de Roisel, la communauté de communes du canton de Combles, la communauté de communes de la Haute-Somme, la communauté de communes de Haute Picardie, la communauté de communes du Pays Hamois et la communauté de communes du Pays Neslois. Le syndicat inclut 131 communes au moment de sa création[1].

Le syndicat mixte du pays Santerre Haute Somme correspondait à un pays selon la LOADDT dite Loi Voynet du , dont les termes ont été abrogées par la Loi du no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Elle se substitue d'ailleurs à l'association du pays Santerre Haute Somme[2].

Dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales françaises, la loi de réforme des collectivités territoriales du 16 décembre 2010[3] et du schéma départemental de coopération intercommunale, adoptée en décembre 2011, la communauté de communes du canton de Combles est dissoute le [4]. Quatre communes rejoignent la communauté de communes du Pays du Coquelicot, non-membre du syndicat mixte, tandis que les quinze autres communes, la communauté de communes du canton de Roisel et la communauté de communes de la Haute-Somme se regroupent pour former la nouvelle communauté de communes de la Haute-Somme avec un nouveau périmètre[5].

Avec ce redécoupage, le syndicat mixte inclut 127 communes regroupée dans les 4 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

La commune de Rethonvillers est intégrée, le , à la communauté de communes du Pays Neslois[6] portant le nombre 128 communes regroupée dans les 4 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[7] et du nouveau SDCI par arrêté du 30 mars 2016[8], le syndicat mixte a vu sa composition modifiée.

Au , la communauté de communes du Pays Hamois et la communauté de communes du Pays Neslois fusionnent pour former la communauté de communes de l'Est de la Somme[2]. La communauté de communes de Haute-Picardie et la Communauté de communes du Santerre se regroupent également pour créer la communauté de communes Terre de Picardie[9]. Le Pays Santerre Haute Somme comprend 3 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre incluant 146 communes.

Au cours de l'année 2017, le syndicat mixte du Pays Santerre Haute Somme décide de faire évoluer sa structure et de devenir un pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) en se dotant d'un nouveau nom, « Cœur des Hauts-de-France »[10].

Par arrêté interdépartemental du , le syndicat mixte est transformée, le , en pôle d'équilibre territorial et rural avec le nom de « Cœur des Hauts de France »[11]

Composition[modifier | modifier le code]

EPCI[modifier | modifier le code]

Le Cœur des Hauts de France regroupe 3 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre :

Liste des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre du Cœur des Hauts de France
Nom Nature juridique Nombre de
communes
Superficie
(km2)
Population
(2014)
Densité
(hab./km2)
Haute-Somme Communauté de communes 60 462,83 27 985 60
Est de la Somme Communauté de communes 42 264,56 20 570 78
Terre de Picardie Communauté de communes 26 294,86 18 259 62

Communes[modifier | modifier le code]

Le Cœur des Hauts de France inclut 146 communes regroupées dans les 3 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre :

  1. Ablaincourt-Pressoir
  2. Aizecourt-le-Bas
  3. Aizecourt-le-Haut
  4. Allaines
  5. Assevillers
  6. Athies
  7. Barleux
  8. Bayonvillers
  9. Beaufort-en-Santerre
  10. Belloy-en-Santerre
  11. Bernes
  12. Berny-en-Santerre
  13. Béthencourt-sur-Somme
  14. Biaches
  15. Billancourt
  16. Bouchavesnes-Bergen
  17. Bouchoir
  18. Bouvincourt-en-Vermandois
  19. Breuil
  20. Brie
  21. Brouchy
  22. Buire-Courcelles
  23. Bussu
  24. Buverchy
  25. Caix
  26. Cartigny
  27. Chaulnes
  28. La Chavatte
  29. Chilly
  30. Chuignes
  31. Cizancourt
  32. Cléry-sur-Somme
  33. Combles
  34. Croix-Moligneaux
  35. Curchy
  36. Devise
  37. Doingt
  38. Dompierre-Becquincourt
  39. Douilly
  40. Driencourt
  41. Ennemain
  42. Épehy
  43. Épénancourt
  44. Eppeville
  45. Équancourt
  46. Esmery-Hallon
  47. Estrées-Deniécourt
  48. Estrées-Mons
  49. Éterpigny
  50. Étricourt-Manancourt
  51. Falvy
  52. Fay
  53. Feuillères
  54. Fins
  55. Flaucourt
  56. Flers
  57. Folies
  58. Fontaine-lès-Cappy
  59. Foucaucourt-en-Santerre
  60. Fouquescourt
  61. Framerville-Rainecourt
  62. Fransart
  63. Fresnes-Mazancourt
  64. Ginchy
  65. Grécourt
  66. Gueudecourt
  67. Guillaucourt
  68. Guillemont
  69. Guyencourt-Saulcourt
  70. Hallu
  71. Ham
  72. Hancourt
  73. Harbonnières
  74. Hardecourt-aux-Bois
  75. Hem-Monacu
  76. Herbécourt
  77. Herleville
  78. Hervilly
  79. Hesbécourt
  80. Heudicourt
  81. Hombleux
  82. Hypercourt
  83. Languevoisin-Quiquery
  84. Lesbœufs
  85. Licourt
  86. Liéramont
  87. Lihons
  88. Longavesnes
  89. Longueval
  90. Marchélepot
  91. Marquaix
  92. Matigny
  93. Maucourt
  94. Maurepas
  95. Méharicourt
  96. Mesnil-Bruntel
  97. Mesnil-en-Arrouaise
  98. Mesnil-Saint-Nicaise
  99. Misery
  100. Moislains
  101. Monchy-Lagache
  102. Morchain
  103. Moyencourt
  104. Muille-Villette
  105. Nesle
  106. Nurlu
  107. Offoy
  108. Pargny
  109. Parvillers-le-Quesnoy
  110. Péronne
  111. Pithon
  112. Pœuilly
  113. Potte
  114. Proyart
  115. Punchy
  116. Puzeaux
  117. Quivières
  118. Rancourt
  119. Rethonvillers
  120. Roisel
  121. Ronssoy
  122. Rosières-en-Santerre
  123. Rouvroy-en-Santerre
  124. Rouy-le-Grand
  125. Rouy-le-Petit
  126. Sailly-Saillisel
  127. Saint-Christ-Briost
  128. Sancourt
  129. Sorel
  130. Soyécourt
  131. Templeux-la-Fosse
  132. Templeux-le-Guérard
  133. Tertry
  134. Tincourt-Boucly
  135. Ugny-l'Équipée
  136. Vauvillers
  137. Vermandovillers
  138. Villecourt
  139. Villers-Carbonnel
  140. Villers-Faucon
  141. Voyennes
  142. Vraignes-en-Vermandois
  143. Vrély
  144. Warvillers
  145. Wiencourt-l'Équipée
  146. Y

Représentation[modifier | modifier le code]

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous recense le nom des présidents du syndicat puis du pôle d’équilibre territorial et rural :

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
  En cours      

Les élus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté préfectoral du 24 août 2011 portant création du Syndicat Mixte du Pays Santerre Haute Somme » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 22 janvier 2018).
  2. a et b « Arrêté préfectoral du 16 décembre 2016 portant création de la communauté de communes de l'Est de la Somme issue de la fusion de la communauté de communes du Pays Hamois et de la communauté de communes du Pays Neslois à compter du 1er janvier 2017 » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 22 janvier 2018).
  3. n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales
  4. « Arrêté préfectoral du 28 décembre 2012 portant dissolution de la communauté de communes du canton de Combles » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 22 janvier 2017).
  5. « Arrêté préfectoral du 28 décembre 2012 portant création de la communauté de communes issue de la fusion de la Haute Somme et du canton de Roisel et du rattachement de 15 communes de la communauté de communes du canton de Combles » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 22 janvier 2017).
  6. « Arrêté préfectoral du 28 octobre 2013 portant retrait de la commune de Rethonvillers de la communauté de communes du Grand Roye et adhésion à la communauté de communes du Pays Neslois, et portant modifications statutaires de la Communauté de communes du Pays Neslois » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 22 janvier 2018).
  7. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  8. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant Schéma départemental de coopération intercommunale de la Somme » [PDF], Approbation du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, Préfecture de la Somme (consulté le 22 janvier 2018).
  9. « Arrêté préfectoral du 16 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Terre de Picardie issue de la fusion de la communauté de communes de Haute Picardie et de la Communauté de communes du Santerre » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 14 juin 2017).
  10. Benjamin Merieau, « Bienvenue au Pays « Cœur des Hauts de France » », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2018).
  11. « Arrêté interdépartemental du 22 décembre 2017 portant transformation du syndicat mixte du Pays Santerre Haute Somme en Pôle d'Équilibre Territorial Rural (PETR) au et approuvant les statuts du PETR » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 22 janvier 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographies[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Services du Conseil régional et OREF, Monographie : Le Santerre Haute-Somme, Conseil régional de Picardie, , 96 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]