Sant'Angelo di Brolo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sant'Angelo di Brolo
Blason de Sant'Angelo di Brolo
Héraldique
Sant'Angelo di Brolo
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Sicile Sicile 
Province Messine 
Maire Francesco Paolo Cortolillo
2016-
Code postal 98060
Code ISTAT 083088
Code cadastral I283
Préfixe tel. 0941
Démographie
Gentilé santangiolesi
Population 3 330 hab. (31-12-2010[1])
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 07′ 00″ nord, 14° 53′ 00″ est
Altitude Min. 314 m
Max. 314 m
Superficie 3 000 ha = 30 km2
Divers
Saint patron San Michele Arcangelo
Fête patronale 29 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sicile

Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Sant'Angelo di Brolo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Sant'Angelo di Brolo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Sant'Angelo di Brolo
Liens
Site web http://www.comune.santangelo.me.it/

Sant'Angelo di Brolo est une commune italienne de la province de Messine dans la région Sicile en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville, tournée originellement vers les productions vivrières, a développé sa vocation résidentielle dans l'axe de la vallée qui descend vers Brolo. Cette dernière agglomération est en effet limitée dans son expansion, confinée entre la côte et les pentes montagneuses toutes proches qui plongent vers la mer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville se réfère à l'église de « Sant'Angelo » et au terme "Brolum" qui, dans le langage médiéval, signifiait « champ cultivé ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de la ville, comme il est communément admis, remontent à la campagne normande contre les Sarrasins dirigée par Ruggero II de Altavilla (Roger II de Sicile), qui, après avoir remporté une bataille dans le quartier actuel Altavilla, selon la légende grâce à l'intercession de l'Archange Michel, construit un monastère pour commémorer l'événement et le remet aux pères basiliens.

Autour du couvent est née la ville. Erasmus en est le premier abbé.

Cependant, quatre maisons du territoire datent de l'occupation grecque.

Le pays a été soumis à la dynastie féodale des abbés du monastère de Saint-Michel. Il a atteint son développement maximum entre les XVIe et XVIIe siècles, grâce à la mise en production de la soie. Riche en monuments architecturaux, principalement religieux comme l'église mère avec un beau portail sculpté, l'église des Saints Philippe et Jacques, l'abbaye de « San Michele Arcangelo » commandée par le comte Roger de Hauteville, le château et le Piano Croce.

Le pays, même avec un millier d'habitants, est la maison historique de beaucoup de nobles, dont le prince de Sant'Elia Natoli, fils de Blasco, fondateur du monastère de Sainte-Claire, prince de Sperlinga et Camporotondo, ainsi que les principes de Galati, le prince de Sant'antonino, la princesse Isabelle de Cerami, le Lanza, les Spucches, Francesca Natoli, épouse du baron Caldarera, sœur du marquis Vincenzo Natoli, à l'époque, président des États[2].

En 1359, sous le règne de Frédéric IV de Sicile, fortifications et possessions sont affectées à Vinciguerra d'Aragon[3].

Légende[modifier | modifier le code]

La légende la plus connue est celle de Pietra Zita. Un trésor serait caché dans la localité, inviolable parce que défendu par l'esprit d'une fille, mariée promise, la « zita », c'est-à-dire la fiancée, enlevée et tuée, pour ne pas avoir plié aux envies des brigands.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
6 juillet 1993 22 novembre 1993 Antonino Caiola    
22 novembre 1993 28 mai 2002 Francesco Paolo Cortolillo    
28 mai 2002 13 juin 2006 Michelangelo Di Nunzio lista civica  
13 juin 2006 5 juin 2016 Basilio Caruso    
6 juin 2016 en cours Francesco Paolo Cortolillo    
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Brolo, Ficarra, Gioiosa Marea, Librizzi, Montagnareale, Piraino, Raccuja, San Piero Patti, Sinagra

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Après avoir connu son apogée au début du XXe siècle, la population décline constamment, confirmant l'exode rural sicilien[Note 1].

Personnalités locales[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Joseph Starvaggi (Sant'Angelo di Brolo, 15 octobre 1893 - Gorizia, 13 octobre 1916, médaille militaire argent pour sa bravoure, avec mention, Testa di ponte S. Giorgio, .
  • Michele di Michele Caruso (Sant'Angelo di Brolo, 04 avril 1895 - Medio Isonzo, 16 janvier 1917), médaille militaire de bronze.
  • Luigi Natoli Antonino (Sant'Angelo di Brolo, 3 janvier 1894 - Mont Pizzo Timau (UD), 05 juillet 1915. médaille militaire de bronze.

Produit local[modifier | modifier le code]

Le Salame Sant'Angelo di Brolo (IGP) est une préparation de viande de porc élevé sur Nebrodi, Indication géographique protégée, produite à Sant'Angelo di Brolo, dans la province de Messine, et les villes environnantes.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La ville a connu une forte émigration dans les années 1960 et 1970, malgré le développement touristique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it) « des villes d'Italie et ses îles adjacentes nouvelles de Cesare Orlandi (Count.) », filadelfo mugnos
  3. Pages 134, 135, 136 et 137 du livre de Francesco di San Martino de Spucches, Mario Gregorio, l'histoire des querelles et les titres de noblesse de la Sicile depuis leurs origines jusqu'à nos jours , Palerme, sixième volume.