Sans contrefaçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sans contrefaçon

Single de Mylène Farmer
extrait de l'album Ainsi soit je...
Face B La Ronde triste
Sortie 16 octobre 1987
Enregistré Studio Méga, Paris
Durée 3:50
Genre Variété française
Format 45 tours, maxi 45 tours, maxi CD
Auteur Mylène Farmer
Compositeur Laurent Boutonnat
Producteur Laurent Boutonnat
Édition Éditions Bertrand Le Page
PolyGram Music
Label Polydor
Universal Music

Singles de Mylène Farmer

Pistes de Ainsi soit je...

Sans contrefaçon est une chanson de Mylène Farmer, écrite par Mylène Farmer et composée par Laurent Boutonnat. Ce titre est le premier extrait du deuxième album studio de Mylène Farmer, Ainsi soit je... (1988). Il sort le [1] au format 45 tours.

Ce titre a rencontré un énorme succès en 1987 et est un de ses trois singles les plus vendus[réf. nécessaire]. Aujourd'hui encore, cette chanson reste très populaire en France et est reprise par beaucoup d'artistes. Un remix de cette chanson fait par JCA est également sortie en single. Cette version est par ailleurs disponible dans l'album Remixes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'été 1987, Mylène Farmer passe ses vacances dans une maison louée avec Laurent Boutonnat dans le sud de la France, à La Garde Freinet. Tandis que Laurent Boutonnat travaille sur de nouvelles mélodies, la chanteuse invite la photographe Elsa Trillat, rencontrée quelques semaines plus tôt, à venir passer quelques jours avec eux. En 2005, lors d'une interview pour la fanzine IAO, Elsa Trillat confiera : {Citation|Pendant ces vacances, on a pas mal roulé en voiture avec Mylène. D'ailleurs, je me rappelle que je mettais tout le temps de la musique, en particulier [ … ] Sylvie Vartan que j'aime depuis que je suis toute petite. Notamment Comme un garçon. Elle me dit alors que petite, elle avait les cheveux courts et que tout le monde la prenait pour un garçon et que, pour que la confusion soit encore plus troublante, elle se mettait souvent un mouchoir au creux du pantalon. Plus tard, je lui demande si elle prévoit une nouvelle chanson pour bientôt. Elle me répond immédiatement: « En tout cas, j'ai déjà le titre et ça va te faire plaisir : Sans contrefaçon, je suis un garçon. Tu m'as tellement bassiné avec ta Sylvie Vartan !  » Le titre sera finalement raccourci. Pour les couplets, on s'est mis au bord de la piscine avec un dico de synonymes et elle m'a dit : « Tu vas voir comment on écrit une chanson ! » . Et on a commencé à faire rimer les mots. Ça s'est enchaîné très vite ! En une demi-heure, on avait inventé son prochain tube. Le soir même, Laurent qui avait apporté un petit synthé, voit les paroles ; en quelques minutes, il trouve l'accroche musicale sous nos yeux ! Pour la voix de l'intro, « Dis maman, pourquoi je suis pas un garçon ? », c'est un petit clin d’œil à une private joke entre Mylène et moi. En fait, quand on descendait au bourg pour faire quelques courses, et notamment le coca, notre drogue à toutes les deux, je défiais Mylène la timide de s'adresser à la vendeuse de l'épicerie avec cette voix de gamine. Et elle le faisait ! Imaginez-la parlant à l'épicière avec la voix de l'intro de Sans contrefaçon : « Bonjour madame la marchande de légumes de poireaux » ! C'était tordant.

Alors que Mylène Farmer avait l'intention de proposer une reprise de la chanson "Déshabillez-moi" de Juliette Gréco comme prochain single, c'est finalement Sans contrefaçon qui sera choisie. La chanson est enregistrée en septembre à Paris, puis s'ensuit une séance photos avec Elsa Trillat, durant laquelle Farmer porte deux costumes à carreaux et à rayures. La chanteuse avait remarqué des costumes similaires en feuilletant un exemplaire du magazine Elle et elle avait immédiatement confié à Bertrand Le Page, son manager, que c'est ce qu'elle souhaitait porter pour les visuels du single.

Sans contrefaçon sort en 45 tours le 16 octobre 1987, avec en face B La Ronde triste, qui figurera sur l'album Ainsi soit je.... Mylène Farmer et Laurent Boutonnat travaillent ensuite sur le scénario du clip. Le 19 octobre, Farmer se fait mouler le visage afin de fabriquer la marionnette qui sera utilisée dans ce clip.

La chanson entre à la 21e place du top 50 le 5 décembre 1987 et atteindra la deuxième place, son meilleur classement, le 20 février 1988. Boys (Summertime Love), le hit de la chanteuse italienne Sabrina, l'empêchera d'atteindre la première place.

Sans contrefaçon se vendra à plus de 500 000 exemplaires dans le monde et sera certifié disque d'or. C'est le premier single de Mylène Farmer qui bénéficie d'un CD Maxi. Mylène Farmer est d'ailleurs l'une des premières artistes françaises à proposer ce support[2].

Deux remixes de la chanson réalisés par Laurent Boutonnat, le Boy Remix et le Girl Remix, seront proposés sur différents supports. Le Boy Remix figurera sur la compilation Dance Remixes sortie en 1992. En 2003, JCA propose un nouveau remix qui sortira en single et sera inclus à la compilation RemixeS.

Le clip[modifier | modifier le code]

L'histoire d'un petit pantin désarticulé auquel un marionnettiste (Frédéric Lagache, qui tournera en 1992 dans le clip de "Beyond My Control") est très attaché. Les voila chassés d'un cabaret dans lequel ils donnaient des représentations des "Aventures de Sans Contrefaçon". Les voila errant dans un paysage sombre et pluvieux à travers des dunes avant d'arriver à un cirque lugubre (dont le nom est Giorgino Circus) installé sur une plage, cirque près duquel se trouve des roulottes où vivent des "clowns tristes" et qui se révèleront être bien malveillants. Une mystérieuse femme vivant dans ce cirque (Zouc, que Mylène Farmer a rencontrée le 10 octobre 1987 lors de l'émission Mon zénith à moi, sur Canal+) donnera vie à la marionnette sous les traits d'une magnifique jeune femme dont le marionnettiste tombera éperdument amoureux. Malheureusement, la séparation d'avec cette femme mettra fin à cette magique métamorphose. "Mylène" redeviendra une simple marionnette sans vie au désespoir du ventriloque.

Le clip a été tourné sur la plage de la Hague, près de Cherbourg, en décembre 1987. C'est Laurent Boutonnat qui l'a réalisé, assisté de François Hanss, qui réalisera par la suite des clips pour Mylène Farmer, ainsi que des films de ses concerts. La marionnette a été réalisée par Benoît Lestang, qui réalisera le clip de "Q.I." en 2005.

La référence au conte de Carlo Collodi, Pinocchio, semble évidente. L'ambiance est inspirée du Petit Cirque de Fred, une bande-dessinée noire et sinistre[3]. Mylène Farmer aurait d'abord envisagé de tourner le clip dans un camp de concentration.

Le clip a été diffusé en avant-première en janvier 1988 au cinéma Max Linder, à Paris. Il sera nommé aux Victoires de la musique en tant que meilleur clip, récompense finalement remporté par "C'est comme ça" des Rita Mitsouko.

Supports commerce[modifier | modifier le code]

45 tours

  • Face A : Sans contrefaçon 3:50
  • Face B : La Ronde triste 4:10

Maxi 45 tours

  • Face A :
  1. Sans contrefaçon (Boy Remix) 5:55
  • Face B :
  1. La Ronde triste 4:10
  2. Déshabillez-moi (Gaby Verlor / Robert Nyel) 3:45

Maxi CD

  1. Sans contrefaçon (Version single) 3:50
  2. La Ronde triste 4:10
  3. Sans contrefaçon (Boy remix) 5:55
  4. Sans contrefaçon (Girl remix) 4:20

Classements et ventes[modifier | modifier le code]

Meilleur Classement Ventes certifiées Ventes réelles Certification France
Drapeau de la France France Drapeau de la Belgique Belgique Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau de la Russie Russie Drapeau d’Israël Israël Drapeau du Canada Canada Drapeau de l'Autriche Autriche Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2 46 500 000 exemplaires 700 000 exemplaires Disque d’Or

Hymne gay[modifier | modifier le code]

C'est en 1987 que Mylène Farmer commence à s'attirer les faveurs de la communauté homosexuelle, grâce à son androgynie dans le clip, ainsi que son look titi parisien à la Francisque Poulbot. L'homosexualité, sans être directement citée, a une omniprésence latente dans les paroles de la chanson. Elles font notamment référence au Chevalier d’Éon, espion du XVIIIe siècle connu pour se travestir en femme et qui fut condamné par Louis XVI à terminer sa vie sous l'identité d'une femme.

Dès sa sortie, les remixes de "Sans contrefaçon" font fureur dans les clubs gays, et c'est encore la cas de nos jours.

"Sans contrefaçon" est la chanson phare du film Pédale douce de Gabriel Aghion, qui est lui-même homosexuel. Elle ouvre et conclut l'histoire, reprise en chœur par Fanny Ardant, Patrick Timsit et Richard Berry. Gabriel Aghion nommera par la suite sa maison de production "Sans Contrefaçon Productions".

En 1996, Mylène Farmer interprète cette chanson sur scène, entourée de drag queens juchés sur des talons compensés.

Interprétation en direct[modifier | modifier le code]

Mylène Farmer a interprété 16 fois "Sans contrefaçon" à la télévision, de novembre 1987 à février 1988. Pour la plupart de ses prestations, la chanteuse porte les costumes à carreaux ou à rayures des photos d'Elsa Trillat. Pour le casting des danseurs, que Farmer souhaitait "très juveniles"[4], elle sera assistée de Sophie Tellier, qui jouait sa rivale dans le clip de "Libertine".

C'est la seule chanson que Mylène Farmer a interprétée lors de chacun de ses concerts. En 1989, la chanteuse l'interprète vêtue d'un costume à carreaux noirs et blancs et d'une casquette assortie. En 1996, elle porte un peignoir rouge et est accompagnée de danseurs portant des perruques colorées et des chaussures à semelles compensées. En 2000, un refrain de la chanson est inclus dans un medley avec "Maman a tort", "Libertine" et "Pourvu qu'elles soient douces". En 2006, Mylène Farmer propose une version réorchestrée du titre, avec une batterie plus puissante. Elle porte une tenue noire à plumes avec un chapeau haut-de-forme recouvert de dentelles, tandis que les huit danseuses portent des vestes à carreaux, comme en 1989, mais en plus colorées, rappelant la version de 1996. Les costumes ont été créés par Franck Sorbier. Ce dernier déclarera que " Mylène semblait ravie par l'idée du chapeau car elle n'en avait jamais porté sur scène auparavant. Je trouve que ça collait assez bien à l'esprit de la chanson avec un côté Dickens, gamin des rues. "[5]. En 2009, le titre est à nouveau réorchestré par Yvan Cassar, dans une version plus rock. Les danseurs portent des tutus créés par Jean-Paul Gaultier. Quatre ans plus tard, une version "martiale" aux accents asiatiques est proposé lors du concert Timeless 2013.

Reprises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mylene.net/modules/index.php?r=144
  2. Vidéo 7 - mars 1988
  3. Gérard Simon dans IAO (2005)
  4. MF Magazine - n°30
  5. IAO n°8