Sanguisorba officinalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sanguisorba officinalis, la grande pimprenelle ou sanguisorbe officinale, est une plante herbacée vivace de la famille des Rosacées.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Elle est présente dans l'hémisphère nord, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord.

En France métropolitaine elle est présente depuis le néolithique sur l'ensemble du territoire[1]. C'est une plante commune des lieux humides sur sol calcaire que l'on peut trouver sur presque tout le territoire métropolitain à l'exception de la pointe de la Bretagne.

Description[modifier | modifier le code]

Grandes pimprenelles (Aubrac, Massif central, France)

Toutes les pimprenelles sont des plantes vivaces à feuilles imparipennées portant de 5 à 25 folioles dentées et dont les fleurs sans corolle, sont groupées.

La grande pimprenelle haute de 30 à 100 cm possède une tige dressée, peu ramifiée[2].

Les feuilles portent de 5 à 20 folioles ovales, à dents régulières. Calice rouge sang très sombre, à quatre sépales caducs entourant quatre étamines. L'ovaire, à un seul carpelle, est surmonté d'un style court. Les angles du fruit sont généralement ailés. Floraison de juin à septembre[3].

La grande pimprenelle est hermaphrodite, le calice de la fleur est rouge sombre, quatre sépales entourent quatre étamines et un ovaire à un seul carpelle. Ses fruits sont des akènes tétragones.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le nom Sanguisorba, littéralement "qui absorbe le sang" vient de la croyance appelée théorie des signatures, selon laquelle l'aspect des plantes est censé évoquer les affections qu'elles peuvent guérir : on croyait que ses fleurs rouges indiquaient qu'elle était efficace dans le traitement des hémorragies.

La pimprenelle aurait réellement des propriétés hémostatiques, dues à la présence de tanins en forte concentration dans la racine.

Les feuilles de la grande pimprenelle sont comestibles comme celles de la petite pimprenelle, mais elles sont moins tendres et moins aromatiques. Elles ont une utilisation médicinale, en tisane digestive, tout comme le rhizome anti-diarrhéique et hémostatique. Botineau|titre=Guide des plantes comestibles de France[4].

Espèces liées[modifier | modifier le code]

Plante hôte exclusive de certaines espèces de papillons :

  • L'Azuré des paluds Maculinea nausithous (Bergsträsser, 1779), espèce myrmécophile protégée.
  • L'Azuré de la Sanguisorbe Maculinea teleius (Bergsträsser, 1779), espèce myrmécophile protégée.

Autres espèces du genre Sanguisorba[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. INPN archéologie
  2. Site FloreAlpes
  3. les plantes médicinales
  4. Michel Botineau, Guide des plantes comestibles de France, Humensis, (lire en ligne), p. 86.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]