Sanguinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sanguinet
Sanguinet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Grands Lacs
Intercommunalité Communauté de communes des Grands Lacs
Maire
Mandat
Raphaëlle Miremont
2017-2020
Code postal 40460
Code commune 40287
Démographie
Gentilé Sanguinetois(es)
Population
municipale
3 834 hab. (2015 en augmentation de 17,68 % par rapport à 2010)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 06″ nord, 1° 04′ 23″ ouest
Altitude Min. 20 m
Max. 45 m
Superficie 81,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Sanguinet

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Sanguinet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sanguinet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sanguinet
Liens
Site web http://www.ville-sanguinet.fr/

Sanguinet est une commune du sud-ouest de la France, membre de la Communauté de communes des Grands Lacs, située dans le canton de Parentis-en-Born du département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine). Elle appartient au Pays de Born.

Ses habitants sont appelés les Sanguinetois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le pays de Born au nord des Landes. Elle est limitrophe du département de la Gironde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sanguinet[1]
Gujan-Mestras
(Gironde)
Le Teich
(Gironde)
Mios
(Gironde,
par un quadripoint)
La Teste-de-Buch
(Gironde)
Sanguinet Salles
(Gironde)
Biscarrosse Parentis-en-Born, Ychoux,
(par un quinquepoint)
Lugos
(Gironde)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par la Gourgue dont le lit est à l'origine du lac de Cazaux-Sanguinet. Ce fleuve côtier de jadis, se jetant directement dans l'océan Atlantique, a vu son embouchure se fermer au fur à mesure des siècles par la formation de dunes, créant ainsi le plus grand des étangs landais, situé entre 20 et 21 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cette montée des eaux a piégé des villages, de nombreux objets et des pirogues monoxyles qui font l'objet des études du CRESS (centre de recherches et d'études sublacustres de Sanguinet) et des expositions du musée archéologique municipal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Attestée initialement, avant d'être submergé par les eaux, sous la forme Losa ou Louse, reconstruit, un peu plus au sud, sous un nouveau nom, Sanguineto en 1296 puis en occitan Sanguinède en 1305.

Malgré une mention fantaisiste Senct-Guinet en 1478, ce nom vient du mot gascon sanguin signifiant "cornouiller", suffixé en -et(a) pour indiquer un collectif végétal.
C'est un "lieu où il y a des cornouillers".

Histoire[modifier | modifier le code]

Sanguinet est le quatrième village implanté, au fil du temps, à peu près au même endroit. Peuplé longtemps d'une centaine de villageois. Le premier village était implanté près du lac, au franchissement d'une petite rivière : il fut submergé par la montée des eaux ; à l'époque romaine, on le trouve appelé Losa. Il fait partie alors du Bogensis Pagus avec Cazaux et la Teste de Buch.

Depuis XIe siècle, Sanguinet est une étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, sur la voie littorale.

Jadis rurale et pastorale, l’économie locale a profité de l'essor de la sylviculture. Elle est aujourd’hui fortement marquée par le secteur tertiaire, tourisme et services devenant les principaux employeurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Événement : par décret rendu en conseil des ministres en 1890, le conseil municipal de Sanguinet est dissous, le décret constate que le conseil municipal étant divisé en deux fractions opposées et numériquement égales, aucune des affaires soumises à cette assemblée ne peut aboutir.(réf "Le Temps" 2 avril 1890)

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1904 1912 Urbain Triscos    
1912 1919 Gaston Dupont    
1919 1935 René Dubos    
1935 1941 Charles Castets    
1941 1965 Émile Lanusse    
1965 1971 Jean-Pierre Dubos    
1971 1977 Geneviève Dubos    
mars 1977 mars 1983 Marc Lanusse    
mars 1983 mars 2008 Michel Etchar RPR puis UMP Ingénieur retraité
mars 2008 [3] Gilles Laborde PS Directeur d'école retraité
Henry Giloteaux SE Président d'une délégation spéciale[4]
mars 2014 Bernard Laine PS  
mars 2014 juillet 2017 Fabien Lainé UDI puis MoDem Gérant de société, député depuis juillet 2017
(suppléant de Geneviève Darrieussecq) ;
démissionnaire, reste conseiller municipal
juillet 2017 en cours Raphaëlle Miremont[5]   Cadre dans le secteur du tourisme ;
1ère adjointe du maire démissionnaire[6]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 3 834 habitants[Note 1], en augmentation de 17,68 % par rapport à 2010 (Landes : +4,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6926257158799129059609861 080
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0401 0791 1921 2041 1671 1111 1651 2361 253
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2941 1781 1841 0641 0671 0361 0261 0521 047
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1301 3341 3641 3681 6951 9822 8953 0263 504
2015 - - - - - - - -
3 834--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château d'eau du centre-ville mis en service en 1953 et démoli en octobre 2015. Ce château d'eau et son puits d'alimentation avaient été construits avec un lavoir. À son sommet, un poste de guet fut rajouté lors de sa construction pour assurer en été la surveillance au risque feu du massif forestier. Un réseau d'adduction d'eau potable avait été ensuite construit pour desservir depuis le château d'eau les habitations du centre-ville. Cet équipement d'environ 40 m d'élévation, désactivé pour la fourniture de l'eau potable après la réalisation du château d'eau de l'Aiguille continua à servir comme poste de surveillance (jusqu'au début des années 2000) et pour l'arrosage des espaces verts de la commune. Il fut aussi un temps support des antennes de téléphonie mobile de deux opérateurs avant leurs déposes par principe de précaution. Sur la tour de guet, une sirène permettait avant l'avènement des moyens de communication mobiles d'alerter les pompiers volontaires lors des sinistres. Cette sirène après réhabilitation devrait être installée sur la nouvelle école élémentaire comme moyen d'alerte de la population.
  • Église Saint-Sauveur de Sanguinet : église construite dans un style néoroman entre 1853 et 1856 par les architectes Jules Sibien et Layrolle et l'entrepreneur Ferran. Pour la construction de cette nouvelle église, l'ancienne tombant en ruine, la commune bénéficia d'un concours du Conseil Général des Landes de 5 000 fr. Pour information, les travaux de l'église de Peyrehorade construite à la même époque s'élevaient à 80 000 fr. Son clocher a fortement souffert lors de la tempête de 2009, la partie supérieure de sa flèche en pierre a dû être reconstruite avec la mise en place d'un nouveau coq sur sa girouette.
  • Musée archéologique municipal
  • Les trois sources saintes (hount sant en gascon)[11] du sentier de la Gourgue[12]
  • Villa du Lac - La ou une des premières résidences secondaires de Sanguinet, propriété en 1928 (référence "Annuaire des châteaux et des villégiatures") du comte Léonard de Mezamat de Lisle (1874-1948) et de la comtesse Antonie née Arnoulx de Pirey (1881-1950), habitant au château de Maisières à Maisières-Notre-Dame dans le Doubs. Le comte (famille de Castelsarrazin - officier de cavalerie) possédait une écurie de course et faisait courir ses chevaux en avril à l'hippodrome du Becquet (1904-1912 références "l'Avenir d'Arcachon").
  • Hache polie en silex équarrie découverte à Sanguinet lors de la réalisation d'une tranchée et déposée au musée de Bordeaux en 1899. Outil robenhausien (c’est-à-dire de l’époque néolithique soit environ 2000 ans av. J.-C.).

Événements[modifier | modifier le code]

  • Le 11 Frimaire An 10 (2 décembre 1801) un ouragan dévaste la commune de Sanguinet. 54 bergeries disséminées sur la lande sont détruites, les animaux écrasés par les débris. Aucun mort n'est à déplorer mais de nombreuses habitations sont détruites et inondées.
  • Des épidémies d'angine couenneuse frappent Sanguinet de 1853 à 1859, à cette époque la commune compte un peu plus de 1 000 habitants...
  • Mise en place du service postal quotidien au 1er octobre 1862, le bureau de poste de Sanguinet sera créé en 1887.
  • Le 16 septembre 1884, atterrissage d'un dirigeable le Britannia (2 000 m3) piloté par sir C.S. Rolls. Celui-ci participait à un concours de ballon organisé par l'Aéro-club belge. Départ de Bruxelles le dimanche à 17 h 43 et posé le lundi à 18 h 06 à Sanguinet après avoir franchi 840 km.
  • Plage du Pavillon que Roland Lecavelé, dit Roland Dorgelès (journaliste et écrivain français, membre de l'Académie Goncourt de 1929 à 1973) appréciait lors de ses séjours à Arcachon dans les années 1920.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Labat, mort en déportation au camp de concentration de Dachau le 26 mai 1945. Ancien joueur du Sanguinet Athlétic Club, en son hommage le stade de rugby porte son nom.
  • Jean Dupont (surnom Gaston), maire de Sanguinet, caporal au 2e régiment du génie, mort pour la France le 22 août 1915 à Le Claon (Ouest de Verdun)..
  • Jackie Michel, ancien maire du village et à l’origine de la mise en place en 1946 de la foire du lac qui est l’évènement annuel principal du village sanguinétois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Les anciens Maires de Sanguinet », sur annuaire-mairie.fr, Advercity (consulté le 22 juillet 2016)
  3. Démission de l'ensemble du conseil municipal : le maire ayant été mis en minorité, les élus ont accepté le principe d’une démission en bloc pour mettre un terme à une situation de blocage.
  4. Le Préfet des Landes, constatant la démission de l'ensemble des conseillers municipaux, a institué une délégation spéciale chargée de gérer les affaires de la commune jusqu’à ce que le nouveau conseil municipal soit élu. Celle-ci est composée de le Colonel Henry Giloteaux, retraité de la Gendarmerie Nationale, Marie Debaig, Directrice de Préfecture en retraite, et Gilbert Tarozzi, Secrétaire administratif à la Préfecture des Landes.
  5. http://www.sudouest.fr/2017/08/28/le-nouveau-maire-est-une-femmede-nouveaux-adjoints-aussi-3727668-3542.php
  6. « Landes : qui est Fabien Lainé, le nouveau député de la première circonscription », sur francebleu.fr, (consulté le 20 août 2017)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Chiffons au bord de sources ou sur les buissons et sou dans la main des morts », sur france-pittoresque.com, La France pittoresque, (consulté le 29 septembre 2015)
  12. « Sanguinet destination nature : Le sentier de la Gourgue » [PDF], sur sanguinet.com, Office du tourisme de Sanguinet (consulté le 27 mai 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Étape précédente
Le Teich
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle

Voie de Soulac
Étape suivante
Biscarrosse