Sandro Magister

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un journaliste image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un journaliste italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Sandro Magister
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
L'Espresso (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Sandro Magister (né en 1943 à Busto Arsizio[1], dans la province de Varèse, en Lombardie) est un journaliste italien, spécialiste des questions religieuses au sein de l'un des principaux journaux italiens, l'Espresso.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1967, il obtient une Licence de Théologie à Milan.

Marié et père de deux filles, Sandro Magister a travaillé depuis quarante ans sur les sujets de l'Église catholique romaine et la papauté. Enseignant l'histoire religieuse contemporaine à l'université d'Urbino[2], il est considéré comme un des vaticanistes les plus anciens et les plus fiables[3].

Depuis 2002, il anime un site internet (Chiesa, « Église ») consacré à l'actualité ecclésiale qui, depuis 2006 est traduit en quatre langues.

Le magazine Foreign Policy relève qu'il s'est toujours montré partisan d'une papauté musclée pratiquant la realpolitik dans les relations internationales[2]. Affichant volontiers des opinions tranchées, il est parfois qualifié de « ratzinguérien » - en référence à sa proximité avec la vision ecclésiale du pape Benoît XVI - et de par ses critiques[4] sur les approximations[5],[6] du pape François[7] notamment en matière de doctrine[8].

Ainsi, le 16 juin 2015, il dévoile sur le site L'Espresso un avant-projet de l'encyclique Laudato Si dont la publication n'était prévue que le 18 juin et qui était alors sous embargo[9]. Il se voit alors immédiatement retirer son accréditation auprès de la salle de presse du Saint-Siège[10]. Cette accréditation lui a été restituée quelques mois plus tard, le 8 décembre 2015[11].

Livres[modifier | modifier le code]

Sandro Magister est également l'auteur de deux ouvrages :

  • La politique du Vatican et l’Italie, 1943-1978, publié à Rome en 1979,
  • L’Église extraparlementaire. Le triomphe de la chaire dans l’ère postdémocrate-chrétienne, publié à Naples en 2001[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Selon la biographie présentée sur le site Chiesa de l'Espresso online
  2. a et b (en), di Stacy Meichtry, The pope's prognosticator, Foreign Policy, janvier-février 2006, p. 86-87, accessible sur le site Chiesa.
  3. Sandro Magister, observateur aguerri du Vatican
  4. (it) Goffredo Pistelli, « Il Papa disorienta molti vescovi » [« Le pape désoriente beaucoup d'évêques »], Italia Oggi,‎
  5. Elemedia S.p.A. - Area Internet, « Le pape n’est pas infaillible. En voici huit preuves », sur chiesa.espresso.repubblica.it (consulté le 15 mars 2017)
  6. Elemedia S.p.A. - Area Internet, « Que d’erreurs, Très Saint Père. Et certaines sont à souligner à l’encre rouge », sur chiesa.espresso.repubblica.it (consulté le 15 mars 2017)
  7. BDO, « Sandro Magister, journaliste vaticaniste viré de la salle de presse du Saint-Siège », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  8. Elemedia S.p.A. - Area Internet, « À Rome oui, à Florence non. Voici comment "Amoris lætitia" divise l’Église », sur chiesa.espresso.repubblica.it (consulté le 15 mars 2017)
  9. Agnès Chareton, « Encyclique sur l'écologie : imbroglio autour d'un embargo », sur lavie.fr],‎ (consulté le 16 juin 2015)
  10. Grégor Brandy, « Le Vatican vient de bannir l'un des plus grands spécialistes de l'Église », sur Slate.fr,‎ (consulté le 16 juin 2015)
  11. « Giubileo:Sala Stampa restituisce accredito a Sandro Magister | News | La Repubblica.it », sur www.repubblica.it (consulté le 15 mars 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]