Sandrine Goeyvaerts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sandrine Goeyvaerts
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
CAP Hôtellerie-restauration à l’École d'Hôtellerie et de Tourisme de la Ville de Liège, diplôme de Sommelier (2003)
Activité
Autres informations
Site web
Distinctions
Meilleure jeune sommelière de Belgique (2003)
Trophée Sourire de Reims 2003 (récompensant un espoir de la gastronomie)
Blog de l'année, La Revue du Vin de France (2014)

Sandrine Goeyvaerts, née le à Oupeye, est une caviste, sommelière, chroniqueuse et autrice belge. Elle est caviste à St Georges sur Meuse depuis 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Originaire de Liège, Sandrine Goeyvaerts obtient en 2003 son diplôme de sommelière, à l’École d'hôtellerie et de tourisme de la Ville de Liège. La même année, elle remporte le concours de 1er sommelier de Belgique junior[1]. Après avoir travaillé en restauration et dans la grande distribution, elle devient caviste en 2010 au sein de la cave Vins Lacroix, à Saint-Georges-sur-Meuse[2]. En tant que caviste et sommelière diplômée, elle milite, entre autres, pour les vins les plus naturels possibles.

Chroniqueuse et autrice de blog[modifier | modifier le code]

Présente sur les réseaux sociaux depuis 2009, Sandrine Goeyvaerts ouvre en juillet 2012 un blog sur le vin, intitulé « La Pinardothèque ». Elle y écrit de nombreux billets sur son domaine de prédilection. Ce blog est nommé « blog de l'année » par La Revue du vin de France[3]. En 2011, elle est engagée par le journal Le Soir, pour écrire des chroniques sur les vins belges[4]. En mai 2015 commence sa collaboration avec Elle (France). Sandrine y publie chroniques et papiers sur des sujets variés, allant des vins bio au vocabulaire autour du vin. Elle contribue également depuis 2018 au magazine Elle à Table, et signe dans des publications comme le Vif, L'Express ou Le Monde[5].

Ouvrages sur le vin[modifier | modifier le code]

Entre 2016 et 2019, elle publie quatre livres grand public sur le monde du vin. La plume de Sandrine Goeyvaerts, à la fois sur son blog et dans ses livres, est connue pour son humour et son côté grivois[6]. Son livre, Vigneronnes : 100 femmes qui font la différence dans les vignes de France, édité chez Nouriturfu[7], a obtenu à l’automne 2019 le Gourmand World Cookbook Award pour la France dans la catégorie French wines[8]. En 2021, elle publie chez Nouriturfu Manifeste pour un vin inclusif qui explore les dynamiques inégalitaires en place dans le monde du vin et perpétuées par son langage.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Fondation de l'association Women Do Wine[modifier | modifier le code]

Énervée par les remarques, non justifiées[9],[10], sur l'absence de femmes dans les métiers liés au vin, elle s'empare au début de l'année 2016[11] du hashtag #WomenDoWine sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook. Ses messages et ses actions mènent à la création en avril 2017[12] de l’association Women Do Wine, exclusivement composée de femmes et qui a pour ambition de donner de la visibilité aux femmes du monde du vin, ainsi que de créer un réseau d'échanges et d'entraide interprofessionnels. Elle en devient la première présidente[5]. L'association organise son premier événement le [13], grâce à un financement participatif sur Ulule[14].

Sexisme dans le monde du vin[modifier | modifier le code]

En novembre 2020, elle critique un dessin paru dans la revue En Magnum qui montre une agente en vins proposant des faveurs sexuelles à un caviste. Elle est alors ouvertement harcelée par les rédacteurs et les journalistes du magazine, ainsi que leurs sympathisants. Avec Fleur Godart, elles décident de porter plainte pour sexisme et cyberharcèlement, soutenues par le compte #Paye ton pinard[15],[16], Fleur contre le magazine, et Sandrine Goeyvaerts contre un blogueur du vin pour injure sexiste. L'affaire Godart est traitée par le tribunal de Paris où le procès se tient le [17]. Fleur Godart est déboutée de sa plainte contre Thierry Desseauve et En Magnum le [18]. L'affaire Goeyvaerts sera jugée en novembre 2022.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sandrine, Meilleur sommelier junior de Belgique », sur La Dernière Heure/Les Sports, (consulté le ).
  2. « Présentation de la société Vins Lacroix », sur vins-lacroix.com, (consulté le ).
  3. Baptiste Charbonnel, « "Le blog de l'année : La Pinardothek" », sur larvf.com (consulté le ).
  4. Sandrine Goyvaerts, « Ses Vins », sur lesoir.be, (consulté le ).
  5. a et b Jérémie Claes, « Sandrine Goeyvaerts, le vin, les femmes, la plume », sur L'Écho, (consulté le ).
  6. Fabrizio Bucella, « Trophées du vin : la Belge Sandrine Goeyvaerts à l'honneur en France », sur levif.be, (consulté le ).
  7. Emma Deunf, « Sandrine Goeyvaerts : "Il faut imposer les femmes dans le milieu du vin" », sur Rue89 Lyon, (consulté le ).
  8. (en) « DRINK BOOKS Winners by Countries - Gourmand Awards 2020 », sur cookbookfair.com (consulté le ).
  9. « Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin - ChEEk Magazine », sur cheekmagazine.fr.
  10. « Les femmes du vin : à bas les clichés sur les vigneronnes ! », sur LeParisien.fr, (consulté le ).
  11. « Women do Wine », sur lapinardotheque.wordpress.com.
  12. « "Women Do Wine : naissance d’une association" », sur womendowine.com (consulté le ).
  13. « Rencontre-WDW-affiche » [PDF], sur womendowine.com (consulté le ).
  14. « Rencontre Women Do Wine - Ulule », sur fr.ulule.com (consulté le ).
  15. « Une plainte pour noyer le sexisme dans le vin », sur Les Nouvelles News (consulté le ).
  16. Alexandre Abellan, « Deux femmes du vin portent plainte pour sexisme et cyberharcèlement », sur Vitisphere.com, .
  17. Alexandre Abellan, « Sexisme et vin nature au cœur du procès de la caricature d’En Magnum », sur Vitisphere.com, .
  18. Alexandre Abellan, « Thierry Desseauve relaxé pour la publication de la caricature sexiste d’En Magnum », sur Vitisphere.com, (consulté le ).
  19. Hélaine Lefrançois, « Entretien. « Le langage du vin véhicule des clichés sexistes et entérine les inégalités » », sur https://www.ouest-france.fr/, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]