Sandra Dijon-Gérardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sandra Dijon Portail du basket-ball
Sandra Dijon - Championnes de cœur - 8209.jpg
Lors d'un match caritatif en 2014.
Fiche d’identité
Nom complet Sandra Dijon-Gérardin
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (40 ans)
Fort-de-France, Martinique
Taille 1,92 m (6 4)
Situation en club
Club actuel Douvres-la-Délivrande
Poste pivot
Carrière universitaire ou amateur
1992-1995
1995-1998
1998-2001
Effort du Morne Vert
Bourbaki Pau
Istres Sports BC
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2016-2017

Été 2006
Bourges
Bourges
Bourges
CB Puig d'en Valls
Puig d'en Valls
Montpellier
Montpellier
Cesis (Lettonie)
Montpellier
Montpellier
Montpellier
Arras
Mondeville
Mondeville
Bourges
Douvres-la-Délivrande

Samsung (WKBL)
 ?
?
?
?
?
?
?
?
11,6
06,1
06,8
06,9
08,0
10,0[1]
04,2
en c.

?
Sélection en équipe nationale **
2001-2008 Drapeau : France France (133 sél.[2]) 525

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Sandra Dijon épouse Girardin, née le à Fort-de-France, est une joueuse française de basket-ball, évoluant au poste de pivot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle débute le basket sur le tard à 18 ans aux Antilles puis se rend en métropole l'année suivante. Elle ne devient professionnelle qu'à 24 ans[3] à Bourges et internationale à 25. Après des débuts en équipe A' aux Jeux de la francophonie de 2001 disputés au Canada avec notamment Dominique Tonnerre, Laure Desmurget et Johanna Boutet. Bien que conservant quelques lacunes techniques mais enthousiaste avec une forte présence physique[4], elle intègre dans la foulée l’Équipe de France A coachée par Alain Jardel. Sélectionnée 133 fois, elle remporte le titre européen en 2001[2].

Capitaine de Mondeville, elle prend la parole sévèrement à la mi-temps de la rencontre de l'Open LFB 2014 face à Lyon après une première mi-temps calamiteuse de son équipe, qui finit par l'emporter après une seconde période d'une toute autre facture : « On a fait le hold-up parfait. A la mi-temps, on est à -20 (...) Je conçois que dans un match de basket, il y ait un gagnant et un perdant. Mais pas comme ça. -20 à la mi-temps, ce n’est pas possible. On n’arrivait pas à jouer, le match n’était pas intéressant (...) On a repris le match avec un 33-10 ! (...) Marine nous a sorti un match exceptionnel, moi j’ai pris mon shoot à 3 pts avec la planche, c’était vraiment fou ce match[5]. » À 39 ans en janvier 2015, elle est la doyenne du championnat LFB étant même plus âgée que son entraîneur[4]. Fin novembre, elle émarge à 10,6 pts et 6 rebonds en 24 minutes, soit une de ses meilleures saisons en LFB[4]. [3].

Désireuse de prolonger au-delà de la saison 2014-2015 avec Mondeville, elle signe cependant comme joker médical de Bourges début octobre 2015 pour suppléer Ana Filip blessée à la cheville[6]. Blessée au pied, elle doit quitter le club avant le terme de son contrat après cinq matchs de championnat (4,2 points et 3,6 rebonds en moyenne par match) et quatre d'Euroligue[7].

En juin 2016, elle met un terme à sa carrière professionnelle et s'engage en Nationale 3 avec Douvres-la-Délivrande[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle anime un site féminin de commerce en ligne pour les grandes tailles, Nous les grandes[3]. Son fils Melvyn Govindy (2,14 m) est en 2014 espoir au SLUC Nancy[3].

Club[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sandra Dijon-Gérardin », Ligue féminine de basket (consulté le 18 avril 2015)
  2. a et b « Sandra Dijon-Gérardin », FFBB (consulté le 28 septembre 2010)
  3. a, b, c et d Nicolas Mangeard, « Le dinosaure » Sandra Dijon a toujours de l'appétit, ouest-france.fr,‎ (consulté le 5 décembre 2015)
  4. a, b et c Cathy Malfois, « Sandra Dijon, enthousiasme et… Longévité ! »,‎ (consulté le 29 novembre 2014)
  5. Syra Sylla, « Sandra Dijon raconte l’incroyable victoire de Mondeville face à Lyon », Ladyhoop,‎ (consulté le 20 octobre 2014)
  6. « Bourges Basket : Sandra Dijon arrive, Diandra Tchatchouang blessée à son tour », leberry.fr,‎ (consulté le 8 octobre 2015)
  7. Vincent Thiollière, « Bourges : Départ prématuré de Sandra Dijon », bebasket.fr,‎ (consulté le 26 novembre 2015)
  8. Amaury Boulay, « SANDRA DIJON VA DÉCOUVRIR LA NATIONALE 3 », bebasket.fr,‎ (consulté le 16 juin 2016)
  9. « Montpellier remporte la Coupe de France de basket dame », Le Midi libre,‎ (consulté le 15 mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :