Sandhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On nomme sandhi (sanskrit en devanāgarī : संधि, saṃdhi[1], qui signifie « liaison »), d'après les grammairiens indiens, des modifications phonétiques (le plus souvent des assimilations) qui se produisent à la frontière entre deux mots dans un énoncé, ou bien à la frontière entre deux morphèmes au sein d'un mot.

Lorsque le sandhi concerne le début ou la fin de ce mot, il est dit externe. À l'intérieur, il est interne :

  • le sandhi externe s'applique par exemple aux modifications phonétiques subies par la finale (terminaison le cas échéant) d'un mot en fonction de la nature de la première lettre du mot lui succédant. Ainsi, en français les règles de liaison et d'enchaînement sont des faits ressortissant au sandhi externe ;
  • le sandhi interne, répondant parfois à des règles légèrement différentes, s'exerce au sein d'un mot entre ses morphèmes constitutifs, comme entre sa racine, ses préfixes et ses désinences. Par exemple, en turc, la finale -k passe régulièrement à quand elle est suivie d'une désinence vocalique : köpek « chien (nominatif) » → köpeğ-i (accusatif).

Les règles de sandhi propres au sanskrit sont trop complexes pour être détaillées ici. Elles le sont dans un article spécifique.

Le sandhi peut aussi concerner les tons de mots se suivant. On le nomme alors sandhi tonal.

Enfin, on ne devrait pas confondre le sandhi avec le phénomène de la mutation consonantique, qui n'intervient que dans un contexte syntaxique précis (ce qui en fait sémantiquement un cas particulier de sandhi)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]