Sandbostel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sandbostel
DEU Sandbostel COA.svg
Sandbostel140112 004.jpg
Géographie
Pays
Land
Arrondissement
Samtgemeinde
Superficie
31,58 km2 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
8 m, 9 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Sandbostel in ROW.svg
Démographie
Population
771 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
24,4 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Identifiants
Code postal
27446Voir et modifier les données sur Wikidata
Indicatif téléphonique
04284, 04764Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Sandbostel est une municipalité de l'arrondissement de Rotenburg (Wümme) en Basse-Saxe.

Sandbostel est situé à 9 km au sud de Bremervörde, à 17 km au nord de Zeven, à 43 kilomètres au nord-est de Brême et à 60 km à l'ouest de Hambourg. Ses districts sont Sandbostel, Mintenburg, Haute Ochtenhausen et Heinrichsdorf.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stalag X-B.

De 1939 à 1945 Sandbostel est un camp de prisonniers de guerre et camp de concentration, le stalag XB. Des milliers de prisonniers y moururent de faim, d’épidémies, de fatigue. Les prisonniers de guerre soviétiques furent particulièrement touchés pendant l’hiver 1941-1942. Les cas de cannibalisme y étaient fréquents[1], bien que punis de la peine de mort[2]. Devenu "mouroir" de Neuengamme à partir du 13 avril 1945, le camp est libéré le 29 avril 1945[3].

Le 29 avril 1945, les prisonniers du camp sont libérés par les troupes britanniques. La libération a été précédée par de violents combats avec les soldats de la 15e Panzer Grenadier Division.

15 000 prisonniers de guerre et 8 000 prisonniers des camps de concentration se trouvaient dans ce camp ce jour-là. Le commandant suprême des forces britanniques en Allemagne du Nord-Ouest, le général Brian Horrocks ordonne des secours immédiats et réquisitionne les civils allemands pour enterrer les centaines de morts de faim et de typhus[4].

En décembre 2004, la « Fondation Sandbostel » a été créée avec la mission « de construire sur le site de l'ancien camp de prisonniers de guerre Stalag X-B à Sandbostel un centre de documentation et un mémorial[5]. »

De 1952 à 1960, l'ancien camp de prisonniers de guerre a été utilisé comme un camp de réfugiés (camp de transit) pour les réfugiés est-allemands (à l'exception des jeunes hommes). Le camp de réfugiés pour les femmes était à Westertimke[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Témoignage rédigé par Pierre Fertil, le 18 mars 2007 extrait de « Cauchemars d'un déporté de Neuengamme », Cahier des Archives départementales du Calvados - n° 34 – 2007.
  2. « Enseigner la mémoire ? - Histoire et mémoire de la déportation - Témoignage de Raymond Gourlin mis en ligne par Jean-Pierre Husson », sur www.cndp.fr (consulté le 20 août 2016)
  3. Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945") Tome 1 page 219
  4. http://www.stiftung-lager-sandbostel.de/sls/befreiungkgf.html
  5. http://www.stiftung-lager-sandbostel.de/pdf-dateien/flyer/sandbostel_infoflyer_x_franz_zoll.pdf
  6. http://www.stiftung-lager-sandbostel.de/