Sandaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sandaré
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Kayes
Cercle Nioro du Sahel
Maire Délégation spéciale[1]
Démographie
Population 25 591 hab. (2009)
Population précédent recensement 16 525 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 4.1 %
Géographie
Coordonnées 14° 42′ 14″ nord, 10° 18′ 21″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Mali
Voir sur la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Sandaré
Géolocalisation sur la carte : Mali
Voir sur la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Sandaré

Sandaré est une commune du Mali, dans le cercle de Nioro du Sahel et la région de Kayes la commune de Sandaré compte 23 villages.Le chef-lieu de la commune, Sandaré, est situé à 140 kilomètres de Kayes sur la route nationale 1 (Rn1). La commune est limitée au Sud par la commune de Diakon, au Sud-est par la commune de Lakamané, à l'Est par la commune de Simbi, au Nord-est par la commune de Gavinané, au Nord par la commune de Diaye et à l'Ouest par les communes de Labatara et de Yélimané. La commune de Sandaré se trouve dans le Kaarta. Elle est essentiellement peuplée par les Bambara auxquels s'ajoutent les Sonikés et les Peules. L'activité principale à Sandaré est l'agriculture, le maraîchage et l'élevage. Les produits agricoles sont : l'arachide, le mil, le sorgho, le maïs. Le maraîchage donne l'oignon et la pomme de terre.

Politique[modifier | modifier le code]

À la suite des élections communales maliennes de 2009, Monzon Ali Coulibaly (Parena) a été élu maire de Sandaré. Un contentieux électoral ayant abouti à l’annulation des résultats du vote, le gouvernement a nommé lors du conseil des ministres du une délégation spéciale, présidée par Bacari dit Samba Touré, sous-Préfet auprès de la Commune Rurale de Sandaré, chargé d'administrer la commune.

L'actuel maire de la commune de Sandare est Mahaty Konate. Élu en 2016 il succéda à Monzon Ali Coulibaly qui fut maire de 1996 à 2016. L'actuel sous-préfet est Mme Diassana Fatoumata Diarra nommée en 2017[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Communiqué du conseil des Ministres du mercredi 10 mars 2010