Sancie de Provence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sancie de Provence est la troisième fille du comte de Provence Raimond Bérenger IV de Provence et de Béatrice de Savoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sœur de Marguerite (femme de Saint Louis), de Éléonore (femme de Henry III roi d'Angleterre) et de Béatrice (femme de Charles, frère de Saint Louis), elle est née en 1228.

Elle est tout d'abord promise à Raymond VII de Toulouse, cependant le mariage ne se réalise pas car une dispense papale est nécessaire. Or le pape Célestin IV vient de mourir et Innocent IV ne sera élu que plus d'un an après son décès.

L'engagement rompu, sous l'impulsion de sa sœur Éléonore, elle est promise à son beau-frère Richard de Cornouailles. L'évêque d'Hereford, Pierre d'Aigueblanche, et Pierre de Savoie, son oncle, sont chargés de représenter le frère du roi, pour qui c'est le second mariage[1],[2]. L'acte est signé le à Tarascon[1],[2]. Le mariage se déroule en 1243.

Le elle devient reine des Romains par l'élection de son époux comme roi des Romains. Toutefois. son titre est contesté et il ne sera jamais sacré.

Elle décède le au château de Berkhamsted.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

En 1243, elle épouse Richard de Cornouailles. Ils auront trois fils :

  • Richard, né et décédé en 1246 ;
  • Edmond, comte de Cornouailles ;
  • Richard de Cornouailles, né en 1252 et mort en 1296.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Actes du colloque international de Lausanne, 30-31 mai 1997 - Gérard Giordanengo, « L'"état" dauphinois au milieu du XIIIe siècle: une esquisse : Le "Petit Charlemagne" », dans Bernard Andenmatten, Agostino Paravicini Bagliani et Eva Pibiri (sous la dir.), Pierre II de Savoie (+ 1268), t. 27, Lausanne, Fondation Humbert et Marie José de Savoie et Université de Lausanne, coll. « Cahiers lausannois d'histoire médiévale », , 444 p. (ISBN 2-940110-40-9).
  2. a et b Recueil des mémoires et documents de l'Académie de la Val d'Isère, Volume 12, Moûtiers, p. 112.