Sanche Ier Loup de Vasconie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sanche Ier Loup de Vasconie
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Numabela de Cantabrie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Adalric de Vasconie (en)
Semen Ier Loup de VasconieVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sanche Ier.

Sanche Ier Loup est duc de Vasconie de 800 à 812 et surnommé « le meilleur cavalier de Pampelune »[1]. Il cède le pouvoir à son frère Semen Ier Loup avant de mourir en 816 dans une bataille contre les Maures[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du duc Loup II de Vasconie[3].

En 778, celui-ci est à la tête des hommes qui attaquent l'arrière-garde de l'armée de Charlemagne à Roncevaux. En représailles, Charlemagne fait emprisonner Loup II qui meurt peu après et emmener ses fils Sanche Loup et Garcia Loup[4] qui sont élevés à la cour.

En 781, Charlemagne fait roi d'Aquitaine son fils Louis, alors âgé de trois ans. Quelques années après, Sanche Loup est ramené en Aquitaine. Louis lui rend le duché de Vasconie en 800.

Après la mort de Loup II, père de Semen Ier, les Vascons avaient élevé au pouvoir l'un de ses fils, Loup Sanche Ier qui reconnut la suzeraineté de Charlemagne et prit part, contre son sentiment mais par fidélité, à l'expédition organisée par le roi d'Aquitaine contre Barcelone en 801.

Mais cette reconnaissance fut de courte durée puisqu'en 802, Pampelune avait fait allégeance à l'émir de Cordoue Al-Hakam. Les Vascons prirent parti pour lui contre Louis le Débonnaire, fils de Charlemagne, et reconnurent sa suzeraineté. En 806, les chroniques franques confirment cette reconnaissance mais quelques années auparavant se remirent sous la domination des Francs[2].

La mort du vascon Bergon, comte de Fezensac permet aux Francs de choisir un des leurs, Liuthard, mais rend très mécontents les Vascons qui se révoltèrent contre le nouveau comte en tuant une partie de ses hommes dont certains par le feu. Louis le Débonnaire appliqua la loi du talion en brûlant les principaux rebelles à la diète de Toulouse[2].

Il participe à d'autres expéditions entre 804 et 812.

Quand Louis le Pieux succède à Charlemagne en 814, Sanche Loup reste en Aquitaine.

En 816, se forme une coalition de seigneurs chrétiens contre les Musulmans d'Espagne. Les deux armées se heurtent lors de la bataille de Pancorbo[6][5]qui dure treize jours. Sanche Loup est tué au cours de cette bataille, ainsi que son frère Garcia Loup.

On raconte[réf. nécessaire][6] que l'empereur Louis en fut fort attristé, car Sanche Loup avait été pendant des années un compagnon d'armes fort fiable.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Son épouse n'est pas connue. Il s'agit peut-être une sœur d'Aznar Ier Galíndez, comte d'Aragon, le prénom « Aznar » apparaissant dans la maison de Vasconie parmi ses fils. Mais il pourrait aussi s'agir d'une fille du comte de Toulouse[réf. nécessaire].

De ce mariage, naîtront :

Il est possible qu'il y ait eu deux autres filles, mais cela reste hypothétique :

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Ducs de Vasconie de 768 à 864

 
 
 
 
 
 
 
 
Ier- Loup II
(768-778)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Centulle Loup
 
 
 
 
 
IIe- Sanche Ier Loup
(801-812)
 
 
 
 
 
IIIe- Semen Ier Loup
(812-816)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ve- Loup III Centulle
(818-819)
 
VIe- Aznar Sanche
(820-836)
 
VIIe- Sanche II Sanche
(836-852)
 
Sancie
 
IVe- Garcia Ier Semen
(816-818)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Donat Loup
Premier comte de Bigorre
 
Centulle Loup
Premier vicomte de Béarn
 
 
 
 
 
VIIIe- Arnaud
(855-864)

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Narbaitz, Nabarra : ou, Quand les Basques avaient des rois, Pampelune / Bayonne, Diffusion « Zabal », , 637 p. (ISBN 8439964927 et 9788439964926, OCLC 4807413), p. 39
  2. a b et c Jean de Jaurgain, La Vasconie : étude historique et critique sur les origines du royaume de Navarre, du duché de Gascogne, des comtés de Comminges, d'Aragon, de Foix, de Bigorre, d'Alava & de Biscaye, de la vicomté de Béarn et des grands fiefs du duché de Gascogne, t. 1, PyréMonde (Ed.Régionalismes), , 447 p. (ISBN 2846181446 et 9782846181846, OCLC 492934726, lire en ligne)
  3. Dans la nomenclature gasconne, le second nom de quelqu'un est le premier nom de son père.
  4. Garcia Loup deviendra comte de Dax.
  5. (ar) Ibn Hayyan, Al-Muqtabis fi Tarikh al-Andalus
  6. Il faudrait citer la source. S'agit-il d'une chronique d'époque, ou d'une légende locale ?