San Francisco de Asís (1767)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir San Francisco de Asís (navire).
San Francisco de Asís
image illustrative de l’article San Francisco de Asís (1767)
Combat entre le San Francisco de Asís et trois frégates le 25 juillet 1797.
Type vaisseau de ligne
Histoire
A servi dans Naval Jack of Spain.svg Marine espagnole
Architecte Jean-François Gautier
Chantier naval Guarnizo
Lancement 1767
Statut naufragé en 1805
Caractéristiques techniques
Longueur 54,5 m
Maître-bau 14,19 m
Tirant d'eau 6,95 m
Caractéristiques commerciales
Pont 2
Caractéristiques militaires
Armement 74 canons

Le San Francisco de Asís, parfois nommé simplement Asís, est un vaisseau de 74 canons en service dans la marine espagnole à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Lancé en 1767, il combat à la bataille de Trafalgar après laquelle il s'échoue.

Conception et construction[modifier | modifier le code]

Construit d'après les plans de l'architecte naval français Jean-François Gautier, le San Francisco de Asís est lancé à Guarnizo en 1767[1]. Long de 54,5 m et large de 14,19 m son tirant d'eau est de 6,95 m[2].

Le vaisseau est rangé dans la catégorie des vaisseaux de 74 canons, dont l'armement est réparti sur deux ponts. Pour la bataille de Trafalgar, le San Francisco de Asís est armé par 28 canons de 24 livres, 30 canons de 18 livres et 8 canons de 8 livres, auxquels s'ajoutent 10 obusiers de 30 et 6 obusiers de 24[1].

Service actif[modifier | modifier le code]

Guerre d'indépendance américaine[modifier | modifier le code]

En 1779, le San Francisco de Asís participe à l'expédition manquée dans la Manche au sein de la flotte franco-espagnole commandée par l'amiral d'Orvilliers[3].

Guerres de la Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1793, le navire participe aux opérations de la flotte espagnole de l'amiral de Borja (es) contre les îles de Sant'Antioco et San Pietro[3].

Le 25 juillet 1797, le San Francisco de Asís est contraint par une tempête à quitter son mouillage au large de Cadix. Il est ensuite attaqué par un escadron de trois frégates britanniques commandé par George Stewart. Le vaisseau espagnol se défend vigoureusement et contraint ses adversaires à battre en retraite. Son capitaine, Alonso de Torres y Guerra, est fait chevalier dans l'ordre d'Alcántara à la suite de ce succès[3].

Après la bataille du cap Saint-Vincent, le San Francisco de Asís participe au sauvetage de l'immense Santa Ana[3].

Campagne de Trafalgar[modifier | modifier le code]

Le San Francisco de Asís rejoint l'armée combinée lors de son passage au Ferrol et va avec elle s'enfermer dans Cadix. Pour cette campagne, le vaisseau compte 684 hommes d'équipages[4] et seulement 18 officiers[5]. Il est commandé par le capitaine de vaisseau Luis Antonio Flores[2].

Assigné à la troisième escadre de la flotte combinée il se retrouve à l'avant-garde après le demi-tour allié. Au début de la bataille, il se trouve entre le Mont-Blanc, dont il est le matelot d'arrière, et le Héros[6] ; le Rayo se trouve en deuxième ligne, à peu près à son niveau[6]. La colonne de Nelson coupe la ligne de bataille franco-espagnole en arrière du San Francisco de Asís, Villeneuve ordonne alors au vaisseaux de l'avant-garde de virer pour se porter au combat. Le vaisseau effectue un virement lof pour lof puis s'éloigne vent arrière[7]. À la fin de la journée, il rallie le Príncipe de Asturias et rentre à Cadix[8].

Retour des rescapés de la bataille de Trafalgar à Cadix.

Comptant seulement 5 tués et 12 blessés sur les 684 hommes de l'équipage[4] et peu endommagé[9], le San Francisco de Asís fait partie des vaisseaux qui contre-attaquent le 23 octobre derrière le Pluton du capitaine de vaisseau Cosmao[10]. La Santa Ana et le Neptuno sont repris, mais les conditions météorologiques empirent et le Rayo et le San Francisco de Asís sont jetés à la côte[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Monaque 2005, p. 337
  2. a et b Caractéristiques des navires espagnols engagés à Trafalgar.
  3. a, b, c et d Rodríguez Gonzalez 2013
  4. a et b Monaque 2005, p. 374
  5. Monaque 2005, p. 188
  6. a et b Monaque 2005, p. 239
  7. Monaque 2005, p. 256
  8. Monaque 2005, p. 269
  9. Smith 1998, p. 207
  10. Monaque 2005, p. 272
  11. Monaque 2005, p. 273

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Agustín Ramón Rodríguez Gonzalez, « Dos combates afortunados en circunstancias desperedas », Revista General de Marina,‎ (lire en ligne)
  • Rémi Monaque, Trafalgar : 21 octobre 1805, Tallandier, (ISBN 2-84734-236-2)
  • (en) Digby Smith, The Greenhill Napoleonic Wars Data Book : Actions and Losses in Personnel, Colours, Standards and Artillery, 1792-1815, Greenhill Books, (ISBN 1-85367-276-9)