San Ferdinando di Puglia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

San Ferdinando di Puglia
San Ferdinando di Puglia
La paroisse de Sainte-Marie du Rosaire
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Pouilles Pouilles 
Province Provincia di Barletta-Andria-Trani-Stemma.svg Barletta-Andria-Trani  
Code postal 76017
Code ISTAT 110007
Code cadastral H839
Préfixe tel. 0883
Démographie
Gentilé sanferdinandesi
Population 13 654 hab. (31-08-2022[1])
Densité 333 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 18′ 00″ nord, 16° 04′ 00″ est
Altitude Min. 64 m
Max. 64 m
Superficie 4 100 ha = 41 km2
Divers
Saint patron San Ferdinando Re
Fête patronale 30 mai
Localisation
Localisation de San Ferdinando di Puglia
Localisation dans la province de Barletta-Andria-Trani.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
San Ferdinando di Puglia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
San Ferdinando di Puglia
Géolocalisation sur la carte : Pouilles
Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
San Ferdinando di Puglia
Liens
Site web site officiel

San Ferdinando di Puglia est une commune de la province de Barletta-Andria-Trani dans les Pouilles en Italie.


Histoire[modifier | modifier le code]

San Ferdinando di Puglia est une ancienne colonie agricole fondée par Ferdinand II de Bourbon et qui fut inaugurée en 1847. Après avoir séjourné au relais de poste de Saint-Cassien ((it) San Cassiano) en 1831, il décida de transférer une partie des habitants des Salines de Barletta à cet endroit.

Saint-Cassien, dont on trouve mention dès le XIe siècle était un village appartenant à l'évêché de Canne (Canne della Battaglia). À cette époque, le nord de ce territoire était partagé entre le château de San Giuliano dont on suppose qu'il se trouvait à l'emplacement de l'actuelle ville de Trinitapoli et le monastère Saint-Eustache ((it) San Eustasio)[2]. Au sud, en direction de l'ancienne ville médiévale de Canne, on signale l'installation des templiers qui semblent être présents dès le milieu du XIIe siècle. Ils fondèrent une maison du Temple destinée à produire des ressources et disposaient de l'église Sainte-Marie de Salinis ((la) Sancta Maria de saliniis) aujourd'hui disparue[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
28 mai 2002 En cours Carmine Gissi Centro-Sinistra  
Les données manquantes sont à compléter.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Barletta, Canosa di Puglia, Cerignola, Trinitapoli

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it) Raffaele Licino, Castelli medievali : Puglia e Basilicata, dai Normanni a Federico II e Carlo I d'Angiò, Edizioni Dedalo, , 368 p. (ISBN 978-8-8220-6162-1, lire en ligne), p. 27, 177
  3. (it) Vito Ricci, « La presenza dei Templari nelle province Pugliesi », dans I Templari nella Puglia Medievale, mondimedievali.net, (lire en ligne)