San Ferdinando di Puglia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

San Ferdinando di Puglia
San Ferdinando di Puglia
La paroisse de Sainte-Marie du Rosaire
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Pouilles Pouilles 
Province Provincia di Barletta-Andria-Trani-Stemma.svg Barletta-Andria-Trani  
Code postal 76017
Code ISTAT 110007
Code cadastral H839
Préfixe tel. 0883
Démographie
Gentilé sanferdinandesi
Population 13 621 hab. (31-05-2019[1])
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 18′ 00″ nord, 16° 04′ 00″ est
Altitude Min. 64 m
Max. 64 m
Superficie 4 100 ha = 41 km2
Divers
Saint patron San Ferdinando Re
Fête patronale 30 mai
Localisation
Localisation de San Ferdinando di Puglia
Géolocalisation sur la carte : Pouilles
Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
San Ferdinando di Puglia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
San Ferdinando di Puglia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
San Ferdinando di Puglia
Liens
Site web portale.comune.sanferdinandodipuglia.bt.it

San Ferdinando di Puglia est une commune de la province de Barletta-Andria-Trani dans les Pouilles en Italie.


Histoire[modifier | modifier le code]

San Ferdinando di Puglia est une ancienne colonie agricole fondée par Ferdinand II de Bourbon et qui fut inaugurée en 1847. Après avoir séjourné au relais de poste de Saint-Cassien ((it) San Cassiano) en 1831, il décida de transférer une partie des habitants des Salines de Barletta à cet endroit.

Saint-Cassien, dont on trouve mention dès le XIe siècle était un village appartenant à l'évêché de Canne (Canne della Battaglia). À cette époque, le nord de ce territoire était partagé entre le château de San Giuliano dont on suppose qu'il se trouvait à l'emplacement de l'actuelle ville de Trinitapoli et le monastère Saint-Eustache ((it) San Eustasio)[2]. Au sud, en direction de l'ancienne ville médiévale de Canne, on signale l'installation des templiers qui semblent être présents dès le milieu du XIIe siècle. Ils fondèrent une maison du Temple destinée à produire des ressources et disposaient de l'église Sainte-Marie de Salinis ((la) Sancta Maria de saliniis) aujourd'hui disparue[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
28 mai 2002 En cours Carmine Gissi Centro-Sinistra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Barletta, Canosa di Puglia, Cerignola, Trinitapoli

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it) Raffaele Licino, Castelli medievali : Puglia e Basilicata, dai Normanni a Federico II e Carlo I d'Angiò, Edizioni Dedalo, , 368 p. (ISBN 978-8-8220-6162-1, lire en ligne), p. 27, 177
  3. (it) Vito Ricci, « La presenza dei Templari nelle province Pugliesi », dans I Templari nella Puglia Medievale, mondimedievali.net, (lire en ligne)