Samuel de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Samuel ibn Tibbon.
Samuel de Marseille
Biographie
Naissance


Samuel ben Juda de Marseille est un médecin et traducteur juif provençal du XIVe siècle (1294 - ?).

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Samuel ben Juda naît à Marseille en 1294. Il se dévoue dès son jeune âge à l'étude des sciences, en particulier de la philosophie. À l'âge de 18 ans environ, il se rend à Salon-de-Provence, où il étudie l'astronomie auprès de Sen Astruc de Noves.

Comme de nombreux autres Juifs, Samuel est détenu à la Tour de la Rotonde de Beaucaire en 1322, avant d'être libéré contre le paiement d'une rançon. Il séjourne ensuite à Murcia, Tarascon, Aix-en-Provence et Montélimar.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Samuel se fait connaître par ses traductions de travaux scientifiques de l'arabe à l'hébreu, qu'il a entreprises dès son plus jeune âge :

  • Hashe'elot hadibriyyot vehaderoushim asher lafilossofim, traduction des dissertations sur quelques passages obscurs du commentaire d'Averroès sur l’Organon, par les auteurs arabes Abu al-Kassim ben Idris, Abu al-Hajjaj ibn Talmus, Abu al-'Abbas Ahmad ben Kasim et 'Abd al-Rahman ben Ṭahir. La traduction de Samuel a été à son tour traduite en latin par Abraham de Balmes (publiée pour la première fois en 1550).
  • traduction du commentaire moyen d'Averroès sur l’Éthique à Nicomaque d'Aristote, achevée le , à l'âge de vingt-sept ans, et conservée en manuscrit dans plusieurs bibliothèques (Oxford MSS. n° 1350, 1355, 1424, 1425 & 1426 ; Turin MS. n° clxix.; Florence MS., Laurentiana I., No. lxxxviii. 25 ; Rome MS., Casanantense I., vi. 11).
  • traduction du commentaire d'Averroès sur la République de Platon, achevée le , dans la prison de Beaucaire, conservée en manuscrit dans plusieurs bibliothèques (Oxford MSS. n° 1350 & 1355; Munich MS. n° 308; Turin MS. n° 40; Florence MS. n°. lxxxviii. 25; Milan MS., Ambrosiana, n°. 33, suppl.; Vienne MS. n°. cxxix.).
  • traduction du Compendium de l'Organon d'Averroès, achevée le à Tarascon, conservée à la Bibliothèque nationale de France (BnF, Paris MS. n° 956, 4).
  • traduction des parties 30 et 31 du traité sur les cinq corps géométriques d'Euclide, suppléant ainsi à la traduction de Kalonymus ben Kalonymus, dans laquelle ces deux corps sont manquants.
  • traduction du Commentaire sur l’Almageste, parties i.-iii. (Vatican MS. n°. 398).
  • révision de la traduction de Jacob ben Makhir ibn Tibbon de l'abrégé sur l’Almageste d'Abu Mohammed Jabbar ibn Aflah (BnF, Paris MSS. n° 1014, 1024, 1025 & 1036). Samuel a été assisté dans sa tâche par son frère, En Bondavi, dont il dit qu'il est fort versé dans ces domaines.
  • Ma'amar Alaksander haFirdoussi (ibid. n° 893 & 894; Berlin MS. n° 332).
  • traduction des épîtres sur l'éclipse solaire du et sur l'aurore, toutes deux d'Abu Abdallah Mohammed ibn Mu'ad de Séville (BnF, Paris MS. n° 1036).
  • Ma'amar bitnou'at hakokhavim hakayyamim, traduction du traité sur les étoiles fixes d'Abu Ishaq al-Zarqali (ibid. n° 1036, 3).

Source[modifier | modifier le code]

Cet article comprend du texte provenant de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « Samuel Ben Judah » par Joseph Jacobs & Isaac Broydé  et article « Bondavi (En) » par Richard Gottheil & Moïse Schwab, une publication entrée dans le domaine public.