Samuel Rousseau (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Samuel Rousseau
Image dans Infobox.
Samuel Rousseau, 2016.
Naissance
Nom de naissance
Samuel Rousseau
Nationalité
Française
Activité
Formation
Distinctions
Médaille des arts de l'Académie d'architecture (2016)
Œuvres principales
  • "P'tit bonhomme" (1996)
  • "Le Géant" (2003)
  • "Maternaprima" (2006)
  • "Plastikcity" (2006)
  • "Sans titre, L'arbre et son ombre" (2009)
  • "Brave Old New World" (2011)
  • "Les Soubresauts du monde" (2012)
  • "Trafic" (2012)
  • "Perte de mémoire" (2015)
  • "L'homme qui se construit" (2016)
  • "Soleil noir" (2017)
  • "Paysage rupestre" (2017)
  • "Venus" (2020)

Né à Marseille le , Samuel Rousseau est un artiste plasticien contemporain français. Il exploite principalement la vidéo et les ressources de l’informatique mais ses moyens d’expression sont très variés : sculpture, photo, installation, dessin, arts plastiques, art numérique.

L’art numérique de Samuel Rousseau s’interroge sur l’humanité, le monde contemporain et les médias de masse. La technologie, employée de façon très discrète dans son travail, est strictement au service d’une poésie où le virtuel et le réel s’entrecroisent. Dans ses boucles vidéo fictionnelles et souvent poétiques, les objets du quotidien, recyclés ou transformés, prennent vie et provoquent des questions nouvelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l’école supérieure d'art de Grenoble en 1995. Il fonde le collectif artistique alternatif grenoblois Le Brise Glace (1998-2008) et présente ses premières expositions personnelles en France et à l'étranger.

À 30 ans, il réalise sa première œuvre monumentale[1]. Le Géant pris au piège dans le théâtre de la Gaîté Lyrique à Paris fait sensation à la Nuit Blanche en 2003. Relayée par tous les médias français, l’œuvre éphémère a été vue par plusieurs millions de téléspectateurs.

Il participe à la FIAC pour la première fois en 2004. En 2006, trois œuvres de Samuel Rousseau, PlastikcityL’Œuf et P’tit Bonhomme entrent au catalogue des acquisitions du Fonds national d’art contemporain. En 2011, il est l'un des candidats sélectionnés pour le prix Marcel-Duchamp avec Brave Old New World.

Depuis 2011, son travail est documenté sur le réseau documents d'artistes.

Distinction[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

« Rousseau rend l'art numérique chaleureux, fertile, rassurant.
Il cherche à toucher des choses universelles, des éléments fondamentaux que l’on peut partager. Cette approche guide sa réflexion sur les "mass-media" afin d’entrer en contact avec ce que nous avons tous en commun.
L’image gagne de nouvelles dimensions. Elle échafaude une esthétique et une dynamique nouvelle tant le créateur déborde d’invention et d’énergie. L’artiste réduit souvent la technologie car il sait que les moyens les plus avancés ne suffisent pas de manière intrinsèque. Chaque œuvre est comme un montage, chaque plan succède à l'autre. Dans les ruptures qui les segmentent demeure toujours un continuum lié à une notion de dépassement. Reposant sur la transformation des objets du quotidien par le moyen de la projection vidéo, la vie est insufflée à des objets inertes comme des pneus, une branche d'arbre ou une bougie. Elle reconstitue une fiction de leur possible vie passée. Œuvres sensibles et fines ces installations évoquent un travail d'archéologie des objets. L'image réelle y cohabite de manière évidente avec l'image virtuelle dans une sorte d’abstraction qui tient plus au réel qu’à la virtualité elle-même. C’est pourquoi demeure toujours dans son approche quelque chose de concret.
Rousseau homme d’image est donc bien un poète par son regard juste et pour sa quête d’un corps à partir duquel poser ce regard. »

— Jean-Paul Gavard-Perret, 2010

« Samuel Rousseau a souvent dissimulé ses sujets dans des mises en scène où l’objet, la technologie et l’espace conjuguent des images apparemment simples mais qui cachent des « secrets » que le visiteur prend plaisir à déchiffrer. Dans un certain nombre de ses productions vidéo et numériques, les images viennent, en effet, se loger là où on ne les attend pas, dissimulées dans des motifs décoratifs (les Papiers peints vidéo, 2003), enchâssées dans des objets de rebus, agitant discrètement les reliefs d’écrans-objets qu’elles recouvrent comme une peau. Fréquemment, elles mettent en scène des corps inadaptés à l’espace qui tente de les contenir, de manière humoristique souvent, pathétique parfois, et poétique toujours.Ces œuvres sont alors libres d’évoquer le monde animal, le monde industriel et urbain, emprunter à la science fiction ou à l’imaginaire de la bande dessinée et du cinéma. Elles peuvent faire le grand écart entre une évocation de Métropolis ou une vanité moderne en écho aux TV Bouddha de Nam June Paik. »

— Françoise Parfait, 2011

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • P'tit bonhomme, 1996
  • Le Géant, 2003
  • Papiers peints vidéo, 2003
  • Maternaprima, 2006
  • Plastikcity, 2006
  • L'arbre et son ombre, 2008
  • Un peu d'éternité, 2009
  • Montagne d'incertitude, 2010
  • Chemical house, 2010
  • Brave Old New World, 2011
  • Trafic, 2011
  • Les Soubresauts du monde, 2012
  • Urban Totem, 2013
  • La faille, 2016
  • Soleil noir, 2017
  • Vénus, 2020


Samuel Rousseau plastikcity.jpg PlastikCity

Auteur : Samuel Rousseau
Date : 2006
Technique : Projection vidéo
Dimensions :
Propriétaire : Collection particulière
Commentaire :

Trafik, 2011. Samuel Rousseau.jpg Trafik 2.1

Auteur : Samuel Rousseau
Date : 2006
Technique : Installation vidéo monumentale
Dimensions :
Propriétaire : Samuel Rousseau
Commentaire :

Brave Old New World, 2011. Samuel Rousseau .jpg Brave Old New World

Auteur : Samuel Rousseau
Date : 2011
Technique : Installation vidéo
Dimensions :
Propriétaire : Samuel Rousseau
Commentaire :

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2015 :
    • « Recto/Verso » Fondation Louis Vuitton, Paris 
    • « De Picasso à Warhol », Musée de Grenoble, Grenoble
    • « Verzamelde verhalen #7 », Kunstenfestival Watou 2015, Watou, Belgique
    • « Hortillonnages » Musée de Picardie et Maison de la culture d’Amiens, Amiens
    • « Humble me » Galerie Aeroplastics, Bruxelles
    • « Collection Philippe.Piguet, la passion de l’art » Abbaye, Annecy-le-Vieux
    • « Etre étonné, c’est un bonheur! », Chapelle de la visitation, Thonon-les-Bains
    •  « Collective 5 » Galerie Guy Bärtschi, Genève, Suisse
    • « Vidéoformes 2015, Samuel Rousseau et John Sanborn » Galerie Claire Gastaud, Clermont-Ferrand
    •  « Art 15 London » Stand galerie RX, Londres           
    • « L’arbre, le bois, la forêt » Abbaye St-André, Centre d’art contemporain, Meymac
    •  « Exposition collective » Fondation Francés, Sanlis
    •  « Le F.M.A.C à l’école » collège Marx-Dormoy, Paris
    •  « Du paradis à l’enfer » Fondation Boghossian, Villa Empain, Bruxelles
    •  « Montagne, design, nouvelles inspirations » Fondation Glénat, Grenoble
  • 2014 :
  • 2013 :
  • 2012 :
  • 2011 :
    • « Le prix Marcel-Duchamp »[6], FIAC, Paris
    • « Slipstreams », Franklin street works, Stamford
    • « Nuit Résonance », Réseau documents d’artistes, Biennale de Lyon
    • « Le prix Marcel-Duchamp », Lam, Lille
    • « Désire de désastre », MAMAC, Nice
    • « Digital art work », ZKM Medienmuseum, Karlsruhe
    • « Un monde sans mesures », Palais Fesch, Ajaccio
    • « AR(T)BRE « le cri de la vie », Halle André Citroën, Paris
    • « Openning » Museum of Gold and New art (MoNa), Moorilla Estate, Australie
    • « Un rêve d’éternité », Fondation Boghossian, Bruxelles
    • « Fetish Auto » Musée Tinguely, Bâle
    • « Amour, un été contemporain », Musée Paul Dini, Villefranche-sur-Saône
    • « Skateboarding is not a crime » SpaceJunk Centre d’art, Grenoble
  • 2010 :
    • « be.WELCOME, Belgique et immigration », Atomium, Bruxelles
    • « La jeune création numérique et architecturale française s’expose à St Pétersbourg » dans le cadre de l’année de la France en Russie, Saint-Pétersbourg
    • « What’s in your head » GASP Gallery, Brooklyn, New York
  • 2009 :
    • « That’s all flolks ! » Stadshallen, Bruges
    • « Slick » stand de la galerie Claire Gastaud Paris
    • « Résonance », Galerie de Terreaux, Biennale d’art contemporain, Lyon
    • « Psychedelia paradise », Printemps de Toulouse
    • « CO2 Terre, de Kyoto à Copenhague » Bruxelles
    • « Animated » Centre d’art Bastille, Grenoble
    • Foire d’art contemporain de Bologne
    • Art Paris, Galerie Guy Bartschi et Galerie Claire Gastaud
    • « Dans quel état gère », Galerie Domi Nostrae, Lyon
    • A.R.C.O - Foire internationale d'art contemporain, Madrid
    • Art Bruxelles, Galerie Aeroplastics
    • « Être arbre, être nature », Biennale internationale d'art contemporain de Melle
    • « Un monde sans mesure », Musée d’art contemporain de São Paulo
    • « Un monde sans mesure », Musée d’art contemporain de Brasilia
    • « Un monde sans mesure », Musée d’art contemporain de Fortaleza, Brésil
    • « Sueno y materia » LABoral Centre d’art et de création industrielle, Gijón
    • « Sueno y materia » CA2M Centre d’art de Mayo, Madrid
  • 2008
    • « Comme des bêtes, ours, chat, cochon et Cie », Musée des beaux-arts de Lausanne
    • A.R.C.O - Foire internationale d'art contemporain, Madrid
    • « Paris fait sa comédie », Mairie du 18e arrondissement, Paris
    • « Collective Vidéo et New @rt », Vidéoformes 2008, Clermont-Ferrand
    • « Irréel : de la réalité au rêve »[7], musée Paul Dini, Villefranche-sur-Saône
    • « Interstice 03 », Rencontre des inclassables, Caen
    • Art Paris, Galerie Claire Gastaud
    • « Manif d’art 4 », Biennale de Québec
    • « Bucoliques », Abbaye du Valasse
  • 2007 :
    • « Intrusions », Exposition de la collection de la ville de Paris, Petit Palais, Paris
    • « 50 artistes en Rhône Alpes », Musée Paul Dini, Villefranche sur Saône
    • F.I.A.C, Galerie Polaris, Paris
    • « 24 FPS », Galerie 1 000 Eventi, Milan
    • Art Forum Berlin 07, Galerie Guy Bartschi, Berlin
    • « Vitalité vidéo », Biennale Sélest’Art 07 Sélestat
    • « De notre temps 02 »[8], Musée de Grenoble, Grenoble
    • « Protéger, Enferner », Centre d’art contemporain, La synagogue de Delme
    • « Tuttavia Povero ! » Shore Institute of the contemporary Arts, Long Beach New Jersey
    • ART Brussels, Galeries Aeroplastics et Guy Bartschi, Bruxelles
    • « Home is where the heart is », Woorkramer Lier Belgique
    • « De quoi sont les images faites ? », Vidéochroniques, Galerie de la friche de la belle de mai, Marseille
    • Pulse, Galerie Parker’s Box, New York
    • A.R.C.O, Galerie Guy Bartschi, Madrid
    • Arte Fiera Bologne
    • « Fait en France », National Art Gallery, Sofia, Bulgarie
    • « Fait en France », Musée national des beaux art de Lettonie, Riga
    • Art Rotterdam, Galeries Aeroplastics et Wiitzenhausen
  • 2006 :
    • « Diva Fair », Miami Beach, Galerie Art-netart, Miami
    • « Profils 15 ans de création en France », Musée Benaki, Athènes
    • F.I.A.C, Galeries Guy Bartschi et Parker’s Box, Paris
    • « Profils 15 ans de création en France », Musée Pera, Istanbul
    • « Matrix art project », Bruxelles
    • « Biennale d’art plastique », Villeneuve la Garenne
    • « Foire de Paris », Galerie Claire Gastaud
    • « Bang Bang», MIAM, Musée international des arts modestes », Sète
    • « Blessed are the meriful », Feigen Contemporary, New York
    • « La nuit du chien », Imagespassages, Annecy
    • A.R.C.O, Galerie Guy Bartschi, Madrid
  • 2005 :
    • « Bang Bang », Musée d’art et d’industrie, Saint-Étienne
    • Festival international d’art de Pyong Taek, Corée
    • « Beneflux », Bruxelles
    • « Défiguration », Galerie Domi Nostrae, Lyon
    • Soirée porte ouverte, A.F.A.A - Association française d'action artistique, Paris
    • « Natural-Digital », Galerie Biche de Bere, Paris
    • Foire de Bruxelles
    • Soirée B.AN.K Galerie, Pink Paradise Paris
    • F.I.A.C, Galeries Guy Bartschi et Parker’s Box
  • 2004 :
    • Vidéochroniques, Marseille
    • F.I.A.C, Galeries Anton Weller, Guy Bartschi et Parker’s Box, Paris
    • Frieze Art Fair, Londres
    • « Eats, shoots and leaves », Galerie Yorkarts, Pennsylvanie
    • « La mort devant soi », Galerie Guy Bärtschi, Genève
    • International Fotofestival, Knokke-Heist, Belgique
    • Foire de Bruxelles, Belgique, Galerie Anton Weller
    • Vidéoformes, Clermont-Ferrand
    • « L’image fait maison », Vidéochronique, Château de Tarascon, Tarascon
    • « Une nuit d’art venture », A3 art, place Saint-Sulpice, Paris
    • « Summer shorts », Parker’s Box, New York
    • Inauguration MC2 - Maison de la culture de Grenoble, Grenoble
    • « l’intime, le collectionneur derrière la porte », La maison rouge, Paris
    • « Grotesque, burlesque, parodie », Centre d’art contemporain, Meymac
  • 2003 :
    • « Up in Arms », Brooklyn, New York
    • « Vidéo Brazil », Sao Paolo
    • F.I.A.C, Galerie Anton Weller, Paris
    • « Superbia Ballymun », Dublin
    • « Expérimental ? », aux Lices, Marseille
    • Fête de la lumière, St Bruno, Grenoble
    • Station M.I.R., Caen
    • « Nuit Blanche », Gaîté-Lyrique, Paris
    • « imagespassages », Annecy
    • « Bandits mages », Bourges
  • 2002 :
    • « La fabrique », Tokyo
    • « Vidéo'z'art diffusion », Québec
    • « Parcours St Germain des Prés », Paris
    • « Fête de la lumière », Grenoble
    • F.I.A.C, Galerie Anton Weller, Paris
    • « Any were out of the world », Los Angeles
    • « objet's session », FRAC Basse Normandie
    • « Convexe/concave », Centre d'art et Culture Kontakt, Bratislava, Slovénie
    • « Lieux dits », Kilomètre 0, Paris
    • « Eros post-porno », La scène, Paris
    • « Les animaux », Association « Plus vite », Hampont
  • 2001 :
    • « Any were out of the world », Parker’s Box, Triangle, New York
    • « Que saurions nous construire d'autre », Villa Noaille, Hyères
    • « Que saurions nous construire d'autre », Musée Ziem, Martigues
    • Zéro G Sampling, Paris
    • « Jardins », Station M.I.R, Caen
    • La Nao, Centre de Création, Sabadell, Espagne
    • « Passion partagée », Musée de Grenoble, Grenoble
    • F.I.A.C, Galerie Anton Weller, Paris
    • « Prés de chez nous il y a… », La Halle, Pont en Royans
    • « OVNI (objets vidéo non identifiés) », Vidéochroniques, Club Saw, Québec
  • 2000 :
    • « Carte blanche à la galerie Anton Weller », La Garsouille, Caen
    • Canal 9 C.H.U, Grenoble
    • « Des sens », Imagespassages, Annecy
    • « Plan B », CineStar, Dortmund, Allemagne
    • « Parcours St Germain des Prés », Boutique Cartier, Paris
    • « Art dans la ville », Saint-Étienne
    • F.R.A.C, Basse Normandie, Caen
    • « Synthèse », Institut National de Musique Electro-acoustique de Bourges, Bourges
    • Diffusion Pirate, Primitivi, Marseille
    • Télés d'artistes, Vidéochroniques, Friche de la belle de Mai, Marseille
    • « Week-end DAS », Vidéozart La Poudriére, Nantes
    • « Sensitive », Fondation Cartier, Printemps de Cahors, Cahors
    • « Fête du panier », Primitivi, Marseille
    • « Jardin », Transat-vidéo et cloack, Caen
    • « Vidéogramme 6 », Vidéochroniques, Marseille
    • « Le bal jaune », Espace Paul Ricard, Paris
    • « Cabaret », Crest
  • 1999 :
    • Musée d'art moderne, Nice
    • « Managers de l'immaturité », Centre National d'art contemporain (Magasin), Grenoble
    • « Décibels images », Vidéogramme 5, Marseille
    • « Vidéoformes », Clermont-Ferrand
    • Artothèque Grand Place, Grenoble
    • « Vidéo lounge Knitting factory », New York
    • « Un week-end à la campagne », Grenoble
    • « ExtraetOrdinaire », Printemps de Cahors, Cahors
    • « Screenings », Iconoscope, Montpellier
    • Festival vidéo, Hanovre, Allemagne
    • « Acces local », Vidéothèque éphémère, Paris
    • Bandits-Mages, Bourges
    • « Morphingenéva », Galerie Mir, Genève, Suisse
    • « Fractal pacsing musik », Soirées nomades, Fondation Cartier, Paris
    • Galerie Z.D.B., Lisbonne, Portugal
    • Festival International des Arts de rue, Châtillon
    • Neues Museum Weserburg, Bremen
    • « Iluro 74 », Barcelone
    • « Festirolle », Echirolles
  • 1998 :
    • « Collection d'hiver », Galerie des Terreaux, Lyon
    • « Festival vidéo », Musée d'Art Contemporain, Lyon
    • Alliance française de Montevideo, Uruguay
    • « 2es rencontres de jeunes artistes », Annecy
    • Homburger Schossberghölen, Allemagne
    • « Transmédia », Berlin
    • « Invidéo », Milan
    • « European Média Festival 98 », Osnabrück, Allemagne
    • Triangle Musée d'art contemporain, Marseille
    • « Carte blanche à Frédérique Leconte », Établissement E. de Brinac, Deauville
    • Artissima 98, Turin, Italie
    • Station M.I.R., Hérouville Saint-Clair
    • Centre d'art plastique, Saint-Fons
    • « Dernière dérive magnétique », Nîmes
    • 12e rencontre vidéo art plastique, Centre d'art contemporain de Basse Normandie, Hérouville Saint-Clair
    • CCSTI - Centre de culture scientifique, technique et industrielle, Grenoble
    • « Vidéothèque éphémère », Kunstmuseum Vidéonale 8, Bonn
  • 1997 :
    • Musée d'Art Contemporain, Lyon
    • Galerie Antoine de Galbert, Grenoble
    • « Optimisons dans la prairie », Galerie BF 15, Lyon
    • « Dérives-Magnétiques », Le Mas au Carré d'Art, Nîmes
    • « Festival Bandits Mages », Bourges
    • « Vidésculmanceinstaperfolationopeinture », Galerie des Grands Bains Douches de la Plaine, Marseille
    • « Transmédia Vidéofest », Berlin, Allemagne
    • Vidéothéque éphémère, Galerie Autrep'Art, Marseille
    • « Soirée de soutien magazine 02 », Nantes
    • Galerie Chez Valentin, Paris
    • « Festival Up-And-Coming », Hanovre, Allemagne
    • « Talgo », Espace Vallés, St. Martin d’Hères et Nouvelle Galerie, Grenoble
    • « T.I.R.E.5 », Peyolt, Paris
    • « Télématic Desire », Salle Multi de Méduse, Québec
    • « T.I.R.E.6 », Peyolt, Paris
    • « Apéro vidéo électron libre », Paris
    • « Festival Méridiens », Aubagne
    • « Morceaux de sucre », Mandrak, Grenoble
  • 1996 :
    • « Festival Art-Mêlés », Grenoble
    • « Imagespassages », Annecy
    • « European Media Festival 96 », Osnabrück
    • « Regard rock land », Crest

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. INA - 6 minutes (M6) du samedi 4 octobre 2003. L'événement Opération Nuit blanche à Paris. Enregistrement no 2413468.001.
  2. com360 com-Christian Dubroca- Dimitri Delaittre, « Samuel Rousseau | artiste représenté par la Galerie RX », sur Galerie RX (consulté le 15 avril 2021)
  3. En fait, la médiathèque.
  4. « 2019 - Les artistes », sur Fondation Villa Datris (consulté le 30 janvier 2020)
  5. Avec Jodi, Antoine Schmitt, Hervé Graumann, Nicolas Moulin, Marc Lee, Herbert W. Franke, Michael Naimark, Nam June Paik, Samuel Rousseau, Jeffrey Shaw.
  6. Le Prix Marcel-Duchamp 2011, Paris, Centre Pompidou, 2011, 45 p. Voir également le communiqué de presse.
  7. Avec Philippe Favier, Gordon Hart, Isabelle Jarousse, Frédéric Khodja, Kacem Noua, Samuel Rousseau, Éric Roux-Fontaine.
  8. ADIAF - Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Français

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « L’art au-delà du digital ». Dominique Moulon. Scala. 2018.
  • « Ar(t)bre et Art contemporain. Pour une écologie du regard ». Martine Francillon. La manufacture de l’image. 2017.
  • « Space and Time Visualisation ». Maria Bostenaru Dan et Cerasella Craciun. Springer. 2016.
  • « Conservation de l'art numérique : théorie et pratique. Le Projet Digital Art ». Bernhard Serexhe. Ambra.  2013.
  • « Surmarionnettes et mannequins ». Carole Guidicelli. L’Entretemps. 2013
  • « Salut l’artiste ». Collection Idées reçues. Isabelle de Maison Rouge. Le cavalier bleu. 2009.
  • « 9 milliards, le futur maintenant ». Laurent Minguet. Préface de Jean-Pascal van Ypersele. Edition Luc Fire. 2008.
  • « Vidéo : un art contemporain ». Françoise Parfait. Editions du Regard. 2007.  
  • « L'oeil de la nuit. Nuit blanche 2003 ». Camille Morineau. Paris Musées. 2004
  • « 72 projets pour ne plus y penser ». Eric Mangion. Centre National de l’Estampe et de l’image imprimée,  Espace Paul Ricard et FRAC Provence Alpes Côtes d’Azur. 2004.
  • « L’avenir de Grenoble en questions ». Jacques Fontanel. Presses Universitaires de Grenoble. 2002.
  • « L’art contemporain ». Isabelle de Maison Rouge. Le cavalier bleu. 2002.

Presse[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]