Samuel P. Ferguson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Samuel P. Ferguson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Directeur de thèse
Distinction
Prix Robbins ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Samuel P. Ferguson est un mathématicien américain, connu pour sa contribution à la démonstration de la conjecture de Kepler avec Thomas Hales.

Ferguson a obtenu en 1991 son Bachelor en mathématiques à l’université Brigham Young et en 1997 un Ph. D. à l’université du Michigan sous la direction de Thomas Hales avec un thèse intitulée « Sphere packings V »[1]. Il travaille à la National Security Agency[2].

Une partie de sa thèse de doctorat est sa contribution à la solution de la conjecture de Kepler sur l’empilement de sphères. Hales avait décomposé le problème en environ 5000 cas particuliers. Le plus difficile de ces cas « pentahedral prism »[3] est le sujet de la thèse de Ferguson. Ferguson a également écrit une part importante des programmes qui constituaient une partie essentielle pour la solution du problème, et a optimisé les algorithmes impliqués.

En 2007, Ferguson obtient avec Hales le prix David P. Robbins et en 2009 le prix Fulkerson.

Publications[modifier | modifier le code]

Premier article :

  • Thomas C. Hales, « A proof of the Kepler conjecture », Annals of Mathematics, vol. 162, no 3,‎ , p. 1063–1183. — La partie 5 de cet article est de Ferguson.

Le numéro 1 du volume 36 de Discrete and Computational Geometry, édité par Gábor Fejes Tóth (de) et Jeffrey Lagarias, est un numéro spécial dédié à la preuve de la conjecture de Kepler. Il contient notamment :

  • Samuel P. Ferguson, « Sphere Packings, V. Pentahedral Prisms », Discrete and Computational Geometry, vol. 36, no 1,‎ , p. 167–204 (Math Reviews 2229661).
  • Samuel P. Ferguson et Thomas C. Hales, « A Formulation of the Kepler Conjecture », Discrete and Computational Geometry, vol. 36, no 1,‎ , p. 21-69.

Un ouvrage regroupant les six articles constituant la preuve originale est :

  • Jeffrey Lagarias (éditeur), Samuel P. Ferguson et Thomas C. Hales, The Kepler conjecture : the Hales-Ferguson Proof, New York, Springer, , xiv+456 p. (ISBN 978-1-4614-1128-4). — Le chapitre « Sphere Packings, V. Pentahedral Prisms », p. 235-274, est une réimpression annotée de l’article paru dans Discrete and Computational Geometry

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Thomas C. Ferguson » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Samuel P. Ferguson », sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  2. « 2007 Robbins Prize », Notices of the AMS, vol. 54, no 4,‎ , p. 534-535.
  3. Sally Pobojewski, « Hales solves oldest problem in discrete geometry », The University Record, University of Michigan,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]