Samuel Capricornus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capricornus.
Samuel Capricornus
Description de cette image, également commentée ci-après

Samuel Capricornus

Naissance
Žerčice, près de Mladá Boleslav, Drapeau de la Bohême Royaume de Bohême
Décès (à 36 ans)
Stuttgart, Flagge Königreich Württemberg.svg Wurtemberg
Activité principale Compositeur
Style Baroque
Élèves Johann Fischer

Œuvres principales

  • Theatrum Musicum

Samuel Friedrich Capricornus (né Samuel Friedrich Bockshorn le à Žerčice, près de Mladá Boleslav et mort le ) est un compositeur tchèque du début de l'ère baroque. Il travaille une grande partie de sa vie en Allemagne. Il y publie notamment son Theatrum Musicum, recueil de musiques sacrées où se perçoit l'influence des compositions de Heinrich Schütz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pasteur protestant qui fuit avec sa famille la Contre-Réforme pour s'installer à Bratislava dans l'ancien Royaume de Hongrie, Samuel Capricornus étudie de 1643 à 1646 les langues et la théologie en Silésie. Après quoi, il devient musicien à la cour impériale de Vienne. Là, il se familiarise avec les compositions de Giovanni Valentini et d'Antonio Bertali. Après un court séjour à Reutlingen, il travaille comme professeur de musique privé à Bratislava pendant deux ans. De 1651 à 1657, il est responsable de la musique dans différentes églises et professeur de musique dans une école de la ville.

En mai 1657, il reçoit le poste de Kapellmeister à Stuttgart, position qu'il occupe jusqu'à sa mort. Son mandat à la cour de Wurtemberg cesse après une dispute avec Philipp Friedrich Böddecker, l'organiste de la collégiale. De 1661 à 1665, Capricornus a pour élève le futur compositeur Johann Fischer (1646–1716).

Compositeur prolifique, Samuel Capricornus signe des œuvres dans presque tous les genres en vogue au XVIIe siècle en Europe centrale. Il est considéré en son temps comme l'un des principaux représentants de la cantate et du motet (Konzerte) sacrés, assumant, tout comme Dietrich Buxtehude, une position de transition entre Heinrich Schütz et Johann Sebastian Bach.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Theatrum Musicum & Leçons de Ténèbres, Benoit Haller, La Chapelle Rhénane, K617 (2006).
  • Dulcis amor, Jesu (from Geistliche Harmonien, III, 1664) Harry van der Kamp, Laurie Reviol. Ensemble Tirami Su, Challenge Classics (2002)
  • Theatrum Musicum, Martin Gester, Le Parlement De Musique, Opus 111 (1994)

Liens externes[modifier | modifier le code]