Samtskhé-Djavakhétie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samtskhé-Djavakhétie
(ka) სამცხე–ჯავახეთი
Carte de localisation de la Samtskhé-Djavakhétie
Carte de localisation de la Samtskhé-Djavakhétie
Administration
Pays Drapeau de la Géorgie Géorgie
Type Région de Géorgie
Capitale Akhaltsikhé
Gouverneur Giorgi Khachidze
ISO 3166-2 GE-SJ
Démographie
Population 160 500 hab. (2016)
Densité 25 hab./km2
Langue(s) Géorgien, Arménien
Groupes ethniques Arméniens (54,6 %)[1]
Géorgiens (43,4 %)[1]
Géographie
Superficie 6 413 km2

La Samtskhé-Djavakhétie[Note 1] (en géorgien : სამცხე–ჯავახეთი, phonétiquement samtskhé-djavakheti, en arménien : Սամցխե-Ջավախք) est une région administrative du sud de la Géorgie, particulièrement montagneuse. Elle est composée de deux provinces historiques de ce pays, Meskhétie et Djavakhétie. Sa capitale est Akhaltsikhé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est entourée à l'ouest de l'Adjarie et de la Gourie, au nord de l'Iméréthie, à l'est de la Kartlie intérieure et de la Basse Kartlie, au sud de l'Arménie et de la Turquie.

Histoire[modifier | modifier le code]

A l'origine le territoire est partagé entre les deux États géorgiens de Tao-Klardjétie et de l'Émirat de Tiflis. En 1010, il est unifié au sein du royaume de Géorgie, pour être à nouveau divisé en 1490. Il est ensuite le siège d'un pachalik, celui d'Akhaltsikhé, annexé par la Russie en 1829[2] et intégré au gouvernement de Géorgie-Iméréthie puis à celui de Tiflis[3].

En 1990, la région administrative est le résultat du regroupement des provinces historiques de Meskhétie et de Djavakhetie.

Articles détaillés : Liste des souverains du Samtskhe et Meskhétie.
Article détaillé : Djavakheti.

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle est le géorgien, l'arménien et le russe sont largement pratiqués. L'arménien est parlé par la moitié de la population. Le géorgien est parlé par les Géorgiens et les jeunes Arméniens, pour une moitié de la population. Le russe est parlé par les Arméniens et par les Géorgiens comme langue véhiculaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population (2011 à 2016)[modifier | modifier le code]

Du au , la population a diminué de 52 000 personnes. Si les surestimations administratives en sont une cause, la sous-estimation du phénomène de migration en est une autre : les mouvements de population des campagnes vers les villes (essentiellement Tbilissi) et des villes vers l'étranger se poursuivent[Note 2].

Population[4]
Année Urbaine Rurale Totale
2011 66 100 146 700 212 800
2012 66 500 147 700 214 200
2013 66 200 147 300 213 500
2014 66 200 147 500 213 700
2015 54 700 105 900 160 600 [Note 3]
2016 54 600 105 900 160 500

Répartition des groupes ethniques (2002)[modifier | modifier le code]

La région est majoritairement peuplée d'Arméniens (54,6%), surtout dans les villes d'Akhalkalaki et de Ninotsminda. Puis, viennent les Géorgiens avec 43,4% qui sont majoritaires à Akhaltsikhé. Autrefois, il existait une minorité de Meskhètes (peuple musulman), déportée pendant la période soviétique sous Staline : elle est estimée aujourd'hui à 800 personnes.

Groupe ethnique[1] Population
Arméniens 113 347 54,60 %
Géorgiens 89 995 43,35 %
Russes 2 230 1,07 %
Ossètes 822 0,40 %
Grecs 740 0,36 %
Total 207 598 100 %

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Elle est composée de 6 districts

Grotte de Vardzia

Tourisme[modifier | modifier le code]

Parmi les lieux qui peuvent être cités

  • la forteresse de Khértvisi, datant du IIe siècle avant JC et lieu de passage d'Alexandre le Grand sur le chemin de la Perse[5],
  • la grotte de Vardzia du VIIIe siècle,
  • le monastère troglodytique de Vanis Kvabebi du VIIIe siècle,
  • le monastère de Sapara, du XIIe siècle[6].
Monastère de Sapara

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’orthographe des lieux géographiques utilisée est celle définie dans l’« Atlas géopolitique du Caucase » de Jean Radvanyi, géographe, professeur des universités à l’INALCO, Éditions Autrement Collection Atlas/monde, 2009, (ISBN 978-2-7467-1296-6), orthographe alignée sur celle des voyageurs francophones des XIX et XXe siècles dans le Caucase
  2. Le nombre d’habitants au 1er janvier de chaque année est une estimation, à l’exception du 1er janvier 2015 qui correspond au recensement de la fin d’année précédente.
  3. Le recensement de fin 2014 donne une population de 160 504 habitants pour la Samtskhé-Djavakhétie

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « General Population Census of 2002: Ethnic groups by major administrative-territorial units », sur National Statistics Office of Georgia (consulté le 22 février 2013).
  2. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, Atlas historique de l'Arménie, Autrement, coll. « Atlas / Mémoires », 2005 (ISBN 978-2746701007), p. 66-67
  3. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, op. cit., p. 68-69.
  4. (en) (ka) National Statistics Office of Georgia : « Number of population by municipalities » (consulté le 10 janvier 2016)
  5. (en) Khertvisi
  6. Sapara Monastery


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

L'Office national des statistiques de Géorgie publie régulièrement des documents concernant la population et la démographie ; ils contiennent parfois des chiffres légèrement différents pour les mêmes rubriques :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]